AccueilL’héritage de Michel Foucault : pour une histoire des processus disciplinaires et des épistémologies « indisciplinées » aux États-Unis

L’héritage de Michel Foucault : pour une histoire des processus disciplinaires et des épistémologies « indisciplinées » aux États-Unis

Michel Foucault’s legacy: towards an understanding of disciplinary processes and undisciplined epistemologies in the US

*  *  *

Publié le mercredi 16 janvier 2019 par Céline Guilleux

Résumé

Bien que les travaux de Michel Foucault ne fassent que peu référence aux États-Unis et qu’ils se fondent sur une démarche relativement « anti-disciplinaire », de nombreux·ses historien·nes, politologues et sociologues s’en sont emparé·e·s depuis les années 1990 afin d’analyser une multiplicité de processus disciplinaires à l’oeuvre aux États-Unis. Cet atelier s’attachera à souligner ce que les intuitions théoriques de Foucault peuvent apporter à la recherche sur les institutions américaines.

Annonce

Appel à communications de l'atelier 18 - « L’héritage de Michel Foucault :  pour une histoire des processus disciplinaires et des épistémologies ‘indisciplinées’ aux États-Unis », Congrès de l'AFEA, 21 au 24 mai 2019. 

Argumentaire

Bien que les travaux de Michel Foucault ne fassent que peu référence aux États-Unis et qu’ils se fondent sur une démarche relativement « anti-disciplinaire » (Megill 1987), de nombreux·ses historien·nes, politologues et sociologues s’en sont emparé.e.s depuis les années 1990 afin d’analyser une multiplicité de processus disciplinaires à l’oeuvre aux États-Unis. Cet atelier s’attachera à souligner ce que les intuitions théoriques de Foucault peuvent apporter à la recherche sur les institutions américaines. Des plantations aux hôpitaux, des prisons aux écoles (de nombreux établissements publics américains appliquent des techniques d’apprentissage skinneriennes, basées sur le renforcement et la punition) en passant par les centres de détention pour migrants et les «rituels de pouvoirs» de la vie quotidienne (surveillance des salariés, dépistages de drogue aléatoires sur leur lieu de travail, sexualité, etc.) : autant d’objets qui pourront être analysés dans leur dimension historique ou dans leur forme contemporaine, Foucault ayant eu pour ambition de produire une « histoire du temps présent ». 

Parallèlement, l’atelier interrogera les concepts d’indiscipline et de résistance. Dans le volume inaugural de son Histoire de la Sexualité (1976), Foucault exposait les différentes modalités d’émergence des mécanismes de résistance sociale, politique et même personnelle au sein des relations de pouvoir (p. 125). De la même manière, nous nous intéresserons aux formes que peut prendre / a pu prendre la résistance sociale ou politique aux États-Unis (mouvements sociaux, identitaires, etc.). Les propositions combinant le cadre théorique foucaldien avec une démarche empirique (ethnographie, observation participante, histoire sociale, etc.) seront privilégiées. Notre idée serait en effet de croiser les analyses de Foucault, Gramsci et d’autres travaux plus récents sur « l’agentivité » afin de mieux saisir l’évolution des relations de pouvoir au sein des institutions américaines. 

 Dernier axe de notre atelier : l’émergence d’épistémologies critiques en relation avec les travaux de Michel Foucault. On sait qu’après avoir donné une série de conférences à l’université Berkeley à la fin des années 1970, ce dernier a acquis une notoriété considérable dans les milieux progressistes américains. Ses textes ont été lus et étudiés par les fondateurs et fondatrices des départements d’études afro-américaines et d’études de genre qui se structuraient à la même époque sur divers campus américains (Boxer 2001 ; Caroline Rolland-Diamond 2012). Les contributions qui porteront sur l’histoire (et éventuellement l’avenir) de ces « épistémologies indisciplinées » aux États-Unis seront les bienvenues. 

Modalités de soumission

Les propositions (250 à 300 mots, français ou anglais) accompagnées d’une courte biographie sont à envoyer à Aurélie Godet (aurelie.godet@eila.univ-paris-diderot.fr) et Elodie Grossi (elodie.grossi@uvsq)

avant le 31 janvier 2019. 

Bibliographie 

  • Foucault, Michel, Histoire de la sexualité. Tome 1, La Volonté de Savoir, Paris, Gallimard, 
  • 1976. 
  • Boxer, Marilyn, «‘Women’s Studies’ aux États-Unis : trente ans de succès et de 
  • contestation », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés 13 (2001), pp. 211-238. 
  • Megill, Allan, « The Reception of Foucault by Historians », Journal of the History of Ideas 48: 
  • 1 (janvier-mars 1987), pp. 117-141. 
  • Rolland-Diamond, Caroline, « Sociohistoire des Black Studies Departments », IdeAs 2 (été 
  • 2012). URL : http://journals.openedition.org/ideas/266 

Lieux

  • Université de Nantes
    Nantes, France (44)

Dates

  • jeudi 31 janvier 2019

Mots-clés

  • Foucault, États-Unis, discipline, indiscipline, politique, résistance, genre, race, épistémologie, gender studies, ethnic studies

Contacts

  • Aurélie Godet
    courriel : aurelie [dot] godet [at] eila [dot] univ-paris-diderot [dot] fr
  • Elodie Grossi
    courriel : elodie [dot] grossi [at] uvsq [dot] fr

Source de l'information

  • Elodie Grossi
    courriel : elodie [dot] grossi [at] uvsq [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’héritage de Michel Foucault : pour une histoire des processus disciplinaires et des épistémologies « indisciplinées » aux États-Unis », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 16 janvier 2019, https://calenda.org/547771

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal