Home




  • Peterborough

    Call for papers - Representation

    Resistance and testimony

    Le prochain numéro de la revue GenObs portera sur le Témoignage et la résistance dans le cadre de violences extrêmes (génocides, crimes contre l'humanité, crimes de masse), sur les liens que ces deux activités peuvent partager, les modalités et les visages avec lesquels ils se manifestent avant, pendant, voire après les violences et comment ils sont perçus, lors de leur émergence, parfois avec un fort décalage temporel grâce, entre autres, aux archives. Comment la mémoire et le témoignage se donnent-ils lorsque l’on pose la question de la résistance ou comment la résistance se manifeste-t-elle dès lors qu’elle advient dans un cadre testimonial non seulement lors de commémorations, mais également lors de procès, de productions cinématographiques, d'œuvres d'art, etc.?

    Read announcement

  • Peterborough

    Call for papers - Representation

    The notion of guilt - scorned today?

    Une notion aujourd'hui bafouée ?

    « Responsable mais pas coupable ! » Si le fait de se dire responsable d’un acte implique nécessairement de s’en reconnaître l’auteur, cela n’a-t-il pas pour conséquence naturelle d’accepter d’en être imputable et, partant, de reconnaître aussi la faute commise dès lors que cet acte a été la cause de dommages ? N’y a-t-il pas, derrière cette idée, une esquive des victimes, de leurs droits comme de leurs souffrances ? Notre intention est d’étudier la notion de culpabilité dans le cadre de violences extrêmes (génocides, crimes de masse, crimes contre l’humanité, etc.). Dans cette perspective, nous entendons conduire une lecture de la culpabilité pour nous pencher sur ses diverses modalités lorsque celle-ci s’inscrit dans un contexte où les persécutions et massacres sont commis sur fond d’antagonismes religieux, raciaux, nationaux ou ethniques, en vue de satisfaire un projet politique reposant sur la construction d’une nouvelle cohésion sociale, excluant l’Autre étranger au groupe à refonder.

    Read announcement

  • Marseille | Dakar | Ottawa

    Conference, symposium - Ethnology, anthropology

    Ce que guérir veut dire

    Expériences, significations, politiques et technologies de la guérison

    Comme en témoigne la variété de ses qualificatifs, la fin de la maladie est investie de manière différente selon qu'on se place du point de vue du patient, de la médecine, de la santé publique ou encore de l'épidémiologie. Ce que guérir veut dire n'a en effet pas la même signification selon qu'on parle de rémission, de rétablissement, de réhabilitation, de convalescence, d'éradication ou encore d'élimination de la maladie. Déterminée par de nombreux facteurs et institutions (biologiques, sociaux, politiques, symboliques, etc.), la guérison est pourtant anticipée, désirée et négociée tant par les malades que par les cliniciens et les chercheurs.

    Read announcement

  • Ottawa

    Study days - History

    La déhospitalisation psychiatrique au XXe siècle. Perspectives francophones transnationales

    Panel au sein du Congrès annuel de la Société Canadienne d'Histoire de la Médecine

    La psychiatrie a connu au cours du XXe siècle une remise en question importante du modèle sur lequel elle s’était fondée, en tant que science et profession, au cours du siècle précédent. Déstabilisant la doctrine du traitement moral selon laquelle l’institution asilaire était un élément central de la thérapeutique, l’expérience de la folie des soldats au cours des deux guerres mondiales et les mouvements réformateurs participèrent à l’émergence d’un nouveau paradigme de soins psychiatriques. La révolution thérapeutique engagée par l’apparition des neuroleptiques et la généralisation des psychothérapies, les transformations culturelles et sociales qui gagnèrent les pays industrialisés au cours des années 1950-1960, ainsi que les critiques de plus en plus fortes des sciences humaines comme des nouvelles générations de psychiatres vinrent asseoir l’émergence de nouveaux modes de prise en charge de la folie. L’hospitalo-centrisme qui avait organisé la psychiatrie du XIXsiècle allait laisser place à une approche nouvelle basée sur une politique de déhospitalisation. Ce panel vise à valoriser la recherche actuelle sur l'histoire des expériences de déhospitalisation psychiatrique dans l’espace francophone et permettre ainsi l’instauration d’échanges et d’une mutualisation des connaissances entre chercheurs de différents pays.

    Read announcement

  • Ottawa

    Scholarship, prize and job offer - History

    Grant for psychiatric dehospitalisation in Quebec and Ontario

    Grâce au financement des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC, 2013-2016) et la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en santé, notre équipe de recherche entend participer à une lecture pancanadienne de l’histoire de la santé mentale au Canada en s’intéressant spécifiquement au contexte de désinstitutionnalisation et de déhospitalisation qui a marqué l’Ontario et le Québec dans la seconde moitié du XXe siècle. Considérant qu’un Canadien sur neuf hospitalisés pour maladie mentale retournera à l’urgence moins d’un mois après sa sortie d’hôpital, il nous intéresse de documenter les itinéraires « transinstitutionnels » des personnes souffrant de troubles psychiques.

    Read announcement

  • Hamilton

    Call for papers - Representation

    Génocide, justice et témoins

    Des discours de la justice aux discours sur la justice

    Témoigner est un acte fondamental et essentiel au fonctionnement de la justice. Le recours au témoignage, en convoquant les témoins directs – les survivants dans les cas de génocide – et les experts – les historiens depuis quelques décennies, les journalistes, etc. – constitue le mode de preuve que l'on recevra au prétoire. Tous ces témoins attesteront solennellement par leur déclaration de la véracité des faits. Convoquant dans une même enceinte victimes directes (les témoins) et exécutants ou planificateurs de génocide, la justice peut-elle répondre à la fois à l'idéal philosophique et moral qu'elle incarne lorsque les victimes sont, par exemple, malmenées par les avocats de la défense ? Comment peut-on, comment faut-il comprendre ou définir cet "art du bon et de l'égal", comme définissait la justice une formule médiévale ?

    Read announcement

RSS Selected filters

  • Psyche

    Delete this filter
  • Social history

    Delete this filter
  • North America

    Delete this filter

Choose a filter

Events

Languages

Secondary languages

Years

Subjects

Places