HomeRepresentations - international young researchers' transdisciplinary conference

Representations - international young researchers' transdisciplinary conference

Représentations

Colloque jeunes chercheurs international transdisciplinaire

*  *  *

Published on Friday, February 28, 2020 by Anastasia Giardinelli

Summary

Alors que la notion de représentation constitue un objet d'étude de plus en plus répandu pour de nombreux chercheurs, sa transdisciplinarité nécessite un ancrage à la fois théorique et appliqué permettant d’approcher ses aspects fondamentaux au sein de chacun des domaines choisis pour l’aborder. Étymologiquement du latin repraesentatio (« action de mettre sous les yeux »), les « représentations » portent initialement le sens d’« image ». Dans une conception plus étendue, l’image renvoie à plusieurs idées telles que les questions de figure(s), de symbole(s), de signe(s), de projection(s), de perception(s), de stéréotype(s), etc.

Announcement

Unité de recherche 1339 linguistique, langues, parole (lilpa) université de Strasbourg (France)

Argumentaire

Alors que la notion de représentation constitue un objet d'étude de plus en plus répandu pour de nombreux chercheurs, sa transdisciplinarité nécessite un ancrage à la fois théorique et appliqué permettant d’approcher ses aspects fondamentaux au sein de chacun des domaines choisis pour l’aborder. Étymologiquement du latin repraesentatio (« action de mettre sous les yeux »), les « représentations » portent initialement le sens d’« image ». Dans une conception plus étendue, l’image renvoie à plusieurs idées telles que les questions de figure(s), de symbole(s), de signe(s), de projection(s), de perception(s), de stéréotype(s), etc.

En tant que concept transversal aux différents champs scientifiques, les représentations possèdent par conséquent de très nombreuses acceptions. Parmi elles figurent autant l’image que l’on se fait du monde ou d’une expérience que celle que l’on attribue à autrui ou aux objets (concrets comme abstraits). Plusieurs définitions peuvent ainsi être données, allant des représentations collectives et sociales (Jodelet, 2003 ; Abric, 2016) aux représentations mentales et individuelles (Bernoussi & Florin, 1995 ; Fernandes & Vinter, 2009 ; Bault et al., 2011), en passant par les représentations visuelles (Ginzburg, 1991 ; Treilhou-Balaudé, 2003), ou encore les représentations des structures (par exemple, algébriques : Assem et al., 2006 ; informatiques : Sabouret, 2006).

AXE 1

Si l’on veut comprendre le rôle central du concept de la représentation dans les sciences humaines et sociales, il faudra certainement revenir d’abord aux écrits de Platon et d’Aristote qui se sont rendu compte les premiers de l’aporie du eikôn et de son paradoxe d’une présence in absentia. Ce même paradoxe va intriguer dès lors toute une panoplie de philosophes, de Rousseau, Freud, Wittgenstein, Bolzano, Piaget jusqu’à Émile Durkheim, Lévy-Bruhl, Marcel Mauss ou Paul Ricœur, pour ne citer que ceux-là. Jean Clenet (1998, p. 70) affirme que « la représentation construite par une personne (ou un collectif) est son lien, son rapport le plus intime avec l’organisation et l’environnement dans lequel elle se situe ». La représentation aborde donc l’aspect cognitif et social des relations de l’individu avec soi-même, de l’individu avec ses actions et de l’individu avec son environnement. Cet engouement nous confronte avec la question à la fois épistémologique et philosophique de la relation entre ce qui est ou était dans le passé et ce que nous sommes capables de et disposés à percevoir. Cet axe invite à s’occuper soit des représentations de concepts telles que celles liées à l’homme, à la langue, au langage à l’histoire, à la psychè, à la culture, à l’art, à la musique, etc., soit en tentant d’éclairer des phénomènes spécifiques comme, par exemple, la notion de la typicalité, de l’altérité ou de l’ipséité.

AXE 2

L’étude des représentations est aussi fondamentale dans le domaine des sciences formelles.« Tout concept mathématique doit nécessairement se servir de représentations, vu qu’il n’y a pas d’objets à exhiber à leur place ou à leur évocation » (Astolfi et al, 2008). Cela est également vrai pour les autres disciplines en sciences formelles. Ce colloque jeunes chercheurs sera donc l’opportunité de discuter entre autres des représentations graphiques ou géométriques (figures, dessins, schémas), des représentations théoriques de la logique du fonctionnement d’un ordinateur en informatique (machines à état, machines de Turing), les représentations des nombres en mathématiques (numération), la représentation de l’infini en théorie des nombres etenfin de la propre théorie de la représentation en algèbre. La représentation étant toujours représentation de quelque chose, on ne saurait l’étudier que dans un contexte défini (D’amore & Fandiño Pinilla, 2001).

AXE 3

Les représentations occupent aussi une place prépondérante dans les sciences du vivant et permettent de mieux visualiser un fait, une réalité (Guérin & Gumuchian, 1986). En géographie physique, les cartes permettent d’appréhender non seulement les notions topographiques et de distance (reliefs, cours d’eau, végétation...), mais également de comprendre les évolutions passées et futures de la terre, en lien avec l’activité humaine (Bonin, 2004). Le biologiste, par exemple, se sert souvent des représentations pour illustrer le vivant dans son aspect complexe (Glade & Stéphanou, 2013). Cependant, ces représentations peuvent constituer des obstacles à la compréhension de certains phénomènes particulièrement complexes (Clément, 2014). De ce fait, dans les sciences du vivant, on ne se limite pas au dogme de la biologie moléculaire par exemple et à sa finalité purement scientifique, mais on tient nécessairement compte, dans ce domaine, de tous les paramètres extérieurs à ses sciences pour montrer non seulement leur impact sur la représentation du vivant, mais aussi l’influence mutuelle qui existe entre ces paramètres et le vivant. La notion de représentation est ainsi un phénomène intéressant de nombreux domaines. Fort de ce constat, notre colloque réunira des jeunes chercheurs issus de diverses disciplines des sciences humaines et sociales (la linguistique, la philosophie, la littérature, la sociologie, l’ethnologie, l’anthropologie, l’histoire, l’archéologie, la psychologie, les arts...), des sciences formelles (les mathématiques, l’informatique, la géographie, les sciences physiques, l’astronomie, la chimie...) et les sciences du vivant (la biologie, sciences cognitives, les neurosciences,l’éthologie...), et sans que la liste soit exhaustive.

L’objectif de ce colloque est de permettre aux jeunes chercheurs dans les diverses disciplines qui constituent les sciences humaines et sociales, les sciences formelles et les sciences du vivant, de présenter leurs travaux sur la notion de représentations tant du point de vue épistémologique, que théorique et pratique. Il s’agira d’explorer les divers aspects de la notion, mais aussi d’en étudier la productivité, notamment en mettant en évidence sa transversalité.

La participation au colloque ainsi qu’à ses activités (visites, soirée de gala...) est fixée à 40€ par personne (30€ pour les étudiants et personnels de l’Unistra).

Calendrier

Soumission du résumé : 28 février 2020

Notification d’acceptation : 28 mars 2020

Soumission d’un formulaire d’inscription en ligne : 30 avril 2020

Les soumissions sont à envoyer sous forme de résumé de 500 mots maximum, bibliographie non comprise, avec 5-6 mots clés. Le résumé peut être rédigé en français ou en anglais. Les résumés sont à envoyer à l’adresse mail suivante : cjcrepresentations2020@gmail.com

Comité d'organisation

  • Anissa Hamza
  • Delphine Charuau
  • Emmanuelle Dantan
  • Amel Derbal
  • Eva Feig
  • Seto Kossi Yibokou
  • Elodie Lang
  • Fadila Azzag
  • Cindy Sandhina-Coelho
  • Christiane Bosso
  • Vitor Bueno Figueiredo de Paula
  • Seynabou Fall
  • Nadjia Gaci
  • Stephanie Debaize

Comité scientifique

  • Albert HAMM (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Andrea YOUNG (Université de Strasbourg, LiLPa, INSPÉ)
  • Anemone GEIGER-JAILLET (Université de Strasbourg, LiLPa, INSPÉ)
  • Angelina ALEKSANDROVA (Université Paris Descartes, EA 4071 EDA)
  • Antoine AUFRAY (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Aurélia ELALOUF (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Béatrice VAXELAIRE (Université de Strasbourg, LiLPa, IPS)
  • Camille FAUTH (Université de Strasbourg, LiLPa, IPS)
  • Claire AUDHUY (Université de Strasbourg, ACCRA, Faculté des Arts)
  • Céline BENNINGER (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Christophe GERARD (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Claude BURIDANT (Professeur émérite, Université de Strasbourg, LiLPa)
  • Daniela CAPIN (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Delphine BERNHARD (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Denyze TOFFOLI (Université Paul Sabatier, Toulouse III, Laboratoire LAIRDIL)
  • Dominique HUCK (Professeur émérite, Université de Strasbourg, LiLPa)
  • Hélène VASSILIADOU (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Jean-Christophe PELLAT (Professeur émérite, Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Jean-Paul MEYER (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Johannes DAHM (Université de Strasbourg, LiLPa)
  • Julia PUTSCHE (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Julie GLIKMAN (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Latisha MARY (Université de Strasbourg, LiLPa, INSPÉ)
  • Laurence SCHMOLL (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Laurie PEVERINI (Institut Pasteur, Département de Neuroscience, Paris)
  • Marie LAMMERT (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Monika PUKLI (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Pablo Ruiz FABO (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Pascale ERHART (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Peggy CANDAS (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)
  • Rudolph SOCK (Université de Strasbourg, LiLPa, IPS)
  • Thierry REVOL (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Lettres)
  • Vincent BALNAT (Université de Strasbourg, LiLPa, Faculté des Langues)

Conférenciers invités (A VENIR)

Contact : cjcrepresentations2020@gmail.com

Bibliographie

Abric, Jean-Claude (dir.). (2016). Pratiques sociales et représentations. Paris : PUF.

Astolfi, Jean-Pierre, Darot, Éliane, Ginsburger-Vogel, Yvette et Toussaint, Jacques. (2008). Mots- clés de la didactique des sciences : Repère, définitions, bibliographies. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur.

Bault, Nadège, Chambon, Valerian, Maïonchi-Pino, Norbert, & Putois, Benjamin (dir.). (2011). Peut-on se passer de représentations en sciences cognitives ? Bruxelles : De Boeck.

Bernoussi, Mohamed & Florin, Agnès. (1995). La notion de représentation : de la psychologie générale à la psychologie sociale et la psychologie du développement. Enfance, 1, 71-87.

Bonin, Sophie. (2004). Au-delà de la représentation, le paysage. Strates. Matériaux pour la recherche en sciences sociales, 11. Consulté à l’adresse http://journals.openedition.org/strates/390

Clément, Pierre. (2014). Recherches en didactique de la biologie sur les conceptions et obstacles. Dialogue avec Jean-Pierre Astolfi. Recherches en didactique des sciences et des technologies, 9, 129‐154.

Clenet, Jean. (1998). Représentations, formation et alternance : Être formé et/ou se former. Paris : L’Harmattan.

D’Amore Bruno et Fandiño Pinilla Martha Isabel. (2001). Concepts et objets mathématiques. Dans A. Gagatsis (dir.) (2001). Learning in Mathematics and Science and Educational Technology. University of Cyprus : Intercollege Press, 111-130.

Fernandes, Marie et Vinter, Annie. (2009). Développement des représentations graphiques réalisées par des enfants à partir d’une exploration tactile ou visuelle de formes bidimensionnelles. L’Année psychologique, 109 (3), 407-429.

Ginzburg, Carlo. (1991). Représentation : le mot, l'idée, la chose. Annales 46 (6), 1219-1234.

Ibrahim Assem, Daniel Simson, Andrzej Skowronski. (2006). Elements of the Representation. Theory of Associative Algebras. UK: Cambridge University Press.

Glade, Nicolas er Stéphanou, Angélique (dir.). (2013). Le vivant discret et continu. Modes de représentation en biologie théorique. Paris : Éditions Matériologiques.

Guérin, Jean-Paul, & Gumuchian, Hervé. (1986). Les représentations en actes. Grenoble : Université Grenoble I (Institut de géographie).

Jodelet, Denise. (2003). Les représentations sociales. Paris : PUF.

Meunier Jean-Guy. (2002). Trois types de représentations cognitives. Visio, 5, 186–204.

Sabouret, Nicolas. (2006). Étude de modèles de représentation, de requêtes et de raisonnement

sur le fonctionnement des composants actifs pour l'interaction homme-machine (thèse de

doctorat). Université de Paris-Sud, Paris, France.

Treilhou-Balaudé, Catherine. (2003). Approches de la représentation. Pratiques, 119-120, 91-100. 

Subjects

Places

  • Université de Strasbourg
    Strasbourg, France (67)

Date(s)

  • Friday, February 28, 2020

Contact(s)

  • Comité d'organisation
    courriel : cjcrepresentations2020 [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Chloé Provot
    courriel : chloe [dot] provot [at] outlook [dot] fr

To cite this announcement

« Representations - international young researchers' transdisciplinary conference », Call for papers, Calenda, Published on Friday, February 28, 2020, https://calenda.org/753480

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal