InicioLes activités de raquette : comprendre et intervenir

*  *  *

Publicado el lunes 23 de diciembre de 2019 por Elsa Zotian

Resumen

Les activités de raquette font référence à toutes formes de pratiques corporelles dont le principe repose sur le fait de capitaliser des points, seul ou à deux, en agissant sur un mobile à l’aide d’une raquette dans une surface de jeu délimitée. À partir d’un ancrage commun dans le jeu de paume, ces activités se sont diversifiées autour d’un noyau dur (tennis, tennis de table, badminton, squash), et continuent d’évoluer, comme l’illustrent le développement actuel du padel-tennis et l’émergence d’une multitude de pratiques « alternatives » (beach tennis, street tennis, plumfoot, speedminton, blackminton…). Répondant à des logiques d’engagement de plus en plus variées, les activités de raquette, objet de passion(s) pour les pratiquants, deviennent simultanément un objet de réflexion de plus en plus complexe nécessitant un regard pluridisciplinaire.

Anuncio

Ce congrès s’adresse aux acteurs du monde académique, enseignants-chercheurs, doctorants, mais aussi aux acteurs du monde professionnel. La première journée sera prioritairement dédiée à la présentation des travaux de recherche sélectionnés par le comité scientifique et la seconde à la présentation des travaux professionnels et aux jeunes doctorant(e)s.

Argumentaire

Selon Gomet et Bauer (2014), les activités de raquette font référence à toutes formes de pratiques corporelles dont le principe repose sur le fait de capitaliser des points, seul ou à deux, en agissant sur un mobile à l’aide d’une raquette dans une surface de jeu délimitée. À partir d’un ancrage commun dans le jeu de paume, ces activités se sont diversifiées autour d’un noyau dur (tennis, tennis de table, badminton, squash), et continuent d’évoluer (Méry, 2008), comme l’illustrent le développement actuel du padel-tennis et l’émergence d’une multitude de pratiques « alternatives » (beach tennis, street tennis, plumfoot, speedminton, blackminton…). Répondant à des logiques d’engagement de plus en plus variées, les activités de raquette, objet de passion(s) pour les pratiquants, deviennent simultanément un objet de réflexion de plus en plus complexe nécessitant un regard pluridisciplinaire.

Dans ce contexte, un ouvrage intitulé « Regards sur les activités de raquette », à paraître début 2020 aux éditions AFRAPS, avait pour objectif de proposer une synthèse actualisée des connaissances sur ces activités, à destination d’étudiants, d’enseignants d’EPS, d’enseignants-chercheurs ou encore d’entraîneurs (Visioli et Petiot, à paraître). Les activités de raquette sont envisagées du point de vue des sciences de la vie, des sciences sociales, des sciences humaines, mais également d’un point de vue professionnel, en Education Physique et Sportive d’une part, et en milieu fédéral d’autre part. Le présent colloque s’inscrit dans le prolongement de cet ouvrage. Il vise à enrichir la réflexion afin de mieux comprendre et intervenir dans les activités de raquette, à partir de différents éclairages scientifiques et professionnels.

Trois axes scientifiques sont proposés : 

  • Axe 1

Selon une récente étude, les activités de raquette semblent particulièrement intéressantes dans le cadre d’une politique de santé par la pratique physique (Oja et al., 2017). Le regard dessciences de la vie permet de mieux comprendre les sollicitations biomécaniques et physiologiques liées aux activités de raquette, dans une double perspective d’optimisation de la performance et d’éducation à la santé (Martin, 2018). Quels sont les apports des travaux récents pour penser la préparation physique et la gestion des blessures dans les activités de raquette ?

  • Axe 2

L’évolution des activités de raquette dans la société peut être interrogée en termes de permanences et de transformations, pour mieux cerner les évolutions des pratiques et les représentations du corps sous-jacentes (Peter, 2015). A l’aune du prisme des sciences sociales, comment peut-on analyser les jeux de filiations entre ces activités et leur processus de diversification (Lessage, 2012) ? Comment se pose la question des processus de démocratisation culturelle et sexuée dans le cadre des activités de raquette ?

  • Axe 3

Les sciences humaines s’intéressent particulièrement aux déterminants psychologiques de la pratique et de l’intervention dans les activités de raquette. Comment appréhender l’activité perceptivo-motrice du joueur (Triolet et al., 2013), mais aussi les dimensions affectives engagées au cœur de l’opposition (Martinentet al., 2018) ? De ces questions dépendent certainement l’efficacité des procédures d’intervention pour accompagner le progrès des pratiquants (Ensergueix et Lafont, 2011).

Deux axes professionnels seront également abordés.

  • Axe 4

Les activités de raquette occupent une place de plus en plus importante à l’école depuis le début des années 1980. Comment expliquer le succès du badminton, et dans une moindre mesure du tennis de table, alors que les autres activités (dont le tennis) sont laissées à distance des programmations (Gomet & Bauer, 2014) ? En relation avec l’évolution des conceptions de l’enseignement des activités de raquette en EPS (Roure, 2012), des choix didactiques et pédagogiques sont privilégiés. Quelles propositions peuvent être formulées pour l’enseignement des activités de raquette en EPS afin de favoriser l’engagement de tous les élèves ?

  • Axe 5

Dans leur processus de professionnalisation, les organisations fédérales doivent plus que jamais allier politique de haut niveau et objectif de sport pour tous. C’est pourquoi des propositions professionnelles à destination des entraîneurs (Sève, 2000) ou des préparateurs physiques (Hidalgo & Mazerie, 2018) pourront être formulées. Quels sont les déterminants de la performance communs et spécifiques aux différentes activités de raquette ? Il s’agira ici à la fois d’aborder les problématiques liées à la détection et à la formation du joueur, les compétences de l’entraîneur, mais aussi la prise en compte des publics particuliers, au moment où le parabadminton devient olympique (2020).

Conditions de soumission

Les propositions de contribution se font via un formulaire en ligne : https://biennale-afraps.univ-littoral.fr/soumissions/

Elles peuvent comprendre 300 mots maximum.

Date limite d’envoi des résumés : 01/04/2020

Comité scientifiques

  • Augustin, Jean-Pierre (Université Bordeaux Montaigne, France)
  • Bauer, Thomas (Université de Limoges, France)
  • Benguigui, Nicolas (Université de Caen Basse Normandie, France)
  • Bréau, Antoine (Université de Lausanne, Suisse)
  • Bui-Xuân, Gilles (Université d’Artois, France)
  • Calléde, Jean-Paul (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, France)
  • Carlier, Ghislain (Université Catholique de Louvain, Belgique)
  • Cogérino, Geneviève (Université Claude Bernard Lyon 1, France)
  • Collard, Luc (Université Paris Descartes, France)
  • Cloes, Marc (Université de Liège, Belgique)
  • Dieu, Olivier (Université du Littoral Côte d’Opale, France)
  • Dugas, Eric (ESPE d’Aquitaine – Université de Bordeaux, France)
  • Fuchs, Julien (Université de Brest, France)
  • Desbiens, Jean-François (Université de Sherbrooke, Québec)
  • Ferez, Sylvain (Université de Montpellier, France)
  • Gal-Petifaux, Nathalie (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, France)
  • Gleyse, Jacques (ESPE de Montpellier, France)
  • Gomet, Doriane (Université Catholique de l’Ouest Bretagne Sud, France)
  • Grall, Julie (Université de Brest, France)
  • Joing, Isabelle (Université de Lille, France)
  • Joncheray, Hélène (INSEP, France)
  • Jubeau, Marc (Université de Nantes, France)
  • Laffage-Cosnier, Sébastien (Université de Besançon, France)
  • Lesage, Thierry (Université de Paris Descartes, France)
  • Llena, Clément (Université de Lille, France)
  • Marcellini, Anne (Université de Lausanne, Suisse)
  • Martin, Caroline (Université de Rennes 2, France)
  • Martinent, Guillaume (Université Claude Bernard Lyon 1, France)
  • Mascret, Nicolas (Université d’Aix-Marseille, France)
  • Mikulovic, Jacques (Directeur de l’INSHEA, Paris, France)
  • Monier, Brice (Université de Lorraine, France)
  • Mousset, Killian (Université Claude Bernard Lyon 1, France)
  • Morel Pierre (Université du Littoral Côte d’Opale, France)
  • Munoz, Laurence (Université du Littoral Côte d’Opale, France)
  • Phomsoupha, Mickaël (Université Catholique de l’Ouest Bretagne Sud)
  • Petiot, Oriane (Université de Rennes 2, France)
  • Richard, Rémy (Université de Montpellier, France)
  • Robene, Luc (Université de Bordeaux, France)
  • Roure, Cédric (HEP canton de Vaud, Lausanne, Suisse)
  • Sève, Carole (Inspection Générale EPS, Université de Nantes, France)
  • Sirost, Olivier (Université de Rouen, France)
  • Soares, Carmen (Université Unicamp, Brésil)
  • Suchet, André (Université de Bordeaux)
  • Tardif, Maurice (Université de Montréal, Québec, Canada)
  • Terret, Thierry (Délégué ministériel JO Paris, France)
  • Triolet, Céline (Université Paris-Sud Orléans, France)
  • Visioli, Jérôme (Université de Rennes 2, France)
  • Vivier, Christian (Université de Franche-Comté, France)
  • Vors, Olivier (Université d’Aix-Marseille, France)
  • Coordination des expertises : Jérôme Visioli & Oriane Petiot.

Lugares

  • Département STAPS de l’Université du Littoral Côte d’Opale, 220 rue Ferdinand Buisson
    Calais, Francia (62)

Fecha(s)

  • miércoles 01 de abril de 2020

Archivos adjuntos

Palabras claves

  • sport de raquettes, STAPS, physiologie, biomécanique, éducation physique et sportive

Contactos

  • Clement Llena
    courriel : clement [dot] llena [at] univ-lille [dot] fr

Fuente de la información

  • Clement Llena
    courriel : clement [dot] llena [at] univ-lille [dot] fr

Para citar este anuncio

« Les activités de raquette : comprendre et intervenir », Convocatoria de ponencias, Calenda, Publicado el lunes 23 de diciembre de 2019, https://calenda.org/728316

Archivar este anuncio

  • Google Agenda
  • iCal