AccueilQualifier le racisme

Qualifier le racisme

Qualifying racism

*  *  *

Publié le jeudi 31 janvier 2019 par Céline Guilleux

Résumé

En dépit de son utilisation et de son invocation fréquentes, il n’y a pas d’accord sur ce que désigne le racisme. Ses usages sont variés et ont changé au cours du temps. Qu’a-t-on à l’esprit lorsqu’on parle de « racisme » et que l’on désigne une situation, un comportement ou un système comme « racistes » ? Quels sont les conflits d’interprétation, les malentendus, les dits et les non-dits que le terme génère ? Quelles possibilités d’action ouvre-t-il et quelles portes referme-t-il ? Quels sont les usages scientifiques faits de la notion de racisme et quelles sont les modalités d’opérationnalisation de ce concept pour les sciences humaines et sociales  ? Le colloque abordera cette question du (ou des) « racisme(s) » en réunissant des communications issues de toutes les disciplines en sciences humaines et sociales (sociologie, science politique, anthropologie, histoire, philosophie, droit, linguistique, etc.).

Annonce

Colloque organisé par le programme ANR « Global Race »

24-25 Juin 2019

Amphithéâtre Turing, Université Paris Diderot

Argumentaire

En dépit de son utilisation et de son invocation fréquentes, il n’y a pas d’accord sur ce que désigne le racisme. Ses usages sont variés et ont changé au cours du temps[1]. Ainsi, lorsque la référence au racisme se généralise dans les années 1920, c’est comme synonyme de doctrine raciale. Dans cette première acception, le racisme est l’attribut d’un discours explicite ou d’une pensée structurée ; il qualifie une théorie ou une idéologie. Toutefois, dès les années 1930 est attesté un second usage, selon lequel le racisme désigne une attitude d’hostilité à l’égard d’individus ou de groupes en raison de la « race » qui leur est attribuée (Garcia, 1996 ; Reynaud-Paligot, 2007). Il qualifie également un ensemble de jugements ou d’affects (Glasgow, 2009 ; Kelly, Faucher et Machery, 2010) ou bien encore un système ou un ordre social qui détermine les positions et chances de vie dans la société (Emirbayer et Desmond, 2015). En contrepoint aux travaux ayant abordé les « mots du racisme » (Derrida, 1987 ; Flem, 1984 ; Bonnafous, 1989 ; Treps, 2017), ce colloque entend questionner le terme même de « racisme » et revenir sur ses usages pluriels par les acteurs, les institutions et les chercheurs. Qu’a-t-on à l’esprit lorsqu’on parle de « racisme » et que l’on désigne une situation, un comportement ou un système comme « racistes » ? Quels sont les conflits d’interprétation, les malentendus, les dits et les non-dits que le terme génère ? Quelles possibilités d’action ouvre-t-il et quelles portes referme-t-il ? Quels sont les usages scientifiques faits de la notion de racisme et quelles sont les modalités d’opérationnalisation de ce concept pour les sciences humaines et sociales ?

Ce colloque abordera cette question du (ou des) « racisme(s) » en réunissant des communications issues de toutes les disciplines en sciences humaines et sociales (sociologie, science politique, anthropologie, histoire, philosophie, droit, linguistique, etc.) qui pourront s’articuler à l’un des 5 axes suivants :

Axe 1 - Se dire victime de racisme : prise de conscience et mobilisations collectives

Un premier axe pourra explorer la prise de conscience du racisme chez les personnes qui le subissent. Comment perçoit-on le racisme, au sens de narration d’une expérience, et dans quelles conditions se dit-on « victime » de racisme ? Comment ce statut de victime est-il subjectivement investi et comment le racisme est-il qualifié ? Dans quelles circonstances dénonce-t-on le racisme ? Dans quelles autres choisit-on de le taire ? Quels répertoires d’action les victimes ou plus généralement les sujets du racisme mobilisent-elles en conséquence (Eberhard, 2010 ; Dubet, Cousin, Macé et Rui 2013 ; Laplanche-Servigne, 2014 ; Lamont et al., 2016) ? On pourra s’interroger notamment sur les mobilisations collectives et les formes d’engagement que suscite l’expérience du racisme (Talpin et al., 2017).

Axe 2 - Les auteurs du racisme

Si les recherches se sont focalisées sur les processus d’ethnicisation et de raci(ali)sation (Bertheleu, 2007 ; Poiret, 2011) ainsi que sur celles et ceux qui les subissent, elles travaillent moins sur les auteurs du racisme. Comment les identifier ? La recherche d’individus porteurs d’une idéologie ou de pratiques racistes plus ou moins intentionnelles constitue l’une des pistes privilégiées. Quelles sont les caractéristiques sociodémographiques des auteurs du racisme et de quelles idéologies ou représentations du monde se réclament-ils ? Qu’est-ce qui caractérise un acte, un comportement ou un propos raciste (Amrous et Scherr, 2017) ? On peut s’interroger sur les dimensions objectives et subjectives du racisme (Mayer et Michelat, 2001), sur ses ressorts politiques et intellectuels, mais aussi sur sa dimension psychologique, symbolique, ordinaire, banale, voilée, voire non-intentionnelle (Memmi, 1982 ; Mayer, 1996 ; Hughey, 2007 ; Heyer et Reynaud-Paligot, 2017 ; Lentin, 2017). Comment répondent alors ceux qui sont accusés d’être racistes ? La valeur péjorative du terme fait désormais consensus, mais est-il possible, dans certains segments de l’espace social, de tirer avantage d’une auto-désignation comme raciste ? La seconde piste pousse à abandonner la responsabilité individuelle et à désigner les systèmes, structures, institutions qui par leur conception et leur fonctionnement produisent du racisme. Le décodage de ce racisme institutionnel et/ou systémique nécessite d’autres outils conceptuels et méthodologiques, et sa mise en évidence suscite des résistances d’une autre nature que la dénonciation canonique des « racistes » (voir infra).

Axe 3 - La prise en charge du racisme par les institutions

Un troisième axe d’analyse concerne la façon dont des acteurs institutionnels se représentent le racisme et luttent contre lui au quotidien. Sur quelle définition du racisme s’appuient-ils pour guider leur action ? Le racisme est-il conçu par eux comme le fait de quelques individus déviants ou comme un problème structurel affectant l’ensemble de la société ? Est-il vu comme une idéologie explicite ou un biais implicite (Brownstein et Saul, 2016 ; Greenwald et Krieger, 2006) ? Nous sollicitons des communications qui exploreront cette question dans une pluralité d’institutions ou de secteurs d’activité : école (Dhume 2010), police et sécurité (Jobard, 2009 ; Bonnet, 2014), justice (Brahim, 2017 ; Hajjat et Keyhani, 2018), entreprises (Bereni, 2009 ; Doytcheva, 2018 ; Coulon et al., 2018), syndicats (De Rudder et Vour’ch, 2006), fédérations sportives (Martinache, 2015), organismes officiels de lutte contre le racisme et les discriminations (Cerrato Debenedetti, 2018 ; Mazouz, 2017), logement social (Sala-Pala, 2013), etc.

Axe 4 - Controverses autour du racisme

Un quatrième axe pourra porter sur les controverses et polémiques que suscite la qualification de « racisme » ou de « raciste » dans la sphère publique (Balibar, 2005). Quels sont les déterminants de la reconnaissance (inégale) du racisme dans les sociétés qu’il affecte ? Quels sont les traits caractéristiques des propos racistes du point de vue du droit, et comment leur répression éventuelle s’articule-t-elle avec le principe de liberté d’expression (Bleich 2011 ; Calvès, 2015) ? Qu’est-ce qui est décrit comme relevant du « vrai » racisme (Mazzega, 2016) ? Comment l’accusation de racisme circule-t-elle ? Par qui est-elle reprise et par qui est-elle récusée ? Quels sont les modes de structuration des affrontements à cet égard ? On pourra notamment revenir sur le destin public et médiatique de certaines expressions controversées comme « racisme d’Etat », « racisme institutionnel », « racisme systémique » (Sala-Pala, 2010 ; Dhume, 2016), « racisme anti-blancs » (Charrieras 2013), ou encore « racisme de classe ». On pourra également s’interroger sur l’accusation de racisme à destination de mouvements antiracistes ou de personnes minorisées.

Axe 5 - Les chercheurs face au racisme

Un dernier axe pourra revenir sur les débats épistémologiques et méthodologiques relatifs au concept de « racisme » en sciences humaines et sociales (Omi et Winant, 1986 ; Miles, 1989 ; Solomos et Back, 1996 ; Bessone et Sabbagh, 2015). Comment qualifier le racisme dès lors que la « race » reste une catégorie controversée, disqualifiée par certains comme notion fallacieuse et utilisée par d’autres en vue d’en identifier les conséquences sociales (Appiah, 1996 ; Loveman, 1999 ; Bonilla-Silva, 1999 ; Guillaumin, 2001 ; Blum, 2002 ; Bessone, 2013) ? L’étude du racisme peut-elle être découplée de la catégorie de « race », et inversement (Doron, 2016) ? La question du « racisme sans races » (Balibar, 2006 ; Bonilla-Silva, 2014) et la prise en compte, au-delà de la seule « couleur de peau », d’autres critères comme la culture ou la religion comme points d’ancrage du racisme ont suscité de nombreux débats. On pourra notamment revenir sur la pertinence d’adopter une conception large du racisme (Guillaumin, 1972) et sur la multiplication des expressions scientifiques permettant de qualifier le racisme et sa polymorphie : « néo-racisme » (Balibar, 1997), « racisme différentialiste » (Taguieff, 1987), « racisme culturel » (Hall, 1996 ; Modood, 2005 ; Fanon, 2011). On pourra aussi réfléchir à l’opportunité de qualifier de racisme différents types d’hostilité comme l’antisémitisme, l’islamophobie, la xénophobie, etc. et d’établir entre eux des analogies (Stoler, 2002 ; Meer, 2013 ; Klug, 2014). Une attention particulière pourra également être portée aux dilemmes méthodologiques que pose l’étude du racisme (Essed, 2004), aussi bien pour le mesurer dans les approches quantitatives (Simon, 2006 ; Hamel, Lesné et Primon, 2014 ; Mayer, 2017) que pour le saisir au travers d’approches qualitatives. À ce titre, on pourra réfléchir à la positionnalité du chercheur dans l’enquête sur le racisme, qu’il s’agisse d’étudier ceux qui en souffrent (Mazouz, 2008) ou ceux qui le perpétuent (Avanza, 2008 ; Peretti-Ndiaye, 2015). Enfin, on pourra s’interroger sur les conséquences pour la recherche en sciences humaines et sociales sur le racisme du retour du biologique et de la génétique dans les conceptions de la race (Morning, 2011 ; Canselier et Desmoulin-Canselier, 2011 ; Grossi et Poiret, 2016).

Tous ces axes n’ont qu’une valeur indicative et il est possible pour certaines propositions de communication de s’insérer dans plusieurs d’entre eux.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer à simon@ined.fr et juliette.galonnier@ined.fr

le 1er mars 2019 au plus tard.

Les participant.e.s recevront courant mars une notification au sujet de leur participation au colloque.

Les propositions doivent inclure :

  •  les nom, prénom, adresse électronique, statut, discipline et affiliation du chercheur ou de la chercheuse ;
  •  le titre de la communication ;
  • un résumé d’une page de la proposition, spécifiant le contenu de la communication et identifiant précisément la question de recherche, la méthode employée et les données mobilisées ;
  • éventuellement l’axe dans lequel s’inscrit la proposition.

La langue de travail du colloque sera le français. Il est néanmoins possible de soumettre une proposition de communication en anglais. La majorité des échanges auront lieu en français et il est donc attendu des participant.e.s une compréhension du  français leur permettant de suivre les discussions.

Comité scientifique

  • Bessone Magali (philosophie, Université Paris 1)
  • Cunin Elisabeth (sociologie et anthropologie, URMIS/IRD/CNRS)
  • Desmoulin-Canselier Sonia (droit, Université de Nantes/CNRS)
  • Doron Claude-Olivier (histoire et philosophie, Université Paris Diderot)
  • Galonnier Juliette (sociologie, INED)
  • Mazouz Sarah (sociologie et anthropologie, CERAPS/CNRS)
  • Moraes Silva Graziella (sociologie, Graduate Institute Geneva)
  • Reynaud-Paligot Carole (histoire, Université Paris 1)
  • Ringelheim Julie (droit, Université catholique de Louvain)
  • Sabbagh Daniel (science politique, CERI/SciencesPo)
  • Schor Paul (histoire, Université Paris Diderot)
  • Simon Patrick (socio-démographie, INED)

Bibliographie indicative

Amrous Nadia et Scherr Mickaël, 2017, Les injures à caractère raciste, antisémite ou xénophobe, Paris : Grand angle.

Appiah A. K. et Gutmann A., 1996, Color Conscious. The Political Morality of Race, Princeton : Princeton University Press.

Avanza Martina, 2008, « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas ‘ses indigènes’ ? Une enquête au sein d’un mouvement xénophobe », in Fassin D. et Bensa A. (dir.) Les politiques de l’enquête, Paris : La Découverte, p. 41-58.

Balibar Etienne, 1997, « Y a-t-il un ‘néo-racisme’ ? » in E. Balibar et I. Wallerstein (dir.) Race, Nation, Classe, Paris : La Découverte, p. 27-41.

Balibar Etienne, 2005, « La construction du racisme », Actuel Marx, vol. 38, no. 2, p. 11-28.

Balibar Etienne (dir.), 2006, « Le racisme après les races », Actuel Marx, n° 38.

Bereni Laure, 2009, « ‘Faire de la diversité une richesse pour l’entreprise’, La transformation d’une contrainte juridique en catégorie managériale », Raisons politiques, n°35, p. 87-105.

Bertheleu Hélène, 2007, « Sens et usages de l’ethnicisation: le regard majoritaire sur les rapports sociaux ethniques », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, n°2, p. 7-28.

Bessone Magali, 2013, « Sans distinction de race » ? Une analyse critique du concept de race et de ses effets pratiques, Paris : Vrin.

Bessone Magali et Sabbagh Daniel (eds.), 2015, Race, racisme, discriminations. Une anthologie de textes fondamentaux, Paris, Hermann.

Bleich, Erik, 2011, The Freedom to be Racist? How the United States and Europe Struggle to Preserve Freedom and Combat Racism, Oxford : Oxford University Press.

Blum Lawrence, 2002, “I am not a racist, but…” The Moral Quandary of Race, Ithaca : Cornell University Press.

Bonilla-Silva Eduardo, 2014, Racism Without Racists. Color-Blind Racism and the Persistence of Racial Inequality in America, New York : Rowman and Littlefield.

Bonilla-Silva Eduardo, 1999, “The Essential Social Fact of Race”, American Sociological Review, vol. 64, n°6, p. 899-906.

Bonnafous Simone, 1989, « Racisme et non-racisme ; étude de presse », Mots, n°18, p. 21-37.

Bonnet, François, 2014, “How to perform non-racism? Colorblind speech norms and race-conscious policies among French security personnel”, Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 40, n° 8, p. 1275-1294.

Brahim Rachida, 2017 « ‘Nous exécrons le racisme’ : contrôle migratoire et approche culturaliste des crimes racistes dans la France des années 1970 », Cultures & Conflits, 107, p.43-60.

Brownstein Michael et Saul Jennifer (eds.), 2016, Implicit Bias and Philosophy, 2 volumes, New York : Oxford University Press.

Calvès, Gwénaële, 2015, Envoyer les racistes en prison ? Le procès des insulteurs de Christiane Taubira, Paris : LGDJ.

Canselier Guillaume et Desmoulin-Canselier Sonia, 2011, Les catégories ethno-raciales à l’ère des biotechnologies. Droit, sciences et médecine face à la diversité humaine, Paris : Société de législation comparée

Cerrato Debendetti Marie-Christine, 2018 La lutte contre les discriminations ethno-raciales en France, Rennes : PUR.

Charrieras Damien, 2013 « Racisme(s) ? Retour sur la polémique du ‘racisme anti-Blancs’ en France », in De quelle couleur sont les blancs ? in S. Laurent et T. Leclère (dir.), Paris, La Découverte, p. 244-252.

Coulon Anaïs, Prud’homme Dorothée et Simon Patrick, 2018, Le racisme et la discrimination raciale au travail, Paris : Editions AFMD.

Derrida Jacques, 1987, « Le dernier mot du racisme », in Psyché, Galilée, p. 354-35.

Dhume Fabrice, 2016, « Du racisme institutionnel à la discrimination systémique ? Reformuler l’approche critique », Migrations Société, vol. 28, n°163, p. 51-64.

Dhume, Fabrice, 2010, « L’école face à la discrimination ethnoraciale : les logiques d’une inaction publique », Migrations Société, vol. 131, n° 5, p. 171-184.

De Rudder Véronique et Vourc’h François, 2006, « De haut en bas de la hiérarchie syndicale : dits et non-dits sur le racisme », Travailler, vol. 2, n° 16, p. 37-56.

Doron Claude-Olivier, 2016, L’homme altéré : races et dégénérescence (XVIIe-XIXe siècles), Paris : Champ Vallon.

Doytcheva, Milena, 2018, « Diversité et lutte contre les discriminations au travail. Catégorisations et usages du droit », Les cahiers de la LCD, vol. 6, n°1, p. 13-35.

Dubet François, Cousin Olivier, Macé Eric et Rui Sandrine 2013, Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, Paris : Seuil.

Eberhard Mireille, 2010, « De l’expérience du racisme à sa reconnaissance comme discrimination. Stratégies discursives et conflits d’interprétation », Sociologie, vol. 1, n° 4.

Emirbayer Mustafa et Desmond Matthew, 2015, The Racial Order, Chicago : University of Chicago Press.

Essed Philomena, 2004, “Naming the Unnameable: Sense and Sensibilities in Researching Racism”, in Blumer M. et Solomos J. (dir.), Researching Race and Racism, Londres : Routledge, p. 119-133

Fanon Frantz, 2011, « Racisme et Culture » in Œuvres, Paris, La Découverte.

Flem Lydia, 1984, « Les mots du racisme », Le Genre humain, n°11, p. 113-118.

Garcia Jorge, 1996, “The Heart of Racism”, Journal of Social Philosophy, 27 (1), p. 5-45.

Glasgow Joshua, 2009, “Racism as Disrespect”, Ethics, 120, p. 64-93.

Greenwald Anthony G. et Krieger Linda Hamilton, 2006, “Implicit Bias: Scientific Foundations,” California Law Review, vol. 94, n°4, p. 945-968.

Grossi Élodie, et Christian Poiret, 2016, « Du social au biologique : les habits neufs de la ‘race’ ? Entretien avec Magali Bessone et Claude-Olivier Doron‪ », Revue européenne des migrations internationales, vol. 32, n° 3, p. 249-270.

Guillaumin Colette, 1972, L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris : Éditions Mouton.

Guillaumin Colette, 2001, « ‘Je sais bien mais quand même’ ou les avatars de la notion de race », Le Genre Humain, vol. 1, “La science face au racisme”, p. 55-65.

Hajjat Abdellali et Keyhani Narguesse, 2018, « Le traitement judiciaire des infractions racistes en France », communication au colloque « Racisme et sexisme en procès », Université Paris Nanterre, 4 décembre 2018.

Hall Stuart, 1996, Critical Dialogues in Cultural Studies, édité par D. Morley et K.-H. Chen, Londres : Routledge.

Hamel Christelle, Lesné Maud et Primon Jean-Luc, 2015, « La place du racisme dans l’étude des discriminations », in Beauchemin C., Hamel C. et Simon P. Trajectoires et Origines : enquête sur la diversité des populations en France, Paris, INED, Coll. Grandes enquêtes, p. 443-470.

Heyer Evelyne et Reynaud-Paligot Carole, 2017, Nous et les autres. Des préjugés au racisme, Exposition au Musée de l’Homme, Paris : La Découverte.

Hughey Matthew W., 2007, “Racism With Antiracists: Color-Conscious Racism and the Unintentional Persistence of Inequality”, Social Thought & Research, vol. 28, p. 67-108

Jobard Fabien, 2009, « Police, justice et discriminations raciales » in D. Fassin et  É. Fassin (dir.), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris : La Découverte, p. 211-229

Kelly Daniel, Faucher Luc et Machery Edouard, 2010, “Getting Rid of Racism: Assessing Three Proposals in Light of Psychological Evidence”, Journal of Social Philosophy, 41 (3) p. 293-322.

Klug Brian, 2014, “The Limits of Analogy: Comparing Islamophobia and Antisemitism,” Patterns of Prejudice, vol. 48, n°5, p. 442-459.

Laplanche-Servigne Soline, 2014, « Quand les victimes de racisme se mobilisent. Usage d’identifications ethno-raciales dans l’espace de la cause antiraciste en France et en Allemagne », Politix, n°108, p. 143-166.

Lamont Michèle, Moraes Silva Graziella et al., 2016, Getting Respect. Responding to Stigma and Discrimination in the United States, Brazil and Israel, Princeton : Princeton University Press.

Lentin Alana, 2017, “(Not) doing race: ‘casual racism’, ‘bystander antiracism’ and ‘ordinariness’ in Australian racism studies”, in M. Boese et V. Marotta (dir.), Critical reflections on migration, “race” and multiculturalism: Australia in a global context, Routledge : Abingdon, p. 125–142.

Loveman Mara, 1999, “Is Race Essential?”, American Sociological Review, vol. 64, n° 6, p. 891-898.

Martinache, Igor, 2015, « Focus - Lutter contre les discriminations dans le sport, une fausse évidence », Informations sociales, vol. 187, n°1, p. 106-108.

Mayer Nonna, 2017, « Mesurer le racisme ? » in Michel Wievorka et al. (dir.), Antiracistes. Connaître le racisme et l’antisémitisme pour mieux les combattre, Paris : Robert Laffont, p. 32-44.

Mayer Nonna, 1996, « Une approche psycho-politique du racisme », Revue française de sociologie, vol. 37, n°3, p. 419-438.

Mayer Nonna et Michelat Guy, 2001, “Subjective racism, objective racism: the French case”, Patterns of Prejudice, vol. 35, n°4, p. 6-18.

Mazouz, Sarah, 2008, « Les mots pour le dire. La qualification raciale, du terrain à l’écriture », in Fassin D. et Bensa A. (dir.) Les politiques de l’enquête, Paris : La Découverte, p. 81-98.

Mazouz Sarah, 2017, La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000, Lyon : ENS Editions

Mazzega Mathieu, 2016, Se disputer le « vrai » racisme : qualifications ordinaires, enjeux moraux et frontières symboliques : une étude d’un corpus de commentaires d’internautes, thèse de doctorat, Université de Grenoble.

Memmi, Albert, 1982, Le Racisme, description, définition, traitement, Paris : Gallimard.

Meer Nasar, 2013, “Racialization and Religion: Race, Culture and Difference in the Study of Antisemitism and Islamophobia,” Ethnic and Racial Studies, vol. 36, n°3, p. 385-398.

Modood Tariq, 2005, Multicultural Politics. Racism, Ethnicity and Muslims in Britain, Minneapolis : University of Minnesota Press.

Miles Robert, 1989, Racism, Londres: Routledge.

Morning Ann, 2011, The Nature of Race. How Scientists Think and Teach about Human Difference, Berkeley : University of California Press

Omi Michael et Winant Howard, 1986, Racial Formation in the United States. From the 1960s to the 1990s, New York, Routledge.

Peretti-Ndiaye Marie, 2015, « De l’objet tabou au racisme respectable », Civilisations, n°64, p. 81-90.

Poiret Christian, 2011, « Les processus d’ethnicisation et de raci(ali)sation dans la France contemporaine : Africains, Ultramarins et ‘Noirs’ », Revue européenne des migrations internationales, vol. 27, n°1, p. 107-127.

Reynaud-Paligot, Carole, 2007, Races, racisme et antiracisme dans les années 1930, Paris : PUF.

Sala-Pala, Valérie, 2010, « Faut-il en finir avec le concept de racisme institutionnel ? », Regards sociologiques, 39, p. 31-47.

Sala-Pala, Valérie, 2013, Discriminations ethniques. Les politiques du logement social en France et au Royaume Uni, Rennes : PUR.

Simon, Patrick, 2006, « L’arbre du racisme et la forêt des discriminations », in Guénif Nacira (dir.) La République mise à nue par son immigration, Paris, La Fabrique, p.160-177.

Solomos John et Back Les, 1996, Racism and Society, New York : Macmillan Publishers Limited.

Stoler Ann Laura, 2002, “Racial Histories and their Regimes of Truth”, in P. Essed et D.T. Goldberg (dir.) Race Critical Theories, Oxford : Blackwell, p. 369-391.

Taguieff Pierre-André, 1987, La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris : Gallimard.

Talpin Julien, O’Miel Julien et Frégosi Franck (dir.), 2017, L’islam et la cité. Engagements musulmans dans les quartiers populaires, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Treps Marie, 2017, Maudits mots : la fabrique des insultes racistes, Paris : TohuBohu

 

[1] Il semble que le terme soit apparu en 1902, dans la Revue Blanche, sous la plume du journaliste et orientaliste Albert Maybon qui entendait critiquer le mouvement Félibrige de défense de la langue provençale, dont il dénonçait le « racisme et le traditionalisme ».

Lieux

  • Amphithéâtre Turing, Bâtiment Sophie Germain (niveau -1) - 8 place Aurélie Nemours
    Paris, France (75013)

Dates

  • vendredi 01 mars 2019

Mots-clés

  • racisme, race, institution, controverse, politisation

Contacts

  • Juliette Galonnier
    courriel : juliette [dot] galonnier [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Juliette Galonnier
    courriel : juliette [dot] galonnier [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Qualifier le racisme », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 31 janvier 2019, https://calenda.org/551930

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal