HomeImmobilier durable : quelle soutenabilité, quelles perspectives ?

HomeImmobilier durable : quelle soutenabilité, quelles perspectives ?

*  *  *

Published on Wednesday, May 04, 2022 by Lucie Choupaut

Summary

L’objectif du premier colloque international du groupe ESPI (École supérieure des professions immobilières) est d’interroger la notion d’immobilier durable par son appropriation, ses enjeux et ses acteurs, mais également de montrer les opportunités qu’il crée ou les freins qu’il rencontre, en s’appuyant sur des pratiques et usages propres à différentes régions ou pays. Il vise à interroger les implications que représente l’évolution de fond connue par le secteur immobilier en matière de production et de gestion responsable des actifs immobiliers, à la fois d’un point de vue social et environnemental. Cette rencontre privilégie une approche articulant la théorie et la pratique. Il s’agit de croiser des contributions disciplinaires diverses, émanant en particulier d’économistes, de juristes, de gestionnaires, d’urbanistes, de géographes et de sociologues ou d’architectes.

Announcement

Argumentaire

Les secteurs du bâtiment et de l’immobilier ainsi que l’ensemble de leurs acteurs sont au cœur de mutations fondamentales en matière de développement durable et d’enjeux environnementaux.

L’immobilier est entendu, selon le Groupe ESPI, comme l’ensemble du patrimoine construit ou à construire, tant d’un point de vue architectural qu’urbanistique. « Il est à considérer depuis l’échelle du bâtiment, des unités urbaines (le pâté de maisons, le quartier), jusqu’à la ville » (Maleyre et al., 2019) voire au fonctionnement métropolitain dans sa globalité.

L’immobilier durable se présente, quant à lui, comme une approche intégrée et inclusive de l’immobilier articulant les problématiques techniques, sociales, environnementales, économiques et de gouvernance (Kaklauskas et al., 2015 ; Kauko, 2016 ; Wilkinson et al., 2018 ; Walker et al., 2019). D’un marché de niche, il est devenu une tendance de fond des pratiques immobilières actuelles (Walker & Goubran, 2020) qui valorise la responsabilité sociale et environnementale des entreprises (Miller & Pogue, 2018).

L’objectif de ce colloque international est donc d’interroger la notion d’immobilier durable par son appropriation, ses enjeux et ses acteurs, mais également de montrer les opportunités qu’il crée ou les freins qu’il rencontre, en s’appuyant sur des pratiques et usages propres à différentes régions ou pays. Tous les paramètres doivent être questionnés, qu’ils’agisse de la « localisation et la conception d’un site, [des] ressources et matériaux utilisés, [de] la prise en compte de la santé, du confort et du bien-être des occupants, [de] la capacité d’adaptation [des projets immobiliers] aux écosystèmes... [ou de leur] soutenabilité économique » (Maleyre et al., 2019).

La transition du secteur immobilier vers le développement durable est multifactorielle. La résilience des projets face à des contextes multidimensionnels adverses (occurrence d’aléas naturels, récurrence de phénomènes climatiques extrêmes, crise écologique et sanitaire, etc.) est fondamentale dans une perspective de durabilité car, effectivement, cette dernière ne peut s’exprimer que si « l’objet » dont on espère la durabilité est résilient. Ainsi, l’atténuation des impacts du bâtiment sur la biodiversité et la consommation de ressources naturelles, ou la prise en compte des effets du changement climatique dans les modes de construction sont des thèmes centraux de la durabilité. Cependant, parler d’une production immobilière durable pose aussi la question de la soutenabilité des sources d’énergie, tout comme celle des filières d’approvisionnement en matières premières dans un contexte géopolitique incertain, avec une forte internationalisation des circulations financières du secteur (Barkham & Holberton, 2017 ; Büdenbender & Golubchikov, 2017).

Les initiatives des acteurs des territoires et des entreprises pour faire face à l’évolution des pratiques et des profils d’usagers constituent un autre objet d’étude à part entière, avec notamment la flexibilité croissante, voire la réversibilité des espaces, assortie de nouveaux comportements résidentiels et professionnels (Bienert, 2013). Ces innovations d’usages et de formes, pour autant, ne doivent pas non plus réduire l’accessibilité aux marchés immobiliers. L’enjeu social de la durabilité est ainsi à questionner à travers plusieurs dimensions comme la gouvernance, la participation citoyenne et la qualité de vie, l’innovation ou encore la question de la donnée et des communs de connaissances (Dechamp & Pélissier, 2019).Ce colloque est, enfin, l’occasion d’une analyse comparée des mutations de l’immobilier et du bâtiment sous l’influence du développement durable dans différents pays du monde, que ce soit par des études de cas documentées ou des retours d’expérience.

Les quatre axes qui suivent (voir le détail dans l'appel à contribution complet), conçus comme des appuis à la réflexion, ont vocation à croiser des contributions disciplinaires diverses, émanant en particulier d’économistes, de juristes, de gestionnaires, d’urbanistes, de géographes et de sociologues ou d’architectes. Les propositions attendues peuvent être d’ordre théorique ou empirique et s’appuyer sur des approches comparatives à différentes échelles.

Axe 1 : interroger la notion d’immobilier durable

  • Que représente l’immobilier durable et comment a-t-il émergé ?
  • Quelles relations entre vulnérabilité, durabilité et résilience ?
  • Quelles innovations sont inhérentes à la notion d’immobilier durable, notamment en matière de réforme de la propriété et de l’accès au foncier ?
  • Quelles dimensions sociétales sont associées à la durabilité de l’immobilier ?

Axe 2 : une économie immobilière verte et solidaire, réalité ou utopie ?

  • Comment se matérialise l’économie immobilière durable, et quelles sont les modalités de financement qui permettent de contribuer à son développement ?
  • La « valeur verte » des bâtiments est-elle significative ? Va-t-elle au-delà de la seule efficacité énergétique ?
  • Dans quelle mesure l’économie circulaire est-elle intégrée aux projets immobiliers durables ?
  • Quels outils financiers peuvent soutenir l’accès à des bâtiments environnementalement performants ?
  • Quelles sont les conditions économiques de maintien du caractère durable d’un projet immobilier lors de son exploitation ?

Axe 3 : gouvernance et acteurs de l’immobilier durable

  • En quoi l’immobilier durable induit-il un nouveau mode de gouvernance ?
  • Quels en sont les principaux et/ou les nouveaux acteurs ?
  • Sous quelles formes la participation citoyenne s’inscrit-elle dans les projets immobiliers durables ?
  • Quelles sont les stratégies des pouvoirs publics locaux face à l’enjeu de durabilité du bâti ?

Axe 4 : immobilier et environnement à l’échelle de la ville, du quartier et du bâtiment

  • Quels enjeux sont propres à chaque échelle d’analyse de l’immobilier durable ?
  • Quels facteurs et contextes territoriaux peuvent faciliter ou contraindre l’immobilier durable ?
  • Qu’est-ce qu’un bâtiment durable, tant dans sa conception que ses usages ?
  • En quoi les acteurs de l’immobilier peuvent-ils contribuer à un fonctionnement territorial durable ?

Consultez l’appel à contribution complet (en français, en anglais, en espagnol) sur le site du colloque.

Calendrier et modalités de contribution

L’appel à contribution est ouvert jusqu’au 10 juin 2022.

Les contributions en français, en anglais et en espagnol sont acceptées. Elles pourront prendre soit la forme d’une communication orale, soit celle d’un poster scientifique (à préciser dans le dépôt de la soumission).

Les propositions de contribution doivent préciser le titre envisagé, l’axe dans lequel elles s’inscrivent et trois à cinq mots-clés. Elles doivent synthétiquement exposer l’objectif de la proposition, les idées centrales de l’argumentaire. Elles ne doivent pas dépasser 5 000 signes, hors bibliographie (10 références maximum sont attendues). Elles doivent être accompagnées d’une courte biographie de l’auteur.e précisant ses fonctions actuelles ainsi que ses thèmes de recherche ou son domaine d’activité professionnelle. Elles sont à soumettre sur le site du colloque

avant le 10 juin.

Les intentions complètes seront attendues pour le 15 septembre 2022. Les communications acceptées feront l’objet d’une publication.

Contact : recherche@groupe-espi.fr

Conseil scientifique

Composition provisoire

  • Federica Appendinoa, enseignante-chercheuse en urbanisme, Groupe ESPI (Paris)
  • Samuel Depraz, directeur de la recherche, directeur du laboratoire ESPI2R, Groupe ESPI (Paris)
  • Sabrine Rekik, enseignante-chercheuse en économie, Groupe ESPI (Paris)
  • Fernanda Sabrinni-Chatelard, enseignante-chercheuse en droit, Groupe ESPI (Lyon)

(en cours de constitution)

Places

  • Parc floral de Paris - 102 route de la Pyramide
    Paris, France (75012)

Event format

Full on-site event


Date(s)

  • Friday, June 10, 2022

Keywords

  • immobilier, immobilier durable, bâtiment, environnement, économie, développement durable, international, urbanisme, territoire

Contact(s)

  • Samuel Depraz
    courriel : recherche [at] groupe-espi [dot] fr

Information source

  • Samuel Depraz
    courriel : recherche [at] groupe-espi [dot] fr

To cite this announcement

« Immobilier durable : quelle soutenabilité, quelles perspectives ? », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, May 04, 2022, https://calenda.org/991194

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search