AccueilL’archéologie à l’épreuve de l’intégrité scientifique : produire, exploiter, diffuser l’information archéologique

AccueilL’archéologie à l’épreuve de l’intégrité scientifique : produire, exploiter, diffuser l’information archéologique

*  *  *

Publié le lundi 14 septembre 2020 par Céline Guilleux

Résumé

L’intégrité scientifique vise à garantir l’analyse d’une information, à ce qu’elle soit vérifiable, qu’on en connaisse le protocole et la problématique d’élaboration. En outre, l’intégrité est en conformité avec l’éthique et la déontologie. À cela, s’ajoute un autre paramètre, celui de la technique, pour le dire autrement celui de l’outillage sans lequel aucun résultat ne peut être produit, diffusé, reçu et exploité. Ce paramètre peut même être central alors que se renouvellent sans cesse les modalités d’acquisition et de diffusion du savoir – en particulier l’imagerie archéologique, et que le décuplement des données, la puissance de leur traitement conduisent à élaborer de nouvelles politiques documentaires. À l’heure d’une « République numérique », la technologie doit donc être associée à toute réflexion sur l’intégrité scientifique, d’un bout à l’autre de la chaîne.

Annonce

Séminaire organisé par la direction scientifique et technique de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inra) avec le concours de l’École nationale des Chartes.

Argumentaire

Alors que l’Inrap est signataire de la charte française de déontologie des métiers de la recherche, il convient d’engager au sein de l’établissement une sensibilisation à la question d’intégrité scientifique, appliquée à l’archéologie en général, ou exemplifiée au cas de l’archéologie préventive.

Pour mémoire, l’intégrité scientifique vise à garantir l’analyse d’une information, à ce qu’elle soit vérifiable, qu’on en connaisse le protocole et la problématique d’élaboration ; en outre, l’intégrité est en conformité avec l’éthique (conformité avec les valeurs sociétales) et la déontologie (distance sinon indépendance vis-à-vis de liens d’intérêts). À cela, s’ajoute un autre paramètre, celui de la technique, pour le dire autrement celui de l’outillage sans lequel aucun résultat ne peut être produit, diffusé, reçu et exploité. Ce paramètre peut même être central alors que se renouvellent sans cesse les modalités d’acquisition et de diffusion du savoir – en particulier l’imagerie archéologique, et que le décuplement des données, la puissance de leur traitement conduisent à élaborer de nouvelles politiques documentaires. À l’heure d’une « République numérique », la technologie doit donc être associée à toute réflexion sur l’intégrité scientifique, d’un bout à l’autre de la chaîne.

Le séminaire abordera ces questions selon trois sujets confrontés à l’intégrité scientifique :

  1. La production du savoir archéologique abordera la question des données issues d’observations réitérables ou non ; considèrera l’archéologue comme un témoin certifié, producteur de données devenant substituts de l’observation directe, répondant à des questionnements et élaborées selon certaines conditions d’observation. Les questions d’interprétation – certitude, hypothèse, conviction – seront abordées.
  2. L’exploitation des données à l’épreuve de l’intégrité scientifique rappellera les conditions d’utilisation de résultats déjà mis à disposition : bons usages, référencement, citation, ou plagiat, pillage, détournement... Outre l’exploitation des données, on abordera celle des idées, des méthodes et des techniques archéologiques.
  3. La diffusion publique des données, des connaissances et des questionnements archéologiques abordera les modes de communication vers des publics élargis et les risques de surenchère, d’approximation et de simplisme.

Chacun de ces thèmes fera l’objet d’une conférence, puis d’un débat avec des « témoins » professionnels de l’archéologie et enfin d’échanges avec le public. Les questions développées et discutées lors de ce séminaire doivent contribuer à préparer un document de recommandations à destination des archéologues.

Prorgamme

  • 9h30 Accueil du public et des participants

Présentation de la journée par Dominique Garcia, Président de l’Inrap

Nb:les titres des conférences ici communiqués sont provisoires

  • 10h Conférence: La production du savoir archéologique à l’épreuve de l’intégrité scientifique par Gilles Bellan (Ingénieur chargé de recherches, référent intégrité scientifique Inrap)
  • 10h45 Débat conduit par Martine Joly (Professeure en antiquités nationales à l'université Toulouse 2)
  • 11h 30 Échanges avecle public

12h Déjeuner libre

  • 13h15 Conférence: L’exploitation des données à l’épreuve de l’intégrité scientifique par Michel Pernot (Directeur de recherche au CNRS, ancien coordinateur du réseau national des référents à l’intégrité)
  • 14h Débat conduit par Élise Boucharlat (conservatrice générale du patrimoine honoraire)
  • 14h45 Échanges avec le public

15h Pause

  • 15h 15 Conférence: La Diffusion publique des données, des connaissances et des questionnements archéologiques par Marc-Antoine Kaeser (Directeur du Laténium et professeur de Préhistoire à l'Université de Neuchâtel)
  • 16h Débat conduit par Laure Barthet (Directrice du musée Saint-Raymond, Mairie de Toulouse)
  • 16h 45 Échanges avec le public

En outre, participeront à l’ensemble du séminaire:

  • Noé Wagener (Professeur de droit public, université de Rouen)
  • Jean-Denis Vigne (Directeur général délégué à la recherche, à l''expertise, à la valorisation et à l'enseignement/Muséumnational d'Histoire naturelle)
  • Christian Cribellier (Conservateur général du patrimoine/Sous-direction de l’Archéologie)

Lieux

  • Salle Jules-Quicherat - École nationale des Chartes - 65, rue de Richelieu
    Paris, France (75002)

Dates

  • lundi 30 novembre 2020

Mots-clés

  • archéologie, intégrité scientifique

Contacts

  • Carine Carpentier
    courriel : carine [dot] carpentier [at] inrap [dot] fr
  • Gilles Bellan
    courriel : gilles [dot] bellan [at] inrap [dot] fr

Source de l'information

  • Carine Carpentier
    courriel : carine [dot] carpentier [at] inrap [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’archéologie à l’épreuve de l’intégrité scientifique : produire, exploiter, diffuser l’information archéologique », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 14 septembre 2020, https://calenda.org/800403

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search