AccueilViolences et santé : des vulnérabilités réciproques ?

*  *  *

Publié le mercredi 07 novembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Le numéro 6 de la revue Populations Vulnérables sera dédié aux interactions entre violences subies et état de santé. Les articles proposés seront fondés sur l’analyse de données quantitatives permettant non seulement d’établir des corrélations entre indicateurs d’état de santé et indicateurs de violences subies mais aussi d’étudier des processus.

Annonce

Appel à contributions pour le n° 6 (parution au 1er semestre 2020)

Coordination

Numéro coordonné par Elizabeth Brown, Université Paris 1, et Claire Scodellaro, INED

Argumentaire

L’impact des violences subies sur la santé physique et psychique des personnes est une question sociale récurrente, en matière de bien-être et de participation à la vie sociale comme pour les questions financières. En sens inverse, les personnes ayant une santé fragilisée par une maladie chronique et les personnes en situation de handicap sont des cibles privilégiées de violences dans les espaces privés comme dans les espaces publics. En France par exemple, de nombreux articles fondés sur l’exploitation de grandes enquêtes statistiques [1] ont traité des effets des violences, mais en se limitant souvent aux violences physiques et sexuelles, parce que seuls les faits de cette nature étaient inclus dans le questionnement ou parce que l’importance des violences verbales, psychologiques ou économiques, était méconnue ou minimisée. Cependant la fréquence et l’accumulation de telles atteintes peuvent aussi affecter la santé, de manière directe ou de manière indirecte, via notamment l’impact des violences sur les trajectoires sociales. Quelles sont les médiations qui s’opèrent entre exposition aux violences et problèmes de santé, que leur rôle soit protecteur ou au contraire néfaste ? La notion de vulnérabilité permet-elle d’éclairer l’impact des violences sur la santé ?

Quant aux études de l’exposition aux violences des personnes en situation de handicap, elles concernent rarement la France ou sont basées sur des données non représentatives. L’enjeu principal est donc de combler le manque d’information. Les données disponibles mettent-elles en évidence une surexposition à des violences spécifiques, ou pour des sous-groupes, à l’intersection de la situation de handicap et du genre par exemple ? Conceptualiser en termes de population vulnérable ou de situation de vulnérabilité permet-il de mieux éclairer les processus à l’œuvre dans l’exposition aux violences ? Au-delà d’une relation causale univoque, l’exposition aux violences et les problèmes de santé ou situation de handicap s’alimentent-ils ? C’est à ces interactions entre violences subies et état de santé qu’est dédié le numéro 6 de la revue Populations Vulnérables. Les articles proposés seront fondés sur l’analyse de données quantitatives permettant non seulement d’établir des corrélations entre indicateurs d’état de santé et indicateurs de violences subies mais aussi d’étudier des processus.

Modalités de soumission

Les propositions d'articles (1 à 2 pages avec la problématique, la méthodologie et le plan de l'article) sont à envoyer aux deux coordonnatrices

pour le 10 décembre 2018

à claire.scodellaro@univ-paris1.fr et elisabeth.brown@univ-paris1.fr.

Deux étapes :

  • sélection des propositions d'articles et réponse aux auteurs : 10 janvier 2019.
  • les articles (maximum 45 000 signes) seront attendus au plus tard le 15 mars 2019. (Ils feront ensuite l'objet d'une évaluation par les pairs.)

Les consignes de rédaction et de présentation sont téléchargeables ici. Le formulaire de cession de droits en vue de la publication est disponible ici. La composition du comité de rédaction est disponible ici.

Comité de rédaction

  • Jimmy Armoogum, chargé de recherche à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR)
  • Elizabeth Brown, maîtresse de conférences honoraire à l’Institut de démographie de l’université Paris 1 (IDUP)
  • Philippe Cordazzo, professeur à l'université de Strasbourg (SAGE - UMR 7363 / IDUS)
  • Virginie De Luca Barruse, professeure et directrice de l’Institut de démographie de l’université Paris 1 (IDUP)
  • Virginie Dejoux, maîtresse de conférences à l’université de Bourgogne (CGC - UMR 7366)
  • Maryse Gaimard, professeure à l’université de Bourgogne (CGC - UMR 7366)
  • Yara Makdessi, responsable du pôle données sociales au Conseil national de l'information statistique (CNIS)
  • Lucy Marquet, maitresse de conférence à l’université Lille 1 (CLERSÉ - UMR 8019)
  • Nicolas Rebière, maître de conférences à l’Institut de démographie de l’université de Bordeaux

[1] Pour ne citer que les principales et les plus récentes : Enquête nationale sur les violences envers les femmes (CRIDUP, 2000), Baromètre Santé (2000), Contexte de la sexualité en France (INED, INSEE, 2006), Événements de vie et Santé (DREES, 2006), Escapad (OFDT), Conditions de vie et sécurité (INSEE et ONDRP, annuelle).

Lieux

  • Centre Georges Chevrier - UMR 7366
    Dijon, France (21)

Dates

  • lundi 10 décembre 2018

Mots-clés

  • violence, santé, handicap, vulnérabilité, démographie

Contacts

  • Claire Scodellaro
    courriel : claire [dot] scodellaro [at] univ-paris1 [dot] fr
  • Elizabeth Brown
    courriel : elisabeth [dot] brown [at] univ-paris1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • David Valageas
    courriel : david [dot] valageas [at] u-bourgogne [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Violences et santé : des vulnérabilités réciproques ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 07 novembre 2018, https://calenda.org/502005

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal