Página inicialÉtudes et exercices polysémiques autour d’un tableau

Página inicialÉtudes et exercices polysémiques autour d’un tableau

Études et exercices polysémiques autour d’un tableau

Polysemic studies and readings around a painting

La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France

France bringing faith to the Wendat of New France

*  *  *

Publicado segunda, 29 de março de 2021 por João Fernandes

Resumo

Dans le cadre des activités du Laboratoire numérique des études en histoire de l'art du Québec, ce colloque s’intéresse aux multiples interprétations et discours possibles à partir d’un tableau des collections des Ursulines de l’Union canadienne (gérées par le Pôle culturel du Monastère des Ursulines), et aujourd’hui présenté dans les salles du Musée national des beaux-arts du Québec (Canada), soit La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France.

Anúncio

Argumentaire

Dans le cadre des activités du Laboratoire numérique des études en histoire de l'art du Québec, ce colloque s’intéresse aux multiples interprétations et discours possibles à partir d’un tableau des collections des Ursulines de l’Union canadienne (gérées par le Pôle culturel du Monastère des Ursulines), et aujourd’hui présenté dans les salles du Musée national des beaux-arts du Québec (Canada), soit La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France. De facture française et peinte vers 1666, l’œuvre plutôt méconnue – bien que maintes fois reproduite dans les ouvrages consacrés aux arts de la période coloniale française en Amérique du Nord – a souvent été interprétée telle une allégorie de la France, sous les traits d’Anne d’Autriche (1601-1666), offrant un tableau à un Huron-Wendat (Gagnon Lacroix 1983; Trudel 1984; Deslandres 2003; Lacroix 2012). En tenant compte de la réalité coloniale française du XVIIe siècle ainsi que du mouvement de Contre-Réforme catholique, il est également admis que la peinture reflèterait les pratiques missionnaires des Jésuites auprès des populations des Premières Nations en Amérique du Nord. La mise en abyme du tableau répondrait alors aux stratégies de conversion de cette époque, misant sur l’idée de rendre visible par l’art l’invisible des réalités spirituelles. Comme l’indique un passage du Journal des Jésuites daté du 20 juin 1666 et mis en évidence en 1983 par les historiens de l’art François-Marc Gagnon (1935-2019) et Laurier Lacroix, l’œuvre aurait aussi une finalité historique puisqu’il s’agissait de faire un « tableau qui marque (comment les Wendat) ont embrassé la foy ». Ainsi, il semblerait que toute la composition et la mécanique de l’œuvre tenteraient de synthétiser les conceptions de la conversion par l’image pratiquée par les religieux au cours des premiers contacts avec les autochtones (Gagnon 1975).

Si l’œuvre peinte a ainsi fait l’objet de recherches et d’écrits présentant de solides argumentations, elle semble encore pouvoir se livrer à différentes approches, problématiques et lectures permettant de jeter de nouveaux éclairages sur ses multiples composantes, tant matérielles, formelles, iconographiques et historiques. De fait, telle une œuvre ouverte pouvant être soumise à autant de regards distincts, cette peinture du XVIIe siècle présente encore, à notre avis, une part de mystère et une richesse interprétative sous-exploitée. Par exemple, en 1997, l’historien de l’art Joseph Monteyne examinait le contexte de réalisation de l’œuvre en tenant compte des changements politiques et religieux dans la colonie au moment de la reprise en main de la Nouvelle-France par le roi Louis XIV. Plus récemment, en 2020, l’article de l’historien de l’art Pierre-Olivier Ouellet abordait la peinture afin de mettre en relief ses multiples aspects diplomatiques liés tant au contexte politique qu’à son iconographie. Plus encore, différents exercices de recherche et de rédaction menés avec des groupes d’étudiant.e.s de premier cycle en histoire de l’art, à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), révélaient une multiplicité de pistes et de discours tout autant prometteurs, touchant à des questions relatives aux notions de pouvoir (religieux, royal, économique, colonial, postcolonial, etc.), de spiritualité (principalement catholique et autochtone) et d’espace (territoire colonial, Mère-Patrie, lieux représentés, symbolique de la composition, mise en abyme, etc.).

Fort de ces prémisses pointant la nature polysémique du tableau La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France, il nous semble désormais essentiel d’investir à nouveau cette peinture dans le cadre d’un colloque international bilingue (français et anglais). Les études et échanges autour de l’œuvre permettront la mise en place d’un véritable exercice postmoderne misant sur la multiplicité des discours autour d’un même objet. Un objet qui, de surcroît, ne s’offre pas comme le résultat de la pratique d’un artiste déjà encensé par la discipline de l’histoire de l’art ni comme le sujet d’une forte attention médiatique. Loin de ces aspects détachés de la « grande » peinture, cette œuvre se présente plutôt comme l’occasion d’une plongée empreinte de curiosité, de questionnements et d’hypothèses, au cœur même de nos perceptions, de nos intérêts et de nos connaissances.

Axes thématiques

Ce tableau constitue donc le point de rencontre de cet événement qui permettra d’investiguer différentes voies de recherche dont les suivantes, données à titre d’exemple et de manière non-exclusives :

  • Les représentations littéraires et visuelles du Nouveau-Monde;
  • La critique postcoloniale à l’aune de la nature de la représentation;
  • L’iconographie et les pratiques de représentation du pouvoir royal;
  • L’historiographie des rapports entre autochtones et occidentaux;
  • Les lectures non-occidentales de l’objet d’art;
  • La présentation muséale, le discours de l’exposition et la médiation de l’œuvre selon ses lieux (historiques et actuel) d’accrochage;
  • La mise en abîme et ses symboliques;
  • Le prosélytisme religieux au XVIIe siècle.

Modalités pratiques d'envoi de propositions

Les propositions de communication (400 mots), en français ou en anglais, devront être accompagnées d’une biographie succincte (150 mots) et envoyées

avant le 31 mai

à : ouellet.pierre-olivier@uqam.ca et longtin.marianne.2@courrier.uqam.ca

À la suite du colloque, les conférenciers seront conviés à soumettre leur communication en prévision d’une publication.

Comité d’organisation

  • Pierre-Olivier Ouellet (professeur associé, Université du Québec à Montréal)
  • Marianne Longtin (candidate à la maîtrise, Université du Québec à Montréal)

Comité scientifique

  • Gauvin Alexander Bailey (Queen’s University, Kingston, Canada)
  • Yann Lignereux (Université de Nantes, Nantes, France)
  • Marianne Longtin (Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada)
  • Joseph Monteyne (University of British Columbia, Vancouver, Canada)
  • Pierre-Olivier Ouellet (Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada)

Locais

  • UQAM - 405 Rue Sainte-Catherine Est
    Montreal, Canadá (h2l 2c4)

Datas

  • segunda, 31 de maio de 2021

Palavras-chave

  • Jésuites, Nouvelle-France, Anne d'Autriche, Wendat, autochtones, peinture

Contactos

  • Pierre-Olivier Ouellet
    courriel : ouellet [dot] pierre-olivier [at] uqam [dot] ca
  • Marianne Longtin
    courriel : longtin [dot] marianne [dot] 2 [at] courrier [dot] uqam [dot] ca

Fonte da informação

  • Pierre-Olivier Ouellet
    courriel : ouellet [dot] pierre-olivier [at] uqam [dot] ca

Para citar este anúncio

« Études et exercices polysémiques autour d’un tableau », Chamada de trabalhos, Calenda, Publicado segunda, 29 de março de 2021, https://calenda.org/859853

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search