AccueilTypesAppel à contribution




  • Paris

    Appel à contribution - Études du politique

    Les acteurs religieux dans l’espace international

    Le rôle des acteurs religieux dans l’espace international n’est pas aisé à définir. D’un côté, on ne peut qu’observer la part croissante prise par ces acteurs dans les enjeux internationaux qu’ils soient diplomatiques, militaires, économiques, sociaux ou culturels ; d’un autre côté, les théories des relations internationales, sur le plan analytique, n’accordent pas toujours à ces acteurs une attention suffisante, les acteurs religieux étant considérés comme des « seconds rôles » sur la scène mondiale, comparativement aux Etats, aux organisations internationales, voire aux groupes armés non étatiques. Les modes d’intervention des acteurs religieux sur la scène internationale sont pourtant nombreux, variés et significatifs sur le plan politique. Ce qui caractérise la présence de ces acteurs est à la fois l’imaginaire culturel, social et anthropologique qu’ils mobilisent, mais aussi leur stratégie pour faire valoir leurs revendications. Une double  question se pose : comment  les religions procèdent-elles  pour faire « défendre leur agenda » ? Et comment les Etats et les organisations internationales utilisent-elles des religions dans un but autant confessionnel que politique. Comment penser la recomposition de la place des religions au sein des relations internationales dans leurs relations avec les États et les organisations internationales ?

    Lire l'annonce

  • Béja

    Appel à contribution - Histoire

    Frontières et régions frontalières

    La notion de limite d’État est présente dès l’Antiquité. En effet, l’Empire romain est bordé, à partir du Ier siècle, par un limes, ligne de postes fortifiés permettant de contrôler et de repousser les populations « barbares » vivant de l’autre côté. Par endroit, il s’agit d’une ligne continue. Ainsi, entre 122 et 127, l’empereur Hadrien fait édifier un mur de 117 kilomètres entre l’Angleterre et l’Ecosse actuelles. Au VIe siècle, l’historien byzantin Procope de Césarée distingue bien la romaion gè (terre des Romains) et les autres régions situées au-delà. Le mot « frontières » apparaît en français au XIIIe siècle. Il dérive du terme militaire « front » désignant la zone de contact avec une armée ennemie. L’acception actuelle se fixe progressivement à partir du XIVe siècle, à mesure que les pouvoirs étatiques se renforcent et qu’ils soumettent les territoires dépendant d’eux à des lois et à des impôts. Le progrès des techniques cartographiques et les travaux des ingénieurs topographes qui se développent à l’époque moderne permettent aux dirigeants de mieux définir les limites de leurs territoires et de mieux les contrôler. Cependant la fixation des frontières n’est pas uniforme dans le temps et, au XXe siècle, certains pays, en proie à des difficultés politiques ou économiques, n’ont pas encore exactement précisé l’emplacement de leurs confins.

    Lire l'annonce

  • Appel à contribution - Sociologie

    Dix ans après le 11 septembre : qu’avons-nous appris ?

    The tenth anniversary of the attacks of September 11, 2001 provides an opportunity to reflect upon and assess what we have learned—and not learned—about communication and conflict. Some commentators have stated that “everything changed after 9/11”. However, it is important to inquire into what changed and what continues to operate within the conceptual frameworks that have existed for decades, even centuries. Papers are invited for this issue of the Global Media Journal -- Canadian Edition that will focus on the role of communication and media in conflicts and conflict resolution since 9/11.

    Lire l'annonce

RSS Filtres sélectionnés

  • Appel à contribution

    Supprimer ce filtre
  • Sociologie

    Supprimer ce filtre
  • Religions

    Supprimer ce filtre
  • Relations internationales

    Supprimer ce filtre

Choisir un filtre

Événements

Langues

Langues secondaires

Années

Catégories

Lieux