HomeHystéries

HomeHystéries

*  *  *

Published on Tuesday, November 02, 2021 by Lucie Choupaut

Summary

L’école de psychanalyse du forum du champ Lacanien - France, organise ses journées nationales sur le thème des hystéries. Aujourd’hui, qu’en est-il des hystéries ? Quelles en sont les formes contemporaines et quelles figures modernes du maître se trouvent questionnées ? Notons qu’elles ont disparu des manuels de nosographie psychiatrique. Comment les débusquer derrière la sémiologie actuelle : burn-out, bipolarités, dépressions, somatisations... ? Que dire des conversions hystériques et comment les jouissances affectent-elles les corps ? Autant de questions auxquelles ces journées tenteront d’apporter un éclairage.

Announcement

Argumentaire

Hystéries ? Le terme est ancien. Il apparaît dans un texte médical de l’Égypte antique1, puis est utilisé par Hippocrate2. Il désigne une affection de la matrice, hystera, et signale que très tôt la médecine a l’intuition de sa dimension sexuelle.

Ses formes cliniques varient au gré des époques. On peut s’interroger sur la part sexuelle implicite dans ses manifestations : extases mystiques, possessions démoniaques, contagions, identifications, folies...

Cette pluralité semble démontrer qu’il ne s’agit pas d’un tout, en dépit de certains phénomènes collectifs.

Avec le rationalisme du XIXe siècle et notamment Charcot, l’hystérie suscite un regain d’intérêt. Sa dimension sexuelle s’en trouve renouvelée avec l’idée qu’elle n’est pas propre à un seul sexe, variation qu’il serait intéressant d’interroger lors de nos Journées nationales.

Le pas de Freud est décisif. L’offre d’écoute avec la mise en place de la talking cure et la prise en compte de l’inconscient signent l’invention de la psychanalyse. Elles révèlent ce qu’il y a de plus intime chez les hystériques, leur sexualité : selon Freud, elle joue un rôle prépondérant dans cette névrose. On peut dire que Freud s’est laissé enseigner par ce qu’il a entendu au cas par cas. L’accent est mis sur les symptômes de chacun, singuliers : n’est-ce pas ce qui atteste qu’il n’y a pas une mais des hystéries ? Autre pluralité.

Lacan fait un pas de plus. Il dégage une thèse inédite et complémentaire au symptôme comme métaphore de Freud, celle du symptôme joui. Si Freud avance une jouissance propre au sujet, avec le développement par Lacan du concept de jouissance, nous passons du champ freudien de la parole et du langage au champ lacanien3. La psychanalyse propose une nouvelle approche de la question hystérique et Lacan opère un virage en la désignant comme structure de discours. Comment comprendre ce concept ?

Dans « Radiophonie », en 1970, Lacan souligne la propension des hystériques à interroger le désir de l’Autre comme tel, c’est-à-dire à inciter le maître à produire un savoir4, interrogation recelant leur propre manque. En retour, il apparaît qu’une « hystérisation » se révèle nécessaire à toute entrée en analyse. En 1976, Lacan introduit une autre notion, celle d’« hystorisation5 », en lien avec la procédure de la passe. Que dire de ces déclinaisons de l’hystérie ? Quel changement apportent- elles dans la direction des cures et leur conclusion ?

Aujourd’hui, qu’en est-il des hystéries ? Quelles en sont les formes contemporaines et quelles figures modernes du maître se trouvent questionnées ? Notons qu’elles ont disparu des manuels de nosographie psychiatrique. Comment les débusquer derrière la sémiologie actuelle : Burn-out, bipolarités, dépressions, somatisations... ? Que dire des conversions hystériques et comment les jouissances affectent-elles les corps ?

Nous constatons que les psychanalystes restent un lieu d’adresse pour les nouvelles générations. Une question se pose : savent-ils toujours profiter de la « formation permanente6 » que les hystériques leur offrent ?

À notre époque où les avancées technologiques et scientifiques régissent nos sociétés, que penser de ce propos de Lacan dans « Radiophonie » ? : « Si paradoxale qu’en soit l’assertion, la science prend ses élans du discours de l’hystérique7

Irène Tu Ton

Notes

1. Papyrus El-Lahoun daté de 1900 avant J.C.

2. Hippocrate, Traité Des maladies des femmes, Oeuvres Complètes, VIII, trad. E. Littré, Paris, J.-B. Baillière, 1853.

3. J. Lacan, Le Séminaire, livre XVII, L’Envers de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1991, p. 93.

4. J. Lacan, « Radiophonie », Autres écrits, Paris, Seuil, 2001, p. 436.

5. J. Lacan, « Préface à l’édition anglaise du Séminaire XI », op. cit., p. 573.

6. J. Adam, « Les ciseaux de l’hystérique », Revue de Psychanalyse du Champ lacanien, n°1, Paris, EPFCL, mars 2004, p. 68.

7. J. Lacan, « Radiophonie », op. cit., p. 436.

Programme

Samedi 27 novembre

Auditorium

9h15 -9h30 Ouverture des Journées nationales : Irène Tu Ton

Introduction : Anastasia Tzavidopoulou : Hystérie, du singulier au pluriel

9h30 - 11h00 Président de séance : Sidi Askofaré

  • Jean-Jacques Gorog : Voyage en hystérie
  • Cathy Barnier : Évaporée !
  • Bernard Nominé : L’hystérie et la corde de l’inconscient

11h00 - 11h30 Pause Café

11h30- 12h45 Présidente de séance : Claire Parada

  • Adrien Klajnman : La dite hystérie de Socrate
  • Radu Turcanu : Du phallus au « sans-trique »

12h45 à 14h30 Pause déjeuner

14h30 - 16h00 Présidente de séance : Anne Meunier

  • Patricia Gavilanes : Amour d’homme
  • Francis Le Port : Psychose hystérique ?
  • Coralie Vankerkhoven : Dit-solution mystique : réponse à l’hystérique ? Et aujourd’hui ?

16h00 - 17h15 Présidente de séance : Brigitte Hatat

  • Dominique MarinAu bonheur des dames, ou de la jouissance participative
  • Natacha VellutMeToo, MiTout

Salle des colloques - 108

14h30 - 16h00 Présidente de séance : Sophie Rolland-Manas

  • Karim Barkati : Conversions d’et moi
  • Carolina Queiroz : L’en-corps hystérique
  • Sara Rodowicz-Slusarczyk : Changer la question. La vertu du déplacement

16h00- 17h15 Présidente de séance : Mireille Scemama-Erdös

  • Matilde Pelegrí : Deux Dora de notre époque
  • Ève Cornet : JeAnne, la place du sujet hystérique au creux de ses identifications

Dimanche 28 novembre

Auditorium 

9h30 - 10h30 Présidente de séance : Patricia Zarowsky

  • Luis Izcovich : De quoi guérit l’hystérique ?
  • Adèle Jacquet-Lagrèze : Une duplicité qui s’ignore

10h30 - 11h30 Président de séance : François Terral

  • Françoise Josselin : L’hystérie chez l’homme ?
  • Marie Selin : Faire l’homme… oui, mais…

11h30 - 11h45 : Pause

11h45 - 13h00 Président de séance : Marc Strauss

  • David Bernard : Le savoir de l’hystérique
  • Colette Soler : Hystérie maudite

13h00 - 13h30 Conclusion : Irène Tu Ton

Présentation des Journées nationales 2022

Commission scientifique

  • Irène Tu Ton (Responsable des Journées)
  • Jean-Michel Arzur
  • Claudine Beaussier
  • Bernard Brunie
  • Nadine Cordova
  • Didier Grais
  • Céline Guégan-Casagrande
  • Colette Sepel

Informations pratiques

L’événement aura lieu à la Sorbonne Université, Campus Pierre et Marie Curie, salle de l’auditorium.

Renseignements :

Subjects

Places

  • Sorbonne Université, Campus Pierre et Marie Curie, salle de l’auditorium - 4 place Jussieu
    Paris, France (75005)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Saturday, November 27, 2021
  • Sunday, November 28, 2021

Keywords

  • psychanalyse, hystérie

Contact(s)

  • Christine Netzer
    courriel : christinenetzer18 [at] gmail [dot] com

Information source

  • Christine Netzer
    courriel : christinenetzer18 [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Hystéries », Conference, symposium, Calenda, Published on Tuesday, November 02, 2021, https://calenda.org/923550

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search