Página inicialCensure et angles morts : les silences de la BBC

Página inicialCensure et angles morts : les silences de la BBC

Censure et angles morts : les silences de la BBC

Censorship and blind spots: the BBC’s silences

*  *  *

Publicado terça, 10 de novembro de 2020 por Céline Guilleux

Resumo

La réputation d’impartialité et d’indépendance de la BBC constitue l’un des piliers de son système de valeurs, sur lequel repose par ailleurs sa mission auto-déclarée, « informer, éduquer, divertir ». Ces valeurs font pourtant sans cesse l’objet de redéfinitions : des phénomènes de sélection, de censure et d’autocensure guidés par des jugements de valeur ou des conflits avec les différents pouvoirs, en particulier politiques ou économiques, impliquent de s’interroger sur le rôle et l’indépendance d’un service public de l’audiovisuel. On peut alors mettre en évidence les zones d’ombre et les silences de la BBC qui lui ont permis d’opérer ces reconfigurations entre sa création en 1922 et le passage au numérique en 1995.

Anúncio

Argumentaire

La réputation d'impartialité et d’indépendance de la BBC constitue l’un des piliers de son système de valeurs, sur lequel repose par ailleurs sa mission auto-déclarée, « informer, éduquer, divertir ». Ces valeurs font pourtant sans cesse l’objet de redéfinitions : des phénomènes de sélection, de censure et d’autocensure guidés par des jugements de valeur ou des conflits avec les différents pouvoirs, en particulier politiques ou économiques, impliquent de s’interroger sur le rôle et l’indépendance d’un service public de l’audiovisuel. On peut alors mettre en évidence les zones d’ombre et les silences de la BBC qui lui ont permis d’opérer ces reconfigurations entre sa création en 1922 et le passage au numérique en 1995.

Si la réputation de la BBC repose en grande partie sur les valeurs d’impartialité établies dans sa Charte, c’est surtout le rôle qu’elle a joué pendant la Seconde Guerre mondiale qui fit sa renommée à l’international. Pendant cette période, la BBC contribua activement à lutter contre l’ennemi, acceptant pour ce faire que tous ses bulletins d’actualité soient strictement contrôlés par le Ministère de l’Information. 

Depuis, nombreux sont les exemples qui illustrent les tensions entre le gouvernement britannique et la BBC affectant la couverture des conflits nationaux et internationaux dans lesquels fut impliqué le Royaume-Uni. La crise du Canal de Suez, l’épisode des Malouines et la Guerre du Golfe, au niveau international, mais aussi le conflit en Irlande du Nord ou les grèves des mineurs, au niveau national, sont autant d’exemples ayant conduit les chercheurs à s’interroger sur la mission de service public de la BBC et son devoir d’impartialité.

Les réactions de la BBC et de ses journalistes ont pu varier en fonction de l’époque et de la spécificité de chaque situation. L’observation du traitement médiatique de chaque épisode permet de constater, dans l’ensemble, une forme de résistance, de la part de la BBC, aux pressions gouvernementales mais surtout une forme d’auto-censure accompagnée de nombreux silences et zones d’ombre de la part des journalistes.

Si la pression et l’intimidation ont parfois pu conduire la BBC à ne pas respecter pleinement son devoir d’impartialité (comme la nécessité d’aborder les situations, conflictuelles ou non, sous des angles différents sans se limiter aux points de vue dominants), d’autres stratégies mises en place par le gouvernement expliquent les silences de la BBC.

Ces stratégies incluent par exemple la sélection des informations officielles, la  nomination, par le gouvernement, d'« alliés » au sein du Conseil d’administration ou de régulation de la BBC. Surtout, la mise en place de la broadcasting ban entre 1988 et 1994 reste perçue comme la mesure la plus explicite et la plus durable ayant été prise à l’encontre de l’audiovisuel britannique. Douglas Hurd, alors ministre de l’Intérieur britannique, affirmait pourtant qu’il ne s’agissait pas de censure : « This is not censorship, because it does not deal with or prohibit the reporting of events. It deals with and prohibits direct access and its extra impact on terrorism and its supporters », analyse contestée étant donné les effets de la mesure sur la couverture du conflit nord-irlandais.

Un phénomène de sélection des contenus se manifesta également dans les choix de programmation. Pour John Reith, fondateur et premier directeur général de la BBC, celle-ci devait être un outil de démocratisation de la culture et agir comme ascenseur social. Reith espérait exposer les membres des classes populaires à des programmes vers lesquels ils ne se seraient pas spontanément tournés, en variant par exemple chaque jour les heures de diffusion des émissions. La BBC fut donc, à ses débuts, accusée de vouloir agir en arbitre de la moralité (les programmes ne devaient pas être choisis pour leur popularité mais parce qu’ils étaient édifiants moralement et socialement acceptables) et critiquée pour son paternalisme.

L’entrave à la liberté de choix du public opérée par les programmateurs de la BBC pourrait donc être considérée elle aussi comme une forme de silence qui explique sans doute en partie la défection d’un grand nombre d’auditeurs et de spectateurs lors de l’ouverture de la radio et de la télévision à la concurrence. L’élitisme reithien fut notamment mis à mal lors de la création d’ITV, puisque la BBC dut diversifier sa programmation pour survivre. C’est en réponse à cette autocensure culturelle que le rapport Annan de 1974 recommanda de s’adresser à un public plus large et de s’atteler à mieux satisfaire ses besoins (« We do not accept that it is part of the broadcasters’ function to act as arbiters of morals or manners, or set themselves up as social engineers », peut-on lire dans le rapport). La diversification ethnique, linguistique, culturelle ou régionale et la création de Channel 4 qui en ont résulté ont transformé l’audiovisuel public.

Cette journée d’études se veut ouverte à un large public intéressé par l’histoire des médias et la relation qu’ils entretiennent avec le pouvoir politique. Elle vise en particulier les étudiants et étudiantes préparant l’agrégation d’anglais.

Les aspects suivants pourront être abordés, sans qu’il s’agisse d’une liste exhaustive :

  • les rapports entre le monde politique et la BBC
  • la censure et l’autocensure
  • les choix éditoriaux dans la couverture des situations conflictuelles (politiques, économiques, sociales,...)
  • la place des femmes dans les institutions et les programmes de la BBC
  • plus généralement, la place à l’écran et derrière le micro des minorités (ethniques, de genre, de classe sociale par exemple)

La journée d’études aura lieu le 20 janvier 2021 à l’Université de Poitiers (ou par visioconférence, selon la situation sanitaire). Elle donnera lieu à une publication dans les Cahiers du MIMMOC. La JE est co-organisée par les laboratoires MIMMOC (Université de Poitiers) et REMELICE (Université d’Orléans).

Modalités de contribution

Les propositions de communication d’environ 300 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer à je.censure.bbc@gmail.com

avant le 20 novembre 2020.

Les avis d’acceptation seront envoyés le 26 novembre 2020.

Comité d’organisation

  • Anne Cousson
  • Elodie Gallet
  • Anita Jorge
  • Jeremy Price

Bibliographie indicative

CORCORAN Mary P. et O’BRIEN Mark (dir.), Political Censorship and the Democratic State, Dublin : Four Courts Press, 2005.

CURRAN James et SEATON Jean, Power without Responsibility: The Press and Broadcasting in Britain, Londres : Routledge, 1991, 4e éd (1981, 1ère éd.).

DICKASON Renée, Radio et télévision britanniques, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 1999.

GENSANE Bernard, Censure et libertés au Royaume-Uni, Paris : Ellipses, 2001.

KUHN Raymond, Politics and the Media in Britain, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2007.

MILLER David,  Don’t Mention the War: Northern Ireland, Propaganda and the Media, Londres : Pluto Press, 1994.

SAVAGE Robert J., The BBC's 'Irish troubles' Television, conflict and Northern Ireland, Manchester : Manchester University Press, 2015.

STARKEY Guy, Balance and Bias in Journalism: Representation, Regulation and Democracy, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2007.

Locais

  • Bat. A3 - 1 rue Raymond-Cantel, TSA 11102
    Poitiers, França (86000)

Datas

  • sexta, 20 de novembro de 2020

Palavras-chave

  • BBC, média, Royaume-Uni, pouvoir politique

Contactos

  • Élodie Gallet
    courriel : elodie [dot] gallet [at] univ-orleans [dot] fr
  • Anne Cousson
    courriel : anne [dot] cousson [at] univ-poitiers [dot] fr
  • Anita Jorge
    courriel : anita [dot] jorge [at] univ-poitiers [dot] fr
  • Jeremy Price
    courriel : jeremy [dot] price [at] univ-poitiers [dot] fr

Fonte da informação

  • Anita Jorge
    courriel : anita [dot] jorge [at] univ-poitiers [dot] fr

Para citar este anúncio

« Censure et angles morts : les silences de la BBC », Chamada de trabalhos, Calenda, Publicado terça, 10 de novembro de 2020, https://calenda.org/814272

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search