HomeDouble exposure

Double exposure

Doublement exposée

exPosition journal

Revue exPosition

*  *  *

Published on Tuesday, July 30, 2019 by Céline Guilleux

Summary

Le prochain numéro de la revue exPosition propose un dossier intitulé Doublement exposée. Ce thème répond d’abord à une double nécessité, théorique et pratique. Il fait aussi référence à deux situations. Premièrement, celle de la « double exposition » d’une même œuvre, qui peut être exposée selon deux statuts différents, au fil de ses itérations successives. Deuxièmement, celle de la seconde présentation d’une exposition, dans un nouvel espace ou dans une temporalité différente.

Announcement

Coordonné par Christine Bernier.

Argumentaire

Le prochain numéro de la revue exPosition propose un dossier intitulé Doublement exposée. Ce thème répond d’abord à une double nécessité, théorique et pratique. Il fait aussi référence à deux situations. Premièrement, celle de la « double exposition » d’une même œuvre, qui peut être exposée selon deux statuts différents, au fil de ses itérations successives. Deuxièmement, celle de la seconde présentation d’une exposition, dans un nouvel espace ou dans une temporalité différente.

L’ouvrage de Mieke Bal intitulé Double Exposure. The Subject of Cultural Analysis (1996) est la référence théorique qui infléchit notre réflexion pour ce thème du sixième numéro de la revue exPosition. Dans son livre, la théoricienne de la culture examine des expositions tenues dans les musées et propose une analyse critique (critical analysis) des musées, non comme objets d’étude en soi, mais plutôt comme producteurs du discours qui y est déployé. Ainsi, selon Bal, le geste de montrer peut être considéré comme un acte discursif, ou plutôt comme un acte de discours spécifique. Il est important de préciser qu’il s’agit non pas de l’examen des textes produits par une institution, mais bien de l’étude de l’exposition comme acte de monstration. En effet, ce discours des musées (et autres lieux d’exposition) implique un phénomène aux possibilités d’interprétation importantes :  

"Un ensemble d’habitudes sémiotiques et épistémologiques qui permettent et prescrivent les manières de communiquer et de penser. […] Selon le verbe grec de montrer, un tel discours est apo-deictic : affirmatif, démonstratif et autoritaire d’une part, et d’autre part, ouvert et présenté sous forme d’opinion[1]."

Ainsi, l’acte de monstration n’est pas un langage, mais il sous-tend un discours institutionnel, public ou émergent, celui de l’exposition. Ce thème peut se décliner selon différentes questions de recherche telles que :

  • Les transitions d’une œuvre, de l’espace public vers l’espace institutionnel et l’impact de ce déplacement sur le statut de cet objet d’art.
  • Les mutations de la signification de l’œuvre dans son passage, lors d’une exposition, de la sphère locale à la sphère globale.
  • Les glissements sémantiques qu’on peut identifier lors de la circulation (locale ou internationale) d’une même exposition collective.
  • Les choix scénographiques déterminés par le lieu d’exposition, mis en contraste avec un autre espace, pour une exposition monographique.
  • Les nouvelles itérations contemporaines d’expositions historiques.
  • Les passages impliquant la circulation des œuvres dans un contexte numérique, lorsqu’elles créent un effet de double mise en exposition.
  • La part faite à l’haptique, lorsque le visuel est théoriquement et physiquement moins présent que le sonore ou le tactile dans l’espace et qu’un deuxième, ou « double sens », est sollicité.

Ce numéro de la revue exPosition souhaite rassembler des textes de chercheurs universitaires, conservateurs de musée, commissaires d’expositions et directeurs de centres d’artistes, qui s’impliquent de manière théorique et/ou pratique en Europe et dans les Amériques. Ce numéro de la revue exPosition souhaite aussi accueillir des textes dans sa rubrique Varia.

Conditions de soumission

Les propositions pourront être soumises à Christine Bernier, la coordinatrice de ce dossier thématique

jusqu’au 25 septembre 2019

à l’adresse suivante : christine.bernier@umontreal.ca. Ces textes prendront la forme d’un résumé de 3000 signes maximum, contenant un titre – même provisoire – et une problématique précise.

En cas d’avis positif (courant octobre 2019), l’auteur s’engagera à remettre son article entièrement rédigé (30 000 signes maximum, espaces et notes incluses) en s’assurant impérativement du respect des normes de la revue pour le 31 janvier 2020.

Une fois reçu, le texte sera anonymé et soumis à une évaluation en double aveugle assurée par les membres du comité de rédaction et les experts extérieurs formant le comité de lecture propre à chaque numéro. À l’issue du processus d’évaluation, l’auteur recevra les avis argumentés de ses deux relecteurs, ainsi que celui du coordinateur du numéro. Son texte pourra être accepté, soumis à correction ou refusé.

[1] Mieke Bal, Double Exposure. The Subject of Cultural Analysis, New York et Londres, Routledge, 1996, p. 3.

Date(s)

  • Wednesday, September 25, 2019

Keywords

  • exposition

Contact(s)

  • Hélène Trespeuch
    courriel : helene [dot] trespeuch [at] revue-exposition [dot] com
  • Christine Bernier
    courriel : christine [dot] bernier [at] umontreal [dot] ca

Reference Urls

Information source

  • Hélène Trespeuch
    courriel : helene [dot] trespeuch [at] revue-exposition [dot] com

To cite this announcement

« Double exposure », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, July 30, 2019, https://calenda.org/654727

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal