AccueilFaire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques

AccueilFaire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques

Faire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques

Faire corps ? Depictions and demands of women cartoonists in Europe and the Americas

Faire corps ? Representaciones y reivindicaciones de las creadoras de cómics en Europa y América

*  *  *

Publié le mardi 28 septembre 2021 par Sarah Zingraff

Résumé

Le colloque international porté par les Bréchoises, groupe de travail sur les femmes dans la bande dessinée, aspire à réunir des approches issues des différentes disciplines des sciences humaines et sociales afin de contribuer à combler les lacunes dans la recherche sur les femmes et la BD. En nous intéressant particulièrement aux actions, aux publications et aux revendications des femmes dans ce champ culturel et disciplinaire, nous avons pour ambition de mettre en lumière le rôle qu’elles y ont joué. Nous proposons de mener cette étude entre deux aires culturelles, l’Europe et les Amériques, selon trois axes principaux et non limitatifs.

Annonce

Argumentaire

Ce colloque aspire à réunir des approches issues des différentes disciplines des sciences humaines et sociales afin de contribuer à combler les lacunes dans la recherche sur les femmes et la BD. En nous intéressant particulièrement aux actions, aux publications et aux revendications des femmes dans ce champ culturel et disciplinaire, nous avons pour ambition de mettre en lumière le rôle qu’elles y ont joué. Nous proposons de mener cette étude entre deux aires culturelles, l’Europe et les Amériques, selon trois axes principaux.

Axes thématiques

Les axes suivants sont des propositions non limitatives.

1. Europe et Amériques, une étude comparatiste

L’éviction des femmes dans la BD dépasse les limites de la France et de l’Europe. L’histoire des femmes dans l’industrie des comics a été largement explorée par Trina Robbins. En dehors de cet apport central, le sujet demeure peu exploré dans les comics studies. Si les autrices publient des bandes dessinées depuis la fin du XIXe siècle, elles ont souvent été cantonnées aux comic books et strips de presse à destination des femmes et des enfants (Robbins, 2013). Aujourd’hui, malgré une nette augmentation du nombre de femmes dans le domaine des comic books et d'un décloisonnement des postes qui leur étaient inaccessibles, elles demeurent encore des professionnelles minorées et confinées à des postes moins visibles comme coloristes, éditrices ou maquettistes. Ce constat d’une plus faible représentation des femmes dans le monde de la bande dessinée, mais aussi d’une modification de ce statu quo depuis une vingtaine d’années, semble partagé par d’autres pays du continent américain.

Comment a évolué la place des femmes dans la BD ? Quels sont les postes où elles sont le plus reconnues et pourquoi ? Le neuvième art est-il un No women's land ? Comment écrire (réécrire ?) l’histoire des pionnières de la BD en Europe et aux Amériques ? À quels obstacles font-elles face ? Quelles sont les contraintes qui pèsent sur elles pour exercer pleinement le métier de créatrice de BD ? Les approches comparatistes sont les bienvenues. Prenant en compte l’histoire et le rôle des femmes dans l’industrie de la BD (lesquels varient en fonction de l’aire culturelle étudiée), ce colloque souhaite réunir des interventions qui portent sur différentes époques et sur plusieurs pays de part et d’autre de l’Atlantique.

2. Stratégies et politiques des femmes dans la bande dessinée

Les créatrices sont de facto minorisées dans l’industrie de la BD. Dès les débuts du médium, les femmes ont été présentes et ont mobilisé des stratégies pour se faire accepter dans ce secteur créatif. De l’invisibilisation de la féminité (les autrices de comic books signant avec des pseudonymes neutres ou masculins) à la publication d’ouvrages en non-mixité (comme le comité de rédaction de Ah! Nana ou les revues Wimmen's Comix, La Bûche...), les femmes ont pu se frayer une place dans la BD. Ces actions ne sont pas toutes revendiquées comme politiques et/ou féministes et il conviendra d'interroger les rapports des créatrices à ces concepts. Quelles filiations naissent ou peuvent se créer dans les réseaux et autres mouvements sociaux issus des mobilisations (ou luttes) communes ? Quelles sont les stratégies qui permettent de déjouer l’inégalité de traitement dans le neuvième art ? Combats, précarisation, désertions et reconversions : comment faire carrière dans la BD et après la BD ? Quels sont les supports qui contribuent à déployer, dans les meilleures conditions, les voix minoritaires de la production bédéiste ? L’autoédition et le fanzinat durant les années 1970 aux États-Unis ont été des lieux d’expérimentations de la BD engagée, mais ils se sont souvent révélés des milieux très masculins. Cette réalité se retrouve-t-elle dans d’autres aires culturelles ? Qu’en est-il de la période actuelle ? Quels sont les arguments tenus par les voix minoritaires pour justifier leurs choix éditoriaux ?

3. Les représentations genrées

Ce dernier axe se concentre sur les représentations des femmes et du genre dans la BD et surtout (mais pas uniquement), dans celle produite par les créatrices. Nous encourageons une lecture politique des bandes dessinées de créatrices, même quand ces dernières ne revendiquent aucune dimension politique dans leur production. Comment sont définis les personnages féminins à travers les récits, visuellement ou scénaristiquement ? Les hommes stéréotypés sont-ils les seuls modèles mis en scène, ou d’autres formes de masculinités sont-elles représentées et comment ? De quelles manières la BD permet-elle de questionner les notions de genre et de sexe ? Des œuvres permettent-elles la critique des bi-catégorisations sociales, ou posent-elles les questions d’intersectionnalité, en intégrant d’autres facteurs d'oppression (genre, classe, validisme, race, etc.) ?

Modalités de contribution

Les propositions (en anglais, espagnol ou français) seront à envoyer avant le 7 janvier 2022 sous forme d’un résumé de 200 mots maximum, accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique à l’adresse suivante : lesbrechoises@gmail.com 

Une publication, à l’issue de ce colloque, est prévue.

Contact

Marys Renné Hertiman - marys.hertiman@gmail.com

Calendrier

  • 22 septembre 2021 : diffusion appel à communications
  • 7 janvier 2022 : clôture de l’appel
  • Février-mars 2022 : évaluation des propositions
  • Avril 2022 : annonce du programme définitif
  • Déroulement du colloque le 22 septembre 2022 à la MSH Paris Nord et le 23 septembre 2022 à la BnF

Comité d’organisation

  • Sophie Bonadè, doctrice associée au laboratoire SLAM
  • Laura Caraballo, post-doctorante à l’Université Clermont-Auvergne
  • Marys Hertiman, doctorante à l’Université de Paris 8
  • Marie-Paule Noël, traductrice, éditrice, militante et cheffe de projet droits des femmes
  • Johanna Schipper, autrice & professeure PEA, doctorante à l’Université Bordeaux Montaigne
  • Maëlys Tirehote-Corbin, doctorante à l’Université de Lausanne

Comité scientifique

  • Christine Bard, Université d’Angers
  • Elisabeth Beguery, BnF
  • Elisa Bricco, Università Degli Studi Di Genova
  • Adela Cortijo, Universitat de Valencia
  • Jean-Paul Gabilliet, Université Bordeaux Montaigne
  • Anna Giaufret, Università Degli Studi Di Genova
  • Pascale Joncour, BnF
  • Jessica Kohn, Association pour le développement de l'histoire culturelle (ADHC)
  • Gaëlle Kovaliv, Université de Lausanne
  • Françoise Laot, Université Paris 8
  • Isabelle Le Pape, BnF
  • Sylvain Lesage, Université de Lille
  • Elisa McCausland, Universidad Complutense de Madrid
  • Olivier Piffault, BnF
  • Marta Segarra, LEGS/CNRS - Universitat de Barcelona

Partenaires

Colloque international porté par Les Bréchoises, groupe de travail sur les femmes dans la bande dessinée, rattachée à l’association La Brèche. Il est organisé grâce au soutien de l’EUR ArTeC, de l’Université Paris 8, de la MSH Paris Nord, de l’Université Bordeaux Montaigne, de l’Université Paris Nanterre, des Archives du Féminisme, de l’association EFiGiES, d’EXPERICE, du LEGS/CNRS et de la BnF. Nos partenaires internationaux sont l’Université de Lausanne, l’Université de Gênes et l’Université de Valence.

Lieux

  • MSH Paris Nord et BNF
    Paris, France (75)

Format de l'événement

Événement uniquement sur site


Dates

  • vendredi 07 janvier 2022

Mots-clés

  • créatrice, bande dessinée, comics, historieta, tebeo, matrimoine, histoire culturelle, dessinatrice, gender studies, cultural studies, groupes sociaux

Contacts

  • Marys Renné HERTIMAN
    courriel : marys [dot] hertiman [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Marys Renné HERTIMAN
    courriel : marys [dot] hertiman [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Faire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 septembre 2021, https://calenda.org/913983

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search