AccueilLa santé : nouveaux défis pour le développement

AccueilLa santé : nouveaux défis pour le développement

La santé : nouveaux défis pour le développement

Health: New Challenges for Development

La salud: nuevos desafíos para el desarrollo

« Revue internationale des études du développement », n°247 (2021-3)

*  *  *

Publié le mardi 13 octobre 2020 par Céline Guilleux

Résumé

Difficile de faire un appel à contribution sur la santé et le développement sans mentionner la crise pandémique actuelle. Dans un contexte qui était plutôt à la stagnation de l'aide internationale dans le domaine de la santé, la pandémie de la COVID-19 pourrait replacer, dans la durée, la santé et les maladies infectieuses au cœur des priorités, notamment dans les pays du Sud. Si le continent africain reste encore relativement peu affecté, les pays à faible revenu partagent la caractéristique d’avoir des systèmes de santé fragiles et peu financés mais qui semblent pour le moment faire face, ainsi qu’un fardeau important d’autres problèmes de santé de nature endémique, y compris avec les maladies non transmissibles. Une approche intégrée et unifiée de la santé publique et environnementale à différentes échelles semble donc plus que jamais nécessaire, surtout dans un contexte de changement climatique. Cette crise mondiale offre donc de nouvelles opportunités pour mieux relier entre eux les objectifs de développement durable (ODD) et repenser le lien entre santé et développement.

Annonce

Coordination du numéro

  • Hamidou Niangaly (hniangaly@icermali.org), médecin économiste, Malaria research and training center (MRTC), Université des Sciences, des techniques et des technologies de Bamako, Mali.
  • Valéry Ridde (ridde@ird.fr), santé publique, Centre population et développement (Ceped), Institut de recherche pour le développement (IRD) et Université de Paris, Inserm ERL 1244 / Institut de santé et développement, Université Cheikh Anta Diop, Dakar.
  • Josselin Thuilliez (thuilliez@univ-paris1.fr), économiste, Centre d’économie de la Sorbonne, CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Contexte/Introduction

Difficile de faire un appel à contribution sur la santé et le développement sans mentionner la crise pandémique actuelle. Dans un contexte qui était plutôt à la stagnation de l'aide internationale dans le domaine de la santé, la pandémie de la COVID-19 pourrait replacer, dans la durée, la santé et les maladies infectieuses au cœur des priorités, notamment dans les pays du Sud. Elle comporte également des risques de confusion ou de repli en croisant différents paradigmes anciens[1,2,3] (par exemple le pasteurisme) et nouveaux (par exemple les déterminants sociaux et environnementaux) et en faisant resurgir le réflexe d’une approche très verticale de la santé (par exemple centrée sur une maladie), oubliant la complexité des défis et le besoin indispensable d’une vision systémique des solutions. Elle exacerbe enfin le rôle de la santé dans nos sociétés.

La pandémie est désormais bien installée et les risques sont particulièrement saillants dans les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud à ressources limitées ou à revenu intermédiaire. Si le continent africain reste encore relativement peu affecté, les pays à faible revenu partagent la caractéristique d’avoir des systèmes de santé fragiles et peu financés mais qui semblent pour le moment faire face, ainsi qu’un fardeau important d’autres problèmes de santé de nature endémique, y compris avec les maladies non transmissibles. Une approche intégrée et unifiée de la santé publique et environnementale (le fameux concept de One Health[1]) à différentes échelles semble donc plus que jamais nécessaire, surtout dans un contexte de changement climatique. Cette crise mondiale offre donc de nouvelles opportunités pour mieux relier entre eux les objectifs de développement durable (ODD) et repenser le lien entre santé et développement.

Premièrement, nous partons d’un constat très simple : la transition épidémiologique[2] en cours – qui s’accompagne néanmoins d’un triplement du nombre de foyers épidémiques annuel depuis 1980 – reste mal comprise au Nord comme au Sud. La nature de ces épidémies est également très variée. De la crise des opioïdes[3] à la Covid-19 en passant par les maladies du désespoir[4], l’obésité, le diabète, Ebola ou encore le Zika, l’imbrication complexe de phénomènes multiples s’ajoute à la dynamique biomédicale où les solutions cherchées à ces problèmes de santé le sont d’abord dans la sphère biomédicale, sans une vision globale[4-7]. Les données de mortalité sont, dans de nombreux pays à faible revenu, encore faiblement consolidées[8]. Sans système de surveillance épidémiologique fiable, il est difficile d’estimer l’état de santé d’une population, l’évolution des risques et d’évaluer l’effet des interventions permettant leur contrôle. Lorsque ces données existent, elles sont difficilement reliées à des observations socio-économiques, démographiques ou anthropologiques fiables, souvent limitées géographiquement. Cette faiblesse structurelle[2] peut venir de plusieurs aspects : manque de moyens, formation et information limitée, organisation des systèmes de santé, aspects collaboratifs et d’organisation. Pourtant, les forces et atouts existants sont également nombreux : volonté politique, mobilisation communautaire, ressources humaines de plus en plus formées, présence de partenaires au développement.

Deuxièmement, la crise actuelle va entraîner une contraction de l’activité économique qui va se répercuter sur les décisions budgétaires des gouvernements, des ménages et des entreprises, et vraisemblablement sur les indicateurs de santé (« les conséquences des conséquences » de la pandémie). À cela s’ajoutent les défis sécuritaires dans certaines zones comme le Sahel, minant les budgets de la santé au profit des budgets de la sécurité. La compréhension des liens entre secteur informel et santé, des mécanismes d’assurance ou de protection sociale, de la capacité de résilience des systèmes reste donc primordiale en période de crise[9-14].

Troisièmement, de nombreuses questions dans le contexte pandémique actuel ne sont pas nouvelles : accès aux soins, rôle de l’information dans la prévention, complexité des évaluations et de la causalité, approche verticale, faible demande des services de santé, notamment la vaccination, ralentissement de l’offre des autres services de santé, rare utilisation des données probantes. Certaines ont émergé durant les deux dernières décennies comme le besoin d’une approche de la complexité dans l’évaluation d’impact[15,16], la place du genre dans les réflexions, l’implication des communautés et des organisations de la société civile[17,18], etc. Le contexte actuel de la pandémie mondiale de la Covid-19 n’est donc pas le seul facteur qui guide cet appel à contributions, il se veut volontairement large. La Revue internationale des études du développement n’a, en effet, pas publié de numéro thématique sur la santé depuis 2013, après celui de 2006, et avant cela, le dernier numéro de la Revue Tiers-Monde datait de 1973[5].

Le périmètre géographique pour traiter ces enjeux, en autant de défis présentés plus bas, restera très vaste mais se limitera aux pays de l’hémisphère Sud, incluant ainsi l’Afrique, l’Océanie, l’Asie du Sud, le Moyen-Orient et l’Amérique latine. Certaines études pourront se prêter à des analyses transversales sur des échantillons larges qui pourront être complétées par des études de cas indépendantes. D’autres études pourront fournir des éléments de comparaison entre différents systèmes de soins. Enfin, une partie des études pourra porter sur la réflexivité en santé mondiale, composante cruciale de toute forme de pratique professionnelle, allant de l’enseignement à la recherche, visant à produire des transformations sociales[20-22]. Elle permet de s’interroger sur ses propres pratiques en tant que chercheurs, intervenants ou décideurs pour les améliorer. Cet appel s’articulera donc autour de trois grands défis.

AXE 1 : Les défis pour faire face aux crises pandémiques

Les articles attendus ici seront des articles scientifiques originaux. Ils pourront prendre la forme de cas pratiques, d’études comparatives – quantitatives ou mixtes – de réflexions ou de synthèses d’écrits scientifiques, de revues systématiques de la littérature scientifique sur les grandes crises sanitaires et leur gestion. Les thèmes principaux sont les suivants :

Comment faire face à des crises combinées (crises économiques, sociales, politiques et pandémiques mais aussi crises de santé de natures différentes) et quels impacts sur les populations ?

  • Effets inattendus lors de crises pandémiques
    • Effets inattendus dans le domaine de la santé (vaccination, planning familial, santé maternelle et infantile, effet induit sur les soins apportés à d’autres maladies comme le paludisme comme souligné par l’Organisation Mondiale de la Santé). 
    • Dommages sur le fonctionnement des systèmes de santé aux niveaux national, régional et local, et leurs routines organisationnelles.
  • Effets sur les ménages, les individus, les personnes les plus pauvres
    • Mesures préventives (distanciation sociale, utilisation des masques, lavages des mains, quarantaine) et maintien des liens sociaux (fréquentation familiale, regroupements sociaux : baptêmes, funérailles,…).
    • Effets démographiques : fécondité, croissance de la population.
  • Economie et santé :
    • Inflation par les coûts ou par la demande du prix des mesures préventives et curatives, inégalités sociales dans l’accès aux produits préventifs et aux gestes barrières.
    • Rôle du secteur privé et du secteur informel dans l’absorption des chocs épidémiques et économiques.
    • Effets des pandémies sur le développement économique et réciproquement : allocation budgétaire, pauvreté, inégalités et mortalité.

Le défi combiné des Objectifs du développement durable et de l’Agenda 2030 sur le plan international.

  • Les défis du financement et du fonctionnement de l’aide internationale :
    • Rôle des organismes internationaux tels que le Fonds Mondial dans la crise actuelle et dans le financement international de la santé par rapports aux besoins de santé plus larges.
    • Le défi environnemental : comment concilier l’ODD 3 sur la santé à ceux qui traitent des questions environnementales, à savoir l’ODD 6 sur l'eau, l’ODD 12 sur la consommation et la production responsables, l’ODD 1 sur le climat, l’ODD 15 sur les terres et la biodiversité ?
    • Le défi institutionnel : quelle cohérence entre les priorités de santé définies dans les politiques nationales, les besoins de santé et les agendas des partenaires techniques et financiers (PTFs) au développement, notamment lors de crises combinées (épidémiques, politiques et sécuritaires)  ?

Coordination des agendas des PTFs, diversité des modes de financement, renforcement des systèmes de santé et pérennité des interventions.

AXE 2 : Les défis pour mobiliser des méthodes de recherche et d'évaluation

Les articles attendus ici seront principalement des articles scientifiques originaux, des notes bibliographiques, des lectures critiques d’ouvrages. Les thèmes principaux sont les suivants :

  • La surveillance épidémiologique et le « big data » comme opportunité de croisements avec d’autres disciplines du domaine de la santé
  • L’évaluation des interventions complexes en santé : réflexions méthodologiques
    • Place des expérimentations sociales aléatoires par rapport aux autres tupes d’études ;
    • Les niveaux géographiques : études à large échelle ou études de cas très localisés ;
    • Les défis de l’utilisation des méthodes mixtes pour l’évaluation des actions de développement ;
    • La définition et la fabrication/production des indicateurs de santé et de développement.

AXE 3 : Les défis pour utiliser la science, influencer les prises de décisions, collaborer et enseigner

Les articles attendus ici seront principalement des articles scientifiques originaux, des témoignages d’expériences, des articles de réflexions sur les pratiques d’enseignement ou des résultats de recherche sur l’enseignements ainsi que sur l’évaluation des acquis. Des documents sur des collectifs ou personnalités pourront apporter un éclairage complémentaire.

  • Analyses réflexives sur la manière dont on organise des recherches ou des interventions dans le contexte de la santé mondiale, du développement et des crises sanitaires
  • Nouvelles formes de publications (notes de politiques, blog, vidéo, etc.) : une opportunité pour les pratiques et le renforcement des capacités locales de recherche ?
  • L’enseignement de la santé mondiale et de la recherche en santé tenant compte des enjeux contemporains, des crises et des collaborations internationales.
  • La prise en compte de la diversité (de genre, d’origine, culturelle, disciplinaire) dans les collaborations, l’enseignement et la recherche.

Cadrage

Ce Dossier souhaite privilégier une approche interdisciplinaire, selon divers angles. Les auteur·e·s de toutes les sciences sociales et humaines sont appelé·e·s à participer, y compris et sans pour autant s’y limiter : la sociologie, la démographique, l’histoire, la géographie, la science politique, l’économie, l’anthropologie, etc.

Les auteur·e·s sont invité·e·s à explorer la notion à partir d’une lecture des trajectoires internationales, nationales et locales. La mise en contexte d’études empiriques, de corpus originaux, la rencontre entre une approche théorique solide et un terrain, sont attendues.

Modalités de contribution

Les articles (de 40.000 signes excluant le résumé et la bibliographie), en français, anglais ou espagnol, pourront aborder directement certaines des questions ou des axes mentionnés, ou bien les aborder à travers des études de cas spécifiques. Les articles proposés devront être des documents originaux. Ils pourront toutefois avoir fait l’objet de communications à un colloque (avec actes), à condition d’être réadaptés au format exigé par la Revue internationale des études du développement (voir les consignes aux auteurs sur le carnet de recherches des publications de l’IEDES).

Les propositions d’articles, en français, anglais, ou espagnol, présentent le projet d’article en environ 4.000 signes, espaces compris, soit environ 500 mots ou une page.

La proposition comprend :

  • Le titre : de 70 signes maximum (avec possibilité d’ajouter un sous-titre)
  • Un résumé de l’article détaillant la question de recherche, le cadre théorique, le terrain étudié, les principaux résultats
  • Des jalons bibliographiques (hors du décompte des signes)

Chaque proposition doit également inclure les noms et prénoms des auteur·e·s, leur statut et leur rattachement institutionnel, ainsi que l’adresse courriel de l’auteur·e correspondant·e.

Les propositions dʼarticles sont à soumettre à :

les co-responsables de ce numéro spécial :

Calendrier de production

Les propositions dʼarticles sont à soumettre avant le 25 novembre 2020.

  • Les auteur·e·s présélectionné·e·s par les coordinateurs et le comité de rédaction seront prévenu·e·s par l’équipe de la revue la semaine du 30/11/2020.
  • Les premières versions des articles, conformes aux consignes aux auteur·e·s de la revue, seront envoyées par les auteur·e·s aux quatre courriels précités avant le 22/01/2021.
  • Le processus d’évaluation durera quelques mois, chaque article - anonyme - sera soumis à une double lecture aveugle par des relecteurs extérieurs à la revue, experts sur le sujet traité, et la sortie en librairie de ce n°247 2021-3 est prévue pour novembre 2021.

Références citées

[1] Paul, E., Brown, G.W., & Ridde, V. (2020). COVID-19: time for paradigm shift in the nexus between local, national and global health. BMJ Global Health, 5:e002622. http://dx.doi.org/10.1136/bmjgh-2020-002622

[2] Shamasunder, S., Holmes, S., Goronga, T., Carrasco, H., Katz, E., Frankfurter, R., & Keshavjee, S. (2020). COVID-19 reveals weak health systems by design: Why we must re-make global health in this historic moment. Global Public Health, 15(7), 1083-1089. https://doi.org/10.1080/17441692.2020.1760915

[3] Thuilliez, J., Barré-Sinoussi, F., Dabis, F., Moatti, J.-P., & Yazdanpanah, Y. (2020). The Global Fund in the era of SDGs: time to rethink? The Lancet Public Health 5(e17). https://doi.org/10.1016/S2468-2667(19)30249-X

[4] Cutler, D., Deaton, A., & Lleras-Muney, A. (2006). The Determinants of Mortality. Journal of Economic Perspectives, 20, 97-120.

[5] Case, A. & Deaton, A. (2020). Deaths of Despair and the Future of Capitalism. Princeton University Press. https:/doi.org/10.2307/j.ctvpr7rb2

[6] Deaton, A. (2003). Health, Inequality, and Economic Development. Journal of Economic Literature, 41, 113-158. https://doi.org/10.1257/002205103321544710

[7] Dupas, P., & Edward M. (2017). Impacts and Determinants of Health Levels in Low-Income Countries. In Duflo, E. & Banerjee, A. (Eds.). Handbook of Field Experiments. North Holland.

[8] Wak, G., Bangha, M., Azongo, D., Oduro, A., & Kwankye, S. (2017). Data Reliability: Comparison between Census and Health and Demographic Surveillance System (HDSS) Outputs for Kassena-Nankana East and West Districts, Ghana. Population Review, 56(1), http://doi.org/10.1353/prv.2017.0001

[9] Ruhm, C. J. (2000). Are Recessions Good for Your Health? The Quarterly Journal of Economics, 115(2), 617-650. https://doi.org/10.1162/003355300554872

[10] O'Hare, B., Makuta, I., Chiwaula, L., & BarZeev, N. (2013). Income and child mortality in developing countries: a systematic review and meta-analysis. Journal of the Royal Society of Medicine, 106(10), 408-414. http://doi.org/10.1177/0141076813489680

[11] Thuilliez, J. & Berthélemy, J. (2014). Health and Development: A Circular Causality. Revue d'économie du développement, 22(HS01), 109-137. https://doi.org/10.3917/edd.hs01.0109

[12] Pérez-Moreno, S., Blanco-Arana, M. C., & Bárcena-Martín, E. (2016). Economic cycles and child mortality: A cross-national study of the least developed countries. Economics & Human Biology, 22, 14-23. https://doi.org/10.1016/j.ehb.2016.02.005

[13] Currie, J., Grenfell, B., & Farrar, J. (2016). Beyond Ebola. Science. 351, 815-816. https://doi.org/10.1126/science.aad8521

[14] Parpia, A. S., Ndeffo-Mbah, M. L., Wenzel, N. S., & Galvani, A. P. (2016). Effects of response to 2014–2015 Ebola outbreak on deaths from malaria, HIV/AIDS, and tuberculosis, West Africa. Emerging infectious diseases, 22(3), 433 -441. https://dx.doi.org/10.3201/eid2203.150977

[15] Duflo, E., Glennerster, R., & Kremer, M. (2007) Using randomization in development economics research: A toolkit. Handbook of development economics 4, 3895-3962. https://doi.org/10.1016/S1573-4471(07)04061-2

[16] Duflo, E., & Kremer, M. (2005). Use of randomization in the evaluation of development effectiveness. Evaluating Development Effectiveness 7, 205-231.

[17] Ridde, V., Dabiré, S., & Dagenais, C. (2020, août). L’utilisation de la recherche par les ONG : un appel à actions et à réflexions. Alternatives Humanitaires. http://alternatives-humanitaires.org/fr/2020/03/18/lutilisation-de-la-recherche-par-les-ong-un-appel-a-actions-et-a-reflexions

[18] Ridde, V., Fournier, P., Banza, B., Tourigny, C., & Ouédraogo, D. (2009). Programme evaluation training for health professionals in francophone Africa: process, competence acquisition and use. Human Resources for Health 7(3). https://doi.org/10.1186/1478-4491-7-3

[19] Alexander, S. A., Jones, C. M., Tremblay, M.-C., Beaudet, N., Rod, M. H., & Wright, M. T. (2020). Reflexivity in Health Promotion: A Typology for Training. Health Promotion Practice, 21(4), 499-509. https://doi.org/10.1177/1524839920912407

[20] Ridde V, Pérez D, Robert E. (2020). Using implementation science theories and frameworks in global health. BMJ Global Health, 5:e002269. http://dx.doi.org/10.1136/bmjgh-2019-002269

[21] François, L., Gautier, L., Lagrange, S., Mc Sween-Cadieux E., & Seppey, M. (2018, juin). La pratique réflexive en santé mondiale : expériences et leçons apprises de jeunes chercheur.e.s et intervenant.e.s. http://www.equitesante.org/reflexivite-sante-mondiale

[22] Battat, R., Seidman, G., Chadi, N. et al. (2010). Global health competencies and approaches in medical education: a literature review. BMC Med Educ, 10(94). https://doi.org/10.1186/1472-6920-10-94

Notes

[1] Approche intégrée, systémique et unifiée de la santé publique, animale et environnementale aux échelles locale, nationale et planétaire. Elle vise à mieux affronter les maladies émergentes à risque pandémique. Voir également Turcotte-Tremblay A, Fregonese F, Kadio K, et al. (2020). Global health is more than just ‘Public Health Somewhere Else’. BMJ Global Health, 5(e002545). http://dx.doi.org/10.1136/bmjgh-2020-002545

[2] Période de baisse de la mortalité qui accompagne la transition démographique. Elle s’accompagne d’une amélioration de l’hygiène, de l’alimentation et de l’organisation des services de santé et d’une transformation des causes de décès, les maladies infectieuses disparaissant progressivement au profit des maladies chroniques et dégénératives et des accidents. Voir https://www.ined.fr/fr/lexique/transition epidemiologique.

[3] L'épidémie d'opioïdes fait référence à l'augmentation rapide de l'utilisation d'opioïdes, avec ou sans prescription, aux États-Unis et au Canada depuis le milieu des années 2010.

[4] Les maladies du désespoir regroupent les décès liés aux suicides, aux empoisonnements, aux maladies du foie, à l'abus d'alcool et de drogues. Voir Case, A. & Deaton, A. (2020). Deaths of Despair and the Future of Capitalism. Princeton University Press. https:/doi.org/10.2307/j.ctvpr7rb2

[5] Atlani-Duault, L. & Vidal, L. (Eds.) (2013). La santé globale, nouveau laboratoire de l'aide internationale ? Revue Tiers Monde, 215(3). https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2013-3.htm ; Biadi-Imhof, A. (Ed.) (2006). La santé mentale dans le rapport nord-sud. Revue Tiers Monde, 187(3). https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2006-3.htm ; Collectif (1973). Politiques et planifications de la santé. Revue Tiers Monde, 53(1). www.persee.fr/issue/tiers_0040-7356_1973_num_14_53.

Dates

  • mercredi 25 novembre 2020

Mots-clés

  • santé, développement, suds

Contacts

  • Béatrice Trotier-Faurion
    courriel : sr [dot] revdev [at] univ-paris1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Béatrice Trotier-Faurion
    courriel : sr [dot] revdev [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La santé : nouveaux défis pour le développement », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 13 octobre 2020, https://calenda.org/807617

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search