Calenda - The calendar for arts, humanities and social sciences

Queerising the aesthetics

Queeriser l'esthétique

*  *  *

Published on Tuesday, July 09, 2019 by Céline Guilleux

Summary

En 1990, Judith Butler publie Gender Trouble ; un livre qui s’appuie malicieusement sur la French Theory pour en fonder une autre, the Queer Theory, qui, s’affranchit de tout destin anatomique ou social pour mettre en avant la performativité du genre comme du sexe. Très vite traduit en plusieurs langues, Gender Trouble aura une influence considérable sur les études littéraires et cinématographiques, qui vont rapidement faire un acting out tout particulièrement heuristique. Paradoxalement, il n’en est toujours pas de même dans les études esthétiques. Pourquoi ? Quelles sont les résistances ? Comment la pensée queer peut-elle redonner aux œuvres d’art « l’ouverture » infinie qui fait leur être même ?

In 1990, Judith Butler published Gender Trouble; a book which takes from French Theory to create an other, the Queer Theory, which does not bother with anatomical or social destiny to put forward the performativity of gender and of sexe. Quickly translated in many languages, Gender Trouble will have a very noticeable impact on literary and movie studies, rapidly generating a heuristic acting out. Paradoxically, the same can not be said about aesthetic studies. Why? What are the oppositions? How can the queer way of thinking give back their inherent infinite “openness” to works of art?

Announcement

L'axe ADS (Art/Design/Scénographie) du MICA (EA 4426) de l'Université Bordeaux Montaigne organise un colloque les 25,26 et27 novembre 2019 à l'Université Bordeaux Montaigne (MSHA) et au Forum des Arts et de la Culture (Talence)

Problématique

Lors d’un célèbre colloque, qui s’est tenu à Cerisy en 1980, Jacques Derrida pose deux questions à Louis Marin, qui vient de proposer une interprétation brillamment structuralo-freudienne de La Tempesta de Giorgione. La première porte sur son entrée en matière : « Pourquoi débuter -viser le but- l’analyse du tableau par la paire de colonnes tronquées ? S’agit-il d’un élément comme un autre dans une série d’artefecta doubles que l’on peut retrouver dans tout le tableau, ou bien d’un véritable “transcendantal” de la lecture du tableau ? »

La seconde consiste à se demander ce que pourrait être une « lecture féminine » du tableau.

Ces deux questions qui, précise Derrida avec une feinte ingénuité, n’en font peut-être qu’une, décontenancent profondément Louis Marin qui, on le sait, peut être considéré comme le père spirituel du renouvellement esthétique de l’histoire de l’art opéré par Daniel Arasse, Georges Didi-Huberman ou Gérard Wajcman. Dans sa réponse, le philosophe, qui a magistralement décrypté la signature du peintre dans une figure castratrice de Gorgô dont deux oculi muraux seraient les yeux, revient sur le travail de figurabilité des éléments inchoatifs de toute œuvre d’art, dont les significations se dévoilent selon les occurrences du temps.

Depuis les années soixante en effet, de nombreuses œuvres d’art, notamment les performances Camp and Drag de Warhol et du Body Art, ont fait retour sur celles de Duchamp/Rrose Sélavy et « artialisé » une sensibilité queer.

En 1990, Judith Butler sera la première à en tirer les leçons philosophiques en publiant Gender Trouble ; un livre qui s’appuie malicieusement sur la French Theory pour en fonder une autre, the Queer Theory, qui, s’affranchit de tout destin anatomique ou social pour mettre en avant la performativité du genre comme du sexe. Très vite traduit en plusieurs langues, Gender Trouble aura une influence considérable sur les études littéraires et cinématographiques, qui vont rapidement faire un acting out tout particulièrement heuristique.

Paradoxalement, il n’en est toujours pas de même dans les études esthétiques. Pourquoi ? Quelles sont les résistances ? Comment la pensée queer peut-elle redonner aux œuvres d’art « l’ouverture » infinie qui fait leur être même ?

Tel est l’enjeu essentiel de ce colloque international, qui comportera trois grand volets, philosophique, histoire de l’art et esthétique ; et qui sera accompagné de performances, et d’une exposition.

Modalités

Les propositions (1 page + un cv de 10 lignes max) seront envoyées à Bernard Lafargue (bernard.lafargue9@gmail.com) et Cécile Croce (cecile.croce@iut.u-bordeaux-montaigne.fr)

avant le 1er septembre 2019.

Elles seront évaluées à l’aveugle par un jury idoine.

Les frais d’inscription au colloque sont de 70 euros.

Ce colloque donnera lieu à une publication dans Figures de l’art en juin 2020 (après sélection et validation des articles par un comité de lecture).

Comité de sélection

  • Lafargue Bernard PR Esthétique Université Bordeaux Montaigne / MICA
  • Croce Cécile MCF-HDR Arts plastiques  IUT Bordeaux Montaigne / MICA
  • Lampropoulos Apostolos PR Littérature comparée  Université Bordeaux Montaigne / TELEM
  • Ollier Nicole PR Littérature Université Bordeaux Montaigne / CLIMAS
  • Lahuerta Claire PR Arts plastiques Université de Lorraine et de Metz / CREM

The ADS axis (Art/Design/Scenography) of the laboratory MICA (EA 4426) of Bordeaux Montaigne University is organizing a symposium on the 25th, 26th and 27th November 2019 at Bordeaux Montaigne University (MSHA) and at the Forum of Arts and Culture (Talence)

Problematics

During a famous symposium, at Cerisy in 1980, Jacques Derrida asked two questions to Louis Marin, who just proposed a brilliant structural and freudian interpretation of Giorgione's La Tempesta. The first concerns his introduction: “Why start – aim at – analyzing the painting by the couple of stunted columns? Is it a part as any other of a series of double artefacta which we can find on the canvas, or a true “transcendental” of the analyzing of the painting?”

The second one aims to ascertain what a “feminine analysis” of the painting would be of. Those two questions, assures Derrida with a feinted naivety, might be perceived as only one, leaving Louis Marin deeply disturbed as the spiritual father of the aesthetic renewal of art history stated by Daniel Arasse, Georges Didi-Huberman or Gérard Wajcman. In his answer, the philosopher, who splendidly deciphered the painter's signature in an emasculating figure of Gorgô of which the two oculi on the wall would be his eyes, approaches the figurability of inchoate elements in all works of art, whose significance are revealed throughout different occurrences in time.

Since the 60's in fact, many work of art, especially Camp and Drag performances from Warhol to the Body Art, were inspired by those of Duchamp/Rrsose Sélavy and “artialise” a queer sensibility.

In 1990, Judith Butler would be the first to understand the philosophical contents, publishing Gender Trouble; a book which takes from French Theory to create an other, the Queer Theory, which does not bother with anatomical or social destiny to put forward the performativity of gender and of sexe. Quickly translated in many languages, Gender Trouble will have a very noticeable impact on literary and movie studies, rapidly generating a heuristic acting out. Paradoxically, the same can not be said about aesthetic studies. Why? What are the oppositions? How can the queer way of thinking give back their inherent infinite “openness” to works of art?

This is the main goal of this international symposium, divided in three big aspects: philosophy, art history and aesthetics; and will be accompanied by performances and an exhibition.

Modality

The proposal (no more than 1 page + CV of about 10 lines max) will be sent to Bernard Lafargue (bernard.lafargue9@gmail.com) and Cécile Croce (cecile.croce@iut.u-bordeaux-montaigne.fr)

before the 1st of September 2019.

They will be evaluated in double blind study by an adequate jury.

Registration fees for the symposium are of 70 euros.

This symposium will result by the publication in Figures de l'art in June 2020 (after selection and validation of the articles by a reading comity).

Sélection Committee

  • Lafargue Bernard PR Esthétique Université Bordeaux Montaigne / MICA
  • Croce Cécile MCF-HDR Arts plastiques  IUT Bordeaux Montaigne / MICA
  • Lampropoulos Apostolos PR Littérature comparée  Université Bordeaux Montaigne / TELEM
  • Ollier Nicole PR Littérature Université Bordeaux Montaigne / CLIMAS
  • Lahuerta Claire PR Arts plastiques Université de Lorraine et de Metz / CREM

Places

  • MSHA - 10 Esplanade des Antilles
    Pessac, France (33607)
  • Forum des Arts et de la Culture - Place Alcala de Hénares
    Talence, France (33400)

Date(s)

  • Sunday, September 01, 2019

Keywords

  • genre, art, représentation, philosophie, esthétique

Contact(s)

  • Bernard Lafargue
    courriel : bernard [dot] lafargue9 [at] gmail [dot] com
  • Cécile Croce
    courriel : cecile [dot] croce [at] iut [dot] u-bordeaux-montaigne [dot] fr

Information source

  • Thomas Brunel
    courriel : thomas_brunel [at] hotmail [dot] fr

To cite this announcement

« Queerising the aesthetics », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, July 09, 2019, https://calenda.org/647027

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal