AccueilHorizons épistolaires

Horizons épistolaires

Epistolary horizons

*  *  *

Publié le lundi 21 janvier 2019 par Céline Guilleux

Résumé

Roger de Bussy-Rabutin (1618-1693) a esquissé son oeuvre littéraire en marge de sa carrière militaire, mais si son Histoire amoureuse des Gaules a ruiné ses ambitions, il s'est imposé comme l'un des maîtres de l'épistolaire sous Louis XIV. Or, en redécouvrant l'écrivain, les XIXe et XXsiècles ont privilégié le mémorialiste, plus coforme à leur représentation d'un grand seigneur exilé. C'est pourquoi la Société des amis de Bussy-Rabutin a décidé de consacrer la journée d'étude qu'elle organise avec le Cerec aux horizons épistolaires de Bussy-Rabutin, afin de réperer sa pratique et son apport en les comparant à ceux de se scontemporains et en les resituant dans l'histoire sociale et littéraire.

Annonce

Journée d'étude organisée par la Société des amis de Bussy-Rabutin et le Centre de recherche sur l’Europe classique

Argumentaire

Si Bussy-Rabutin est d’abord connu pour son Histoire amoureuse des Gaules, il est au moins autant épistolier que romancier. Il a en effet puissamment contribué à façonner l’écriture épistolaire, et ses lettres témoignent de sa capacité à faire partager des usages auxquels il était attaché, tels que la composition en articles, ainsi que son habileté à renouveler des exercices convenus, comme les lettres de compliment. Aussi a-t-il très vite trouvé place dans les anthologies. Cependant, autant qu’à l’élégance de son style, ses contemporains ont d’abord été sensibles à sa nouveauté. Car il a également profondément renouvelé le genre, en jouant de la diversité des thèmes des scripteurs et des destinataires – c’est par ce moyen qu’il a révélé deux grandes épistolières, Mme de Sévigné, sa cousine, et Mme de Scudéry, son amie. Plus encore, il a su déplacer les frontières de l’épistolaire, en insérant des pastiches de lettres dans son roman satirique, en allant jusqu’à composer sous forme épistolaire la Suite de ses Mémoires, ou en donnant à ses discours académiques la forme de lettres. Enfin, il a poursuivi son exploration de l’épistolaire en devenant le premier traducteur des lettres d’Héloïse et d’Abélard… Cependant, par un curieux retournement, ses lecteurs ont découvert ses lettres comme si elles avaient été composées pour des recueils spécialisés, au point que certaines ont été réputées n’avoir eu d’existence que littéraire…

Aussi la Société des amis de Bussy-Rabutin consacrera-t-elle aux Horizons épistolaires la journée d’étude qu’elle organise avec le Centre de recherche sur l’Europe classique (EA 4593 Clare, Université Bordeaux Montaigne) au château de Bussy-Rabutin le samedi 7 septembre 2019.

Les propositions de communication pourront porter sur la forme épistolaire dans l’œuvre de Bussy-Rabutin ou de ses contemporain(e)s en s’attachant à repérer leurs usages, leurs éventuelles innovations, leur réception.

Elles pourront par exemple s’interroger sur la participation des correspondants à l’élaboration de l’œuvre : sur l’image qu’elle renvoie des cercles de  sociabilité ? Les échanges témoignent-ils d’une diffusion des usages de Bussy-Rabutin qu’ils soient rhétoriques ou poétiques (ses techniques d’assemblage) ?

Des comparaisons avec des épistoliers contemporains, en commençant par Mme de Sévigné, marquent-elles la singularité ou les limites de son talent ? La réflexion sur l’art de l’assemblage trouvera de nouvelles applications dans les recueils tirés par l’auteur de la Suite des Mémoires (correspondance Bussy-Sévigné, lettres au roi…), comme dans les missives qui sont annexées à celle-ci.

Pourront également être interrogées les modalités de publication, de diffusion et de réception des missives ou de l’œuvre épistolaire. Comment les lettres des épistoliers du XVIIe siècle témoignent-elles des realia de la correspondance ? Comment repérer la circulation des lettres, est-il possible d’inventorier les anthologies qui en incluent ?

On pourra interroger les phénomènes de  réception de l’œuvre. Le rythme des rééditions est-il significatif et en quoi l’épistolier, chez Bussy-Rabutin, a-t-il souffert de la renommée du romancier et de la gloire de sa cousine Sévigné ? Enfin, comment l’inscrire dans l’histoire littéraire, quels termes de comparaison retenir (Voiture, qu’il cite, Guilleragues, qu’il commente ?), et des auteurs contemporains ou postérieurs (Guez de Balzac, Voltaire) ont-ils construit semblable position ?

Modalités de soumission

Les communications, d’une durée de vingt-cinq minutes, feront l’objet d’une publication dans Rabutinages, la revue de la Société, avant le 31 décembre 2019. Les propositions sont à adresser

avant le 12 mai 2019

à :

  • Christophe Blanquie (Société des amis de Bussy-Rabutin) ch.blanquie@outlook.com
  • Myriam Tsimbidy (CEREC/EA 4593 CLARE) myriam.tsimbidy@u-bordeaux-montaigne.fr

La sélection sera assurée par Myriam Tsimbidy et Christophe Blanquie

Lieux

  • 12 rue du Château
    Bussy-le-Grand, France (21150)

Dates

  • dimanche 12 mai 2019

Mots-clés

  • œuvre épistolaire, correspondance, poste, publication, Bussy-Rabutin, Sévigné, XVIIe

Contacts

  • Christophe Blanquie
    courriel : ch [dot] blanquie [at] outlook [dot] com
  • Myriam Tsimbidy
    courriel : myriam [dot] tsimbidy [at] u-bordeaux-montaigne [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Christophe Blanquie
    courriel : ch [dot] blanquie [at] outlook [dot] com

Pour citer cette annonce

« Horizons épistolaires », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 21 janvier 2019, https://calenda.org/545506

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal