AccueilBourse postdoctorale de recherche – Formations premiers secours

Bourse postdoctorale de recherche – Formations premiers secours

Postdoctoral research grant - training in first aid

*  *  *

Publié le jeudi 04 octobre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

La Fondation Croix-Rouge française a décidé de s’associer à la Croix-Rouge andorrane pour lancer un appel à candidatures pour une bourse postdoctorale sur la mesure et l’amélioration de l’efficacité des formations aux premiers secours. Véritable référence en la matière, la Croix-Rouge andorrane est l’une des premières sociétés nationales à avoir formé une génération entière de jeunes citoyens, à travers le système scolaire. Le programme scientifique présenté ci-après bénéficie de son expertise et de celle du Global first aid reference centre (Centre mondial de référence des premiers secours, GFARC), un centre international initié par la Fédération Internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et hébergé à Paris par la Croix-Rouge française.

Annonce

Soutenue par la Croix-Rouge andorrane

Argumentaire

La Fondation Croix-Rouge française a décidé de s’associer à la Croix-Rouge andorrane pour lancer un appel à candidatures pour une bourse postdoctorale sur la mesure et l’amélioration de l’efficacité des formations aux premiers secours. Véritable référence en la matière, la Croix-Rouge andorrane est l’une des premières sociétés nationales à avoir formé une génération entière de jeunes citoyens, à travers le système scolaire. Le programme scientifique présenté ci-après bénéficie de son expertise et de celle du Global first aid reference centre (Centre Mondial de Référence des Premiers Secours, GFARC), un centre international initié par la Fédération Internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et hébergé à Paris par la Croix-Rouge française. Sa mission est de favoriser la collaboration et le partage de bonnes pratiques entre les sociétés nationales du Mouvement Croix-Rouge dans le domaine des premiers secours afin d’innover, expérimenter, développer des connaissances et diffuser les bonnes pratiques parmi les membres du Mouvement. La collaboration sur ce sujet avec la Croix-Rouge française, auxiliaire des pouvoirs publics dans le domaine de la sécurité civile, est particulièrement importante, dans la mesure où cette dernière propose des programmes de formation innovants à plusieurs échelons (moniteurs, instructeurs) et pour plusieurs types de publics, sur le territoire français comme à l’étranger (137 479 personnes formées par la Croix-Rouge française en 2017). Son expertise est reconnue depuis plus de 150 ans grâce à des formations innovantes et inscrites dans une démarche d’amélioration continue centrée sur l’apprenant.

Chaque année, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge forment plus de 15 millions de personnes aux premiers secours. En cas de catastrophe ou d'urgence, le premier intervenant est plus susceptible d’être un voisin, un ami ou un membre de la famille. Lorsque cette personne connaît les premiers secours, la souffrance peut être réduite et des vies peuvent être sauvées. L’intervention de cette personne en cas de catastrophe ou d’urgence dépend de nombreux facteurs, dont le profil des victimes, le contexte de la situation d’urgence et la confiance de l’intervenant dans ses propres compétences en matière de premiers secours. Les recommandations internationales sur les premiers secours et la réanimation[1], publiées par le GFARC, s'appuient sur deux décennies de preuves empiriques et plus de 100 ans d'expérience dans le domaine des premiers secours dans différents contextes. L'un des objectifs de cette publication est d'améliorer la qualité de la formation aux premiers secours pour différents types de publics. L'édition 2016 du guide conclut notamment que davantage de recherche est nécessaire pour fournir des données plus solides sur les meilleurs moyens d'améliorer l'efficacité de la formation aux premiers secours.

À cette fin, « les Sociétés nationales sont incitées à trouver des moyens pour tester l'efficacité de leur formation en secourisme, soit en mesurant l’auto-suffisance de tous les apprenants avant et après leur formation, soit en entreprenant des études empiriques sur la santé des communautés dans les zones où elles dispensent leur formation. »[2] Le GFARC coordonne actuellement un projet avec un certain nombre de Sociétés nationales pour remédier à ce manque de données dans le cadre d'un processus où un groupe de travail s'efforce de déterminer quelles techniques pédagogiques ou quels types d'apprentissage peuvent accroître la confiance et la volonté des participants à la formation en secourisme.

Objectifs

L’objectif de la recherche sera le suivant : comment l’issue d’une formation peut varier au regard  de l’engagement et de la responsabilité des formateurs et vis-à-vis des changements qu’ils cherchent à engendrer chez les apprenants ? Il s’agira également de comprendre comment ces éléments peuvent être appliqués à la pratique pour améliorer l'efficacité des formations. La recherche abordera la question suivante :

  • Outre les connaissances et les compétences, quelles capacités les formateurs estiment-ils devoir développer chez leurs apprenants?

 Un outil sera conçu pour mesurer les éléments choisis en réalisant des enquêtes avant et après la formation. La recherche établira une mesure de base. Il s’agira par ailleurs de répondre aux questions suivantes :

  • Ces éléments sont-ils comparables aux concepts d’évaluation utilisés par d'autres secouristes et chercheurs (tels que la confiance, la volonté ou la propension accrue à agir) ?
  • Pourraient-ils participer à l’amélioration des programmes des secouristes ?
  • Les formateurs modifient-ils leur pratique pour aider à améliorer les résultats des apprenants ?

En utilisant les formateurs pour identifier les résultats, cette recherche s'appuie sur des études existantes qui ont utilisé des activités imposées pour tester un résultat spécifique préétabli. Cette approche est novatrice car, contrairement aux études précédentes, elle explore les motivations et les attentes des formateurs dans leur prestation. L’hypothèse est que l’appropriation par les formateurs des résultats de la formation peut faciliter un ajustement de leurs pratiques (méthodologies ou contenu) propice à aider les apprenants à atteindre les résultats souhaités.

Zone géographique de recherche

Cette recherche sera réalisée en France. Les résultats de certaines études comparatives réalisées dans d'autres pays pourront être ajoutés à ceux de cette recherche.

Méthodologie et résultats attendus

Parmi les méthodologies possibles, celle qui semble répondre au mieux aux objectifs de la recherche est une démarche combinant observation participante, entretiens et questionnaires auprès d’un groupe choisi de formateurs.

Le chercheur pourra par exemple animer des ateliers avec un petit groupe de formateurs afin d’identifier quels résultats sont les plus importants pour eux ; en posant des questions aux formateurs destinées notamment à comprendre pourquoi ils forment les gens aux premiers secours et quels changements ils espèrent voir chez les apprenants pendant la durée de leurs cours (outre l'acquisition de connaissances et compétences).

Le chercheur travaillera ensuite à concevoir un outil permettant de mesurer les résultats. Il observera les formateurs durant leurs cours pour la conception et les tests de l'outil de mesure, et pour déterminer comment les formateurs modifient leur pratique pendant les cours.

Enfin, le chercheur déterminera comment les données peuvent être utilisées à des fins d'amélioration de la formation et l’élaboration de nouvelles directives.

Ce cadre méthodologique n’est pas restrictif et d’autres démarches peuvent être présentées tant qu’elles permettent de formuler des recommandations sur la base d’un échantillon représentatif. 

Conditions de candidatures

Les financements accordés par la Fondation Croix-Rouge française ont pour objectif de couvrir le coût d’une année de recherche dans le cadre d’une bourse postdoctorale individuelle. Il s’agit de bourses de perfectionnement à la recherche accordées selon un barème de base correspondant à 17 000 euros pour un an[3].

Seuls les chercheurs  rassemblant les conditions suivantes peuvent candidater :

  • être titulaire d’un doctorat (doctorat français, PhD ou doctorat étranger de niveau équivalent) dans le champ des sciences sociales (en particulier en sociologie ou psychologie), de l’éducation, ou médicales (médecine, santé publique) ;
  • avoir soutenu son doctorat depuis moins de 10 ans ;
  • ne pas occuper par ailleurs un poste permanent à plus de 50% ;
  • contribuer à faire avancer la recherche sur les thèmes ou zones géographiques prédéfinies par la Fondation ou avoir des publications dans d’autres domaines démontrant des capacités à mener des recherches de qualité.
  • parler couramment le français et bien maitriser l'anglais. 

Il n’existe pas de condition de nationalité.

Profil souhaité :

  • La connaissance des systèmes de mesure d’impact ou d'évaluation des résultats est un atout.
  • La connaissance des premiers secours est un plus, mais pas indispensable.

D’une manière générale,  le chercheur souhaitant candidater doit :

  • présenter son projet de recherche en langue française ;
  • être présenté par un établissement de recherche ou académique ;
  • motiver sa candidature (intérêt de la recherche envisagée) ;
  • prendre connaissance des conditions d’attribution et des modalités d’utilisation des financements alloués par la Fondation telles que définies dans ce document ;
  • candidater conformément au paragraphe détaillé ci-après avant le 17 octobre 2018 à minuit.

Dépôt de candidature et sélection

Dépôt des candidatures

La gestion des candidatures est assurée par la Fondation, au moyen d’une plateforme en ligne accessible sur le site de la Fondation. Après la création de son compte, le candidat accède à son espace personnel depuis lequel il peut postuler aux différentes bourses proposées puis suivre l’évolution de sa/ses candidature(s). 

Le candidat renseigne un formulaire de saisie constitué de blocs d’informations relatives à son profil (formation, parcours et situation professionnelle) et son projet (intitulé, revue de littérature, objectifs, problématique, enjeux et intérêts scientifiques et sociaux, méthodologie envisagée, calendrier, etc.), jusque dans l’évaluation des risques sécuritaires qui y sont associés, et joint les pièces suivantes :

  1. un CV actualisé détaillant le parcours universitaire et professionnel du candidat ;
  2. la copie du diplôme de doctorat certifiée conforme et visée par l’école doctorale ;
  3. une lettre de motivation ;
  4. un justificatif de domicile.
  5. un chronogramme ;
  6. une copie du rapport de soutenance de thèse ;
  7. une lettre de soutien du responsable du laboratoire ou institution de recherche accueillant le post-doctorant (optionnel) ;
  8. une lettre de référence d’un responsable scientifique du post-doctorant (optionnel).

Les candidatures en ligne s’ouvriront du 18 septembre 2018 au 17 octobre 2018 à minuit. A cette date aucune pièce complémentaire aux dossiers ne sera acceptée. Tout dossier incomplet entrainera le rejet automatique de la candidature.

Si toutes les informations ont été renseignées (champs obligatoires saisis), le candidat peut valider sa candidature et ainsi soumettre son dossier à évaluation, dont il sera tenu informé des résultats.

Processus d’évaluation et de sélection

Les membres du comité scientifique, qui a élaboré le projet de recherche, procèderont aux évaluations de chacune des candidatures à partir du 18 octobre 2018. Puis une réunion du comité de sélection, composé de ces évaluateurs et du représentant du partenaire de la Fondation, se tiendra afin d’échanger et coordonner les différentes évaluations, et proposer une sélection qui sera communiquée le 25 octobre sur le site de la Fondation (www.fondation-croix-rouge.fr).

Modalités du soutien financier et obligations

La Fondation n'apporte aux lauréats aucun soutien financier ni logistique au-delà de la bourse qu'il leur attribue. Chaque lauréat/e est seul/e responsable de la gestion de sa logistique et de ses conditions matérielles de travail.

Tout  chercheur sélectionné s’engage à respecter les présentes obligations, à signer la charte et la convention d’attribution de financement de la Fondation.

Le/La lauréat/e s’engage à respecter les lois et règlements en vigueur au sein du ou des pays de recherche, notamment en ce qui concerne ses entrées et sorties sur le territoire, et à souscrire aux assurances de responsabilité civile, de couverture médicale/rapatriement en cas de déplacement à l’étranger et à toute cotisation sociale obligatoire en vigueur dans le pays de résidence.

Le/La lauréat/e s'engage à respecter le calendrier scientifique de la Fondation concernant les échéances  d'envoi des rapports d'étape et working papers. Il lui sera proposé de présenter ses travaux oralement, dans le cadre de journées d’études organisées par la Fondation.

Si des articles ou ouvrages étaient publiés par le/la lauréat/e à partir de ce travail, mention serait faite de leur financement ou cofinancement par la Fondation Croix-Rouge française et ses partenaires. Réciproquement, si les travaux réalisés par le/la lauréat/e étaient diffusés ou utilisés par la Fondation ou ses partenaires, ce à quoi le/la lauréat/e consent par avance, mention serait faite des références de l’auteur qui reste propriétaire de son travail.

La Fondation procède au versement de la bourse en quatre fois : trois versements de 5 000 euros, dont le premier intervient au démarrage de la recherche, et un solde de 2 000 euros à la remise des working papers.

La période de recherche commence le 1er novembre, et au plus tard le 15 novembre, de l'année d'attribution de la bourse. Cependant le versement de la première tranche de la bourse est conditionné par la confirmation par le/la lauréat/e à la Fondation par tout moyen écrit du début de ses travaux. Tout retard au-delà du 15 novembre doit être justifié et entraine un délai du premier versement jusqu'à obtention de cette confirmation. Tout retard dans le début des travaux de recherche, l'envoi des rapports intermédiaires ou working papers, ou bien tout changement dans la conduite de la recherche qui par son caractère injustifié ou son ampleur remet en cause sa faisabilité dans les délais et formes (problématique, méthodologie, etc.) prévus par le projet initial soumis lors de la candidature du/de la lauréat/e entrainera l'annulation du financement.

L'attribution de la seconde et troisième tranche de la bourse dépend de la volonté expresse réaffirmée du/de la lauréat/e à poursuivre son travail par l'envoi des deux rapports d'étape selon les dates prévues par le calendrier scientifique de la Fondation. Le/La lauréat/e doit informer la Fondation, dans les meilleurs délais, de tout arrêt prématuré de ses recherches. Ainsi, à défaut de réaffirmer sa volonté expresse de poursuivre son travail dans les conditions prévues ci-avant en envoyant les deux rapports d’étape aux dates convenues, il sera mis fin au versement de la bourse, la Fondation se réservant le droit de demander le remboursement de tout ou partie de la bourse d’ores et déjà versée.

Le/La lauréat/e s’engage à faire part à la Fondation de toute éventuelle situation de conflit d’intérêts.

Il est entendu que les propos et opinions exprimés par le/la lauréat/e dans des articles ou ouvrages tirés de ce travail n'engagent que le/la lauréat/e et ne reflètent pas nécessairement ceux de la Fondation Croix-Rouge française ou ses partenaires.

 Calendrier prévisionnel

  • 18 septembre 2018 : Lancement de l’appel à candidatures
  • 17 octobre 2018 : Clôture des candidatures à minuit

  • 25 octobre 2018 : Annonce des résultats
  • 26-30 octobre 2018 : Signature de la charte et de la convention de la Fondation
  • 1er-15 novembre 2018 : Début des recherches
  • 1er novembre 2019 : Rendu des livrables

Pour toute question au sujet de l’appel, merci de contacter :

FONDATION CROIX-ROUGE FRANCAISE

95 rue Michel-Ange - 75016 Paris

+33(0)1 40 71 16 35

recherche@fondation-croix-rouge.fr

Références

[1] Global First Aid Reference Centre (2016) International first aid and resuscitation guidelines (IFARG), 40 p.

[2] Ibid.

[3] La somme nette de 17 000 euros perçue par le chercheur n’inclut pas les frais pris en charge par la Fondation Croix-Rouge française et couvrant les frais de gestion, de la sélection et accompagnement du chercheur jusqu’à la production d’un article scientifique, la traduction de ce dernier en anglais et la diffusion des résultats à travers des publications et un événement de restitution organisé en France.

Dates

  • mercredi 17 octobre 2018

Mots-clés

  • formation, éducation, secourisme, urgence, premiers secours

Contacts

  • Caroline Vitaglione
    courriel : caroline [dot] vitaglione [at] fondation-croix-rouge [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Caroline Vitaglione
    courriel : caroline [dot] vitaglione [at] fondation-croix-rouge [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Bourse postdoctorale de recherche – Formations premiers secours », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le jeudi 04 octobre 2018, https://calenda.org/483556

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal