AccueilBordeaux et la Gironde de l'armistice à la paix

Bordeaux et la Gironde de l'armistice à la paix

Bordeaux and La Gironde from the armistice to peace

De novembre 1918 à l'été 1920

November 1918-Summer 1920

*  *  *

Publié le mercredi 24 octobre 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

La transition entre l’armistice et la mise en œuvre de la paix s’étend sur plusieurs semestres. Les responsables publics et privés doivent passer de l’économie administrée et mixte à l’économie de marché. On doit remettre en route les institutions républicaines élues et mettre en place de nouvelles autorités administratives et politiques. Les autorités doivent gérer les risques de santé, ceux du retour à la normale dans le monde du travail et aussi songer au devenir des réfugiés venus des régions septentrionales ou des combattants issus des outre-mer. La paix ne peut manquer de susciter des cultures citoyennes, religieuses et intellectuelles prenant en compte cette rupture dans les pratiques communautaires et les mentalités. Le réveil de la démocratie sociale relance le débat entre réformisme et révolution, d’où les grèves du printemps 1920.

Annonce

Présentation

Trois demi-journées d'étude reconstitueront l'histoire de Bordeaux et de la Gironde entre novembre 1918 et l'été 1920. Il s'agit de préciser l'évolution politique (élections, décisions de la Ville), l'adaptation de l'économie de guerre à une économie vivant un "retour à la normale" vers une économie de marché ou aussi, selon les secteurs, vers l'économie mixte. L'histoire des mentalités (religion, etc.), l'histoire des élites (préfet, maire, patrons, etc.), l'histoire d'entreprise (négoce du vin, chemins de fer, énergie) et l'histoire sociale (luttes sociales, réfugiés, soldats démobilisés, etc.) seront au coeur des communications. Un livre d'actes sera publié en 2019.

Le Musée d’Aquitaine et le Musée Jean-Moulin sont les partenaires de ces trois demi-journées d’étude, qui auront lieu dans l’amphithéâtre du Musée d’Aquitaine, au sous-sol. L’UMR CNRS 5113 GRETHA-Université de Bordeaux apporte son soutien à ce projet, tout comme l’ONACVG.

La communauté académique – dont le GRETHA-Université de Bordeaux) – et intellectuelle des universités de Bordeaux (CEMMC, Sciences Po Bordeaux) et des autres pôles culturels (Archives départementales de Gironde, Archives Bordeaux-Métropole, Office national des anciens combattants & victimes de guerre, associations, etc.) de Bordeaux et de la Gironde se doit de participer à la commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale le 11 novembre 1918 – d’où l’organisation d’une journée d’étude, au plus près de des trois demi-journées d’étude, les 8 & 9 novembre 2018, sous l’égide d’Hubert Bonin (Sciences Po Bordeaux & GRETHA-Université de Bordeaux).

L’armistice intervient sur le front d’Europe occidental le 11 novembre 1918 entre les pays de l’Entente et les pays des Empires centraux. Puis le traité de Versailles est signé le 28 juin 1919 (date anniversaire de l’attentat de Sarajevo, dans la Galerie des glaces du château de Versailles), mais il n’est promulgué que le 10 janvier 1920, avant que soit signé le traité du Trianon le 4 juin, avec la Hongrie.

Aussi les communicants à ces trois demi-journées d’étude se concentreront sur l’évolution et l’état de Bordeaux et de la Gironde durant cette période d’une grosse année – en  évitant d’aller au-delà, d’autant plus que la Fédération historique du Sud-Ouest organise à Bayonne, à la mi-novembre, son colloque annuel sur les après-guerre, dont l’après-Première Guerre mondiale.

Il s’agit, à partir des archives, des publications déjà effectuées, des recherches en cours, de préciser quels ont été les effets immédiats de cet armistice sur la reconstruction et la reconversion des habitants et sur leur vie courante ; d’analyser le devenir des entités militaires, françaises (et coloniales) et nord-américaines ; de soupeser les mentalités et l’état de la société dans son ensemble, dans ses espaces de vie et dans ses espaces de travail (syndicats, femmes, etc.) ; de voir ce que deviennent les réfugiés des régions septentrionales et les soldats, blessés ou non, qui sont commencent à être rapatriés des fronts, tandis que les Américains embarquent à Bordeaux-Bassens.

Il faut aussi déterminer comment les institutions ont pris en compte ce tournant historique : la Mairie de Bordeaux avec le passage de Charles Gruet (1912-1919) à l’industriel Fernand Philippart, celui du préfet Bascou (1914-1919) au préfet Arnault ; le Conseil général ; les élections législatives – avec notamment le cas de Georges Mandel (maire de Soulac en 1919, conseiller général de Lesparre en 1919 et même président du Conseil général en 1920) – et enfin des entités de services publics (énergie, chemins de fer). L’étude des élections de 1919 (législatives les 16 et 30 novembre 1919 ; municipales, les 30 novembre et 7 décembre 1919 ; cantonales les 14 décembre et 21 décembre 1919) et de la presse devraient alimenter ce processus historien.

L’histoire économique sera une partie prenante décisive, avec le « retour à la normale » (port, entreprises) et le passage du vin de l’économie administrée à l’économie de marché. L’histoire sociale et sociétale sera elle aussi être considérée (grippe espagnole, transition du monde du travail féminin/masculin, luttes sociales, etc.).

La culture (l’héritage immédiat de l’intensité de la guerre dans les arts, lettres ou musique), la presse (quid des événements dans la presse bordelaise ?), la préparation des concepts de commémoration (futur monument aux morts, à Bordeaux), etc., seront aussi pris en compte afin de jauger les éléments « immatériels » de la période de transition.

Il sera intéressant de dresser une sorte de bilan synthétique des connaissances sur cette période allant de novembre 1918 à l’été 1920 afin d’identifier les sujets bien ou peu abordés par l’historiographie.

Programme

Jeudi 8 novembre de 13h45 à 17h

  • Hubert Bonin présentation

La vie administrative et politique

  • Agnès Vatican Le préfet Bascou : regards sur la Grande Guerre
  • Bertrand Favreau Les élections (municipales, départementales, législatives) en 1919-1920 : le cas de Georges Mandel
  • Hubert Bonin La transition de Charles Gruet à Fernand Philippart en 1919
  • Alexandre Fernandez Les débats autour du statut de la Compagnie du gaz de Bordeaux
  • Hubert Bonin Les élections législatives de 1919 (seulement pour les actes)
  • Hubert Bonin Les élections sénatoriales de 1919 (seulement pour les actes)

Vendredi 9 novembre, de 8h45 à 10h45

La vie économique et sociale

  • Gérard Péhaut Le départ des Américains de Gironde : les fonctions du port de Bordeaux : le devenir de leurs installations, la prise en compte des dépenses de dédommagementy, etc.
  • Christophe Bouneau La relance de la Compagnie du Midi
  • Hubert Bonin Le monde du vin, de l’économie administrée à l’économie de marché
  • Hubert Bonin Bordeaux face aux luttes sociales en 1919-1920 (seulement pour les actes)

Vendredi 9 novembre, de 11h à 12h30

Des formes de transitions sociales, sanitaires

  • Yannick Pouey-Mounou Retour et réintégration des soldats à Bordeaux
  • Pierre Guillaume L’épidémie de grippe espagnole en Gironde
  • Armelle Bonin-Kerdon Le paradoxe d’un apogée du nombre de réfugiés des régions septentrionales en 1918-1919

Vendredi 9 novembre, de 14h à 17h30

Cultures de l’après-guerre

  • Guy Pervillé Une culture anticolonialiste ? Le séjour de Messali Hadj en Gironde
  • Marc Agostino Culture religieuse : L’église catholique de Gironde au lendemain de la guerre
  • Marion Raiffé Culture musicale : La musique à Bordeaux en 1918-1920 : les héritages de la guerre
  • Elsa Clavel La rentrée de 1919 à l’université

Célébrer et commémorer

  • Frédéric Laux Le président Deschanel à Bordeaux le 1er mars 1920 : célébrer le retour de l’Alsace-Lorraine
  • Pïerre-Cyril Lopez Concevoir un monument aux morts à Bordeaux-Saint-Bruno

Catégories

Lieux

  • amphithéâtre du sous-sol - Musée d'Aquitaine, 20 cours Pasteur, Bordeaux
    Bordeaux, France (33)

Dates

  • jeudi 08 novembre 2018
  • vendredi 09 novembre 2018

Mots-clés

  • Guerre 14-18, Après-guerre, Gironde, élections, société, mentalités, négoce du vin

Contacts

  • hubert BONIN
    courriel : boninmoulleau [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • hubert BONIN
    courriel : boninmoulleau [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Bordeaux et la Gironde de l'armistice à la paix », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 24 octobre 2018, https://calenda.org/489014

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal