HomeBodies in movement(s)

HomeBodies in movement(s)

Bodies in movement(s)

Corps en mouvement(s)

*  *  *

Published on Thursday, February 20, 2020 by Céline Guilleux

Summary

L'appel à communications pour la journée d'étude « Corps en mouvement(s) », organisée par l'Association des doctorants de l'Ouest en confluences (AIDOC), est ouvert aux masterant·e·s, doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s. La thématique est comprise au sens large, et questionne à la  fois les relations entre l'évolution des corps et les identités individuelles, ou les performances, qu'elles soient artistiques, sportives, etc. Une approche davantage géographique et sociale permet d'envisager le sujet sous l'angle des déplacements et migrations ou des mouvements sociaux.

Announcement

La journée d'étude aura lieu le 10 septembre 2020

Argumentaire

Le corps, défini de manière large, n’est pas seulement un ensemble matériel constituant un organisme. Terme polysémique et pluriel, il est également compris comme « sujet et objet », et « est matière, […] signe et symbole » (VIGNAUX, 2013). Du corps matériel au corps symbolique, à la fois singulier et pluriel, le corps a suscité de nombreux questionnements en sciences humaines et sociales depuis les années 1960 (LE BRETON, 1990), notamment autour des normes, des médias, des perceptions et représentations à l’échelle individuelle et sociétale. Ce sujet reste encore aujourd’hui au cœur des débats politiques, sociaux et des recherches (colloque « Ecoute et figurabilité du corps en mouvement » en octobre 2019 à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, congrès « Le corps en mouvement » en 2017 à l’Université de Montpellier). Le mouvement est tout autant produit par le(s) corps que perçu, et peut être compris au sens de déplacement physique, de capacité d’action sur le plan individuel ou social, symbolique ou matériel.

Corps, identités et évolutions

Le corps, composante physique et matérielle de l’individu tout autant qu’élément d’un ensemble social, est l’objet de normes évoluant suivant les sociétés, les époques et les espaces. Les travaux de Georges Vigarello sont à ce titre fondateurs. Le mouvement est entendu comme un changement affectant à l’échelle sociale les représentations et les normes contraignant le corps, suivant un processus d’incorporation des normes (ELIAS ; 1969) et à l’échelle individuelle comme une évolution physique confrontée à diverses représentations. Les représentations des corps voilés, dévoilés, les vêtements en tant qu’attributs sociaux sont autant d’éléments à interroger. De plus, ces évolutions ont des conséquences sur les mouvements des corps, en leur imposant des limites, des normes, des cadres dans lesquels celui-ci est pensé et se manifeste. Enfin, les transformations du corps entrent en résonance avec la construction de soi, de l’individu en tant qu’être social. En ce sens, il convient d’interroger l’évolution du « corps-identité », en dépassant le dualisme traditionnel issu de la philosophie classique. Le corps, considéré comme un prolongement de l’esprit, renverrait à la définition même de l’essence de l’homme, à la fois miroir de sa vie intérieure en mouvement et révélation de sa substance.

Corps et performance

La thématique corps en mouvement(s) peut dès lors être comprise de multiples manières. Le mouvement peut d’abord être réalisé par le corps. Il est en ce sens action, performance, tout autant que déplacement spatial. Le mouvement est alors une traduction matérielle de la pensée, d’une intention dans l’espace physique, dont le corps est le médiateur, ce qui peut être souligné par le concept du « conatus » de Spinoza (idée de « persévérer dans son être »). Il s’agit d’interroger tout autant les capacités physiques des corps, les recherches de maximisation, de performance dans les arts et le sport, que les limites qui entravent ce mouvement. Si le mouvement est produit suivant différentes causes et processus, il est aussi pensé, vécu, perçu et interprété, ou représenté à travers différents médias, omniprésents dans la société occidentale actuelle.

Corps et déplacement(s)

La notion de mouvement(s) invite à questionner les spatialités, l’espace physique et géographique dans lesquels se manifeste le corps. Dans le cadre des migrations, tant actuelles que passées, la question des frontières, des mouvements autorisés ou limités, de l’expérience vécue du corps forme quelques pistes à explorer, non exhaustives. Le corps en mouvement est ainsi à penser comme un corps en situation dans un contexte socio-culturel et physique, environnemental (le rapport à la nature, au paysage, au monde urbain, etc. sont par exemple des pistes à interroger).  Comment ces déplacements, individuels ou collectifs, sont-ils vécus, perçus et représentés à travers le corps ? Quels sont les impacts sur les espaces, leurs usages et leur perception ?

Corps collectifs et mouvements sociaux

Le(s) corps et le(s) mouvement(s) soulève(nt) enfin la problématique de la dialectique entre l’ensemble et le particulier, entre l’individu et la société qui peut être interrogée au prisme des mouvements comme courant de pensée ou d’action collective pensant ou mettant en scène le corps. Il s’agit alors de questionner les dynamiques du « faire corps » (ACETI, JACCOUD, TISSOT, 2018). Comment fait-on corps et comment cela se traduit-il dans les mouvements sociaux ? comment le corps est-il performé, mis en scène dans ces mouvements, ou au contraire malmené, contraint ?

Conditions de soumission

Les masterants, doctorants et jeunes chercheurs souhaitant soumettre une proposition de communication devront rédiger un texte résumé de 400 mots maximum. Devront y être inscrits leurs nom(s) et prénom(s), leur statut, leur université et leur laboratoire de rattachement, leur discipline. Les communications orales, de vingt minutes, peuvent être accompagnées d’un diaporama, ou être performées.

Ce document devra être envoyé à l’adresse mail suivante : asso.aidoc@gmail.com

Date limite de dépôt : 24 mars 2020.

Comité scientifique

Les propositions seront examinées par le comité scientifique, qui se compose de :

  • Erich FISBACH, Professeur en littératures et civilisation hispano-américaines, Université d'Angers, 3 LAM.
  • Christian PIHET, Professeur en géographie, Université d'Angers, ESO.
  • Christophe JARRY, Maître de conférence en neuropsychologie, Université d'Angers, LPPL
  • Christophe GUIBERT, Maître de conférence en sociologie, Université d'Angers, ESO
  • Pauline BOIVINEAU, Maîtresse de conférence en arts du spectacle, UCO, LICIA

Places

  • Maison de la recherche Germaine Tillion
    Angers, France (49)

Date(s)

  • Friday, June 26, 2020

Keywords

  • corps, mouvement, identité, performance, migrations, mouvement social

Contact(s)

  • Association des Doctorants de l'Ouest en Confluences (AIDOC)
    courriel : asso [dot] aidoc [at] gmail [dot] om

Information source

  • Louise Coueffe
    courriel : je [dot] humain [dot] vegetal2021 [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Bodies in movement(s) », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, February 20, 2020, https://calenda.org/748555

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search