HomeLeisure spaces in the cities of the south - EchoGéo journal

HomeLeisure spaces in the cities of the south - EchoGéo journal

Leisure spaces in the cities of the south - EchoGéo journal

Les espaces de loisirs dans les villes des pays du Sud

Revue « EchoGéo »

*  *  *

Published on Monday, October 04, 2021 by Céline Guilleux

Summary

Qu’il s’agisse de représentations médiatiques ou scientifiques, les villes des pays du Sud sont souvent envisagées de prime abord sous l’angle des difficultés économiques, sociales, urbanistiques ou sécuritaires. Néanmoins, la vie des habitants des villes de pays du Sud ne se réduit pas aux seules difficultés de la vie quotidienne. Ce dossier thématique de la revue EchoGéo sera l’occasion de faire le point sur les recherches récentes engagées en géographie, et plus largement dans les sciences humaines et sociales, sur la vie des citadins envisagée à partir des pratiques et des lieux de loisirs. L’idée est d'étudier les configurations des lieux de loisirs (qu'ils soient ouverts ou fermés, d’accès public ou privé, collectifs ou individuels) d’une part, et la manière dont ils sont fréquentés par les habitants en étudiant les spatialités à l’œuvre, à travers les pratiques et les représentations des lieux, d’autre part.

Announcement

Argumentaire

Qu’il s’agisse de représentations médiatiques ou scientifiques, les villes des pays du Sud sont souvent envisagées de prime abord sous l’angle des difficultés économiques, sociales, urbanistiques ou sécuritaires. Dans le cadre des travaux scientifiques, il est bien sûr légitime que nombre de recherches soient centrées sur ces questions, liées, de près ou de loin, à l’enjeu du développement, majeur pour le mieux-être des populations urbaines. Néanmoins, la vie des habitants des villes de pays du Sud ne se réduit pas aux seules difficultés de la vie quotidienne, aussi prégnantes soient-elles.

Peu de travaux portent sur la dimension de la vie des citadins envisagée à partir des pratiques et des lieux de loisirs. Elle est pourtant centrale pour cerner les modes de vie citadins de par le monde et pour considérer les villes du Sud à l’instar de celles du Nord, comme présentant richesse et diversité sociales et culturelles et pouvant offrir, malgré l’adversité des conditions de vie du plus grand nombre, des formes d’émancipation, ou, a minima, de détente au quotidien pour leurs habitants. Par ailleurs, nombre des grandes villes des pays du Sud sont désormais concernées par des transformations rapides qui les apparentent à celles des pays du Nord, en particulier dans les pays à économie dite émergente. Plus encore, la métropolisation et ses traductions spatiales se manifestent dans ces pays, donnant naissance à de nouvelles formes d’espaces de loisirs, à la fois plus nombreux et plus divers dans nombre de villes, y compris dans celles qui ne sont pas au sommet de la hiérarchie urbaine.

Un dossier thématique de la revue EchoGéo serait l’occasion de faire le point sur les recherches récentes engagées en géographie, et plus largement dans les sciences humaines et sociales, sur ces thématiques encore marginales, en intégrant le cas échéant les conséquences de la pandémie de coronavirus.

Par villes des pays du Sud, on entend toutes les villes, quelle que soit leur taille, qui se trouvent dans des pays où le niveau de vie de la majorité des habitants n’est pas élevé au niveau international, qui ne font pas partie des pays dits riches et développés, à savoir l’ensemble de l’Afrique, de l’Amérique latine, de l’Asie occidentale, centrale, du Sud et du Sud-Est, sauf exceptions localisées bien sûr (Chaléard et Sanjuan, 2017).Par espaces de loisirs, on entend les espaces, tant ouverts que fermés, d’accès public ou privé, collectifs ou individuels, qui se trouvent dans les villes. On pense ainsi aux parcs (Barthe, 2008), aux terrains de sport (Andreff, 2006), aux hôtels (Sanjuan et al., 2003), aux salles vidéo et cinémas (Ndiltah, 2015), aux centres commerciaux (Capron, 2001) et à tous les autres de lieux de consommation tels les restaurants, cafés et bars de quartier (Fourchard et al., 2012). Les espaces domestiques pourront également être pris en considération. Certains de ces lieux de loisirs ont fait l’objet de travaux, d’autres, peu ou pas (Fournet-Guérin, 2017). Des pistes riches ont été dégagées dans l’ouvrage collectif Vies citadines (Dorier-Apprill et Gervais-Lambony, 2006), qui ouvraient à la possibilité d’études élargies, à partir de propositions telles que « flâner », « fêter » ou encore « voisiner ».

L’idée consiste à étudier les configurations de ces lieux, d’une part, et la manière dont ils sont fréquentés par les habitants en étudiant les spatialités à l’œuvre, à travers les pratiques et les représentations des lieux, d’autre part. Le premier volet consiste à s’intéresser à une géographie des lieux de loisirs, à travers leur localisation dans la ville ou leur accessibilité. Le second part des individus et de leurs spatialités, qu’elles soient ordinaires ou exceptionnelles. La dimension éphémère est également à envisager à cet égard, à travers les nombreux festivals culturels urbains en plein essor dans les villes du Sud (de musique, de cinéma, de photographie, de street art, etc.) : le géographe américain Garth Meyers (2011) parle de « festivalisation » des villes à propos de celles d’Afrique. En quoi ces espaces festifs temporaires contribuent-ils à la transformation des espaces urbains et des sociétés ? Les lieux s’envisagent également selon des temporalités variées : lieux diurnes ou nocturnes (Tadié et Permanadeli, 2015), lieux des jours de fête, dominicaux ou lieux du quotidien.

La thématique se décline avec une approche par genre (quelles places pour les loisirs des femmes, des hommes ? voir Bondaz, 2013), par âge, ou encore par groupe social (il est cependant impératif de prendre en compte la dimension spatiale des phénomènes étudiés dans les contributions) : loisirs populaires ou élitistes, tout en prenant en compte l’essor dans tous les pays du Sud de qui est désigné par le vocable générique de « classes moyennes » (Houssay-Holzschuch et Fleury, 2012). Avec la hausse généralisée des niveaux de vie, en dépit de la persistance d’une pauvreté plus ou moins massive selon les pays, c’est au tour des pays du Sud de connaître « l’avènement des loisirs » (Corbin, 1995), même si la faible disponibilité en temps libre demeure une contrainte majeure (peu ou pas de congés payés, en raison du droit du travail ou de l’ampleur de l’emploi informel). Depuis les années 2000, nombre de travaux ont porté sur les espaces du tourisme et sur l’émergence de pratiques de tourisme dit domestique dans les pays du Sud, comme au Vietnam (Peyvel, 2010) ou en Chine (Taunay, 2009). Les pratiques de loisirs, relevant davantage du cadre quotidien d’une part et des espaces domestiques d’autre part, ont été moins étudiées.

Orientations thématiques

Pratiques de loisirs dans les espaces publics extérieurs : contraintes et adaptations

Comme dans toutes les villes du monde, les citadins du Sud utilisent l’espace public pour des pratiques de loisirs, en se fondant sur les aménités disponibles. Les contributions pourront porter sur les aménagements d’espaces de loisirs disponibles, notamment sportifs et culturels, ou sur les questions d’accessibilité à ceux-ci tout comme sur leurs usages (coût d’éventuels tenues ou équipements, du déplacement, vie associative…). La question se pose alors de savoir s’il est pertinent de différencier les villes du Sud des autres, notamment en termes de diffusion sociale de la pratique de ces espaces.

Un autre volet de l’analyse pourra porter au contraire sur le manque d’espaces accessibles ou aménagés et sur les usages détournés mis en œuvre par les citadins pour pouvoir cependant mener des activités de loisirs : usage de terrains vagues, de plages ou rives, d’escaliers, etc., pour pratiquer des sports ; activités en plein air (jeux de billards, de jeux de société…) dans des espaces faisant office de lieux de sociabilité dans l’espace public ou encore rencontres informelles à l’extérieur des logements pour pratiquer un loisir.

Lieux génériques en plein essor dans les villes des pays du Sud

Un autre champ d’analyse attendu concerne les espaces de statut privé présents dans les villes du Sud, qu’il s’agisse de lieux de grande capacité de fréquentation tels les centres commerciaux, les cinémas ou les fêtes foraines, ou de lieux plus limités en taille, comme des bars de quartier ou clubs de sport. L’analyse peut porter ici sur des études micro-locales, à l’échelle de lieux situés dans des immeubles ou complexes aménagés ad hoc. Les articles pourront envisager la question des acteurs qui financent et aménagent ces lieux ainsi que la clientèle, locale ou internationale, plus ou moins aisée. La notion de « lieux génériques » (Lévy, 1997) est employée pour désigner ces lieux qui se retrouvent dans nombre de villes de par le monde, assez similaires, sans qu’il soit possible en se plaçant à l’intérieur de déterminer dans quelle région du monde ils se trouvent.

L’émergence de lieux et pratiques de loisirs mixtes, entre influences locales et internationales

Toutes les formes de pratiques et d’espaces de loisirs sont envisagées dans le cadre de cet appel à texte, qu’il s’agisse d’espaces publics ou privés, libres d’accès ou contrôlés, domestiques ou non, récents ou anciens, ou encore d’inspiration locale ou exogène. Cette dernière distinction peut conduire à des analyses portant sur les formes de sociabilité locales et leurs transformations dans le contexte de la mondialisation et de la circulation internationale de modèles et de formes urbaines. Des contributions portant sur les processus d’hybridation entre ces formes locales de loisirs et des formes internationalisées, voire standardisées, seraient particulièrement intéressantes pour transcender la dichotomie souvent avancée entre lieux génériques et lieux d’inspiration locale, ancrés dans des cultures particulières. Or, dans la lignée des travaux d’Arjun Appadurai (1996), on souhaite approfondir l’idée selon laquelle les deux, loin de s’exclure, se mêlent pour donner lieu à des pratiques et à des lieux hybrides, qui contribuent, en ouvrant à d’autres imaginaires, à l’enrichissement de la vie citadine, à sa diversité et à l’élargissement des possibles pour les habitants.

À l’inverse, il convient de prendre en compte la question des tensions pouvant découler de ces pratiques de loisirs : crispations identitaires, réactions liées à la place du corps dans l’espace public, dimension politique des activités de loisirs, autorisées ou non, contrôlées voire réprimées en fonction de normes morales, religieuses ou autres. Certains espaces de loisirs ont par ailleurs été directement la cible d’attentats terroristes dans différentes villes du Sud. Cette dimension plus politique pourra faire l’objet de contributions attendues.

Modalités de contribution

Les articles de ce dossier Sur le Champ, rédigés en français, en anglais ou en espagnol, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Merci de vous reporter aux recommandations aux auteurs pour les normes de présentation du texte, de la bibliographie et des illustrations.

Les articles peuvent aussi être soumis sur cette même thématique mais pour d’autres rubriques trimestrielles : Sur le Métier, Sur l’Image, Sur l’Ecrit. Il doivent alors se conformer aux attentes de chacune d’elles, comme indiqué dans la ligne éditoriale.

Tous les textes proposés devront être envoyés avant le 27 février 2022

à Catherine Fournet-Guérin (cfournet-uerin@orange.fr), coordinatrice du dossier, avec copie à Karine Delaunay (EchoGeo@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le no 61 (juillet-septembre 2022).

Coordination du dossier

Catherine Fournet-Guérin est professeure de géographie, Sorbonne Université, Unité de recherche Médiations, sciences des lieux, sciences des liens.


Date(s)

  • Sunday, February 27, 2022

Keywords

  • loisir, espace, ville, Sud, géographie, spatialité

Contact(s)

  • Catherine Fournet-Guérin
    courriel : cfournetguerin [at] orange [dot] fr

Information source

  • Karine Delaunay
    courriel : karine [dot] delaunay [at] ird [dot] fr

To cite this announcement

« Leisure spaces in the cities of the south - EchoGéo journal », Call for papers, Calenda, Published on Monday, October 04, 2021, https://calenda.org/915644

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search