StartseiteTraduire le chant flamenco

Traduire le chant flamenco

Traducir el cante flamenco

Translating Flamenco Song

*  *  *

Veröffentlicht am Donnerstag, 14. Mai 2020 bei Céline Guilleux

Zusammenfassung

Le laboratoire Espaces humains et interactions culturelles (EA 1087) de l’université de Limoges organise une journée d’étude et un workshop autour de la traduction du chant flamenco les 24 et 25 septembre 2020. La recherche ici engagée prend son point de départ dans le constat d’un manque et d’une nécessité : traduire le flamenco en cherchant à allier rigueur scientifique, caractère poétique et chantabilité. Il est en effet paradoxal que les traductions réalisées jusqu’à aujourd’hui soient exclusivement écrites, alors que le flamenco est un art fondamentalement oral. La manifestation s’articulera autour de deux versants complémentaires : l’un scientifique, l’autre artistique. Il s’agira à la fois d’exposer et de commenter des traductions, et de s’essayer à leur mise en chant et/ou en musique.

Inserat

Jeudi 24 et vendredi 25 septembre 2020

Organisatrices

  • Anne-Sophie Riegler
  • Vinciane Trancart (EHIC)

Argumentaire

Le Laboratoire Espaces Humains et Interactions Culturelles (EA 1087) de l’Université de Limoges organise une journée d’étude et un workshop autour de la traduction du chant flamenco. Cette manifestation s’inscrit dans le prolongement du télé-atelier de traduction de coplas flamencas qui, depuis 2019, s’attache à traduire la Antología del Cante Flamenco dirigée par Perico el del Lunar (Hispavox, 1958, téléchargeable gratuitement).

La recherche ici engagée prend son point de départ dans le constat d’un manque et d’une nécessité : traduire le flamenco en cherchant à allier rigueur scientifique, caractère poétique et chantabilité. Il est en effet paradoxal que les traductions réalisées jusqu’à aujourd’hui soient exclusivement écrites, alors que le flamenco est un art fondamentalement oral. Ainsi les traductions existantes accordent-elles le plus souvent la priorité à l’aspect littéral ou à une certaine poéticité. Et même si les traductions libres sont rares (Bois : 2016), la recherche de chantabilité l’est plus encore : seul Vicente Pradal ambitionne ouvertement de s’approcher du « cantabile » (2014). Ces traductions sont généralement conçues pour être lues en dehors des performances (exception faite des programmes de concert, Fraissinet-Savy : 1995, 1996, 2002). Néanmoins, tant pour les chercheurs que pour les aficionados au flamenco, ou même pour les mélomanes intéressés par ce genre esthétique de renommée internationale, comprendre les textes interprétés constitue un réel besoin, les chanteurs y accordant eux-mêmes une grande importance. La journée d’étude et le workshop envisagés visent à offrir quelques réponses à ce besoin.

La manifestation s’articulera autour de deux versants complémentaires : l’un scientifique, l’autre artistique. Il s’agira à la fois d’exposer et de commenter des traductions, et de s’essayer à leur mise en chant et / ou en musique.

  • La journée d’étude (24/09) sera consacrée à la présentation de communications.
  • Le workshop (25/09) sera dédié à la traduction collective et offrira un espace pour des interprétations vocales.

Aussi ces journées sont-elles ouvertes à la fois à des chercheurs (pouvant inscrire leur travail dans des disciplines variées, comme les langues et littératures romanes, la linguistique, l’histoire, la philosophie, les arts du spectacle…), à des spécialistes de la traduction et à des artistes (flamencos ou non). Le cadre de la réflexion sera pluridisciplinaire et théorico-pratique.

Les pistes de travail proposées sont les suivantes :

Traduction et commentaire de cantes

Au cours de la journée d’étude, il s’agira de présenter une ou des traductions de cantes et d’en fournir un commentaire incluant l’histoire des coplas et de leurs interprétations, un état des lieux des variantes, une justification de choix de traduction, ou encore une comparaison avec des versions antérieures. Toutes les propositions de traductions et commentaires à partir de sources orales transcrites pourront être examinées par les organisatrices, même si une priorité sera accordée aux travaux centrés sur la Antología del Cante Flamenco (Hispavox, 1958).

Lors du workshop, nous réfléchirons à la traduction de nouvelles coplas issues de cette même anthologie. Des interprétations chantées de ces traductions pourront alors être proposées.

Histoire et analyse des sources

L’on abordera utilement l’histoire et l’analyse des sources orales traduites, en particulier celles de la Antología del Cante Flamenco (Hispavox, 1958), afin d’apporter des éclairages sur l’enregistrement et ses origines (orales ou écrites).

Transcription

La traduction de la littérature orale serait bien plus ardue sans une opération préalable de transcription. Celle-ci permet de fixer une forme et d’en laisser une trace mais suppose d’opérer des choix qui trahissent l’original chanté et ses variantes. Il faudra s’y intéresser de façon concrète.

Traductologie

La traduction du chant soulève des interrogations spécifiques qui touchent le sens et la forme. On se posera la question des choix et des priorités à établir quant à la traduction des registres de langue, des gitanismes, des andalousismes, des spécificités métriques, des critères de chantabilité, etc.

Réflexion sur les traductions antérieures

On pourra s’intéresser aux traductions vers le français, l’anglais ou d’autres langues. Ces réflexions pourront être intégrées aux différentes communications ou faire l’objet de propositions spécifiques.

Approche performative

Cette piste de travail s’adresse aux artistes. Invitation est faite aux chanteurs qui le souhaiteraient, flamencos ou non, de s’essayer à interpréter des coplas traduites en français. Ces interprétations pourront soit donner lieu à un concert clôturant la journée d’étude (24/09), soit être présentées lors du workshop (25/09).

Le choix du genre musical est libre, ainsi que la formation instrumentale (possibilité d’intervenir a capella ou avec accompagnement). Les traductions effectuées étant ordonnées à un objectif de chantabilité des coplas, il s’agira d’en proposer une forme possible.

Nota Bene :  1) Des traductions pourront être envoyées aux artistes en amont (sur demande).

2) Les artistes professionnels pourront demander un cachet (envoyer un devis).

Lieu de la manifestation

Faculté de Lettres et Sciences Humaines, Université de Limoges

Campus Vanteaux

39E Rue Camille Guérin

87036 Limoges

Modalités de contribution et dates importantes

  • Date limite de soumission des interventions : 28 juin 2020

  • Réponse aux auteurs : 13 juillet 2020
  • Notification du programme : 8 septembre 2020

Les propositions comportant un titre, un résumé (250 mots maximum) et une bio-bibliographie (250 mots maximum) sont à envoyer dans un unique fichier PDF intitulé Nom_Flamenco_Limoges aux deux responsables scientifiques, au plus tard le 28 juin :

  • Anne-Sophie Riegler : annesophie.riegler@gmail.com
  • Vinciane Trancart : vinciane.trancart@unilim.fr

Url de référence : https://www.unilim.fr/ehic/

Nota Bene : Étant donné les incertitudes concernant la réouverture des frontières, la présentation de communications par vidéoconférence pourra être envisagée si besoin.

Langues acceptées pour les communications : Français, anglais, espagnol

Bibliographie indicative

(sélection)

Traductions de coplas et letras flamencas en français

ANONYME, (1896), Chansons populaires de l’Espagne, Paris, A. Charles, http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000055840&page=1 [consultation: 2019-10-31].

ANONYME, (1946), 333 coplas populaires suivies de 33 coplas sentencieuses du folklore andalou, Paris, Charlot.

BOIS, M. (2016), Le flamenco dans le texte. Grand chant et poésie populaire, Biarritz [Paris], Atlantica [Max Fourny].

DUMAS, D. (ed.) (1973), Chants flamencos. Coplas flamencas, Paris, Aubier Montaigne.

FRAISSINET-SAVY, C. (1995), Flamenco à la Cité. Notes de programme et traductions, Paris, Cité de la musique.

— (1996), L’Andalousie, musiques traditionnelles, musiques gitanes : notes de programme et traductions, Paris, Cité de la musique.

— (2002), Flamenco : créativité ou innovation ? Notes de programme et traductions, Paris, Cité de la musique.

JOULIA, M. (2001), Je me consume. 2, Coplas flamencas, introduction de Jean-Yves Bériou, Barcelone, Laüt.

LÉVIS MANO, G. (ed.) (2016), Coplas, poèmes de l’amour andalou / traduit de l’espagnol par Guy Lévis Mano ; illustrations de Javier Vilató, 5a, Paris, Éditions Allia.

PRADAL, V. (2014), 100 coplas flamencas, Toulouse, Sables.

PRIETO, J.-R. (1996) Je me consume. Coplas flamencas, introduction de Jean-Yves Bériou. Barcelone, Laüt.

VIDAL, R.-J. (1992), Coplería flamenca: coplas et letras, bilingue, Hyères, L’Or des îles.

Anthologies de coplas en espagnol

BALMASEDA Y GONZÁLEZ, M. (2019), Primer cancionero de coplas flamencas populares, Australie, Wentworth Press.

Fernández Bañuls, J. A. et Pérez Orozco, J. M. (eds.) (1983) La poesía flamenca lírica en andaluz. Sevilla, Servicio de Publicaciones del Ayuntamiento.

MACHADO Y ÁLVAREZ, A. (1881), Coleccion de cantes flamencos recogidos y anotados por Demófilo, Sevilla, [s.n.] (Impr. y Lit. de el Porvenir), http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000200630&page=1 [Consultation : 2019-09-06].

Rodríguez Marín, F. (1882), Cantos populares españoles, https://bibliotecadigital.jcyl.es/es/consulta/registro.cmd?id=17015 [Consultation : 2019-09-06].

Traduction et chanson

ABBRUGIATI, P. (Dir.), (2017), Réécriture et chanson, collection Chants Sons, Presses universitaires de Provence (PUP).

BOSSEAUX, C. (2011), « Song Translation », in Handbook in Translation Studies (eds). Kirsten Malmkjær and Kevin Windle. Oxford University Press, p. 183-197.

ESPAGNE, M. (2013), « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/rsl/219 ; DOI : 10.4000/rsl.219

FRANZON (2008), « Choices in Song Translation ». The Translator. 14.2, p. 373-399.

GORLEE, L. D., ed. (2005), Song and Significance: virtues and Vices of Vocal Translation. Amsterdam and New York, Rodopi.

HEWITT, E. (2000), « A study of pop song translations ». Perspectives: Studies in Translatology, 8 (3), p. 187-195, http://dx.doi.org/10.1080/0907676X.2000.9961387

LOW, P. (2003), « Singable translations of songs ». Perspectives: Studies in Translatology. 11 (2), p. 87-103.

— (2008), « Translating Songs that Rhyme », Studies in Translation Theory and Practice, 16 (1-2), p. 1-20.

MOSSOP, B. (2013), « Singing in unknown languages: a small exercise in applied translation theory », in Special issue of JoSTrans, The Journal of Specialised Translation, 20, https://www.jostrans.org/issue20/art_mossop.pdf

Sitographie

http://www.flamencoweb.fr

https://www.lesondesdumonde.fr/

http://translatingmusic.com

Orte

  • Faculté de Lettres et Sciences Humaines, Université de Limoges Campus Vanteaux 39E Rue Camille Guérin
    Limoges, Frankreich (87)

Daten

  • Sonntag, 28. Juni 2020

Schlüsselwörter

  • flamenco, traduction

Informationsquelle

  • Anne-Sophie Riegler
    courriel : annesophie [dot] riegler [at] gmail [dot] com

Zitierhinweise

« Traduire le chant flamenco », Beitragsaufruf, Calenda, Veröffentlicht am Donnerstag, 14. Mai 2020, https://calenda.org/778814

Beitrag archivieren

  • Google Agenda
  • iCal