Página inicialArchives de la diaspora - Diaspora des archives

Archives de la diaspora - Diaspora des archives

Archives of the Diaspora - Diaspora of the Archives

Archive der Diaspora - Diaspora der Archive

Penser la mémoire de la dispersion à partir de l’espace germanophone

The Memory of Dispersion in the German-speaking World

Gedächtnisse der Zerstreuung im deutschsprachigen Raum

*  *  *

Publicado terça, 05 de novembro de 2019 por Anastasia Giardinelli

Resumo

Les archives comme lieu de transmission et de mémoire intéressent tout un chacun. Que ce soit sous la forme d’écrits, de photos, ou même d’objets, elles rendent tangibles la mobilité, contrainte ou choisie, qui a souvent accompagné les vies juives. Plutôt que de partir d’une conception de l’archive qui essentialise le document, ce colloque propose de saisir la dynamique propre à la diaspora juive dans et à travers les archives. Comment reconstituer un parcours ou un fonds sans trahir le caractère dispersé et lacunaire des traces ? Quelle forme donner alors à une histoire du lien et du réseau, mais aussi de la fragmentation et de l’absence ?

Anúncio

Colloque, Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, Paris, 11-12 juin 2020

Argumentaire

Les archives comme lieu de transmission et de mémoire, que ce soit sous la forme d’écrits, de photos ou même d’objets, intéressent tout un chacun. Dans le sillage des études culturelles mais aussi dans un contexte de numérisation croissante de documents d’archives à l’échelle globale, les projets de recherche s’intéressant aux archives comme lieu stratégique de production du savoir se multiplient depuis quelque temps.

Dans ce contexte, plusieurs problèmes se posent aux recherches en histoire juive : beaucoup de fonds ont disparu, d’autres ont subi des déplacements de leur lieu d’origine (ou de production) au fil de l’histoire et il existe souvent des archives partielles d’un même corpus dans des endroits différents. Comme l’ont récemment souligné Joachim Schlör, Lisa M. Leff et James Jordan (Jewish Migration and the Archive, 2017), les déplacements d’archives s’expliquent, entre autres, par la mobilité, contrainte ou choisie, qui a souvent accompagné les vies juives. Une partie de l’histoire juive est en effet une histoire de la migration et de la dispersion : migration des zones rurales vers les villes, à l’intérieur d’une ville, d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre. Vu sous cet angle, les archives de la diaspora sont une source pour comprendre comment une population minoritaire se pensait dans le monde et se représentait ce dernier.

Ce colloque se propose d’interroger, en partant des juifs issus de l’espace germanophone ou ayant transité par celui-ci, le lien dialectique entre les archives, comme lieu de collecte, et la diaspora comme dispersion. Plutôt que de partir d’une conception de l’archive qui a tendance à essentialiser le document et son contenu, il s’agira de saisir dans et à travers les archives la dynamique propre à la diaspora juive, qui est une histoire du mouvement, du lien et du réseau, mais aussi de la fragmentation et de l’absence. L’archive juive peut en effet raconter une histoire de la dispersion qui a des répercussions directes sur le travail des chercheur.e.s. Quel parcours doivent-ils effectuer pour les trouver ? Quelle importance prend le lieu où elles se trouvent ? Que faire d’un corpus qui par son caractère fragmenté et lacunaire se soustrait aux principes d’ordre, de complétude et d’objectivité du travail de l’historien ? Peut-on le cartographier ? À quel passé a-t-on accès dans ces cas-là ?

Les communications attendues pourront être consacrées aux archives d’une personnalité ou d’un groupe d’individus pour analyser les phénomènes de dispersion ou d’émergence de polarités. Les moyens permettant aux chercheur.e.s de rendre compte de cette dispersion et de

la matérialiser seront également pris en compte, de même que les moyens mis en œuvre par certains acteurs pour collecter les pièces dispersées et reconstituer un fonds d’archives cohérent. Qu’est-ce qui est gardé dans une archive et transporté d’un lieu à un autre ? Qu’est-ce qui est perdu ?

On peut prendre comme point de départ le contact physique et intime avec l’archive (boites, documents, fragments…), les émotions qu’elle peut susciter, les conflits (notamment de propriété) auxquels elle peut donner lieu, les manières dont elle est exposée. Depuis quelque temps, on a aussi accès à des archives orales sous forme dématérialisée. Les pratiques issues des humanités numériques peuvent constituer des possibilités pour rendre tangible la dispersion et pour rendre accessible le matériau dispersé.

Modalités de soumission

Les propositions de communications en français, allemand ou anglais doivent être envoyées

au plus tard le 30 novembre 2019 à : diasporas@sorbonne-nouvelle.fr

Les informations à envoyer dans vos propositions sont :

  • Nom, prénom et institution de rattachement
  • Un titre et un résumé de la communication (500 mots maximum en français, allemand ou anglais)
  • Une courte présentation personnelle comprenant notamment vos orientations de recherche, vos dernières publications etc. (2-3 lignes)

Une réponse sera donnée pour le 15 janvier 2020.

Comité d'organisation

  • Patrick Farges (Université de Paris)
  • Sonia Goldblum (Université de Haute Alsace)
  • Heidi Knörzer (Ecole polytechnique)
  • Katja Schubert (Université Paris Nanterre)
  • Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/IUF)

Categorias

Locais

  • Musée d'art et d'histoire du judaïsme, Paris
    Paris, França (75)

Datas

  • sábado, 30 de novembro de 2019

Palavras-chave

  • diaspora, archives, minorités juives

Contactos

  • Heidi Knorzer
    courriel : heidiknoerzer [at] web [dot] de

Fonte da informação

  • Heidi Knorzer
    courriel : heidiknoerzer [at] web [dot] de

Para citar este anúncio

« Archives de la diaspora - Diaspora des archives », Chamada de trabalhos, Calenda, Publicado terça, 05 de novembro de 2019, https://calenda.org/699605

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal