AccueilTypesAppel à contribution




  • Appel à contribution - Histoire

    Lumière(s) et obscurité(s)

    Numéro thématique de la « Revue d’histoire de l’énergie »

    Partant du constant que chez l’historien, la lumière se conçoit souvent sans l’obscurité, ce numéro spécial de Journal of Energy History (JEHRHE) souhaite rompre avec cette vision manichéenne, peut-être trop simpliste au regard de la variété des situations rencontrées, pour explorer tout le nuancier d’ombres et de lumières créé par la bougie, le pétrole, l’huile, le gaz ou l’électricité, sans oublier les diverses significations et expériences de ces lumières et obscurités. Il s’agira donc d’étudier la juxtaposition des lumières artificielles et des obscurités, en inscrivant celles-ci dans un débat plus large relatif à l’histoire de l’énergie, à l’histoire environnementale, mais aussi à l’histoire des techniques, voire à d’autres champs encore.

    Lire l'annonce

  • Appel à contribution - Études urbaines

    Sur les murs de la ville

    Revue « Urbanités » n°9

    « Moi, à Los Angeles, j’ai surtout vu des murs : tout d’abord des graffitis beaux comme des peintures, signés par des dizaines d’anonymes sur des murs longs comme des serpents mythiques. (…) On dit murals en américain, je les appelle murals. Mural come mur vivant, mur vital, mur moral. Mural comme mur parlant, mur murmurant. Mural comme un mur râle, l’autre pas[1] ». Dans son #9, la revue Urbanités a décidé de porter le regard sur des objets souvent ignorés par les études urbaines, et qui sont pourtant sous nos yeux, en ville, à chaque coin de rue. L’enjeu de ce numéro est de se pencher aussi sur ce qui est en jeu, socialement mais aussi spatialement, quand une image existe en ville, sur les raisons et les modalités de son existence dans l’espace, ainsi que sur les effets sociaux et spatiaux de son exposition en ville.

    Lire l'annonce

  • Appel à contribution - Représentations

    Le XIXe siècle au futur

    Penser, représenter, imaginer l’avenir au XIXe siècle – VIIe congrès de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes)

    On a souvent remarqué que le XIXe siècle a été le premier à se penser en tant que siècle, et le premier aussi à se désigner par un numéral. Une autre de ses caractéristiques, c’est qu’il ne s’est pas centré autour d’une qualification unique, comme a fini par le faire le siècle des Lumières, mais qu’il a, au contraire, multiplié les appellations censées le caractériser. Nombreuses sont les expressions sous la forme « le siècle de... », insistant sur une de ses déterminations jugées essentielles : le siècle de l’histoire, le siècle des révolutions, le siècle des inventaires (Thibaudet), le siècle des dictionnaires (Larousse), le siècle de l’abstraction (Fortoul), le siècle de la science, le siècle des inventions, le siècle de la vitesse, le siècle positif, le siècle romantique, le siècle de la blague (Goncourt), etc.

    Lire l'annonce

  • Rome

    Appel à contribution - Europe

    L’héraldique dans la ville au Moyen Âge – une exception italienne ?

    Le visiteur qui traverse l’Italie est aujourd’hui encore surpris par la profusion d’armoiries qui couvrent toujours les murs des palais et des monuments publics. Relativement préservé par les grandes campagnes de destruction d’armoiries qui ont marqué l’histoire de l’art héraldique européen, ce patrimoine est une des caractéristiques de la ville italienne. L’histoire de cette mise en signe de la ville, qui retient depuis longtemps l’attention des historiens et historiens de l’art, sans avoir pourtant suscité des travaux à la hauteur du corpus, a fait récemment l’objet de recherches spécifiques qui ont en partie renouvelé les approches et les connaissances, surtout pour l’Italie. Ces journées ont pour ambition de dresser l’état présent de la recherche et de tenter de faire avancer le sujet, en liant encore plus étroitement l’histoire de la communication héraldique à l’histoire des villes. Ce faisant, elles souhaitent en même temps replacer l’exemple italien dans son contexte européen.

    Lire l'annonce

  • Champs-sur-Marne

    Appel à contribution - Histoire

    Villes en photographies : les usages de la photographie en histoire urbaine

    Dès ses débuts, la photographie s’est imposée comme une source documentaire de premier plan, ce dont témoignent l’ampleur et la diversité des fonds documentant l’espace urbain. Les historiens de la ville, quelles que soient leurs périodes et leurs spécialités, y ont donc recours comme un outil de lecture des paysages urbains anciens et actuels. Le medium photographique est également mobilisé pour la collecte de données par les autres acteurs de la recherche urbaine - qu’ils soient archéologues, urbanistes, anthropologues, sociologues ou géographes. Il est utile de proposer un état des lieux concernant les usages multiples du document photographique par les historiens et les autres spécialistes de l’urbain.

    Lire l'annonce

RSS Filtres sélectionnés

  • Appel à contribution

    Supprimer ce filtre
  • Histoire urbaine

    Supprimer ce filtre
  • Études visuelles

    Supprimer ce filtre