HomeThe connected world and intercultural approaches: towards a new paradigm of borders?

The connected world and intercultural approaches: towards a new paradigm of borders?

Le monde connecté et les approches interculturelles : vers un nouveau paradigme des frontières ?

GLAT 2020

GLAT 2020

*  *  *

Published on Monday, January 27, 2020 by Elsa Zotian

Summary

Actuellement, un regard porté sur des terrains multiples qui ont vocation ou qui, tout simplement, apparaissent comme des vecteurs idéaux de formation interculturelle nous poussent à constater que la société interculturelle, pour reprendre le titre de Verbunt (2005), est ambigüe. Ainsi, ces mêmes espaces médiatiques qui favorisent les relations interculturelles, qui permettent la construction d'une culture globale, – on pense aux nombreux projets européens (formation, recherche), aux nombreuses collaborations économiques internationales – semblent également favoriser les manipulations idéologiques. L'interculturel devient violence, rappelant en cela les propos de Demorgon : « L'interculturel volontaire ne peut ignorer qu'il est lié à l'interculturel factuel. Celui-ci, pacifique ou violent, ... » (2003 : 45). L'interculturel demeure-t-il interculturel dès lors qu'il aborde ce visage de la fermeture à l'Autre, dès lors qu'il se complaît, sans les interroger, dans les « évidences invisibles » ? (Carroll 1991).

Announcement

Argumentaire

Depuis les approches phénoménologiques, on sait que nous co-construisons la réalité avec nos perceptions, nos appréhensions du monde. Le monde est ce que nous percevons et notre capacité de perception est, à de nombreuses reprises, conditionnée par des facteurs qui déterminent notre conception des choses, des personnes, de l'espace, du temps. Nos relations sociales, nos processus de culturalisation, les progrès technologiques et la consommation du contenu médiatique nous ont amenés à générer des processus d'apprentissage social qui nous déplacent culturellement.

À la suite des progrès technologiques et des mutations des sociétés contemporaines, nous vivons dans une époque où d'une part, une nouvelle perspective se dessine vers une société interculturelle qui affirme la nécessité des normes et d'un langage communs, basée sur la reconnaissance de la diversité culturelle, sur l'ouverture de différents ensembles culturels et sur l'acceptation du changement. Une société, d'autre part, où les technologies de l'information et de la communication ont pris une place décisive, notamment dans le domaine de l'apprentissage et de l'acquisition de la compétence interculturelle, c'est-à-dire, de la « manière d'analyser la diversité culturelle » (Meunier, 2007).

Dépassant la simple comparaison et/ou l'identification à un autre groupe culturel, l'interculturel bâtit des passerelles entre les cultures dans le but d'un échange et d'un enrichissement mutuel, tout en ouvrant une nouvelle perspective : celle des regards croisés.

En effet, le concept de compétence interculturelle présuppose des connaissances et des savoir-faire d'ordre linguistique mais également d'ordre social et/ou anthropologique qui rajoutent à la notion de culture une dimension beaucoup plus ample. L'individu y est situé en tant qu'être social qui excède le simple statut de produit de sa culture pour en constituer l'un de ses principaux acteurs ; langue et culture deviennent, dans ce contexte, le « lieu de mise en scène de soi et d'autrui » (Abdallah Pretceille, 1999). Que devient cette mise en scène dans ce monde connecté en permanence, c'est-à-dire passant toujours par une médiation comme « processus de transformation [...] produit sur les comportements [par] le dispositif technique » ? (Burton et al., 2011).

Actuellement, un regard porté sur des terrains multiples qui ont vocation ou qui, tout simplement, apparaissent comme des vecteurs idéaux de formation interculturelle nous poussent à constater que la société interculturelle, pour reprendre le titre de Verbunt (2005), est ambigüe. Ainsi, ces mêmes espaces médiatiques qui favorisent les relations interculturelles, qui permettent la construction d'une culture globale, -on pense aux nombreux projets européens (formation, recherche), aux nombreuses collaborations économiques internationales- semblent également favoriser les manipulations idéologiques. L'interculturel devient violence, rappelant en cela les propos de Demorgon :

« L'interculturel volontaire ne peut ignorer qu'il est lié à l'interculturel factuel. Celui-ci, pacifique ou violent, ... » (2003 : 45). L'interculturel demeure-t-il interculturel dès lors qu'il aborde ce visage de la fermeture à l'Autre, dès lors qu'il se complaît, sans les interroger, dans les « évidences invisibles » ? (Carroll 1991).

C'est à travers les discours dans les médias, dans les réseaux sociaux, dans les espaces de formations variés, appréhendés comme micro-société interculturelle que cette question pourra être abordée. La notion de frontières est ainsi à repenser face à ce monde globalisé virtuel qui traverse le temps et l'espace et qui peut mener à la fois à l'ouverture et à la connaissance/reconnaissance de l'autre, mais aussi à la création de nouvelles frontières/barrières par exemple les groupes mondialisés qui se retrouvent au nom de la haine de l'autre. Des discours exprimant des couples a priori contradictoires semblent ainsi émerger lorsqu'il s'agit d'interculturel : global face au local, internationalisation/hybridisation,   etc.

L'objectif du GLAT 2020 est, en définitive, d'interroger, dans une approche interdisciplinaire et plurilingue, ces espaces connectés qui favorisent le commun des diversités afin de comprendre quels représentations et paradigmes sur l'interculturel et les relations à l'Autre, ces espaces cherchent à développer.

Pour cette 13ème édition du colloque international du GLAT, deux tables rondes s’ajouteront aux conférences et communications.

Les communications pourront s'orienter autour des 5 axes thématiques suivants :

Axes thématiques

Linguistique Appliquée et TIC : nouveaux échanges interculturels

  • Nouveaux espaces virtuels (pop-up, tweets, sms, blog, réseaux sociaux, ), nouveaux enjeux interculturels
  • Médiatisation et ambiguïté des interactions discursives dans les domaines spécialisés (tourisme interculturel, discours écologiques, juridiques, )
  • Économie : nouveaux défis dans les médiations interculturelles
  • Cybermarketing et cyberpublicité

Interculturalité et TIC : nouvelles approches linguistiques et littéraires

  • Les TIC : carrefour culturel multi et interlinguistique
  • Traduction : nouveaux enjeux interculturels sur les TIC
  • Construction, déconstruction et reconstruction des discours médiatiques
  • TIC et  interculturalité  :  à  la  découverte  de  nouveaux  imaginaires  (manifestations  ludiques, humoristiques, )
  • TIC, linguistique et littérature : influence de la science-fiction sur la construction du cyberespace

Dialogue interculturel et TIC : Lexicologie, terminologie et lexicographie

  • Lexique, terminologie et phraséologie : dialogue des cultures sur les TIC (expressions imagées, emprunts extérieurs, culturèmes, )
  • Lexicographie et TIC : vers une dimension interculturelle

Vers une nouvelle didactique des langues et des cultures au moyen des TIC

  • Quel peut  être  le  rôle  et  la  place  des  TIC  dans  une  approche  interactionniste,  sociale  et socioconstructiviste de l'apprentissage ?
  • Quels outils pour une classe à la découverte de l'interculturalité ?
  • Linguistique et TIC : quels enjeux pour l'apprentissage des langues ?
  • Francophonie : intégration pédagogique des TIC pour un univers interculturel connecté

Approche sociologique, anthropologique, culturelle dans un monde connecté

  • Interculturalité à l'ère de la mondialisation : à la recherche des traces identitaires
  • Interculturalité, manipulation idéologique et médiation
  • Stéréotypes et clichés culturels sur les réseaux sociaux
  • Réseaux sociaux et genre : des regards
  • Brouillage des frontières réelles et imaginaires : vers l'intégration et l'interculturalité
  • Nouveaux mythes d'une société interculturelle

Pré-programme

Conférences plénières

  • Veronica Crosbie, Maître de conférences, Dublin City University, Irlande
  • Alison  Gourvès-Hayward, Professeur, Chef du département Langues et  Culture Internationale, IMT Atlantique, Campus de Brest, France
  • Brigitte Lépinette, Professeur des universités, Faculté de Philologie, Traduction et communication de l'Université de Valencia, Espagne

Tables rondes

Deux projets : Machinima (Second Life) et WebQuest

Animée par Mercedes Eurrutia Cavero, Maître de conférences, Université de Murcie, Espagne.

Avec :  

  • María Elena  
  • Baynat Monreal,  
  • Mercedes López Santiago,  
  • Mercedes Sanz Gil,  
  • Universitat  de València,
  • Universitat Politècnica de València,
  • Universitat Jaume I de Castellón, Espagne.

Médiations et manipulations

Animée par Juan Miguel Aguado, Professeur des universités à la Faculté de Communication et Documentation de l´Université de Murcie, exdirecteur général de  radiotélévision de la région. 

Conditions de soumission

Les propositions de communications peuvent être soumises en français, en espagnol, en anglais, en italien ou en allemand. Elles doivent être accompagnées d'une brève notice biographique et présentées sous format Word ou compatible: titre (dans la langue choisie et aussi en anglais), axe thématique, mots-clés (5 au maximum), résumé de 500 mots maximum et au moins 5 références bibliographiques.

Veuillez déposer ces documents sur le site : https://glat2020murcia.sciencesconf.org

avant le 29 février 2020

Les notifications du comité scientifique, ainsi que les autres dates importantes, seront transmises avant le 24 février 2020. Les inscriptions seront ouvertes à partir de cette date.

Les langues du colloque du colloque seront, l'anglais, l'espagnol, le français, l'italien et l'allemand. Tous

les diaporamas (PowerPoint ou autre) seront rédigés dans une autre langue que la langue de présentation orale afin de faciliter la compréhension des participants au colloque. Par exemple, si vous faites une présentation dans une langue romane, vos slides pourraient être en anglais.

Les présentations seront d'une durée de 15 minutes, suivies de 5 minutes de discussion.

Pour plus d'informations : catherine.sable@imt-atlantique.fr/melena.baynat@uv.es

Prix d'inscription

  • 170 € communicants et non communicants, avant le 25 mars 2020
  • 200 € communicants et non communicants, à partir du 26 mars 2020
  • 130 € communicants étudiants en doctorat

Ces tarifs comprennent 3 repas, les pauses-café et la publication des articles.

20 € étudiants en Licence, en Master et en Doctorat (sans communication).

Ce tarif ne comprend que les pauses-café.

Inscription au Congrès sur le site web : https://glat2020murcia.sciencesconf.org

Comité scientifique

  • Dagmar Abendroth-Timmer (Université de Siegen, Allemagne).
  • Mª Elena Baynat Monreal (Université de Valence, Espagne)
  • Nicolás Campos Plaza (Université de Murcia, Espagne)
  • Loreto Cantón Rodriguez(Université d’Almeria, Espagne)
  • Odile Challe (Université Paris Dauphine, France)
  • Michele De Gioia (Università degli Studi di Padova, Italie)
  • Jean-Marc Delagneau (Université du Havre, France)
  • Mercedes Eurrutia Cavero (Université de Murcie, Espagne)
  • Alison Gourvès-Hayward (IMT Atlantique, Campus de Brest, France)
  • John Humbley (Université Paris 7, France)
  • Aimée Johansen (IMT Atlantique, Campus de Brest, France)
  • Ioannis Kanellos (IMT Atlantique, Campus de Brest, France)
  • Véronique Lemoine-Bresson (Université de Lorraine, France)
  • Mercedes López Santiago (Universitat Politècnica de València, Espagne)
  • Sonia Madrid Cánovas(Université de Murcie, Espagne)
  • Mario Marcon (ATILF - UMR 7118 CNRS/Université de Lorraine, France)
  • Flor Mena Martínez (Université de Murcie, Espagne)
  • Christophe Morace (ENSTA Bretagne, France)
  • Micaela Rossi (Université de Gênes, Italie)
  • Cathy Sablé (IMT Atlantique, Campus de Brest, France)
  • Mercedes Sanz Gil (Université Jaume I de Castellon, Espagne)
  • Dolores Thion (Université de Pau, France)
  • Marta Tordesillas(Université Autonome de Madrid, Espagne)

Comité d'organisation

  • Marine Abraham (Université de Murcie, Espagne)
  • Aranzazu Gil Casadomet (Université Autonome de Madrid, Espagne)
  • Ismael Hlimi Amador (Université de Murcie, Espagne)
  • Aimée Johansen (IMT Atlantique, Campus de Brest, France)
  • Andrea Ladrón de Guevara Quintela (Université de Murcie, Espagne)
  • Karine Langlet, (IMT Atlantique, campus de Brest, France)
  • André Le Saout (IMT Atlantique, campus de Brest, France)
  • Hugo Martínez Moreno (Université de Murcie, Espagne)
  • Elena Meseguer Paños(Université de Murcie, Espagne)
  • María Navarro Ballester (Université de Murcie, Espagne)
  • María José Ros Manzanares (Université de Murcie, Espagne)
  • María Dolores Rubio Miras(Université de Murcie, Espagne)

Places

  • Faculté de Lettres de Murcia
    Murcia, Kingdom of Spain

Date(s)

  • Saturday, February 29, 2020

Keywords

  • interculturel, espaces virtuels, espaces littéraires, linguistique appliquée, terminologie, nouvelles frontières

Contact(s)

  • Catherine Sablé
    courriel : catheine [dot] sable [at] imt-atlantique [dot] fr
  • Maria Elena Baynat
    courriel : melena [dot] baynat [at] uv [dot] es

Reference Urls

Information source

  • Catherine Sablé
    courriel : catheine [dot] sable [at] imt-atlantique [dot] fr

To cite this announcement

« The connected world and intercultural approaches: towards a new paradigm of borders? », Call for papers, Calenda, Published on Monday, January 27, 2020, https://calenda.org/731546

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal