InicioDe tout pour faire un rite

Calenda - Le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales

De tout pour faire un rite

Everything it takes to make a rite

La fabrique de l’efficacité dans l’invisible

The construction of efficiency in invisibility

*  *  *

Publicado el miércoles 06 de octubre de 2021 por Céline Guilleux

Resumen

Dans le cadre de ce numéro de Techniques&Culture, on entendra par rituel des événements répétitifs, constitués d’une suite de paroles et d’actions, suivant un scénario connu à l’avance, parfois difficiles à relier logiquement aux effets qu’ils sont supposés produire et mettant en jeu des entités surnaturelles et/ou des objets spéciaux. Ceci représente un champ de pratiques extrêmement vaste mais exclut d’une part les formes individuelles, routinières, peu ou pas réflexives et ordinaires de rites de la vie quotidienne comme serrer des mains ou promener son chien (pour emprunter des exemples à Jack Goody), et d’autre part les ritualisations animales renvoyant à des comportements adaptatifs (comme les divers comportements de parade).

Anuncio

À paraître fin 2022. Précédé par les Journées Techniques&Culture organisées à Marseille en avril 2022

Coordination

  • Sébastien Galliot,
  • Frédéric Joulian
  • Pierre Lemonnier

Argumentaire

Si de nombreux rites procèdent par manipulation de signes et de symboles dans une relation sémiotique, par exploitation de la force iconique de certaines images, par usage d’espaces délimités particuliers, d’artefacts intercesseurs et médiateurs entre les humains et non-humains, ou par la seule performance verbale, nombreux également sont ceux qui emploient des objets nus ou quotidiens pour effectuer des actions et atteindre des objectifs tangibles que les mots seuls ne peuvent atteindre.

Souvent, l’ordre et la coordination des actions sont eux aussi partie prenante du processus rituel. Ce sont alors les modes d’assemblages et la combinatoire de divers objets et techniques qu’il y a lieu de décrire et de comprendre.

Qu’il soit positif ou négatif, profane ou sacré, thérapeutique ou initiatique, le rite sera donc abordé, dans ce numéro de Techniques&Culture en tant que cadre institué d’actions visant un large éventail d’objectifs et d’effets tangibles et intangibles. Ce sont tout particulièrement le fonctionnement des rituels et les processus de fabrication de leurs effets, plutôt que la « fonction » des rituels, que les contributeurs sont invités à explorer par des études de cas ethnographiques et des travaux d’archives.

Ce numéro ne posera pas tant la question de la fonction des rituels que celle de leur fonctionnement : ce qui y est mis en œuvre pour qu’ils atteignent les buts que les acteurs ou que les chercheurs leur attribuent. À la suite de la proposition de clarification des cadres d’observation proposée par François Sigaut (1987, 2010), nous distinguons entre « structure, fonctionnement et fonction » afin de s’attacher aux accomplissements et aux effets des rituels et non aux seules significations.

Trois axes généraux toutes aires géographiques et époques comprises viennent délimiter cet appel à contribution

Axe 1 : Des rituels animaux aux mimétismes animaliers dans les rites humains

Existe-t-il des fondements animaux aux rituels humains ? Cette question apparemment banale ou « entendue » mérite pour nous d’être reposée tant les sociétés animales attestent désormais elles aussi d’exemples de comportements non adaptatifs qui ne cessent de nous interroger et repoussent les catégories ontologiques duelles de l’humanité (bipédie, conscience réfléchie, outils… rituels), mais aussi parce que les dimensions symboliques et sémiotiques ont largement dominé l’analyse. Si, à l’inverse, nous mettons en avant les dimensions phénoménologiques de fonctionnement et d’efficacité, le monde animal et les temps préhistoriques, peuvent être revus non pas d’un point de vue généalogique, mais en termes d’histoires parallèles, et nous fournir d’autres modèles pour penser les rituels sapiens.

En outre, les apparences et les comportements animaux nous fourniront quelques riches matières pour penser les grammaires expressives des rituels traditionnels.

Axe 2 : Les chaînes opératoires rituelles : assemblages matériels, dispositifs dans l’effectuation des rites

Il s’agit de prendre au mot l’expression souvent collectée sur le terrain selon laquelle le rituel est un travail. Les contributeurs sont invités à décrire les combinaisons spécifiques entre gestes, acteurs, outils, objets et paroles, afin de mettre en évidence les relations d’interdépendance qui sous-tendent la mise en place de dispositifs efficaces. Ce faisant, un intérêt particulier sera accordé aux « coulisses » du rituel, aux phases préparatoires de la performance et à la fabrication des éléments qui en composent l’environnement matériel.

Axe 3 : Communication non verbale, médiation religieuse, matérialités agissantes, objets-chimères

La religion est par définition une pratique de médiation faisant un usage quasi systématique d’objets destinés à rendre présentes, pour les participants, diverses relations avec des entités invisibles. Les contributeurs sont ainsi invités à questionner les modalités d’action de ce type d’objets, mais en les replaçant dans l’ensemble des formes de matérialité observables dans les pratiques rituelles dont il est rendu compte. On s’attachera à comprendre le rôle respectif des actions, des gestes, des dispositifs physiques et des objets porteurs de signification, des opérateurs cognitifs, des objets-pièges à pensée, des objets-chimères, des objets-arme psychologique, etc. dans la manière dont des rites particuliers atteignent les buts qu’on leur assigne.

Conditions de soumission

Un résumé de 3 000 caractères maximum, accompagné d’une dizaine d’illustrations. Trois formes d’articles sont envisageables :

  • un article pour la version en ligne disponible en accès immédiat, d’une longueur maximale de 50 000 caractères (espaces compris) et dans lequel toutes sortes d’illustrations (photos, vidéo, audio) sont possibles. Il sera également présenté sur 4 pages prenant la forme d’un « teaser » dans la version papier (avec l’annonce du lien http ; 5 000 à 6 000 signes + 2 images HD).
  • un article pour la version papier de la revue, de maximum 30 000 caractères (espaces compris) accompagnée d’un maximum de 10 images HD (300 dpi) dans lequel l’auteur s’efforcera d’écrire pour des lecteurs extérieurs à son propre champ, exercice impliquant une double exigence de scientificité et de lisibilité (la revue touchant un lectorat interdisciplinaire de sciences humaines et se diffusant en librairie comme un « livre revue » à destination d’un public élargi).
  • un article partant à l’inverse du terrain et des documents, dans lequel l’auteur, se fondant sur des corpus précis, analysera 15 à 20 images, dans un format de maximum 15 000 caractères.

Les auteurs devront prendre contact avec les coordinateurs du numéro, Sébastien Galliot, Frédéric Joulian, Pierre Lemonnier par l’intermédiaire du secrétariat de rédaction de la revue (techniques-et-culture@ehess.fr) pour soumettre leur projet (titre et résumé, projet d’iconographie) accompagné de leur nom, coordonnées, affiliation institutionnelle

avant le 3 décembre 2021.

Une rencontre des contributeurs retenus est prévue à Marseille en avril 2022. La proposition ainsi que le texte intégral peuvent être envoyés en langue française ou anglaise ; le volume papier paraîtra en français, mais les articles en ligne pourront paraître en anglais.

Consulter le site de Techniques&Culture pour connaître les normes de la revue ou s’adresser à la rédaction : techniques-et-culture@ehess.fr

Calendrier indicatif

  • Septembre 2021 : appel à contributions
  • Décembre 2021 : date butoir pour la réception des propositions et la présélection

  • Mars 2022 : remise des contributions – V1 en vue du workshop « Les journées Techniques&Culture »
  • Avril 2022 : workshop au Mucem et/ou à la Vieille Charité
  • Avril 2022 : communication des premiers avis aux contributeurs et contributrices pressenties.
  • Juillet 2022 : remise des contributions – V2
  • Octobre 2022 : parution en librairie, en accès libre et simultané en ligne pour les articles exclusivement électroniques et sous condition d’abonnement pour la version numérique de l’édition papier.

Techniques&Culture

La revue Techniques&Culture s’intéresse aux dimensions pragmatiques, sociales et symboliques des techniques, des plus « traditionnelles » aux plus modernes. Les cultures matérielles et la matérialité permettent de révéler et de donner un sens concret aux rapports entre les hommes ou entre les hommes (sociétés) et leurs milieux. La revue élabore et coproduit des numéros thématiques, synthèse des avancées les plus récentes de grandes questions anthropologiques qu’elle destine autant au monde savant (revue de rang A) qu’à un plus large public (disponible en librairie et sur internet).

Rédacteur.ices en chef

  • Gil Bartholeyns (Histoire – CNRS, Université de Lille 3) 
  • Annabel Vallard (Anthropologie – CNRS)

Comité de rédaction

Baptiste Buob (Anthropologie – CNRS), Marie-Charlotte Calafat (Documentation – Mucem), Denis Chevallier (Conservation – Mucem), Caroline Darroux (Ethnologie – Université de Bourgogne), Pierre-Olivier Dittmar (Centre Recherches Historiques / Groupe d’anthropologie historique de l’occident Médiéval – EHESS, Paris), Matthieu Duperrex (Philosophie, LLA-Créatis, Toulouse), Lucie Dupré (Ethnologie – INRA, Paris), Aude Fanlo (Adjointe département recherche et enseignement – Mucem), Thomas Golsenne (Histoire de l’art – Villa Arson, Nice), Agnès Jeanjean (Ethnologie, Sociologie – Université de Nice-Sophia Antipolis), Frédéric Joulian (Anthropologie, Archéologie, Ethologie – EHESS, Marseille), Mikaëla Le Meur (Anthropologie – Le Tamis, Marseille), Boris Pétric (Anthropologie – CNRS), Perig Pitrou (Anthropologie, CNRS), Sandra Revolon (Ethnologie – Université d’Aix-Marseille, CREDO), Sandrine Ruhlmann (Anthropologie sociale et Ethnologie – CNRS), Ingrid Sénépart (Archéologie, Ethnologie – Ville de Marseille), Valeria Siniscalchi (Anthropologie – EHESS, Marseille), Yann Philippe Tastevin (LISTT – Université Toulouse II – Le Mirail).

dont membres à l’international :

Ludovic Coupaye (Ethnologie – University College London, Royaume-Uni), Jamie Furniss (Anthropologie sociale – Université d’Édimbourg, Royaume Uni), Olivier Gosselain (Archéologie, Ethnologie – Université Libre de Bruxelles, Belgique), Damien Kunik (Anthropologie, Histoire – Musée d’ethnographie de Genève), Yoann Moreau (Anthropologie, Dramaturgie – Research Institute for Humanity and Nature, Kyoto), Nicolas Nova (Sociologie des usages – Haute École d’Art et de Design, Genève).

Comité scientifique

Madeleine Akrich (Sociologie – École des Mines, Paris), Geneviève Bedoucha (Ethnologie – CNRS, Ivry), Jean Boutier (Histoire – EHESS, Marseille), Marie-Noëlle Chamoux (Linguistique, Anthropologie, Ethnologie – CNRS, CELIA), Suzanne de Cheveigné (Sciences, Environnement, Médias et Société – CNRS, Marseille), Salvatore D’Onofrio (Ethnologie – Université de Palerme, Sicile), Carole Ferret (CNRS), Philippe Gaboriau (Sociologie, Histoire – CNRS, Marseille), Martine Garrigues-Cresswell (Ethnologie – CNRS), Georges Guille-Escuret (Anthropologie, CNRS), Bernard Hubert (Cirad-EHESS), Tim Ingold (Université d’Aberdeen, UK), Jean-Luc Jamard (CNRS), Claude Lefébure (CNRS), Joëlle Le Marec (Celsa-Paris IV Sorbonne), Pierre Lemonnier (Ethnologie – CNRS), Marie-Claude Mahias (Ethnologie – CNRS), Peter Miller (Histoire – Bard College, États-Unis), Marie-Vic Ozouf-Marignier (Géographie – EHESS), François-René Picon (Ethnologie – Paris V), Jean Polet (Paris I), Serge Proulx (UQAM), Carlos Emanuel Sautchuk (Anthropologie – Université de Brasília, Brésil), Nathan Schlanger (École des Chartes), Véronique Servais (Psychologie – Université de Liège, Belgique), Boris Valentin (Archéologie – Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Gen Yamakoshi (Ethnologie – Université de Kyoto, Japon).

Lugares

  • Centre de la Vieille Charité - 2, rue de la Charité
    Marsella, Francia (13)

Fecha(s)

  • viernes 03 de diciembre de 2021

Archivos adjuntos

Palabras claves

  • rituel, animal, rite, mimétisme, assemblage, dispositif, chaîne opératoire rituelle, communication non verbale, médiation religieuse, objet-chimère, matérialité agissante

Contactos

  • marie-luce rauzy
    courriel : techniques-et-culture [at] ehess [dot] fr

Fuente de la información

  • marie-luce rauzy
    courriel : techniques-et-culture [at] ehess [dot] fr

Para citar este anuncio

« De tout pour faire un rite », Convocatoria de ponencias, Calenda, Publicado el miércoles 06 de octubre de 2021, https://calenda.org/917618

Archivar este anuncio

  • Google Agenda
  • iCal
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search