AccueilLa fabrique de populations problématiques par les politiques publiques

*  *  *

Publié le mercredi 09 mai 2007 par Delphine Cavallo

Résumé

Ce colloque propose d’analyser comment les politiques publiques fabriquent des « populations problématiques ». A partir de publics, tous marqués par la pauvreté, ces politiques désignent des populations comme tout à la fois vulnérables et menaçantes pour l’ordre public, moral ou social. C’est tour à tour leur état, leurs comportements ou leur mode de vie qui légitiment cette agrégation.

Annonce

Faculté de droit et des sciences politiques
Chemin de la Censive du Tertre
44313 – NANTES Cedex

Pour tout renseignement complémentaire, contactez :
Christel Dumontier
Tél. : 02 40 20 19 63 – Fax : 02 40 20 65 01
Site web : www.msh.univ-nantes.fr

Mercredi 13 juin

Matin

9h 30 - Accueil

10 heures - Ouverture du colloque par :

Yves Lecointe, président de l’université de Nantes et
Pierre Legal, doyen de la faculté de droit et des sciences politiques de Nantes

Véronique Guienne – La fabrique de populations problématiques par les politiques publiques

Jean-Michel Chaumont – Une histoire de la construction des populations problématiques mise en scène

Pour la suite du colloque…

• 4 ateliers en parallèle

1 - Catégories, discours, savoirs

2 - Politiques publiques, institutions, acteurs

3 - Territoires, espace public

4 - Résistance, effets d’identité

- puis une table ronde

- Réflexions épistémologiques


Mercredi 13 juin, après-midi : 14 heures – 17 h 30

(ateliers 1, 2 et 3 en parallèle)

Atelier 1 – Catégories, discours, savoirs

Présidence : Marcelo Otero

 Isabelle Astier – La notion de dignité humaine : vers une moralisation du droit social ? L’exemple de la lutte contre le « logement indigne »

Anna-Lisa Chiarello – La production de la déviance. Réflexion sur le modèle inclusion/exclusion

Marcelo Otero – Dangereux mentaux et vulnérables psychosociaux : deux figures des lignes de faille de la socialité contemporaine

Barbara Lucas – Dépendance, danger, déraison. Construction et déconstruction des populations problématiques dans les politiques anti-alcooliques en Europe (1830-1920)

Gwénola Ricordeau – Les proches de détenus : une nouvelle « population problématique » pour les politiques publiques et les sociologues

Daniel Tremblay – Le retraité, figure menaçante et menacée 


Atelier 2a – Politiques publiques, institutions, acteurs

Présidence : Sylvie Grunvald

Bernard Dauven – L’évolution des pratiques des forces de l’ordre dans la désignation d’une nouvelle population dangereuse : l’incrimination du vagabondage. Approche sociohistorique

Elsa Décriaud – Discipliner les chômeurs par le travail (précaire). Les effets des politiques publiques de « remise à l’emploi »

Sophie Avarguez – L’anpe, instrument de fabrique et de tri de populations problématiques ? Le suivi des chômeurs : entre accompagnement et coercition

Nicolas Ferran – De l’épreuve à l’enquête : le contrôle de l’intégration des étrangers par la législation applicable à leur séjour

Pierre-Yves Marot et Gildas Roussel – La fabrique des populations problématiques par la suspicion policière 


Atelier 2b – Politiques publiques, institutions, acteurs

Présidence : Soizic Lorvellec

Isabelle Lacourt – Lorsque les politiques publiques sont mises en œuvre : la fabrique d’usagers problématiques par des administrations

Pierre-Yves Bernard – La construction du décrochage scolaire comme problème public

Jane Freedman – La criminalisation des demandeurs d’asile : une étude comparative des politiques de détention/rétention en France et en Grande-Bretagne

Khadija Zahi – Enfants de la rue et politiques publiques au Maroc

Virginie Gautron – Les politiques publiques et la figure du « jeune de banlieue »


Atelier 3 – Territoires, espace public

Présidence : Monique Bigoteau

Yannick Brun-Picard – Territoires des populations dites problématiques produits par des politiques publiques

Gilles Frigoli – De la circulaire au guichet : les lieux de la fabrique des populations problématiques par les politiques publiques

Lionel Guillemot – Haro sur les chômeurs : des politiques françaises de l’emploi trop généreuses ? Regard sur les réalités et disparités socio-spatiales

Nicolas Roinsard – La naissance de « l’exclu » ou de l’exportation des politiques d’insertion à La Réunion

Benoît Raoulx – Délimiter les « populations problématiques », construire l’intervention par les rapports à l’espace : une réflexion de géographie sociale à partir de l’exemple de Vancouver (Colombie britannique)

Sonia Ben Soltane Stambouli – Espaces publics fermés


Jeudi 14 juin

Matin : 9 heures – 12 h 30

(ateliers 1, 2, 3 et 4 en parallèle)


Atelier 1 – Catégories, discours, savoirs

Présidence : Marcelo Otero

Anne-Françoise Volponi – Éléments de réflexion sur un processus de « détermination sociale »

Yves Guinard – Troubles du comportement : les « classes dangereuses » sous contrôle

Elvire Bornand et Stéphanie Paulet-Puccini – Les catégories problématiques, des catégories médiatrices ? Des effets sociaux de la toxicomanie : éléments d’une politique locale de lutte contre la drogue

Hélène Desfontaines – Ces jeunes dits « incasables » : profils et itinéraires d’une population problématique

Carla Nagels – Le retour d’une « classe dangereuse » : du jeune chômeur précaire au jeune délinquant violente

Marion Jenkinson – L’aide sélective aux sans-abri : une étude de droit public


Atelier 2 – Politiques publiques, institutions, acteurs

Présidence : Sylvie Grunvald

Julien Piednoir – « Les jeunes des banlieues » : une population et une approche répressive problématiques

Laurent Riot – Des dispositifs d’insertion en quête de jeunes « en difficulté »

Joan Cortinas Muñoz – Les formes de jugement et pénalisation des usagers des dispositifs d’insertion à Barcelone

Patrick Bruneteaux – Pénalisations formelles et informelles des sdf dans les centres d’urgence parisiens

Suzanne Carrière et Nancy Keays – L’itinérance à Montréal : évolution de la problématique et modèles d’action pour contrer l’impact de certaines politiques sociales


Atelier 3 – Territoires, espace public

Présidence : Monique Bigoteau

Louis Bertrand – La construction problématique de populations bénéficiaires. Le cas des politiques locales en faveur du logement des personnes défavorisées

Sofiane Bouhdiba – Les camps de réfugiés clandestins : panacée ou fabrique de récidivistes

Françoise Guillemaut et Corinne Monnet – Mobilisation des femmes migrantes travailleuses du sexe en France face aux politiques publiques anti-trafic

Laurent Gaissad – Le jardin hanté : aux marges de la citoyenneté et de la santé sexuelles

Olivier Thomas – La fabrique de populations problématiques par la politique de la ville : l’exemple du contrat de ville de l’agglomération caennaise

Marie Bidet et Loïc Lafargue de Grangeneuve – Action publique et mobilisations face aux populations mobiles « indésirables » : le cas des gens du voyage et des rave parties


Atelier 4 – Résistance, effets d’identité

Présidence : Frédéric Mollé

Daniel Bizeul – Mauvais sort ou mauvaise volonté. Les incasables des politiques sociales sont-ils responsables de leur situation ?

Céline Bergeon – Gens du voyage et politiques publiques françaises : comportements de voyageurs et fabrique identitaire

Samuel Delépine et Yannick Lucas – Les Roms migrants en France ou comment faire d’une population en danger une population dangereuse

Chris Bruckert et Colette Parent – Les stratégies de résistances des travailleuses du sexe face à leur marginalisation des systèmes économique et familial

Richard Gaillard – Le surendettement des particuliers : études de textes et des pratiques d’accompagnement


Jeudi 14 juin, après-midi : 14 heures – 17 h 30

(ateliers 1, 2 et 4 en parallèle)

Atelier 1 – Catégories, discours, savoirs

Présidence : Marcelo Otero

Vanessa Leclercq – Gitans et Travellers en Grande-Bretagne : repenser les minorités oubliées

Bernard Pluchon – Gens du voyage : une population problématique ?

Jean-Baptiste Leclercq – Retour sur une mobilisation : un mouvement de chômeurs en quartier stigmatisé comme révélateur de la reconfiguration de l’État social et de la (non) prise en compte des discriminations

Julie Garnier – Coproduire de l’invisibilité et de la visibilité sociale. Regards croisés sur les figures du « commerçant africain » dans l’espace régional

Atmane Aggoun – Le vieillissement des Maghrébins en France et l’accompagnement social : constructions, représentations et images étatiques

Hélène Chalmeton – Les sortants de prison : une population fragile et menaçante


Atelier 2 – Politiques publiques, institutions, acteurs

Présidence : Sylvie Grunvald

Jean-Claude Bernheim – Le casier judiciaire et les assurances personnelles : automobiles, biens et responsabilité civiles

Cégolène Frisque – Les locataires expulsés : dispositifs de « prévention », tri des ménages et banalisation de la procédure

Sacha Leduc – La Couverture maladie universelle : de l’affirmation du droit à la construction de figures suspectes

Hervé Hudebine – L’évolution de la construction sociale des populations cibles des politiques britanniques de la drogue dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix

Elhadji Mbaye – Entre politique de méconnaissance et politique de reconnaissance. Le problème public des étrangers malades : le cas du sida

Emmanuelle Lada – Les « jeunes en difficulté » : d’une catégorie de l’action publique à une catégorie de gestion du personnel, enjeu invisible des politiques de modernisation


Atelier 4 – Résistance, effets d’identité

Présidence : Frédéric Mollé 

Chloé Langeard – De la rhétorique à l’action : retour sur le conflit social des intermittents du spectacle

Fanny Malingue – Les permanents du rmi

Gilles Lazuech – Le retour à l’emploi des chômeurs de longue durée : politiques publiques et gestion des inemployables

Mardhia Kadri – Les Français issus de l’immigration et leurs conjoints étrangers. L’intériorisation de la politique migratoire en matière de regroupement familial

Khadija Noura – Le réfugié à l’épreuve : la crédibilité passée au crible

 

Vendredi 15 juin

Matin : 9 h 30 – 12 h 30 

Table ronde : Réflexions épistémologiques

Présidence : Jean Danet

Bernard Eme – Pathologies de la reconnaissance : la fabrique publique des « sans qualités »

Cédric Frétigné – Comment les sociologues problématisent-ils la fabrication des populations problématiques ?

Roch Hurtubise et Shirley Roy – De la fabrique des populations à la fabrique des problématiques. Le rôle de la recherche dans la compréhension et l’action auprès des populations itinérantes au Québec

Raymonde Séchet – La ville libérale productrice de populations problématiques ? Une lecture de géographes anglo-américains


Table ronde de clôture animée par Jean Danet


Liste des intervenants

• Atmane Aggoun, chercheur en sociologie, Institut de recherches sur les sociétés contemporaines (iresco), fre 2665 cnrs, Groupe de sociologie des religions et de la laïcité (gsrl), université de Paris 8

• Isabelle Astier, maître de conférences en sociologie, Centre d’étude des mouvements sociaux, Institut Marcel Mauss, umr 8178 cnrs, université de Paris 12

• Sophie Avarguez, doctorante en sociologie, laboratoire Voyages, échanges, confrontations, transformations (vect), ea 2983 cnrs, université de Perpignan Via Domitia

• Sonia Ben Soltane Stambouli, doctorante en urbanisme et aménagement de l’espace, Institut d’aménagement régional (iar), Centre interdisciplinaire de recherches sur les territoires et leur aménagement (cirta), université Paul-Cézanne (Aix-Marseille 3)

• Céline Bergeon, doctorante en géographie, laboratoire Migrations internationales, espaces et sociétés (Migrinter), umr 6588 cnrs, Maison des sciences de l’homme et de la société (mshs), université de Poitiers

• Pierre-Yves Bernard, professeur en sciences sociales, Centre de recherche en éducation de Nantes (cren), ea 2661, université de Nantes

• Jean-Claude Bernheim, professeur de criminologie, département de criminologie, université d’Ottawa (Canada)

• Louis Bertrand, doctorant en sociologie, Centre de recherche sur l’espace, les transports, l’environnement et les institutions locales (créteil), Institut d’urbanisme de Paris (iup)

• Marie Bidet, doctorante en sociologie, Institut des sciences sociales du politique (isp), École normale supérieure (ens)-Cachan

• Daniel Bizeul, maître de conférences en sociologie, université d’Angers

• Elvire Bornand, doctorante en sociologie, Laboratoire méditerranéen de sociologie (lames), umr 6127 cnrs, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (mmsh), Aix-en-Provence

• Sofiane Bouhdiba, professeur en démographie, département de sociologie, université de Tunis (Tunisie)

• Chris Bruckert, professeur de criminologie, département de criminologie, université d’Ottawa (Canada)

• Yannick Brun-Picard, maître auxiliaire en géographie, Sup de cours, Aix-en-Provence

• Patrick Bruneteaux, chercheur cnrs en science politique, Centre de recherches politiques de la Sorbonne (crps), umr 8057, université de Paris 1

• Suzanne Carrière, directrice des services spécifiques, Centre de la santé et des services sociaux (csss) Jeanne-Mance, Montréal (Québec)

• Hélène Chalmeton, doctorante en droit, université de Nantes

• Jean-Michel Chaumont, professeur, unité d’anthropologie et de sociologie (anso), Louvain-la-Neuve (Belgique)

• Anna-Lisa Chiarello, chercheur en sociologie, dipartimento di diritto inernazionale, università degli studi di Bari (Italie)

• Joan Cortinas Muñoz, doctorant en sociologie, École des hautes études en sciences sociales (ehess), Paris universitat autònoma, Badalona (Espagne)

• Jean Danet, maître de conférences, laboratoire Droit et changement social (dcs), umr 6028 cnrs, université de Nantes

• Bernard Dauven, assistant de recherche en histoire, centre d’histoire du droit et de la justice, université catholique de Louvain (Belgique)

• Elsa Décriaud, doctorante en ethnologie, Centre d’études et de recherches comparatives en ethnologie (cerce), ea 3532, université Paul-Valéry (Montpellier 3)

• Samuel Delépine, professeur de géographie, université d’Angers

• Hélène Desfontaines, maître de conférences en sociologie, université catholique de l’Ouest, Angers

• Bernard Eme, maître de conférences, Conservatoire national des arts et métiers (cnam) et Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (lise), umr 6209 cnrs, Paris

• Nicolas Ferran, doctorant en droit, Centre d’études et de recherches comparatives constitutionnelles et politiques (cercop), ea 2037, université de Montpellier 1

• Jane Freedman, professeur en sciences politiques, Centre de recherches politiques de la Sorbonne (crps), umr 8057 cnrs, université de Paris 1

• Cédric Frétigné, maître de conférences en sociologie, université de Paris 12

• Gilles Frigoli, maître de conférences en sociologie, université de Nice-Sophia Antipolis

• Cégolène Frisque, Centre nantais de sociologie (cens), ea 3260, université de Nantes

• Richard Gaillard, professeur en sociologie, Centre universitaire de formation continue, université d’Angers

• Laurent Gaissad, chercheur en sociologie, Centre de droit comparé et d’histoire du droit, université libre de Bruxelles (Belgique)

• Julie Garnier, docteur en sociologie, laboratoire Migrations internationales espaces et sociétés (Migrinter), umr 6588, Maison des sciences de l’homme et de la société (mshs), université de Poitiers

• Virginie Gautron, docteur en droit, université de Nantes

• Véronique Guienne, professeur, Centre nantais de sociologie (cens), ea 3260, université de Nantes

• Françoise Guillemaut, sociologue, université de Toulouse 1

• Lionel Guillemot, maître de conférences en géographie, Centre angevin de recherche sur les territoires et l’aménagement (carta), umr eso 6590 cnrs, université d’Angers

• Yves Guinard, doctorant en sociologie, université François-Rabelais (Tours)

• Hervé Hudebine, docteur en sociologie politique, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (iris), Maison des sciences de l’homme (msh) Paris-nord, université de Paris 13

• Roch Hurtubise, professeur en sociologie, coresponsable du Collectif de recherche sur l’itinérance, la pauvreté et l’exclusion sociale, université de Sherbrooke (Canada)

• Marion Jenkinson, doctorante en droit public, université de Paris 2

• Mardhia Kadri, doctorante en sociologie, Cultures et sociétés en Europe, umr 7043 cnrs, université Marc-Bloch (Strasbourg 2)

• Nancy Keays, infirmière chef d’équipe pour les programmes itinérance, Centre de la santé et des services sociaux (csss) Jeanne-Mance, Montréal (Québec)

• Isabelle Lacourt, doctorante en sociologie, Groupe de recherche sur l’action publique (grap), université libre de Bruxelles (Belgique)

• Emmanuelle Lada, sociologue, Laboratoire techniques, territoires et sociétés (latts), umr 8134 cnrs, université de Marne-la-Vallée

• Loïc Lafargue de Grangeneuve, chercheur en sociologie, Institut des sciences sociales du politique (isp), École normale supérieure (ens)-Cachan

• Chloé Langeard, doctorante en sociologie, Laboratoire d’analyses des problèmes sociaux et de l’action collective (lapsac), université Victor-Segalen (Bordeaux 2)

• Gilles Lazuech, maître de conférences, Centre nantais de sociologie (cens), ea 3260, université de Nantes

• Jean-Baptiste Leclercq, doctorant en sociologie, Unité de recherche « migrations et société » (urmis), umr 7032 cnrs, université de Paris 7

• Vanessa Leclercq, doctorante en études anglophones, université de Paris 4

• Sacha Leduc, doctorant en sociologie, laboratoire Genre, travail, mobilité (gtm), fre 2817 cnrs, université de Paris 8

• Barbara Lucas, Étude Genre, université de Genève (Suisse)

• Yannick Lucas, chargé de mission insertion, association asav (pour l’accueil des voyageurs), Nanterre

• Fanny Malingue, doctorante en sociologie, Centre Maurice Halbwachs, École normale supérieure (ens), Paris-Jourdan

• Pierre-Yves Marot, doctorant en droit privé et sciences criminelles, laboratoire Droit et changement social (dcs), umr 6028 cnrs, université de Nantes

• Elhadji Mamadou Mbaye, doctorant en sciences politiques, Institut d’études politiques (iep), Grenoble

• Corinne Monnet, criminologue, université de Toulouse 2-Le Mirail

• Carla Nagels, professeur en criminologie, Centre de recherches criminologiques, université libre de Bruxelles (Belgique)

• Khadija Noura, doctorante en sociologie, Équipe de recherche en anthropologie et sociologie de l’expertise (erase), université Paul-Verlaine (Metz)

• Marcelo Otero, professeur de sociologie, université du Québec à Montréal (uqàm)

• Colette Parent, professeur de criminologie, département de criminologie, université d’Ottawa (Canada)

• Stéphanie Paulet-Puccini, doctorante en sociologie, Laboratoire méditerranéen de sociologie (lames), umr 6127 cnrs, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (mmsh), Aix-en-Provence

• Julien Piednoir, docteur en criminologie, laboratoire Droit et changement social (dcs), umr 6028 cnrs, université de Nantes

• Bernard Pluchon, doctorant en sociologie, Centre nantais de sociologie (cens), ea 3260, université de Nantes

• Benoît Raoulx, maître de conférences en géographie sociale, Centre de recherche sur les espaces et les sociétés (creso)-umr 6590, Maison de recherche en sciences humaines (mrsh)-ums 843 cnrs, université de Caen

• Gwénola Ricordeau, enseignante en sociologie, Groupe de recherche sur les actions et croyances collectives (gracc), université Charles-de-Gaulle (Lille 3)

• Laurent Riot, chargé d’études en sociologie, Groupe de recherche école, travail, institutions (geti), université de Paris 8 et Maison des sciences de l’homme (msh) Ange-Guépin, Car-Céreq des Pays de la Loire, Nantes

• Nicolas Roinsard, docteur en sociologie, Groupe d’analyse du social et de la sociabilité (grass), umr 7022 cnrs, universisté de Paris 8

• Gildas Roussel, doctorant en droit privé et sciences criminelles, laboratoire Droit et changement social (dcs), umr 6028 cnrs, université de Nantes

• Shirley Roy, professeur en sociologie, coresponsables du Collectif de recherche sur l’itinérance, la pauvreté et l’exclusion sociale, université de Sherbrooke (Canada)

• Raymonde Séchet, professeure en géographie et directrice de l’umr 6590 « eso » cnrs, université de Rennes 2

• Olivier Thomas, doctorant en géographie, Centre de recherche sur les espaces et les sociétés (creso), umr 6590 cnrs, université de Caen

• Daniel Tremblay, professeur en sciences politiques, université du Québec (Canada)

• Françoise Volponi, coordinatrice de recherche en sociologie Pour l’action en sciences sociales et l’investigation en Méditerranée (passim)

• Khadija Zahi, maître de conférences, département de sociologie, université Cadi Ayyad, Marrakech (Maroc)

Catégories

Lieux

  • Faculté de droit et des sciences politiques, Chemin de la Censive du Tertre
    Nantes, France

Dates

  • jeudi 14 juin 2007
  • vendredi 15 juin 2007
  • mercredi 13 juin 2007

Fichiers attachés

Mots-clés

  • exclusion, marginalisation, SDF, Rmistes, pénalisation, politiques publiques

Contacts

  • Christel Dumontier
    courriel : christel [dot] dumontier [at] univ-nantes [dot] fr

Source de l'information

  • Claudine Hommelet
    courriel : claudine [dot] hommelet [at] univ-nantes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La fabrique de populations problématiques par les politiques publiques », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 09 mai 2007, http://calenda.org/193080