AccueilAjustements et désajustements à la nation et au nationalisme (Europe, XIXe-XXIe siècle)

Ajustements et désajustements à la nation et au nationalisme (Europe, XIXe-XXIe siècle)

Adjustments and unadjustments to the nation and nationalism (Europe, 19th-21st century)

*  *  *

Publié le mercredi 06 février 2019 par Céline Guilleux

Résumé

Si le nationalisme, comme processus de mise en ordre d’un espace social et géographique, a donné matière à des ouvrages dorénavant classiques, que savons-nous des formes d’ajustement et de désajustement à ce processus ? Ce colloque entend faire le point sur la constitution des « compositions nationales » à l’aune des formes de passivité, « je-m’en-fichisme » ou de micro-résistance à l’endroit de l’exposition au fait national et/ou au projet nationalitaire.

Annonce

Avec le soutien du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) de l’Université de Bretagne Occidentale (Brest).

Argumentaire

Objet on ne peut plus classique qui a offert aux sciences sociales un certain nombre d’ouvrages séminaux dont ceux, les plus couramment cités, du quatuor Gellner-Hobsbawm-Anderson-Thiesse, le nationalisme (dans son acception de projet nationalitaire) aurait-il encore quelque chose à dire sur les sociétés dans lesquelles il s’insère et qu’il contribue peu ou prou, en fonction des moments, à conformer ? Utile comme mise au point, la synthèse de Joep Leerssen, National Thought in Europe. A Cultural History (Amstersdam University Press, 2006) atteste plutôt le contraire, comme si le nationalisme, dans ses dimensions européennes, relevait de ces vieilles lunes historiographiques qui convoquent des points de vue dont la pertinence est gagée sur un certain nombre de modèles dûment éprouvés. En l’espèce, on rappellera ici que la scansion de Miroslav Hroch – « inconscience » populaire de la nation/objectivation de l’idée nationale par des minorités qui y ont leurs intérêts/promotion étatique d’un projet nationalitaire adossé à une entreprise de « conversion » sociale – (European Nations. Explaining their Formation, Verso, 2015) relève de ces schèmes interprétatifs qui ont le grand mérite d’offrir une grille interprétative et de permettre d’utiles comparaisons.

En bref, l’on s’accorde donc sur l’idée que les États européens ont été impliqués depuis le xixesiècle dans des processus de stato-nationalisation mêlant production de la nation par l’État et instrumentation de l’État au nom de la nation (John Breuilly, The Oxford Handbook of the History of Nationalism, Oxford University Press, 2016). Que le nationalisme soit intégrateur voire émancipateur (cf.l’ouvrage de Bernard Michel, Nations et nationalismes en Europe centrale, XIXe-XXe siècle, Aubier, 1996 et la synthèse d’Alain Dieckhoff et Christophe Jaffrelot, Repenser le nationalisme, Presses de Sciences Po, 2006) ou qu’il relève d’une assomption de la différenciation par la race ou les armes, qu’il ressortisse à une fiction efficace ou à un mythe mobilisateur, force est de constater qu’il ne cesse de faire couler de l’encre aux fins de le définir et d’en circonscrire ses dimensions les plus constitutives.

Proposer une rencontre sur les ajustements et les désajustements au nationalisme et à la nation peut apparaître dès lors comme une provocation à peu de frais. Tel n’est évidemment pas le but. Pour plusieurs raisons. L’on rappellera que des chercheurs en sciences sociales, notamment dans le cadre de certains groupes de réflexion qui lui sont dédiés (H-Nationalism, Nise), se sont emparés, depuis une dizaine d’années, de cet objet en le construisant pas à pas. Dans la foulée de l’ouvrage de Rogers Brubaker sur la nation comme « fait contingent » (Nationalism Reframed. Nationhood and the National Question in the New Europe, Cambridge University Press, 1996) puis des travaux de Tara Zahra (« Imagined Noncommunities : National Indifference as a Category of Analysis », Slavic Review, vol. 69, n° 1, 2010, p. 93-119), les « indifférences au nationalisme », qui renvoient davantage en l’espèce à l’indifférence nationale, voire à la nationalité indifférente qu’à l’indifférence au nationalisme à proprement parler, ont offert d’aborder la question nationale autrement que telle qu’elle continue de prévaloir couramment sous la forme d’une téléologie de la nation. Un ouvrage récent (Maarten van Ginderachter, Jon Fox (dir.), National indifference and the History of Nationalism in Modern Europe, Routledge, 2019) vient opportunément souligner les mérites d’un « concept flou » dont l’efficacité relève de la possibilité de penser à rebours le fait nationalitaire tout comme il pointe des écueils liés à la fois à son application géographique limitée (en gros, l’Europe de l’est) et à sa déclinaison sous des formes heuristiquement relâchées.

Proposer dès lors de réfléchir en termes d’ajustement et de désajustement, c’est tenter de mieux cerner comment les « compositions nationales » relèvent moins d’une inertie quasi principielle de populations, d’individus et/ou de groupes sociaux, à des projets nationalitaires qui se télescopèrent quelquefois (les Juifs entre sionisme et attachements à la nation), que de traits d’union en pointillé. C’est souligner combien la coproduction (élites-masse en gros) d’un intérêt pour la nation suppose que l’on réfléchisse au moins à deux choses en amont : d’abord, aux conditions de possibilité d’un crédit porté à l’incarnation de cette idée – au risque de postuler son existence et, partant, de tenter d’en mesurer des gradients (reproche fait au travail fondateur de Michael Billig, Banal Nationalism, Sage, 1995) – ; ensuite, si tant est que la nation fût devenue un référent dominant, à la manière dont cette dernière se fait référence par conformisme, désir de loyauté ou d’allégeance selon des formes de plus ou moins grande intermittence.

À l’instar du syntagme « politique informelle » qui, dans le sillage des travaux de Nina Eliasoph (L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Economica, 2010), offre de mieux percevoir la plasticité de l’espace politique, les « ajustements et désajustements au nationalisme et à la nation » sont susceptibles, en premier lieu, de rendre compte de la complexité d’un processus (en gros du nationalitaire au national puis au nationalisme et inversement) dont la dimension apparemment totalisante occulte par trop ce qui est en son cœur : les façons dont les acteurs les moins impliqués (soit la masse) se débrouillent avec un processus auquel ils sont censés participer. La notion invite dès lors à revenir sur les questions classiques de la conscientisation du nationalisme, du « concernement » par la mise en ordre d’une communauté virtuelle dont le projet exclusiviste se nourrit de sa capacité à obliger et/ou à générer de l’adhésion. En second lieu, ils invitent in fine à dimensionner le fait national à la production d’intérêts dont l’effectivité repose sur un partage qui n’est jamais gagné d’avance tant les formes d’adhésion, même passives, ou d’indifférence quelquefois proclamée au nom d’un projet alternatif (certains internationalismes) supposent de tenir compte de l’ambivalence des sentiments à l’égard de ce qui constitue et que constitue une communauté nationale. Convoquer les termes d’ajustement et de désajustement ne relève donc pas d’une afféterie stylistique ou d’un souhait de se démarquer à tout prix. L’on y verra la volonté de sonder au plus près les interactions entre dispositions et positions des acteurs impliqués dans des processus de stato-nationalisation qui semblent à première vue les dépasser.

Plusieurs pistes sont envisageables qui pourraient former autant de déclinaisons de l’objet soumis à la discussion. Norbert Elias a identifié un habitus national (Studien über die Deutschen: Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, Suhrkamp, 1989). En quoi ce dernier est et fut-il à ce point communément partagé qu’il engage(a) des sociétés à se penser à travers une grille d’analyse faisant de la nation un opérateur de mobilisations ? En quoi des réticences voire des résistances à son déploiement peuvent-elles « révéler » en creux les apories de la conformation des individus voire des groupes à une intellection du monde viale fait national(iste) ? En bref, comment rendre compte des regards obliques – si tant est qu’il ne s’agisse pas avant tout d’une forme plus ou moins élaborée de « je-m’en-fichisme » – qui contribuent à produire un lien extrêmement ténu à un ordre national entendu comme un ordre de référence ? On observe par exemple ces fluctuations de l’intérêt au national dans la Russie de Poutine, où la volonté d’instaurer un État-nation suite à l’effondrement de l’URSS connaît un regain important après divers échecs, notamment sous Eltsine (la nouvelle « idée nationale » en 1996). Vue de loin, cette volonté, favorisée par l’adoption des programmes gouvernementaux d’« Éducation patriotique des citoyens de la Fédération de Russie », semble avoir porté ses fruits. Or, menée sur le terrain par l’équipe du Projet international de coopération scientifique (PICS) du CNRS,une étude du nationalisme – là-bas appelé « patriotisme » –, omniprésent et proétiforme au quotidien, fait état d’une grande variété d’appropriations et d’interprétations en fonction du « concernement » de chacun. En témoigne l’utilisation de ce patriotisme à des fins exclusivement pragmatiques, liées à une valorisation individuelle : souci de la carrière professionnelle, recherche d’une source d’inspiration personnelle, perspectives d’enrichissement, plaisir de l’action avec ses amis et ses proches…) – « une variété de motivations et d’engagements où l’image de l’État et le discours patriotique officiel sont souvent secondaires, parfois même rejetés[1] ».Un questionnement sur une méthodologie permettant d’objectiver des gradients d’ajustement/désajustement serait pour le moins bienvenu. L’on supposera en effet que l’exposition au fait national et son intimisation varient en fonction des positions qu’occupent les acteurs dans les espaces social et politique, eu égard à leurs identités assignées et/ou revendiquées (importance des , et l’on suggérera qu’une analyse multiscalaire permettra de qualifier des régimes d’appartenance et de reconnaissance nationales/istes à l’aune des expériences vécues par les acteurs. Il en va ainsi de la possibilité de comprendre comment la capacité à l’indifférence peut relever de tactiques mises au point pour échapper à un système de représentations dans lequel l’on ne se reconnaît pas ou plus – on songe ici aux anciens combattants et aux générations des après-guerres mais aussi aux militants nationalistes qui tirent leur révérence devenant, ce faisant, les transfuges d’une cause. Il en va aussi de notre capacité à saisir les liens entre ajustements/désajustements à la nation et au nationalisme et traduction politique dans des mobilisations qui relèvent, par exemple, de l’internationalisme (cf. le volontariat international dès le XIXe siècle) ou du pacifisme (impacts de la circulation des modèles). Il en va enfin de notre aptitude à décrypter les logiques de l’État-nation qui, visant à utiliser le fait national comme une ressource dans certaines configurations (en temps de crise tout particulièrement), peuvent se heurter à des formes de passivité sociale combinant un « déficit » d’acculturation nationale et des efforts (portés par des minorités agissantes) de déréalisation d’un nationalisme envisagé comme un marché concurrentiel – des sociétés purent et peuvent être soumises à différentes idéologies nationalistes. En bref, nous suggérons que ce prisme peut amener à déplacer le curseur.

Conditions de soumission

Pour soumettre votre proposition de communication, merci d’adresser aux deux organisateurs, Sébastien Carney (sebastiencarney@yahoo.fr) et Laurent Le Gall (llg1848@wanadoo.fr) , un résumé de une à deux pages maximum (hors bibliographie) accompagné d’un titre provisoire et d’une courte bibliographie

avant le 31 mars 2019.

Le programme sera établi pour le 15 avril.

Nous accueillons des contributions venues de plusieurs disciplines (histoire, science politique, ethnologie, sociologie, études littéraires…).

La langue de travail sera le français, les papiers peuvent être présentés en français et en anglais.

Le colloque aura lieu à Brest (faculté des lettres de l’Université de Bretagne Occidentale) les 5 et 6 décembre 2019.

Une publication est prévue à la suite de la rencontre.

Comité d’organisation

  • Sébastien Carney, Maître de conférences en histoire contemporaine – Université de Brest (CRBC)
  • Laurent Le Gall, Professeur d’histoire contemporaine – Université de Brest (CRBC)

Comité scientifique

  • Sébastien Carney, Maître de conférences en histoire contemporaine – Université de Brest (CRBC)
  • Stéphane Gerson, Professor of French and French Studies – New York University
  • Andrea Geniola, Co-editor of the Journal Nazioni et Regioni– Universitat autonòma de Barcelona
  • Joep Leerssen, Professeur d’histoire moderne, directeur de Nise – Université d’Amsterdam
  •  Laurent Le Gall, Professeur d’histoire contemporaine – Université de Brest (CRBC)
  • Anne-Marie Thiesse, Directrice de recherche au CNRS – École normale supérieure (Pays Germaniques)
  • Maarten Van Ginderachter, Associate Professor at the Department of History – Antwerp University

Bibliographie indicative

Anderson Benedict, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism,New York, Verso, 1983.

Billig Michael,Banal Nationalism, Londres, Sage,1995.

Bolin Per, Christina Douglas,  « National indifference’ in the Baltic territories ? A critical assessment », Journal of Baltic Studies, 48, 1, 2017, p. 13-22.

Breuilly John, The Oxford Handbook of the History of Nationalism, Oxford, Oxford University Press, 2016.

Brubaker Rogers, Nationalism Reframed. Nationhood and the National Question in the New Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Dieckhoff Alain, JaffrelotChristophe, Repenser le nationalisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

Elias Norbert, Studien über die Deutschen: Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, Suhrkamp, 1989.

Eliasoph Nina, L’évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Economica, 2010 [1998].

Feest David, « Spaces of ‘national indifference’ in biographic research on citizens of the Baltic republics 1918-1940 », Journal of Baltic Studies, 48, 1, 2017, p. 55-66.

Ford Caroline,De la province à la nation. Religion et identité politique en Bretagne, Rennes, PUR, 2018 [1993].

Gellner Ernst, Nations and Nationalism, Ithaca, Cornel University Presse, 1983.

Gerson Stéphane, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France, Ithaca, Cornel University Presse, 2003.

Hobsbawm Eric, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992.

Hroch Miroslav, European Nations. Explaining their Formation, New York, Verso, 2015.

Jakoubek Marek, « On the process of national indifferentiation : the case of Bulgarian ‘Czechs’ », Nations and Nationalism, 24, 2, 2018, p. 369-389.

Leerssen Joep, National Thought in Europe. A Cultural History, Amsterdam, Amstersdam University Press, 2006.

Leustean Lucian N., « Eastern Orthodoxy and national indifference in Habsburg Bukovina, 1774–1873 », Nations and Nationalism, 24, 4, 2018, p. 1117-1141.

Martigny Vincent (dir.), « Nationalismes ordinaires », Raisons politiques, n° 37, 2010.

Michel Bernard, Nations et nationalismes en Europe centrale, xixe-xxesiècle, Paris, Aubier, 1996.

Stourzh Gerald, « The Ethnicizing of Politics and ‘National Indifference’ in Late Imperial Austria », dans Gerald Stourzh (dir.) Der Umfang der österreichischen Geschichte. Ausgewählte Studien 1990-2010,Vienne, Böhlau, 2011, p. 283-323.

Thiesse Anne-Marie, La création des identités nationales, Europe xviiie-xixesiècle, Paris, Le Seuil, 1999.

Van GinderachterMaarten, BeyenMarnix(dir.) Nationhood from below. Europe in the long nineteenth century. Basingstoke, Palgrave-Macmillan, 2012.

Van GinderachterMaarten, « How to gauge banal nationalism and national indifference in the past: proletarian tweets in Belgium’s belle époque », Nations and Nationalism, 24, 3, 2018, p. 579-593.

Van GinderachterMaarten, FoxJon (dir.), National indifference and the History of Nationalism in Modern Europe, Londres, Routledge, 2019.

Zahra Tara, « Imagined Noncommunities : National Indifference as a Category of Analysis », Slavic Review, 69, 1, 2010, p. 93-119.

[1]Françoise Daucé, Myriam Désert, Marlène Laruelle, Anne Le Huérou, Kathy Rousselet, « Les usages pratiques du patriotisme en Russie », Questions de recherche,32,2010, p. 1-31.

Lieux

  • Faculté des lettres Victor-Segalen - 20 rue Duquesne
    Brest, France (29200)

Dates

  • dimanche 31 mars 2019

Fichiers attachés

Mots-clés

  • État-nation, nationalisme, ajustement, indifférence nationale, loyauté

Contacts

  • Laurent Le Gall
    courriel : llg1848 [at] wanadoo [dot] fr
  • Sébastien Carney
    courriel : sebastiencarney [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Laurent Le Gall
    courriel : llg1848 [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Ajustements et désajustements à la nation et au nationalisme (Europe, XIXe-XXIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 06 février 2019, https://calenda.org/554530

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal