HomeTerritory, sustainable development and responsible innovation

HomeTerritory, sustainable development and responsible innovation

Territory, sustainable development and responsible innovation

Territoire, développement durable et innovation responsable

Between ambitions and "practicable" deployment

Entre ambitions et déploiement « praticable »

*  *  *

Published on Monday, July 05, 2021 by João Fernandes

Summary

La notion de territoire, bien que solidement ancrée dans les sciences sociales, est au croisement de l’économie, des questions relatives au développement durable et à l’innovation responsable. Le territoire, au-delà de sa définition plurielle qu’offre la géographie, se construit autour des acteurs s’y inscrivant, de leurs compétences économiques spécifiques et de la mise en œuvre d’une dynamique productive. Elle est en ce sens un lieu propice à l’innovation et un véritable laboratoire pour développer de nouvelles technologies. Le territoire est également le théâtre d’interactions avec l’environnement. C'est sur cette base de définition que prennent tout leur sens les articulations entre le territoire en tant que « brique de base » et le développement durable. Le présent appel à contribution pour un ouvrage collectif vise à enrichir le débat sur la territorialisation des préoccupations environnementales des acteurs (actionnaires, clients, fournisseurs, pouvoirs publics, communautés locales, groupes de pression, ONG, associations et mouvements « écocitoyens », etc.).

Announcement

Présentation

L’Université Internationale d’Agadir - Universiapolis – (Maroc) en partenariat avec l’UMR Espace pour le Développement - UMR Espace Dev (IRD) – équipe d'Avignon Université (France) et la Faculté Polydisciplinaire de Taroudant de l'Université Ibn Zohr (Maroc) lancent un appel à contributions visant à accueillir des travaux de recherche originaux en vue d’alimenter un ouvrage collectif intitulé : Territoire, développement durable et innovation responsable : entre ambitions et déploiement « praticable ». Le manuscrit sera publié à la fin de l’année 2021 dans une maison d’édition francophone. Les différents chapitres de l’ouvrage collectif aborderont notamment les problématiques suivantes : les articulations entre le territoire et le développement durable, le territoire en tant que milieu innovateur qui intègre la technologie, le numérique en tant qu’instrument de diffusion des opportunités offertes par les écotechnologies.

Argumentaire

La notion de territoire, bien que solidement ancrée dans les sciences sociales, est au croisement de l’économie, des questions relatives au développement durable et à l’innovation responsable. Le territoire, au-delà de sa définition plurielle qu’offre la géographie, se construit autour des acteurs s’y inscrivant, de leurs compétences économiques spécifiques et de la mise en œuvre d’une dynamique productive. Elle est en ce sens un lieu propice à l’innovation et un véritable laboratoire pour développer de nouvelles technologies. Le territoire est également le théâtre d’interactions avec l’environnement. C'est sur cette base de définition que prennent tout leur sens les articulations entre le territoire en tant que « brique de base » et le développement durable.

Le développement durable est porteur d’inflexions fortes et intéressantes à appréhender dans deux domaines : les dynamiques territoriales et les cadres et les pratiques socio-institutionnelles. Il est clair que les territoires ne se sont pas devenu subitement des « territoires durables ». Les dispositifs institutionnels et les organisations demeurent toujours soumis à des « logiques dominantes » bien éloignées du fonds programmatique du développement durable (préservation de la nature, lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, etc.). La logique de rentabilité dispose d’une suprématie qui trop souvent (?) demeure de l’ordre du (?) « symbolique ».

L’innovation, longtemps perçue comme en contradiction avec les principes d’un développement durable, bénéficie aujourd’hui d’un regain d’intérêt, voire d’un engouement certain, en regard des potentialités qu’elle offre à la communauté des managers. L’un des défis les plus récurrents auxquels font face les organisations à l’heure actuelle est le comblement du fossé entre les enjeux du changement climatique et de l’environnement et l’impératif de croissance. Afin de résoudre cette problématique, plusieurs chercheurs ont, au cours de ces dernières décennies, tenté d’offrir une nouvelle alternative sous la thématique de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) et ses concepts voisins tels que l’éthique, la performance, etc. La RSE s’est largement confirmée comme la contribution de l’entreprise aux principes de développement durable. Pourtant, il ressort de cela que les dynamiques managériales actuelles fondées sur les « technologies vertes » laissent augurer de l’émergence de nouveaux mécanismes innovants.

Face à ces problématiques articulant les dimensions économique et environnementale - regroupées sous le vocable « d’écodéveloppement » - et les dimensions sociale et sociétale, l’organisation doit nécessairement intégrer les problématiques de développement durable et d’innovation responsable, au risque sinon de compromettre gravement sa survie par des pratiques non soutenables.

Le présent appel à contribution pour un ouvrage collectif vise à enrichir le débat sur la territorialisation des préoccupations environnementales des acteurs (actionnaires, clients, fournisseurs, pouvoirs publics, communautés locales, groupes de pression, ONG, associations et mouvements « écocitoyens », etc.). Il vise également à énumérer des expériences du management environnemental en les analysant, en déterminant les initiatives et les formes d’innovations managériales prometteuses qui ont répondu à certaines attentes et interpellations, en soulignant les limites inhérentes de leur implémentation et en précisant les anomalies et dysfonctionnements dans la perspective de leur amélioration et de leur efficacité. Les chercheurs universitaires et les professionnels sont appelés à y contribuer en identifiant les outils, les méthodes, les approches et les pratiques. 

Axes proposés non limitatifs

Les différents chapitres de l’ouvrage collectif aborderaient les problématiques suivantes (liste non exhaustive) :

  • La question du développement durable dans toutes ses dimensions (économique, sociale et environnementale) peut-elle se satisfaire d’une réponse managériale ?
  • Comment des acteurs institutionnels ou productifs qui partagent le même espace peuvent-ils révéler leurs préférences, trouver des accords et décider, ensemble, de mesures concrètes et collectives visant à promouvoir le développement durable à l’échelle d’un territoire donné ?
  • Le territoire est-il « un carcan » qui nuit à la croissance et à la compétitivité et dont les entreprises tentent de s’extraire pour répondre aux exigences d’une économie mondialisée ? Ou, au contraire, constitue-t-il un acteur majeur du développement ? Plus largement, qu’est-ce qui incite une entreprise innovante à s’installer sur un territoire donné ? Inversement, pourquoi un territoire, par ses représentants institutionnels, cherche-t-il à attirer des entreprises innovantes, notamment dans les secteurs de l’écotechnologie ?
  • Quelles articulations entre les formes d’innovations managériales prometteuses et l’institutionnalisation / implémentation du développement durable ?
  • Les politiques de l’innovation dans l’environnement sont-elles suffisamment intégrées aux politiques environnementales des territoires ?
  • Les politiques environnementales favorisent-elles l’émergence, le développement et la diffusion d’innovations environnementales, ou, au contraire, sont-elles déconnectées de celles-ci ?
  • Les pôles de compétitivité, les réseaux de recherche et de développement et les clusters pourraient-ils se révéler être des moteurs de l’innovation ?
  • Les organismes de normalisation sont-ils porteurs d’une dynamique institutionnelle qui contribue au développement durable ?
  • Les normes et les labels peuvent-ils être considérés comme de véritables innovations institutionnelles qui renforcent la performance des entreprises dans un contexte de développement durable ?
  • Comment le système de management environnemental (SME) est-il utilisé dans les organisations pour décliner leurs stratégies environnementales ? Ces stratégies sont-elles « opportunistes » basées sur l’image ou « proactives et réactives » soucieuses des intérêts d’un ensemble de parties prenantes ?

Calendrier proposé

  • 28 Juin 2021 : lancement de l’appel à contribution
  • 25 juillet 2021 : date limite de soumission des propositions en version intégrale

  • 15 Septembre 2021 : notification aux auteurs de l’acceptation de leur proposition
  • 15 octobre 2021 : date limite de remise des textes intégraux par les auteurs
  • 15 novembre 2021 : révision des textes intégraux et recommandations aux auteurs
  • 30 novembre 2021 : remise des textes intégraux révisés par les auteurs
  • Décembre 2021 : parution de l’ouvrage collectif dans une maison d’édition francophone

Conditions de soumission & modalités

  • L’ouvrage sera publié chez un éditeur reconnu ;
  • Chaque proposition sera évaluée en double aveugle par un comité scientifique mixte : national et international ;
  • Les coordonnateurs de l’ouvrage, en collaboration avec le comité scientifique, vont se charger de regrouper les chapitres dans le cadre de parties selon le rapprochement des thématiques ;
  • Les contributions proposées doivent être inédites et ne doivent pas avoir été déjà publiées ou soumises pour publication dans un autre ouvrage ;
  • Les auteurs sont responsables de l’exactitude de leurs références et citations ;
  • Langues de soumission : français, anglais ou espagnol ;
  • Les textes comporteront :
  • Un titre en français, en anglais ou en espagnol (police 13, style gras précédé et suivi d’un espace de 6 pts) ;
  • Prénom et nom de l’auteur-e ou des auteur-e-s (avec indication de son/leur rattachement institutionnel) et son/leur courriel (E-Mail) ;
  • Un résumé en français, en anglais ou en espagnol (800 caractères maximum, espaces compris) et 5 mots-clefs ;
  • Les propositions doivent avoir une longueur comprise entre 20 et 25 pages et être rédigées sous format Word ;
  • Nombre de caractères : entre 45 000 et 50 000 signes (notes, espaces et références bibliographiques compris) ;
  • Les marges de la page A4 sont de : 5 cm en haut et en bas ; 4,5 cm à gauche et à droite et sans reliure ;
  • Police de caractères : Times New Roman - corps 12 - interlignage simple - alinéa 0,5 cm ;
  • Tableaux, graphiques et illustrations : doivent être appelés dans le texte à l’endroit où ils doivent être insérés (ex. : cf. tableau 1) et doivent être numérotés séquentiellement en chiffres décimaux. L’auteur-e / les auteur-e-s doivent s’assurer d’avoir les droits de reproduction sur toutes les illustrations (en noir et blanc) utilisées dans leurs travaux (photos, dessins, schémas, graphiques, tableaux, statistiques, etc.) ;
  • Corps du manuscrit : les différentes parties doivent apparaître dans un ordre logique avec numérotation numérique en chiffres arabes (1. ; 1.1 ; 1.2 ; 2. ; 2.1 ; 2.2 ; etc.). L’introduction et la conclusion ne sont pas numérotées ;
  • Toutes les notes sont ramenées en bas de page et numérotées en continu sur l’ensemble du manuscrit. Elles ne doivent comporter ni tableau ni graphique, être les plus succinctes possible et ne pas dépasser 4 à 5 lignes ;
  • Les citations et expressions sont à mettre entre guillemets. Les citations de textes étrangers doivent être traduites en français ;
  • Normes bibliographiques :
  • Seront appelées dans le texte en citant : le nom de l’auteur, l’année de publication de l’ouvrage, ainsi que la page de référence à la suite de la citation (Nom, 2008, p. 78) ;
  • Les publications écrites par différents auteurs seront séparées à l’aide de points-virgules (Nom, 2015 ; Nom, 1989) ;
  • Les différentes publications d’un même auteur seront séparées à l’aide d’une virgule (Nom, 1999, 2002) ;
  • Lorsque deux ou plusieurs ouvrages ont été écrits par un auteur dans la même année, on les différenciera en utilisant des lettres alphabétiques (ex : Nom, 2000a, 2000b) ;
  • Les références bibliographiques seront présentées en fin de texte, par ordre alphabétique des noms d’auteur, sans numérotation ;
  • Toute référence bibliographique citée dans la bibliographie devra avoir été citée dans la contribution, et inversement ;
  • Les références bibliographiques issues de revues ou d’ouvrages en ligne ou existant sous forme numérique sur des plateformes web doivent comporter une URL pointant vers l’article ou l’ouvrage accessible dans sa version citée (privilégier le DOI, par exemple https://doi.org/10.4000/innovation.1743, pour garantir le caractère pérenne de l’URL) ;
  • Les références bibliographiques seront présentées en fin de texte, par ordre alphabétique des noms d’auteur, sans numérotation en suivant le format APA ;
  • Chaque auteur recevra un exemplaire de l’ouvrage ;
  • Les textes des contributions doivent être envoyés en version électronique, sous format Word, simultanément aux adresses des coordonnateurs : benamara@uiz.ac.ma ; philippe.bachimon@univ-avignon.fr.

Direction de l’ouvrage

  • Khalid Benamara est professeur à l’université Ibn Zohr au Maroc, membre associé de l’UMR Travail, organisation, pouvoir (CERTOP) de l’université Toulouse Jean-Jaurès en France et consultant en ingénierie du tourisme et des territoires. Il est titulaire d’un HDR en économie et gestion de l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Il s’intéresse au management du tourisme, au développement durable et à la RSE.
  • Philippe Bachimon est professeur émérite de géographie du tourisme à l’université d’Avignon et membre de l’UMR Espace-Dev (IRD). Comme chercheur en poste (et en particulier en Polynésie et au Maroc), invité d’une quarantaine d’universités ou en missions, il s’est attaché à décrypter le monde, y étudiant la reconstruction des identités locales à l’aune de la mondialisation du tourisme et désormais de son devenir post-pandémique.

Comité scientifique de lecture

  • Ahmed Ait Bari, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Ahmed Raqbi, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Ait Nacer Mohamed, Université Ibn Tofail, Maroc
  • Amina Saoussany, École Nationale de Commerce et de Gestion, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Anas Hattabou, Université Ibn Zohr
  • Bouchra Esslimani, École Nationale de Commerce et de Gestion, Université Cadi Ayyad, Maroc
  • Chakib Hamadi, École Nationale de Commerce et de Gestion, Université Cadi Ayyad, Maroc
  • Diallo Laouratou, Universiapolis-Université Internationale d’Agadir, Maroc
  • Driss Aissaoui, Dalhousie University, Halifax, Canada
  • Hassan Hachimi Alaoui, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Jamal Elachmit, Université Ibn Zohr / Universiapolis-Université Internationale d’Agadir, Maroc
  • Khalid Benamara, Université Ibn Zohr, Maroc / Université Toulouse Jean-Jaurès, France
  • Laurent Botti, Université de Perpignan Via Domitia
  • Lhoucine Rachidi, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Mohammed Kembouche, Université Mohammed Premier, Maroc
  • Mostafa Hassani, Université Cadi Ayyad, Maroc
  • Mustapha Bengrich, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Noureddine Aït Errays, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Philippe Bachimon, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, France
  • Said Boujrouf, Université Cadi Ayyad, Maroc
  • Wissal Anir, Universiapolis-Université Internationale d’Agadir, Maroc
  • Youssef Tachfine, Université Ibn Zohr, Maroc
  • Vincent Herbert, Université du Littoral Côte d’Opale, France

Soumission des manuscrits (version électronique) simultanément aux adresses des coordonnateurs :

Khalid Benamara : k.benamara@uiz.ac.ma

Philippe Bachimon : philippe.bachimon@univ-avignon.fr

Subjects

Places

  • Université Internationale d’Agadir - Universiapolis
    Agadir, Kingdom of Morocco (80000)

Date(s)

  • Sunday, July 25, 2021

Keywords

  • territoire, Développement Durable, Innovation Responsable, RSE, écotechnologies

Contact(s)

  • Khalid Benamara
    courriel : k [dot] benamara [at] uiz [dot] ac [dot] ma

Information source

  • Khalid Benamara
    courriel : k [dot] benamara [at] uiz [dot] ac [dot] ma

To cite this announcement

« Territory, sustainable development and responsible innovation », Call for papers, Calenda, Published on Monday, July 05, 2021, https://calenda.org/893409

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search