AccueilTypesAppel à contribution




  • Paris

    Appel à contribution - Études des sciences

    Quels effets du contexte et de la situation sur le jugement perceptif ?

    Lors de sa 1re journée en octobre 2003, le Sensolier s’est intéressé à la validité écologique des contextes expérimentaux où nous mesurons le sensible. Dix ans plus tard, de nouveaux outils permettent d’accroître le « réalisme » des situations expérimentales, ce qui a fait l’objet de la 11e journée. Par ailleurs, les sciences cognitives ont éclairé l’aspect multisensoriel de la perception, les influences cognitives sur perception et décision, et l’intérêt de prendre en compte les variations interindividuelles. Ainsi, la validité écologique des situations expérimentales et la robustesse des mesures perceptives s’avèrent dépendre de tant de critères que le Sensolier propose d’y consacrer sa 12e journée.

    Lire l'annonce

  • Appel à contribution - Épistémologie et méthodes

    Les limites du naturalisme : entre contrainte expérimentale et exigence phénoménologique

    Après un long silence, nous assistons depuis quelques années à un retour en force de cette demande phénoménologique qui émerge sur le terrain même de la psychologie expérimentale, de la psychophysique et des neurosciences. Nous ne faisons pas ici référence aux différents mouvements de naturalisation de la phénoménologie husserlienne, mais à cette exigence phénoménologique qui renaît sur le terrain de la pratique scientifique elle-même, à partir des contraintes et des obstacles qu’elle rencontre, plutôt que par rapport à un projet de mise au format commun de paradigmes antagonistes. Notre intérêt se porte ici tout particulièrement sur les travaux ayant trait au problème de l’organisation perceptive : la quantification du principe de groupement perceptif, les phénomènes de supériorité configurale, ségrégation figure-fond, microgenèse, formation, permanence et constance des formes et des objets, etc.

    Lire l'annonce

  • Lausanne

    Appel à contribution - Éducation

    Créativité et apprentissage : un tandem à ré-inventer ?

    Le concept de créativité est chargé de représentations ordinaires, parfois erronées nourrissant des discours flous et imprécis qui ne permettent ni de faire avancer la recherche ni d’élaborer des séquences d’enseignement / apprentissage à partir d’outils théoriques. Créativité, pensée créative, pensée créatrice, création, imagination, innovation, découverte, etc. Le flou terminologique et la « banalisation » du terme de créativité génèrent une résistance des chercheurs à s’intéresser à la créativité comme concept scientifique. C’est donc un concept complexe dont les nombreux synonymes mettent certes en évidence une richesse sémantique, mais qui mérite d’être interrogé, questionné afin de construire ou de faire émerger les fondements épistémologiques, historiques et culturels qui approfondiraient des pistes d’action en classe. À l’heure où la créativité s’est fait une place dans les curricula, l’envisager comme un concept scientifique nécessite d’ouvrir le débat au niveau théorique afin de mieux saisir les enjeux éducatifs et de recherche. Les clarifications conceptuelle et épistémologique permettraient de mesurer les incidences sur l’apprentissage ou sur le développement de la créativité des élèves afin de mieux comprendre son efficience et son efficacité.

    Lire l'annonce

RSS Filtres sélectionnés

  • Appel à contribution

    Supprimer ce filtre
  • 2014

    Supprimer ce filtre
  • Études des sciences

    Supprimer ce filtre
  • Psychisme

    Supprimer ce filtre

Choisir un filtre

Événements

Langues

Langues secondaires

Années

  • 2014

Catégories

Lieux