AccueilCapitales européennes et industries culturelles depuis 1945 (2018-2019)

*  *  *

Publié le mardi 04 décembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Ce séminaire qui explore la vie culturelle et les politiques culturelles de quatre capitales européennes, Berlin, Londres, Madrid, Paris depuis 1945, consacre sa quatrième édition à l’étude de la diversité culturelle, en partenariat avec le Musée national de l’histoire de l’immigration et le Comité d’histoire du ministère de la Culture, le CHS du XXe siècle Paris 1, l’ICEE Paris 3 et Sciences Po Bordeaux.

Annonce

Argumentaire

Métropoles européennes, pôles d’attractivité majeurs des migrations

Les capitales européennes sont des territoires qui ont toujours attiré les populations. Foyers économiques, politico-administratifs majeurs, au rayonnement international ancien, nœuds de communication, leur ouverture internationale depuis 1945 n’a cessé de se renforcer. Des facteurs politiques tels que la décolonisation des empires européens, les guerres incessantes sur l’ensemble de la planète, les persécutions liées aux régimes dictatoriaux, les inégalités de développement ont poussé de nombreuses populations vers les capitales européennes. Celles venues des pays du Sud, mais aussi de l’Est de l’Europe ont été attirées par des territoires susceptibles d’offrir des opportunités de formation, d’emploi et de liberté. Les quatre capitales considérées sont ainsi marquées au sceau de la diversité culturelle. La notion de diversité est ici prise dans son sens premier de pluralité des cultures afin  d’examiner le contact entre les différentes cultures sur des territoires où  les apports migratoires ont été continus. La diversité culturelle présente des tonalités différentes suivant les capitales. Certaines, comme Londres et Paris, ont connu depuis la Seconde Guerre mondiale des migrations venues de leurs empires coloniaux respectifs. Leur chronologie est déterminée par la décolonisation, les politiques migratoires, flexibles ou volontaristes pendant les Trente Glorieuses, plus restrictives ensuite. Ces capitales sont également tributaires de l’histoire et de la proximité pour d’autres raisons ; on pense à l’immigration turque à Berlin, ou à celle issue du continent africain à Madrid. On songe à la position de Berlin au cœur de la Guerre froide, à l’attractivité de Berlin Ouest pour tous ceux qui ont voulu fuir le communisme, au Madrid de l’après-franquisme et aux exilés d’Amérique du Sud. La crise migratoire depuis les années 2010 a encore complexifié la donne.

Réception dans les sociétés d’accueil

A travers cinq thématiques artistiques et littéraires ce séminaire se fixe pour objectif d’examiner les transferts culturels qui se sont opérés dans ces villes-capitales, les lieux, les hommes, les vecteurs de communication (les flux migratoires ne sont pas les seuls moteurs à prendre en compte), les principales institutions qui les ont portés. Il est probable que des phénomènes d’institutionnalisation soient mis en exergue. Les enjeux de ces pratiques culturelles et artistiques (ap)portées par les migrants et leurs descendants sont de l’ordre de la visibilité, de la reconnaissance, de la légitimité et de la valorisation en tant que ressources ou patrimoines participant à la fabrique culturelle des métropoles. Le politique a bien entendu sa part dans l’évolution. Il est vraisemblable que ces contacts culturels ont pu susciter des résistances ou au contraire une adhésion plus ou moins rapide de la part des sociétés d’accueil. Des spécificités sont sans aucun doute identifiables selon les territoires et les moments, témoignant d’une réceptivité différentielle. La reconnaissance progressive de la diversité culturelle par les instances politiques des divers territoires, par l’union européenne et l’UNESCO offrira quelques repères chronologiques intéressants et devrait enrichir l’approche comparative.

Les migrants, acteurs culturels

Au-delà des formes de réception de ces transferts dans les métropoles, le séminaire analysera les contributions, les apports et les redéfinitions des dynamiques culturelles et artistiques liées à la présence de ces migrations. Il s’agit d’observer les modalités d’hybridation, mais aussi les créativités et les innovations qui émergent à l’initiative des migrants. Leur activisme culturel pouvant mener à un véritable engagement. Les co-productions collectives de nouvelles pratiques issues des transferts culturels, les trajectoires d’artistes, les engagements de leaders ayant donné un sens politique – visibilité, revendication de droits, résistance contre le racisme etc., seront mis en regard des conditions ou des freins qui se déploient dans ces métropoles autour de leur présence pour pérenniser, accompagner ou non ces émergences.

Tous les secteurs culturels ne pourront ici être traités, des choix ont été faits, suffisamment larges pour tenter de mesurer les rythmes et les facteurs déterminants des transferts culturels. Au final, sans doute verra-t-on apparaître des phénomènes de métissages culturels, d’hybridation sur des territoires pris depuis la fin du XXe siècle dans la globalisation.

Programme

Jeudi 6 décembre 2018 – 14h-16h

Séance n°1 – Arts plastiques et diversité dans les capitales européennes depuis 1945

Cette séance s’inscrit dans le cadre de l’exposition « Persona Grata »organisée par le MNHI et MacVal d’octobre 2018 à janvier 2019.

Intervenants :

  • Maureen Murphy, maîtresse de conférences en Histoire de l’art, Université Paris 1 "La présence d’Ernest Mancoba (sud-africain), Mohamed Khadda (Algérien), et Iba N’Diaye (Sénégalais) dans les années 1950-1960 à Paris."
  • Thibaut de Ruyter, architecte, critique et commissaire d’expositions. Correspondant à Berlin d’ArtPress, Il Giornale dell’Architettura, Particules, Fucking Good ArtFrieze d/e "Berlin-Bohème et après (1989-2018) ?"

Jeudi 7 février 2019 – 14h-16h

Séance n°2 – Patrimoine et mémoire de l’immigration dans les capitales européennes depuis 1945

Intervenants:

  • Evelyne Ribert, sociologue, chargée de recherche au CNRS, membre de L’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain "Les mémoires des migrations espagnoles en région parisienne, l’exemple de la Plaine Saint-Denis."

Jeudi 14 mars 2019 – 14h-16h

Séance n°3 – Arts du spectacle et diversité culturelle dans les capitales européennes depuis 1945

Intervenants:

  • Magali Dumousseau-Lesquer, maître de conférences à l’université d’Avignon (EA 4277 ICTT – Laboratoire Identité Culturelle, Textes et Théâtralité)"« Madrid est un creuset de cultures », Pablo Pérez Mínguez. Les processus d’amnésie, d’assimilation et de réappropriation dans les productions artistiques du Madrid de l’après-franquisme, du Rrollo underground à la Movida".
  • Lionel Arnaud, professeur en sociologie – Sciences Po Toulouse, membre du Laboratoire des sciences sociales du politique "Une comparaison franco-britannique : « Le carnaval de Notting Hill, 1958-2008 »".

Jeudi 18 avril 2019 – 14h-16h

Séance n°4 – Langue (s) et littérature (s) de l’exil dans les capitales européennes depuis 1945

Cette séance s’inscrit dans le cadre du Prix littéraire de l’exil du MNHI

Intervenants:

  • Kaoutar Harchi, écrivaine, chercheure post-doctorante en sociologie au Labex CAP, visiting professor à NYU "Écrivains maghrébins et littérature francophone à Paris".
  • Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone – Bibliothèque nationale de France "Hybridation culturelle et migrations littéraires autour de Londres".
  • Myriam Geiser, maîtresse de conférences à l’université de Grenoble – Institut des langues et cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie "Parcours d’écrivains germano-turcs à Berlin".

Jeudi 20 juin 2019 – 14h-16h

Séance n°5 – Musique et diversiculturelle dans les capitales européennes depuis 1945

Intervenants:

  • Malcolm James, senior lecturer in Media et Cultural studies, Associate Director au Sussex Centre for Cultural Studies
  • Myrtille Picaud, sociologue, post-doctorante – CNRS Chaire Paris Sciences et Lettres "Devenir, redevenir ou rester une capitale musicale ? Petite histoire des espaces musicaux de Paris et Berlin aujourd’hui".
  • Angéline Escafre-Dublet, maîtresse de conférences en Science politique à l’Université Lyon-2 "S’approprier la ville. Musique et migrations à Paris et à Londres, 1962-1989".

Inscriptions

Inscription libre et gratuite, dans la limite des places disponibles, en remplissant ce formulaire.

Ce séminaire est sous la direction de Françoise Taliano-des Garets, professeure d’Histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, CHS du XXe siècle Paris 1, en collaboration avec Laurent Martin, professeur d’Histoire contemporaine à l’université Paris 3, ICEE.

Catégories

Lieux

  • Musée national de l’Histoire et de l’Immigration - 293 Avenue Daumesnil
    Paris, France (75012)

Dates

  • jeudi 06 décembre 2018
  • jeudi 07 février 2019
  • jeudi 14 mars 2019
  • jeudi 18 avril 2019
  • jeudi 20 juin 2019

Mots-clés

  • diversité culturelle, industrie culturelle

Contacts

  • Comité d'histoire du ministère de la Culture
    courriel : comitehistoire [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Source de l'information

  • Agathe de Legge
    courriel : agathe [dot] de-legge [at] culture [dot] gouv [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Capitales européennes et industries culturelles depuis 1945 (2018-2019) », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 04 décembre 2018, https://calenda.org/529088

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal