AccueilTensions locales et globales au XXIe siècle : l’Amérique latine (re)définie par ses écrivains

AccueilTensions locales et globales au XXIe siècle : l’Amérique latine (re)définie par ses écrivains

Tensions locales et globales au XXIe siècle : l’Amérique latine (re)définie par ses écrivains

Tensiones locales y globales en el siglo XXI: América Latina (re)definida por sus escritores

Tensões locais e globais no século XXI: a América Latina (re)definida pelos seus escritores

Revue CECIL

Revista CECIL

*  *  *

Publié le mercredi 08 septembre 2021 par Céline Guilleux

Résumé

Depuis l’émergence des républiques, les autrices et auteurs latino-américains ont réfléchi au caractère intrinsèque des littératures nationales. Que signifie être un écrivain latino-américain au XXIe siècle ?

Annonce

Coordonnateurs

  • Catherine Pélage (Pr, Université d’Orléans)
  • Félix Terrones (Assistenzdozent, Universität Bern)

Argumentaire

Depuis l’émergence des républiques, les autrices et auteurs latino-américains ont réfléchi au caractère intrinsèque des littératures nationales. Qu’est-ce qui pouvait caractériser les littératures péruvienne, chilienne, brésilienne ou colombienne par rapport à la littérature de la métropole ? Grâce à des auteurs comme le Mexicain Alfonso Reyes ou l’Argentin Jorge Luis Borges, s’est affirmée au cours du XXème siècle l’idée d’une littérature supranationale, écrite en espagnol et sans équivalent sous d’autres latitudes linguistiques et/ou culturelles: la littérature latino-américaine. À partir du XXIème siècle, divers écrivains latino-américains ont remis en cause leur héritage national et/ou local sans que cela ne signifie nécessairement l’adoption d’une perspective continentale ou latino-américaine. Au contraire, de nombreux auteurs considèrent la catégorie « Amérique Latine » comme aliénante : la priorité serait, selon eux, d’obtenir une reconnaissance à l’échelle mondiale, sans signes identitaires locaux, particularismes ni exotismes. Dans ce sens, des auteurs tels que le Mexicain Jorge Volpi, le Chilien Alberto Fuguet, le Péruvien Fernando Iwasaki ou le Colombien Juan Gabriel Vásquez ont contribué à esquisser une conception de l’Amérique Latine exempte de «latino-américanité».

En nous intéressant à des textes écrits par les auteurs eux-mêmes, nous analyserons sous différents angles les contacts, les passerelles, mais aussi les tensions, voire les courts-circuits, entre des dimensions « nationales » ou « locales », d’une part, et « latino-américaines » ou « globales », d’autre part. Dans cette perspective, nous privilégierons une réflexion transversale qui mettra l’accent sur le dialogue ou le débat entre différents positionnements qui circulent par le biais des grandes transnationales (Alfaguara, Anagrama, Planeta, etc.) ainsi que de manière plus restreinte par le biais des maisons d’édition indépendantes, artisanales ou universitaires.

À travers l’analyse d’essais publiés depuis 2000, nous distinguerons la constitution d’un espace théorique et littéraire – désigné comme latino-américain – constitué de fractures esthétiques, culturelles et idéologiques de différentes natures, qui sont véhiculées et (ré)actualisées par les auteurs eux-mêmes. De même, nous soulignerons les omissions évidentes faites par les auteurs essayistes : pourquoi, par exemple, le questionnement sur ce qui est « latino-américain » est-il formulé avant tout par des auteurs masculins qui ne prennent pas en compte les voix féminines ? Un autre aspect à considérer est lié aux minorités raciales et sociales de chacune des communautés nationales et à leur façon d’aborder la thématique latino-américaine dans leurs essais.

Il est évident que ce questionnement ne se limite pas au genre de l’essai. Il s’exprime également dans d’autres productions comme par exemple les manifestes, les entretiens, les préfaces d’anthologies. Curieusement, cette réflexion semble être exacerbée au XXIème siècle, un contexte de flux et d’échanges à l’échelle globale où les dimensions locales et latino-américaines coexistent, se confondent et se repoussent dans les idées exprimées par les auteurs et/ou les groupes. D’une part, l’intégration dans un espace de circulations qui transcenderait ce qui est strictement local ou national est revendiquée. D’autre part, la périphérie est mise en avant comme un positionnement politique et esthétique. Or, si la périphérie est valorisée, elle doit aussi être délimitée dans sa nature et son idiosyncrasie pour éviter d’être phagocytée ou colonisée par des cultures et des langues hégémoniques. Ces questions sont soulevées dans des manifestes tels que le manifeste Crack, McOndo et, plus récemment, Caribe Pop. Elles sont également abordées dans des entretiens avec des autrices et auteurs comme, par exemple, Roberto Bolaño, Rita Indiana, Rodrigo Rey Rosa, Horacio Castellanos Moya, Junot Díaz, Diamela Eltit, Gabriela Alemán.

Que signifie être un écrivain latino-américain au XXIème siècle ? La pertinence et l’actualité de cette question, les changements de perception des auteurs eux-mêmes, les espaces de discussion qu’ils ouvrent sont autant d’aspects à prendre en compte pour répondre à cette interrogation aussi inspirante que complexe.

Axes de réflexion

  • L’Amérique latine et le « latino-américanisme » entre le global et le local.
  • Les littératures du « Sud » dans un contexte international.
  • Extraterritorialité, transnationalité et cosmopolitismes.
  • Tradition et rupture : le champ littéraire à l’échelle locale et latino-américaine.
  • Champ culturel et espace socio-économique.
  • L’essai : identité et genre littéraire en Amérique latine au XXIème   siècle.
  • L’Amérique Latine dans les essais littéraires et culturels : portée et redéfinitions d’un concept clé.
  • Le cas brésilien dans le contexte latino-américain : les positionnements des écrivains.

Calendrier

  • Date d’envoi des propositions (300 mots) : 1er novembre 2021.

  • Réponse du comité : 30 novembre 2021.
  • Remise des articles : 30 avril 2022.
  • Publication : début 2023.

Les propositions d’articles (environ 300 mots) seront accompagnées d’une brève bibliographie et d’une présentation synthétique de l’auteur envoyée dans un dossier à part afin de faciliter l’anonymat des propositions. Les propositions seront envoyées aux coordonnateurs.

Langues de rédaction: Les propositions et les articles peuvent être rédigés dans les quatre langues acceptées par la revue : espagnol, portugais, français et anglais.

Contacts:

  • Catherine Pélage: catherine.pelage@univ-orleans.fr
  • Félix Terrones: felixmartin55@gmail.com

Bibliographie théorique et pratique

AINSA Fernando, Identidad cultural de Iberoamérica en su narrativa, Madrid: Gredos, 1986.

ALVAREZ RUIZ Ramón, «Escribir América en el siglo XXI: el Crack y McOndo, una generación continental», Iberoamericana, XVI, 2016, 63, pp. 67-90,

BENCOMO Anadelí, «Geopolíticas de la novela hispanoamericana contemporánea: en la encrucijada entre narrativas extraterritoriales e internacionales», en Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, 69, 2009, pp. 33–50.

BOURDIEU Pierre, Raisons pratiques : sur la thérie de l’action, Paris, Seuil, 1996.

BOURDIEU Pierre, Les règles de l’art, Genèse et structure du champ littéraire, Paris: Seuil, 1998.

CANDIDO Antonio, Crítica radical, Caracas: Biblioteca Ayacucho, 1991.

CASANOVA Pascale, La république mondiale des lettres, París, Seuil, 2008.

CASANOVA Pascale (ed), Des littératures combatives, L’internationale des nationalismes littéraires, Paris: Raisons d’agir, 2011.

DE SOUZA SANTOS Boaventura, Una epistemología del sur, Siglo XXI, 2009.

DURAND Carine y Sandra RAGEUENET, L’Amérique Latine entre critique et théorie, Paris: Classiques Garnier, 2015.

GARCIA CANCLINI Néstor, Latinoamericanos buscando lugar en este siglo, Buenos Aires: Paidós, 2002.

GLAUDES Pierre et Jean-François LOUETTE, L’Essai, Hachette, Paris, 1999.

GLAUDES, Pierre, L’essai : Métamorphose d’un genre, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2002.

GRANADOS Aimer y Carlos MARICHAL, Construcción de las identidades latinoamericanas, Ensayos de historia intelectual siglos XIX y XX, México, El Colegio de México, 2009.

GUERRERO Gustavo, The French connection: Pascale Casanova, la literatura latinoamericana y La República Mundial de las Letras, Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, 78, 2 (2013), pp. 109-121.

GUERRERO Gustavo, Paisajes en movimiento, Literatura y cambio cultural entre dos siglos, Buenos Aires: Eterna Cadencia, 2018.

HOYOS Héctor, Beyond Bolaño: the global Latin American novel, New York, Columbia University Press, 2015.

LUDMER Josefina, Aquí, América latina: una especulación, Buenos Aires, Eterna Cadencia, 2010.

MIGNOLO Walter, La idea de América Latina, La herida colonial y la opción decolonial, Barcelona: Gedisa, 2005.

MARÚN Gioconda, Latinoamérica y la literatura mundial, Buenos Aires, Editorial Dunken, 2013.

MORAÑA Mabel, Bourdieu en la periferia, Capital simbólico y campo cultural en América Latina, Santiago de Chile, Cuarto Propio, 2014.

OVIEDO José Miguel, Breve historia del ensayo hispanoamericano, Madrid, Alianza Editorial, 2007.

PÉLAGE Catherine, Littératures dominicaines en mouvement, Les performances littéraires de Rita Indiana et Rey Andújar, Rennes, PUR, 2020.

PÉREZ VEJO Tomás, Nación, identidad nacional y otros mitos nacionalistas, Oviedo: Ediciones Nobel.

SISKIND Mariano, Deseos cosmopolitas, Modernidad global y literatura mundial en América Latina, México: FCE, 2016.

SKIRIUS John, El ensayo hispanoamericano del siglo XX, FCE, México, 2004.

TERRONES Félix, «La novela latinoamericana frente al espejo : el caso de tres ensayos (Donoso, Fuentes, Volpi)», Revista de crítica literaria latinoamericana, Lima –Boston, Tufts University, 2015, n°2, pp.281-302.

TERRONES Félix, « La littérature latino-américaine au temps de la globalisation: le cas de Breves palabras impúdicas de Horacio Castellanos Moya », en WALDEGARAY Marta (ed.), Anfractuosités de la fiction, Inscriptions du politique dans la littérature hispanophone contemporaine, Reims, Epure, 2020, pp.267-283,

THIESSE Anne-Marie, La création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2001


Dates

  • lundi 01 novembre 2021

Mots-clés

  • literatura latinoamericana, identidad, tension, latinoamericanismo, cosmopolitismo

Contacts

  • Catherine Pélage
    courriel : catherine [dot] pelage [at] univ-orleans [dot] fr
  • Félix Terrones
    courriel : felixmartin55 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Catherine Pélage
    courriel : catherine [dot] pelage [at] univ-orleans [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Tensions locales et globales au XXIe siècle : l’Amérique latine (re)définie par ses écrivains », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 08 septembre 2021, https://calenda.org/906455

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search