AccueilRobert Klein

Robert Klein

une histoire de l'art à contretemps

*  *  *

Publié le lundi 05 novembre 2018 par Elsa Zotian

Résumé

À l’occasion de la célébration du centième anniversaire de la naissance de Robert Klein (1918-2018), historiens de l’art, historiens et philosophes se réunissent pour reconsidérer les travaux publiés et les inédits de l’un des historiens de l’art les plus savants et inventifs du XXe siècle. La question de la définition de son positionnement historiographique, critique et théorique, ainsi que de son apport à l’histoire de l’art et à la philosophie sera au cœur de ce colloque. À ce jour aucune manifestation scientifique n’a été consacrée à Robert Klein, et ses études ne sont que trop rarement commentées. Sa mort tragique à Florence en 1967 et la disparition consécutive d’une grande partie de ses manuscrits (mémoire sur Ars et technè de Platon à Giordano Bruno ; thèse sur L’esthétique de la technè au XVIe siècle ; étude sur Les tarots dits de Mantegna, essai sur La responsabilité…) ne sont probablement pas étrangers à cette éclipse partielle. La redécouverte récente de ses archives déposées à la bibliothèque de l’Institut national de l'histoire de l'art en 2013 permet de rompre avec cette fatalité.

Annonce

Argumentaire

À l’occasion de la célébration du 100e anniversaire de la naissance de Robert Klein (1918-2018), historiens de l’art, historiens et philosophes se réunissent pour reconsidérer les travaux publiés et les inédits de l’un des historiens de l’art les plus savants et inventifs du XXe siècle. La question de la définition de son positionnement historiographique, critique et théorique, ainsi que de son apport à l’histoire de l’art et à la philosophie sera au cœur de ce colloque.À ce jour aucune manifestation scientifique n’a été consacrée à Robert Klein, et ses études ne sont que trop rarement commentées. Sa mort tragique à Florence en 1967 et la disparition consécutive d’une grande partie de ses manuscrits (mémoire sur Ars et technè de Platon à Giordano Bruno ; thèse sur L’esthétique de la technè au XVIe siècle ; étude sur Les tarots dits de Mantegna, essai sur La responsabilité…) ne sont probablement pas étrangers à cette éclipse partielle.La redécouverte récente de ses archives déposées à la bibliothèque de l’INHA en 2013 permet de rompre avec cette fatalité. Non seulement les documents retrouvés modifient substantiellement l’ampleur et les contours de son œuvre, mais leur examen montre que cette part inconnue des travaux de Klein aurait probablement été de nature à changer le cours des études sur l’art de la Renaissance si elle avait été connue plus tôt. La réception de la récente publication de sa thèse inédite L’esthétique de la technè (Paris, INHA, 2017) le laisse en tout cas supposer. Le pan aristotélicien de l’art de la Renaissance mis en évidence par Klein dans son ouvrage permet en effet de rééquilibrer et de complexifier notre vision de cette période artistique trop souvent indexée, sur le plan philosophique, au retour du platonisme (Panofsky, Wind, Chastel…). On comprendra, dès lors, qu’il soit nécessaire de se pencher, à nouveau, sur son œuvre.

Les rendez-vous parisiens se poursuivront à Florence les 8 et 9 novembre lors d’un colloque organisé par le Centre André Chastel/Sorbonne Université, The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies (Villa I Tatti) et le Kunsthistorisches Institut in Florenz.

Programme

INHA, salle Vasari (2e étage) 9h-17h00

  • 9h00  Accueil des participants
  • 9h30  Introduction par Jérémie Koering, France Nerlich et Henri Zerner

Session 1 – Concepts

Présidence : Carole Maigné (Université de Lausanne)

  • 10h00  Andrea Cavalletti (Università degli Studi di Verona), Penser l’habitus avec Robert Klein
  • 10h30  Claudia Cieri Via (Sapienza Università di Roma), “Beauté Formelle”. Réflexions d'après les Archives de Robert Klein
  • 11h Discussion
  • 11h15  Pause

Session 2 – Attitudes

Présidence : Patricia Falguières (EHESS)

  • 11h30  Francesca Alberti (Université de Tours), Vers une théorie du rire, la tentative de Robert Klein
  • 12h00  Sefy Hendler (Tel Aviv University), « La difficulté comme noblesse » : Robert Klein et le paragone
  • 12h30  Discussion
  • Déjeuner

Session 3 – Spiritus phantasticus

Présidence : Philippe Morel (Université Paris 1)

  • 14h00  Florian Métral (Université Paris 1), Pour une « esthétique “artisanale” de la Création ». Klein et le topos du deus artifex
  • 14h30  David Zagoury (Bibliotheca Hertziana – Max Planck Institut für Kunstgeschichte), Vêtement de l'âme, esprit migrateur : Klein et l'imagination
  • 15h00  Ulrich Pfisterer (Zentralinstitut für Kunstgeschichte), Witching Hour. Robert Klein and the Renaissance of Spirits
  • 15h30  Discussion
  • 15h45  Pause

Session 4 – Positionnement historiographique

Présidence : Alina Payne (Harvard University/Villa I Tatti)

  • 16h00  François-René Martin (ENSBA/École du Louvre), Robert Klein lecteur de Burckhardt
  • 16h30  Andreas Beyer (Universität Basel), Pourquoi le maniérisme ? De Gustav René Hocke à John Shearman, à travers Robert Klein

17h00  Débat conclusif

Conférence de clôture

6 novembre, 18h, Auditorium de l’INHA

Lieux

  • Galerie Colbert, Auditorium - INHA 2, rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • mardi 06 novembre 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • technè, maniérisme, Renaissance, aristote

Contacts

  • Jérémie Koering
    courriel : gaslanoff [at] sorbonne-universite [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Grégoire Aslanoff
    courriel : gaslanoff [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Robert Klein », Colloque, Calenda, Publié le lundi 05 novembre 2018, https://calenda.org/504859

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal