AccueilComment le monde m’affecte et comment j’affecte le monde

*  *  *

Publié le mercredi 13 mars 2019 par Céline Guilleux

Résumé

La notion d’automédialité appelle à reconnaître la spécificité et la dimension constitutive du médium dans les processus de subjectivation et de biographisation, en prenant en compte l’interaction du médium, de la réflexion subjective et du travail sur soi dans des pratiques artistiques. Nous interrogeons les processus automédiaux selon lesquels peut se constituer notre exister comme présence et rapport au monde, en y reconnaissant un double mouvement d’affectation : « Comment le monde m’affecte et comment j’affecte le monde ».

 

Annonce

Organisation

  • laStoria
  • Kollectiv Automédialité
  • Collège International
  • de Recherche Biographique en Éducation

Présentation

Notre recherche-création-formation vise à l’exploration de la notion d’« automédialité » en tant que voie signifiante de médiation, d’invention, de mise en figures de soi par l’expérience de création. La notion d’automédialité appelle à reconnaître la spécificité et la dimension constitutive du médium dans les processus de subjectivation et de biographisation, en prenant en compte l’interaction du médium, de la réflexion subjective et du travail sur soi dans des pratiques artistiques. Nous interrogeons les processus automédiaux selon lesquels peut se constituer notre exister comme présence et rapport au monde, en y reconnaissant un double mouvement d’affectation : « Comment le monde m’affecte et comment j’affecte le monde ».

Concernant le medium iconique, le geste de l’automédialité est une performance réalisée dans les espaces du sensible de l’image. Opérant un travail sur les formes du visible, il « met à jour » les choses et les êtres, produisant pour le créateur et pour le regardeur des effets biographiques de connaissance et de savoir, de pensée et d’émotion, de mémoire et de réflexion sur une histoire personnelle et/ou collective.

Inscription

La participation est gratuite pour les membres du CIRBE et du sujet dans la Cité, elle est de 10 € pour les non membres et de 5 € pour les étudiants et les non salariés. L’inscription doit se faire impérativement auprès de Anne Dizerbo en signalant si vous êtes avec nous pour un repas et l’atelier de création partagée : dizerboanne@sujetdanslacite.org

Programme

Performance (14h-18h)

Modération Mike Gadras (Université Cergy Pontoise / CIRBE)

« laStoria Kollektiv Automédialité » : Qui sommes-nous ? Christine Delory-Momberger & Anne-Sophie Jurion

Espace automédial 1 Dispositifs automédiaux et formes plurielles d’apprentissage, 

  • Valérie Melin (Université de Lille / CIRBE), Marjorie Margat & Mathilde Perret (CIRBE) Transition picturale et traversée de soi

Le travail en groupe du montage d’un leporello à partir d’œuvres picturales d’un de ses membres artiste permet,  dans son déploiement, l’émergence d’un processus d’apprentissage partagé. Le leporello se révèle ainsi comme un espace automédial qui permet la mise en résonance des sujets au travers d’une réflexivité poétique autour de la rencontre avec les œuvres et leur créateur.

Espace automédial 2 Automédialité et médias

  • Anne-Sophie Jurion (Paris 13 Sorbonne Paris Cité / CIRBE) & Camila Alves Aloisio (UPEC / CIRBE) Publications et réseaux sociaux: quand nos images deviennent un « travail invisisible »

Comment les réseaux sociaux agissent-ils sur la publication des images ? Comment les plateformes d'échanges nous incitent-elles à partager nos images et à nous engager dans un « travail invisible » de production de contenus ?

Espace automédial 3 Automédialité et création

Temps, mémoire, histoire  

  • Arno Gisinger (artiste, universitaire, Paris 8 / CIRBE) « Album - Atlas »

Ce projet se propose de suivre la trace du démontage/remontage d’un album de photographies par un ancien soldat autrichien ayant fait son service militaire dans la Wehrmacht allemande. Dans les années 1980, les débats autour de la responsabilité de l’Autriche dans les crimes de la Seconde guerre mondiale sont vifs et divisent profondément l’opinion : c’est à ce moment que se situe vraisemblablement la tentative d’effacement de l’album original et sa reconversion en « atlas » (Aby Warburg) proposant ainsi un « autre » récit de cette période de l’Histoire.

  • Alejandro Erbiettta (artiste, docteur en esthétique, pratique et histoires des arts, Paris 8 / CIRBE) « Mansion Séré /enfance et dictature » 

J’ai vécu mon enfance en Argentine pendant une période de dictature ((1976-1983) à proximité d’une grande maison qui servait de centre clandestin de détention (la Mansion Seré) et d’une base militaire (VII Brigada Aerea de Moron). Durant mon enfance, j’ai souvent joué dans les ruines de cette maison avec les enfants du quartier, sans connaître l’histoire de ces lieux. Mon projet photographique propose une relecture de cette période heureuse qui est en même temps une des plus obscures de l’histoire de l’Argentine. À travers l’utilisation du montage et de l’association d’images, c’est un récit elliptique qui se forme où vie et mort, innocence et cruauté, bonheur et douleur s’articulent ici dans la mise en parallèle de la mémoire collective et de la mémoire individuelle.

  • Christine Delory-Momberger (artiste photographe-agence révélateur-femmesPHOTOgraphes, universitaire, Paris 13 Sorbonne Paris Cité /CIRBE) «  EXILS / REMINISCENCES »

La trilogie EXILS / REMINISCENCES se saisit d’une histoire familiale d’émigrations sur quatre  générations. La France, l’Allemagne et l’Italie, tour à tour pays d’exils, se croisent et se confondent dans une série d’images mêlant passé et présent, imaginaire et réminiscences. La trilogie rend compte du travail de fouille effectuée pour tenter de faire apparaître un enfoui de l’histoire familiale que la photographe ne connaît pas. Ce faisant, des visages affleurent, des silhouettes se profilent, des paysages apparaissent et de nouvelles images s’assemblent, traversée par une violence sourde, formant une histoire incertaine, hantée qu’elle fait sienne.

Rencontres

  • Cécile Offroy (Paris 13 Sorbonne Paris Cité/CIRBE) & Laure Pubert (artiste photographe-agence révélateur-femmesPHOTOgraphes / CIRBE) « Contrées stratiformes ». Voyages immobiles sur les traces de l’ancien asile de Ville-Evrard »

Nous rendrons compte d’un travail de recherche-création en cours (photo, vidéo, audio, textes), réalisé avec un petit groupe de patients et de personnels hospitaliers, autour de la disparition programmée de l’ancien asile psychiatrique de Ville-Evrard. Il s’agit de se laisser guider par les rencontres, capter par les récits, imprégner par les lieux. La démarche tente ainsi de saisir les arts de faire de l’ancien asile à travers la subjectivité, le sens et l’engagement qu’y mettent celles et ceux qui le peuplent ou l’ont peuplé. Elle laisse les participants y déposer leurs réminiscences, leurs doutes, leurs questionnements et nous conduit vers une mise en récit intersubjective de ce territoire en mutation.

  • Vanessa Buhrig (artiste photographe / CIRBE)«  Infinite Diary »

Infinite Diary est le journal d’un voyage réel devenu imaginaire. Des paysages désertiques, des vagues déchaînées, un vent lancinant, des nuages vaporeux, des silhouettes enveloppées de brume, des pas perdus, l’envol silencieux d’un oiseau, un cairn oublié... Autant d’images que de fugaces sensations de souvenirs déjà vécus, autant d’images que de petites lucarnes sur un périple onirique intemporel. Plonger dans les archives devient alors l’occasion de repartir sur la route, se perdre, et tout recommencer à zéro. Une infinie possibilité d’ailleurs, jusqu’à épuisement.

  • Noémi Pujol (artiste photographe / CIRBE) Aragon, août 2018

Suis arrivée en Espagne du Nord poussée par un appel sans visée précise, évitant de prévoir. Essayant d'être au plus nu, dépouillée, pour ne faire que sentir. Le paysage me dirigeait, tourner à gauche, tourner à droite, cela se faisait par ce qui se présentait. Ce qui se présentait a tracé la découverte, un déplacement presque animal qui fonctionnait sous des aimants. La sensation est quelque chose de vraiment vivant.

Espace automédial 4 Atelier a.book / Atelier livres d’artiste

  • Marlène Egea & Tobias Asser (artistes photographes / CIRBE)

Avec « A Book Atelier » nous explorons les livres d'artistes comme un espace premier de création où l’objet-livre permet à un travail photographique de se redéployer sous des formes multiples. Nous mettons en place également un espace en ligne où des livres d'artistes feront l’objet d’un « montré-à-voir », en se démarquant du simple feuilletage.

Repas partagé et discussion (inscription obligatoire) (18h-19h30)

Espace automédial 5

 « Atelier de création partagée » (inscription obligatoire et limitée à 20 personnes) (19h30-21h30)

Christine Delory-Momberger, Alejandro Erbietta & Carolina Kontratiuk (Paris 8 / CIRBE)

Cet atelier propose à un petit groupe de personnes un travail personnel et collectif sur le thème de l’Enfance autour de photographies. Chaque participant.e à l’atelier apportera une photographie qu’il/elle associe à l’enfance. Les évocations et les réminiscences que ces images feront surgir pour chacun.e se configureront en fragments d’histoires qui, une fois partagées, créeront une œuvre collective.

Lieux

  • Le Vent se lève ! Tiers lieu d'art et de culture - 181 rue Jean-Jaurès
    Paris, France (75019)

Dates

  • samedi 23 mars 2019

Mots-clés

  • image, automédialité, subjectivation, formation de soi

Contacts

  • Christine Delory
    courriel : christine [dot] delory [at] univ-paris13 [dot] fr

Source de l'information

  • Christine Delory
    courriel : christine [dot] delory [at] univ-paris13 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Comment le monde m’affecte et comment j’affecte le monde », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 13 mars 2019, https://calenda.org/582559

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal