AccueilLes ego-documents à l'heure de l'électronique

Les ego-documents à l'heure de l'électronique

Les ego-documents à l'heure de l'électronique. Nouvelles approches des espaces et des réseaux relationnels

*  *  *

Publié le mardi 25 septembre 2001 par Natalie Petiteau

Résumé

Les études récentes entreprises à partir de ce qu'il est convenu aujourd'hui d'appeler « ego-documents « , tels les autobiographies, les journaux, les livres de raison, les mémoires et les correspondances montrent que l'analyse méthodique des information

Annonce

Les études récentes entreprises à partir de ce qu'il est convenu aujourd'hui d'appeler « ego-documents « , tels les autobiographies, les journaux, les livres de raison, les mémoires et les correspondances montrent que l'analyse méthodique des informations sur la vie matérielle, les rencontres, transactions ou échanges, ainsi que les observations en apparence triviales ou fragmentaires nichées dans ces textes, peut enrichir la connaissance des stratégies mises en œuvre par les individus et les groupes. Ces documents qui constituent un vaste corpus, ouvert et cohérent, mais encore peu exploré, peuvent servir de supports à l’étude dans l'espace et dans le temps des liens tissés entre personnes, idées et objets.

Les outils informatiques sophistiqués aujourd'hui disponibles (systèmes d'informations géographiques, cartographie automatique, bases de données relationnelles, etc.) associés à de nouvelles méthodes de lecture des textes, rendent possible le traitement de grandes quantités d'informations de ce type, en particulier, leur formalisation et leur représentation dynamique. Il est ainsi possible de mettre en évidence les réseaux relationnels qui les structurent et les mobilisent.

L'enjeu est essentiel, car malgré son omniprésence dans le champ des sciences humaines, l'usage de la notion de réseau reste largement métaphorique. Sa représentation, quant à elle, se limite trop souvent à une simple association de points et de traits, qui gomme l'inscription de la relation dans le temps et dans l'espace, et occulte la nature, l'intensité et la fréquence des échanges. Il s'agit donc de réfléchir à une représentation enrichie du réseau, en le restituant dans sa profondeur, c'est-à-dire non pas comme un support inerte, mais comme une architecture vivante, avec des phases de construction, d'inflexion, de concurrence, de crise, de consolidation ou de mort.

Une véritable épistémologie des espaces et des réseaux relationnels est donc nécessaire à l'heure électronique. Un premier ensemble de communications pourrait explorer cette voie. Qu'est-ce qui fonde l'existence d'un réseau ? Les protagonistes en ont-ils conscience ? Comment l'éprouver ? Le chercheur ne crée-t-il pas en fait le réseau, sa cohérence et sa logique, en interprétant les informations au prisme de sa propre grille de lecture ? Peut-on en définitive proposer une définition pertinente du concept de réseau ?

Ces journées d'études voudraient également permettre de nouer un dialogue fructueux avec les praticiens des outils électroniques d'analyse et de représentation, en leur proposant de présenter des études de cas. Ces outils peuvent-ils être à l'origine d'une nouvelle heuristique pour l'étude des espaces et réseaux relationnels contenus dans les ego-documents ?

On pourra alors envisager de jeter les bases d'un espace d'échanges pluridisciplinaires entre historiens, littéraires, sociologues, géographes et informaticiens, afin d'élaborer ensemble une méthodologie, un agenda de recherches et proposer des instruments informatiques adaptés aux attentes des uns et des autres.


Pierre-Yves Beaurepaire (Université d'Orléans et UMR 5050 CNRS-Montpellier 3)
et Dominique Taurisson (UMR 5050 CNRS-Montpellier 3)



Les propositions de communication seront adressées aux organisateurs avant le 31 janvier 2002 accompagnées d'un résumé d'une dizaine de lignes.

Chaque intervenant dont la communication aura été acceptée par le Comité scientifique, s'engage à remettre son texte avant le 09 septembre 2002 date limite, pour publication sur Internet et sur format papier au moyen de l'instrumentation électronique ARCANE. L'ensemble des textes formera ainsi un document de travail envoyé aux participants avant la tenue des journées d'étude, afin de favoriser l'échange et les débats.

Lieux

  • Montpellier, France

Dates

  • jeudi 24 octobre 2002

Mots-clés

  • egodocuments ; réseaux sociaux et culturels ; édition électronique

Contacts

  • Pierre-Yves Beaurepaire (Université d'Orléans et UMR 5050 CNRS) et Dominique Taurisson (Université de Montpellier 3 - UMR 5050 C ~
    courriel : pierre-yves [dot] beaurepaire [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Pierre-Yves Beaurepaire
    courriel : pybeaurepaire [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les ego-documents à l'heure de l'électronique », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 25 septembre 2001, http://calenda.org/186522