AccueilTravail social et développement social urbain

Travail social et développement social urbain

Social work and urban social development

5ème journée internationale - 20 au 21 juin 2019 à Muttenz

5th international conference - 20-21 June 2019 in Muttenz

*  *  *

Publié le jeudi 03 janvier 2019 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le colloque souhaite se concentrer sur le thème des quartiers défavorisés et de leur signification pour le développement urbain et le travail social. En arrière-plan, il s’agira de repenser les processus de transformation urbaine actuelle. Puisque le traitement de cette thématique est fortement dépendant des pays et des régions dans laquelle il se déploie, il est essentiel de la discuter de manière transnationale afin de mettre en perspective les points communs et les différences qui émergent de chaque expérience locale. Dans cette perspective, nous avons décidé d’organiser ce 5e colloque « travail social et développement urbain » conjointement avec le projet européen MARGE. MARGE (www.marge-trinational.eu)  s’inscrit dans le cadre du financement européen Interreg V Rhin supérieur et d’un financement de la fédération et des cantons suisses ainsi que de l’ensemble des 36 partenaires du projet. Ce projet est mené par une équipe de l’école Supérieure européenne en Intervention sociale de Strasbourg (ESEIS), de la katholische Hochschule de Freiburg et de la FHNW de Bâle.

Annonce

Argumentaire

Depuis toujours les villes ont produits des quartiers défavorisés et marginalisés. Manifestation spatiale des inégalités sociales, ces quartiers manifestent des processus et des structures sociales qui s’expriment autant dans la vie quotidienne que dans l’habitat. Depuis le 19e siècle, de nombreuses études se confrontent à ces inégalités et aux projets alternatifs de société et de développement social urbain. On pense bien sûr aux penseurs du socialisme utopique tels que Charles Fourier ou Robert Owen. La première recherche empirique marquante est peut-être celle de Engels sur « La situation de la classe laborieuse en Angleterre ». D’autres contributions importantes viennent des pionniers de la sociologie et du travail social comme Max Weber, Georg Simmel, Robert Park ou Jane Addams. Ces œuvres posent les bases des réflexions sur le développement urbain, mais nécessitent aujourd’hui de nouvelles approches qui prennent en considération les changements sociaux actuels.

Il est évident que les débats autour de la question des « quartiers » défavorisés ou marginalisés s’appuient sur des réalités sociales complexes, certes empiriquement fondées, mais sur lesquelles prennent appui des discours alarmistes ne focalisant leur attention que sur les aspects les plus négatifs.  Cette construction du « problème représenté par les quartiers » explique très certainement que les diagnostics territoriaux, les politiques publiques ainsi que l’intervention des travailleurs sociaux diffèrent fortement d’un lieu et d’une époque à une autre.  Malgré cette diversité, les quartiers restent généralement considérés comme problématiques voir même comme des « menaces » nécessitant des transformations importantes. Cette préoccupation vis-à-vis des quartiers est à l’origine des programmes spécifiques mis en œuvre par les États et les acteurs locaux : citons en exemple le programme soziale Stadt en Allemagne, le programme « projets urbains » en Suisse et la « politique de la ville » en France.

Problématique du colloque

Ces quelques considérations introductives situent le thème de ce colloque au cœur d’un contexte sociopolitique brulant. Le choix de ce thème est d’autant plus important que les quartiers marginalisés sont traités de manière particulièrement hétérogène (c’est-à-dire partiellement et partialement) et qu’ainsi les réflexions théoriques ainsi que les pratiques des professionnels dans ces quartiers restent largement invisibles.

De nombreuses questions se posent alors :  comment se manifestent aujourd’hui et comment se manifesteront à l’avenir les inégalités sociales et spatiales ? Quels effets voulus, mais aussi non désirés sont produits par ces programmes nationaux sur les quartiers eux-mêmes ? Aujourd’hui La pratique interdisciplinaire du développement social nécessite un savoir théoriquement et empiriquement ancré tout autant que la science nécessite l’expérience du terrain pour ses réflexions théoriques. Dès lors, il nous semble tout à fait opportun d’inscrire la question des quartiers marginalisés à l’agenda de ce colloque.

Ces quelques considérations nous amènent à focaliser notre attention sur les différences régionales et nationales qui impactent les quartiers. Chaque pays, chaque ville développe des stratégies, des approches et des mesures spécifiques pour ses quartiers. Quel que soit ces différences, le travail social occupe toujours une place centrale dans l’ensemble de ces dispositifs. Cette position particulière questionne d’une part les orientations et l’éthique d’une profession de son contexte local et institutionnel et d’autre part elle questionne les coopérations avec les autres acteurs et professions des quartiers (les administrations et les autres acteurs), entre autres avec l’architecture pour lequel ces quartiers restent une thématique marginale.

D’autre part, l’ensemble des acteurs impliqués dans les quartiers et dans le développement urbain ont toujours été confrontés de manière directe ou indirecte aux questions posées par la marginalité des groupes et des quartiers dans lesquelles ils travaillent. Ces questions nécessitent toujours une réflexion critique sur les processus de planification urbaine.

Objectifs du colloque

Le colloque souhaite se concentrer sur le thème des quartiers défavorisés et de leur signification pour le développement urbain et le travail social. En arrière-plan, il s’agira de repenser les processus de transformation urbaine actuelle. Puisque le traitement de cette thématique est fortement dépendant des pays et des régions dans laquelle il se déploie, il est essentiel de la discuter de manière transnationale afin de mettre en perspective les points communs et les différences qui émergent de chaque expérience locale. Dans cette perspective, nous avons décidé d’organiser ce 5e colloque « travail social et développement urbain » conjointement avec le projet européen MARGE. MARGE (www.marge-trinational.eu)  s’inscrit dans le cadre du financement européen Interreg V Rhin supérieur et d’un financement de la fédération et des cantons suisses ainsi que de l’ensemble des 36 partenaires du projet. Ce projet est mené par une équipe de l’école Supérieure européenne en Intervention sociale de Strasbourg (ESEIS), de la katholische Hochschule de Freiburg et de la FHNW de Bâle. Cette ouverture internationale est donc aussi une ouverture linguistique vers le français ce qui constitue une nouveauté et une expérimentation pour notre colloque.

Comme pour les colloques précédents, les conférences, les excursions et les ateliers permettront d’approfondir la thématique des quartiers marginalisés d’un point de vue transnational et transdisciplinaire.

Public cible

La journée s’adresse à l’ensemble des personnes intéressées par le développement urbain et le développement de quartier (travailleurs sociaux, chercheurs, administrations…) ainsi qu’aux professionnels des disciplines du travail social, de l’architecture, de l’urbanisme, de la géographie, de la planification, de l’administration, de la sociologie, de l’économie ou de l’ar

Programme

Jeudi 20 juin 2019 sur le campus de la FHNW à Muttenz (près de Bâle),

Hofackerstrasse 30

À partir de 08.30 : Inscription, café et information

09.30-10.00 : Introduction au colloque                               

Prof. Dr. Matthias Drilling, Jutta Guhl, Prof. Carlo Fabian, Sandra Janett, M.A., Dr. Bruno Michon, Dr. Patrick Oehler

Conférence plénière (Traduction simultanée en français et en allemand) 

10.00 – 10.45 : Les quartiers marginalisés – un défi pour la politique urbaine et le travail social Prof. Dr. Martin Kronauer, Professor für Strukturwandel und Wohlfahrtsstaat in internationaler Perspektive, Ecole supérieure en économie et en droit, Berlin

10.45 – 11.15 : Pause

11.15 – 12.00 : Conditions, possibilités et limites de la participation et du pouvoir d’agir Prof. Dr. Marie-Hélène Bacqué, professeure d’études urbaines à l'Université Paris Ouest

12.15 – 13.30 : Déjeuner ou Lunch sur la route des excursions

À partir de 13.4 : Excursion (en France, Allemagne, Suisse)

« Plusieurs quartiers en un » - à la découverte des multiples facettes du quartier Breite

 Le Breite est un quartier d’habitat culturellement mixte qui se situe à l’est de la ville de Bâle. Il conserve son caractère populaire de son passé industriel dans la soie. L’excursion permettra de découvrir un quartier (encore) peu connu et d’échanger avec les responsables des institutions du quartier en charge du bien vivre-ensemble.

Soirée festive

À partir de 18.30 : Apéritif et dîner à Bâle; Restaurant Klingeli, Klingenthal 20, 4058 Bâle

Vendredi 21 juin 2019 sur le campus de la FHNW à Muttenz (près de Bâle) Hofackerstrasse 30

08.45 – 09.15 : Café et information 

Ateliers 

09.15 – 12.30 : Ateliers (30 minutes de pause)

12.30 – 13.45 : Déjeuner

14.00 – 14.45 : De l’usage de l’échange transfrontalier pour les professionnels et les acteurs locaux des quartiers populaire :

Présentation des résultats du projet Marge par Prof. Dr. Martin Becker, Katholische Hochschule Freiburg, Jutta Guhl, Fachhochschule Nordwestschweiz Muttenz et  Dr. Bruno Michon, École Supérieure Européenne de l’Intervention Sociale Strasbourg

14.45 – 15.00 : Conclusion et perspectives

Appel à communication pour les ateliers

Modalités de soumission

Une description des ateliers sera accessible sur le site du colloque www.tagung-stadtentwicklung.ch

L’appel à contribution pour les ateliers se trouve à la fin du flyer et sur le site du colloque www.tagung-stadtentwicklung.ch. Les réponses sont attendues jusqu’au 31 janvier 2019 et à transmettre à patrick.oehler@fhnw.ch

Pour le deuxième jour de la conférence, le vendredi 21 juin 2019, plusieurs ateliers se tiendront en parallèle. Ces ateliers se tiendront en allemand, en français ou dans les deux langues (avec traduction consécutive).

Un animateur coordonnera chaque atelier qui aura une durée de 3 heures et 15 minutes. (de 9h15 à 12h30 avec 30 minutes de pause). Au maximum 4 présentations par atelier seront retenues de 15 à 20 minutes chacune. Le temps restant sera consacré à l’échange et à la discussion. 

Nous souhaitons alterner les communications scientifiques et les présentations d’expérience de terrain, de projets, de développement de concepts issus du terrain dans ces ateliers. Vous êtes par conséquent invité à nous envoyer vos propositions en allemand ou en français.

Chaque proposition devra contenir les éléments suivants :

  • Nom du ou des présentateurs
  • Titre de la communication
  • Organisation
  • résumé de 300 mots max.
  • Mots clés
  • Langue dans laquelle se tiendra la communication.

Dates

  • jeudi 31 janvier 2019

Mots-clés

  • france, allemagne, suisse, meinau, port du rhin, kehl.

Contacts

  • karin lundsgaard
    courriel : karin [dot] lundsgaard [at] fhnw [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • karin lundsgaard
    courriel : karin [dot] lundsgaard [at] fhnw [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Travail social et développement social urbain », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 03 janvier 2019, https://calenda.org/532525

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal