HomeConflict regulation and recovery from periods of violence

Conflict regulation and recovery from periods of violence

Régulation des conflits et sortie de la violence

Revue des Sciences Sociales

Contribution numérique thématique de la « Revue des Sciences Sociales »

*  *  *

Published on Tuesday, May 28, 2019 by Céline Guilleux

Summary

L’actualité ne cesse de renouveler l’intérêt pour la sociologie des processus de régulation des conflits et de sortie de la violence. Ce numéro de la Revue des Sciences Sociales entend contribuer à la production d’analyses renouvelées portant sur les processus de régulation des conflits et/ou de sortie de la violence dans leurs dimensions agonistiques et polémogènes en tenant compte de leurs dynamiques temporelles, émotionnelles et de leurs potentialités socialisatrices.

Announcement

Argumentaire

L’actualité ne cesse de renouveler l’intérêt pour la sociologie des processus de régulation des conflits et de sortie de la violence. Ce numéro entend contribuer à la production d’analyses renouvelées portant sur les processus de régulation des conflits et/ou de sortie de la violence dans leurs dimensions agonistiques et polémogènes en tenant compte de leurs dynamiques temporelles, émotionnelles et de leurs potentialités socialisatrices. Les articles réunis devront explorer trois grandes dimensions :

  1. Les nouveaux usages du tiers, des neutres et des pratiques de négociation dans la régulation des conflits, familiaux, conjugaux, politiques, militaires et judiciaires (justice restaurative, justice transitionnelle, etc.).
  2. Les montées aux extrêmes et les passages à l’acte violents dans les phénomènes de radicalités, les réponses préventives et leur contrôle.
  3. Les microsociologies des confrontations violentes et les processus d’escalade et de désescalade à l’œuvre dans les situations conflictuelles.

Le premier objectif de ce numéro de la RSS est de cerner les dynamiques propres aux processus de régulation des conflits et de sortie de la violence ainsi que leurs articulations. Sur quoi peut-on fonder cette distinction ? La violence, communément appréhendée comme un élément du conflit, peut-elle être utilisée comme un outil de régulation ? Ou faut-il considérer que c’est l’absence de conditions d’expression ou de prise en compte du conflit qui laisse la place à la violence ? Ne doit-on pas concevoir une graduation voire une modélisation des relations entre violence et conflit selon la configuration analysée sans tracer de frontière hermétique entre les deux ? Il s’agira notamment d’interroger l’idée de plus en plus répandue que la sortie de la violence passerait par des formes de réhabilitation du conflit susceptibles d’impliquer ses protagonistes dans des processus de régulation sur lesquels ils auraient prise, plutôt que de s’en remettre à un acteur institutionnel extérieur à la relation conflictuelle qui viendrait y mettre fin. De ce point de vue, la distinction entre processus de régulation des conflits et processus de sortie de la violence permettra aussi d’interroger la place des institutions traditionnellement chargées de réguler les conflits sociaux face à de nouveaux acteurs. Les contributions pourront permettre de préciser les rôles que ces processus jouent dans de nouvelles formes d’institutionnalisation et de ritualisation des conflits.

Le second objectif de ce numéro est de rassembler des contributions cherchant à conceptualiser des connaissances empiriques concernant les processus de régulation des conflits et de sortie de la violence dans une perspective interdisciplinaire. En effet, si les sciences humaines et sociales étudient depuis longtemps les notions de conflit et de violence et ont produit des savoirs théoriques à cet effet, les connaissances dans les domaines des processus de régulation des conflits et de sortie de la violence relèvent souvent de données produites par des acteurs de terrain qui demandent à être conceptualisées et confrontées à des analyses scientifiques. Il pourra par exemple s’agir de rendre intelligibles des stratégies d’engagement, d’évitement ou de défection en situations conflictuelles et leurs impacts en termes de polarisation et de montées aux extrêmes ou, au contraire, de désescalade. À partir de données empiriques, les contributeurs pourront interroger les ressources et conditions de ces stratégies ainsi que leurs effets sur les rapports de force, de pouvoir ou de domination sociales, physiques ou psychologiques entre les acteurs.

Le troisième objectif poursuivi dans ce numéro est de porter notre attention sur les nouvelles formes de régulation des conflits et la question du tiers, notamment à travers les pratiques et les espaces de négociation ou de médiation et de prévention. Dans quels espaces et situations sociales émergent des processus de négociation, de médiation ou de prévention ? Qui sont les acteurs individuels et collectifs de ces pratiques et quelles temporalités mettent-ils en œuvre ? Quelles logiques les traversent et quelles sont les questions éthiques et déontologiques qu’elles soulèvent ? Sur quelles ressources et compétences s’appuient-ils ? Quelles sont les dynamiques qui caractérisent ces pratiques en matière de processus de régulation et/ou de sortie de la violence ? Les contributions pourront par exemple analyser comment cette nouvelle place du tiers conduit à interroger l’émergence de nouvelles représentations de l’adversaire et de l’ennemi, de l’auteur et de la victime, voire du conflit lui-même. A contrario, elles pourront aussi questionner les effets de l’absence de tiers ou d’impossibilité de négociation sur les processus de régulation et de sortie de la violence, ainsi que la façon dont ces absences et ces impossibilités caractérisent certaines situations conflictuelles.

Les contributions pourront s’appuyer sur des approches disciplinaires ou interdisciplinaires des sciences humaines et sociales (sociologie, ethnologie, psychologie, science politiques, économie, histoire, géographie sociale), et présenter des analyser à partir de recherches empiriques, qui décriront et analyseront les formes actuelles des processus de régulation des conflits et de sortie de la violence.

Calendrier

Les résumés en français ou en anglais de 4 000 signes espaces compris sont attendus

pour le 1 octobre 2019

à rss@misha.fr. Une première sélection sera effectuée.

  • Confirmation aux auteur.es des propositions sélectionnées: 15 novembre 2019
  • Dépôt des articles: 15 mai 2020
  • Publication du numéro: mai 2021 

Les articles de 40 000 signes et blancs, en français ou en anglais, sont à envoyer avant le 15 décembre 2019. Ils seront soumis à une expertise à double aveugle.

Les auteurs sont priés de se conformer aux consignes de présentation de la revue <https://journals.openedition.org/revss/448>

Le numéro paraîtra au 2ème semestre 2020

Coordination

  • Nicolas Amadio (Université de Strasbourg, UMR 7367 Dynamiques européennes).
  • Jérôme Ferret (Université Toulouse 1 Capitole, l’Institut du Droit de l’Espace, des Territoires et de la Communication (IDETCOM), MSHS-T USR CNRS 3414).

Date(s)

  • Tuesday, October 01, 2019

Keywords

  • conflit, violence, régulation

Contact(s)

  • Comité de rédaction RSS
    courriel : rss [at] misha [dot] fr

Information source

  • Christophe Humbert
    courriel : humbert [dot] chr [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Conflict regulation and recovery from periods of violence », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, May 28, 2019, https://calenda.org/626098

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal