HomeEnjeux juridiques relatifs à l’intégration progressive de la contrainte environnementale dans l’étude des migrations

HomeEnjeux juridiques relatifs à l’intégration progressive de la contrainte environnementale dans l’étude des migrations

Enjeux juridiques relatifs à l’intégration progressive de la contrainte environnementale dans l’étude des migrations

L’interculturel par temps de crises - Regards croisés à l’aune des bouleversements contemporains

*  *  *

Published on Monday, February 22, 2021 by Céline Guilleux

Summary

L’intérêt porté aux déplacements ayant pour cause un changement environnemental, ou climatique, se perçoit dans de nombreux domaines : politiques, médiatiques, et académiques. Par cette thématique, il s’agit d’interroger le droit international, régional, ou national, et leurs acteurs, afin de comprendre les effets de l’insertion de la contrainte environnementale dans l’étude des migrations : existe-t-il des outils juridiques permettant la protection de chaque individu, ou collectivité, impacté par une crise environnementale ? Comment les enjeux sociaux liés aux migrations environnementales se traduisent-ils, au regard de la multiplicité des normes internationales et de leur interprétation dans plusieurs systèmes et cultures juridiques ?

Announcement

Présentation

Le XVIIIème congrès de l'Association Internationale pour la Recherche Interculturelle (ARIC) - « L'interculturel par temps de crises - Regards croisés à l’aune des bouleversements contemporains » - se déroulera du 26 au 29 octobre 2021 au Pôle Saint-Jean d’Angély, MSHS Sud-Est – UCA, Nice.

Cet événement a pour ambition d'impulser un dialogue entre chercheur·e·s et professionnel·le·s francophones des Nords-Suds en Sciences-humaines et sociales et de réfléchir sur l’interculturel dans une mondialisation par temps de crises. Ce congrès invite plus largement à questionner par une approche pluridisciplinaire notre manière « d’habiter » le monde (Boni, 2018), et notre rapport à l’Autre, à l’aune des bouleversements contemporains.

Au sein de ce congrès, nous organiserons le symposium 19 qui s’intitule : « Enjeux juridiques relatifs à l’intégration progressive de la contrainte environnementale dans l’étude des migrations ». 

Argumentaire

L’intérêt porté aux déplacements ayant pour cause un changement environnemental, ou climatique, se perçoit dans de nombreux domaines : politiques, médiatiques, et académiques. En ce sens, une littérature croissante, montre des connexions systématiques entre les changements environnementaux et les populations soumises à ces aléas (McLeman, Gemenne, 2018).

Par cette thématique, il s’agit d’interroger le droit international, régional, ou national, et leurs acteurs, afin de comprendre les effets de l’insertion de la contrainte environnementale dans l’étude des migrations : existe-t-il des outils juridiques permettant la protection de chaque individu, ou collectivité, impacté par une crise environnementale ? Comment les enjeux sociaux liés aux migrations environnementales se traduisent-ils, au regard de la multiplicité des normes internationales et de leur interprétation dans plusieurs systèmes et cultures juridiques ?

Perspective interculturelle des enjeux juridiques liés à la migration environnementale

L’aspect définitionnel est une étape primordiale de l’analyse. Comment conceptualiser la migration environnementale en droit ? Les déplacements internes à un pays doivent-ils être traités de manière identique à la migration transfrontalière ? Doit-on séparer l’analyse des migrations consécutives à une catastrophe climatique soudaine et, les migrations relatives à un changement environnemental ayant des incidences sur un moyen long terme ? Expliquer ces choix sémantiques est nécessaire pour comprendre les défis juridiques et sociaux de la thématique.

Par ailleurs, quelle est la place occupée par la contrainte environnementale dans le droit positif relatif aux migrations ? Prendre en compte la diversité des échanges normatifs pourrait aider à analyser les besoins soulevés par les études empiriques.

Quant à la disparition d’États (Jane McAdam, 2012), et de leurs cultures, il parait intéressant de mobiliser une réflexion approfondie sur les solutions pouvant être apportées par le droit et les relations interétatiques. Quels échanges peut-on retrouver au sein des institutions internationales afin de construire une réponse adaptée à ces problématiques ?

Perspective interculturelle des enjeux sociaux et au sein des institutions internationales

Les interactions des instruments des organisations régionales et internationales pourront être développées afin de proposer une réflexion d’ensemble sur la prise en compte par les institutions internationales du migrant, ou déplacé, environnemental. Existe-t-il un dialogue interculturel permettant un développement d’un droit international des migrations environnementales « universel » ? Quels enjeux sociaux sont perceptibles dans l’évolution du droit international et la réinterprétation de ses normes, au regard des droits humains « pluralisés », « internormatifs », (Dufourt, 2020).

En outre, il est possible de s’interroger sur l’inscription de la migration environnementale au sein des discours politiques et médiatiques des organisations internationales. Cette inscription, si elle existe, permettrait-elle de comprendre ce qui divise, ou rassemble, les États parties aux conventions ? Dans le cas contraire, comment les études sur les migrations environnementales remettent en cause certains axiomes, à l’image de la dichotomie migrations forcées / volontaires, par l’imbrication de nombreux facteurs dans le processus migratoire, à l’instar du rôle du genre, ou de la situation économique et sociale du pays de départ ?

Enfin, la question des enjeux sociaux d’un déplacement collectif interne, ou externe, à un pays pourra être étudiée, à la lumière des études empiriques relatives à l’influence de l’environnement sur les comportements migratoires, (Gemenne, 2010)

Pour avoir accès à l'argumentaire de ce symposium, ou bien à l'ensemble de symposiums proposés, vous pouvez vous rendre sur: https://congresaric2021.sciencesconf.org.

Modalités de contribution

Les propositions de communication pour les symposiums comprendront le titre de la communication, la forme de communication choisie, un résumé en français de 2500 signes (max) comprenant également trois mots-clés, deux à trois références bibliographiques).  Pour les propositions concernant une recherche, les points suivants sont attendus : contexte de la recherche, ancrage théorique, objectif, méthode de récolte des données et d’analyse, résultats.

Pour soumettre une proposition il faut s'inscrire sur le site du congrès

au plus tard le 15 mars 2021.

Comité scientifique

Coordinatrice du Congrès : Rania Hanafi (URMIS) - Maître de conférences en Sciences de l'éducation - Inspé - Université Côte d'Azur

France - Université Côte d'Azur

  • Marie-Pierre Ballarin (URMIS) – Chargée de recherche en histoire – anthropologie (IRD)
  • Alessandro Bergamaschi (URMIS) – Maître de conférences en Sciences de l’éducation
  • Catherine Blaya (URMIS) – Professeur en Sciences de l’éducation 
  • Giulia Bonacci (URMIS) – Chargée de recherche en histoire – (IRD)
  • Géraldine Bozec (URMIS) – Maître de conférences en Sociologie
  • Ana Chiaruttini  (LINE) – Professeur en didactique du français  
  • Sylvie Chritofle (ESPACE - GRM) – Maître de conférences en management  
  • Elisabeth Cunin (URMIS), Directrice de recherche en sociologie – anthropologie (IRD)
  • Cyril Drouot (TransitionS) – Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication  
  • Yvan Gastaud (URMIS) - Maître de confrences en histoire
  • Rania Hanafi  (URMIS) – Maître de conférences en sciences de l’éducation
  • Agnès Jeanjean (LAPCOS) – Professeur en Anthropologie (MSH, axe 4)
  • Jean-Christophe Martin (LADIE) – Professeur de droit public (directeur de l'IdPD)
  • Valérie Pietri (URMIS) – Maître de conférences en histoire (MSH, axe 3)
  • Christian Rinaudo (URMIS) – Professeur de sociologie  (EUR Odyssée)
  • Emilie Souyri  (LIRCES) – Maître de conférences en langue, littérature et civilisation anglophone.

France (autres universités)

  • Malika Bennabi – Maître de conférences émérite, HDR en psychologie, UPJV Amiens
  • Laure Guillot-Farneti – Doctorante, Université de Lyon 2
  • Melissa Arneton – Maitre de conférences en psychologie, INSHEA, Paris
  • Jean-François Bruneaud – Maître de conférences en  sciences de l’éducation, Laces, Université Bordeaux 
  • Samia Langar – Post-doctorante, ISPEF,  Université Lyon 2 
  • Zineb Rachedi – Maitre de conférences en sociologie, INSHEA, Paris 
  • Mahamet Timera – Professeur de sociologie (en délégation IRD au Lartes-Ifan, UCAD), URMIS, Paris
  • Filipe Soto Galindo – Post-doctorant/ATER en psychologie, LCPI, Université Toulouse - Jean Jaurès

Algérie

  • Mouheb Zina – Maître-assistante en psychologie, Université de Tizi Ouzou

Argentine 

  • Liliana Kremer – Professeure en Sciences sociales, Université Nacional de Córdoba

Belgique 

  • Altay Manço – Directeur scientifique de l'IRFAM (Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations)

Brésil

  • Elaine Costa Fernandez – Professeur associée en psychologie, Université Fédérale du Pernambouc 
  • Jamil Zugueib Neto – Doutor em Psicologia - Centro de Estudos dos Processos Identitários, das Crises e da Cultura Arábe (CNPq) 

Canada

  • Myriame Martineau – Professeur en sociologie, UQAM 
  • Dany Rondeau – Professeur en philosophie Université du Québec à Rimouski  
  • Michèle Vatz-Laaroussi – Professeur émérite en Travail social, Université de Sherbrooke
  • Élise Argouarc’h – Doctorante, Université de Laval
  • Lilyane Rachédi – Professeur à l’Ecole de travail social, UQUAM, Montréal

Côte d’Ivoire

  • Aimée-Danielle Lezou Koffi – Professeur en linguistique, Université Félix Houphouët-Boigny 

Inde

  • Abhijit Karkun – Professeur en French studies, Université Jawaharlal Nehru (JNU) à New Delhi

Madagascar

  • Dominique Tiana Razafindratsimba – Maître de conférences en sociolinguistique à l'université d'Antananarivo

Suisse

  • Xavier Conus – Maître d’enseignement et de recherche en sciences de l’éducation, Université de Fribourg 
  • Amel Mahfoudh – Adjointe scientifique, Hes-so, Valais

Tunisie

  • Ghazi Chakroun – Maitre de conférences, HDR en psychologie du développement et de l’éducation, Universités de Sfax 

Places

  • Nice, France (06)

Date(s)

  • Monday, March 15, 2021

Keywords

  • environnement, migration

Contact(s)

  • Samantha Vaur
    courriel : vaur [dot] samantha [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Samantha Vaur
    courriel : vaur [dot] samantha [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Enjeux juridiques relatifs à l’intégration progressive de la contrainte environnementale dans l’étude des migrations », Call for papers, Calenda, Published on Monday, February 22, 2021, https://calenda.org/845705

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search