AccueilLe sociologue bricoleur

Le sociologue bricoleur

Patching up sociology

Emprunts et innovations méthodologiques en sociologie des arts et de la culture

Sociology's borrowing and innovations in methodology from culture and the arts

*  *  *

Publié le vendredi 04 novembre 2011 par Loïc Le Pape

Résumé

Lors de cette journée d’étude, nous souhaitons postuler la légitimité des sociologues à travailler sur les mondes de l'art et de la culture et ses objets symboliques. En effet, il n'est pas a priori nécessaire d'être musicologue pour travailler sur le domaine musical, théoricien de la littérature pour analyser les faits littéraires, ou encore urbaniste pour s'intéresser aux représentations spatiales. Il ne saurait être question de rupture ou d'opposition avec ces champs et disciplines, mais bien de penser l'interdisciplinarité. Les véritables innovations ne portent pas sur la production de données nouvelles, mais bien sur de nouvelles articulations de données ; à dessein ou sous la contrainte, le travail d'enquête devient souvent un véritable bricolage. Nous nous intéresserons ainsi à la manière dont le chercheur en sociologie des arts et de la culture importe et transforme des méthodologies propres à des espaces de recherche connexes au sien.

Annonce

Présentation

« Le chercheur, artisan qui s'ignore, n'apprécie guère que l'on entrevoit le désordre de son atelier ; seul compte pour lui le résultat final, son bel ouvrage. Il fait donc disparaître salissures et copeaux. À l'occasion de ce grand ménage, de discrets trésors sont malheureusement perdus. »
 J.-C. Kaufmann, L'Invention de soi. Une théorie de l'identité, Paris, Hachette Littérature, 2004, p. 5

Si la sociologie apparaît, au moins en partie, fondée sur l’emprunt méthodologique, l’affirmation nous semble particulièrement juste en sociologie des arts et de la culture. La proximité avec des disciplines telles que l'esthétique, la philosophie et l'histoire des arts, l'anthropologie ou la psychologie invite les sociologues à une transdisciplinarité qui se révèle le plus souvent féconde.

Lors de cette journée d’étude, nous souhaitons postuler la légitimité des sociologues à travailler sur les mondes de l'art et de la culture et ses objets symboliques. En effet, il n'est pas a priori nécessaire d'être musicologue pour travailler sur le domaine musical, théoricien de la littérature pour analyser les faits littéraires, ou encore urbaniste pour s'intéresser aux représentations spatiales. Il ne saurait être question de rupture ou d'opposition avec ces champs et disciplines, mais bien de penser l'interdisciplinarité. Les véritables innovations ne portent pas sur la production de données nouvelles, mais bien sur de nouvelles articulations de données ; à dessein ou sous la contrainte, le travail d'enquête devient souvent un véritable bricolage. Nous nous intéresserons ainsi à la manière dont le chercheur en sociologie des arts et de la culture importe et transforme des méthodologies propres à des espaces de recherche connexes au sien.

S'il ne s'agit pas de s'affranchir des considérations épistémologiques, ce sont les questionnements d'ordre méthodologique qui seront ici privilégiés. En invitant les communicants à observer leur propre pratique, nous entendons réunir diverses formes d'expériences, de témoignages, de profils, susceptibles d'interroger de manière originale la pratique sociologique empirique appliquée à des objets culturels et artistiques.

Programme

9H00 :Accueil

9H30 : Ouverture

  • Présentation du Cerlis par François de Singly [Professeur à l'Université Paris Descartes, directeur du Cerlis]
  • Présentation du thème Culture et Arts et du GDRI OPuS par Bruno Péquignot [Professeur à l'Université Sorbonne Nouvelle, co-responsable du thème Culture et Arts]
  • Présentation de la journée d'étude par Marie Sonnette [Doctorante en sociologie, Université Sorbonne Nouvelle, Cerlis]

10H00/11H15 : Atelier 1 Frictions méthodologiques. Des (r)apports du questionnaire et de l'entretien

Discutante : Clélia Barbut [Doctorante en sociologie et histoire de l'art, Université Sorbonne Nouvelle, Cerlis, Université Laval Québec]

  • Samuel Coavoux [Doctorant en sociologie et allocataire de recherche, ENS Lyon, Centre Max Weber ]
    Un éléphant au musée. Repenser les méthodes de la sociologie de la réception picturale à partir des sciences cognitives
    La sociologie de la réception picturale se heurte au problème de la « traduction ‘inter-sémiotique’ » pointé par Jean-Claude Passeron (« L’usage faible des images », in Le raisonnement sociologique, 1991), ainsi que, plus généralement, au postulat selon lequel toute réception est une interprétation. La domination, dans les études de la réception, d’une méthode (l’entretien) et de deux objets (la littérature et la télévision) empêche dès lors de saisir la réception dans sa dimension pratique. Cette communication se veut une contribution à l’analyse non logo-centrée de la réception. Elle part des travaux de sciences cognitives sur les modes de raisonnement, et de la traduction sociologique qu’en propose Stephen Vaisey (« Motivation and Justification : A Dual Process Model of Culture in Action », AJS, 2009) pour défendre l’intérêt de méthodes alternatives à l’entretien, en particulier le questionnaire, en s’appuyant sur la présentation du dispositif de terrain d’une enquête en cours sur la réception d’un tableau de Nicolas Poussin.
  • Tomas Legon [Doctorant en sociologie, EHESS Paris, CEMS / IMM]
    L’intérêt de l’entretien collectif pour travailler sur les pratiques culturelles des adolescents
    Cette communication a pour but d'aborder les apports et les limites de l'entretien collectif comme méthode pour enquêter sur un public lycéen, en passant par les modalités de sa mise en place concrète. En procédant à des entretiens avec plusieurs enquêtés simultanément, l'idée est de retrouver des pratiques, des manières de dire et de faire constitutifs des processus de socialisation culturelle qui sont en partie spécifiquement collectifs et qu'un entretien en face-à-face peut manquer. Il s'agira dans un premier temps de voir en quoi l'entretien collectif représente une manière de faire varier le contexte dans lequel va s'exprimer un enquêté. On abordera ensuite la question de la construction de la grille d'entretien et du déroulement de ce dernier, via le degré d'intervention du sociologue. Enfin, on évoquera les limites de cette méthode, par un axe pratique (réalisation et retranscription de l'entretien) et épistémologique.

11H15/11H35 : Pause

11H35/12H50 : Atelier 2 Sociologie de la légitimité du jugement de goût

Discutant : Jacques-Erick Piette [Doctorant en sociologie, Université Sorbonne Nouvelle, Cerlis]

  • Marie Van Cranenbroeck [Doctorante en sociologie, Université catholique de Louvain, COMU / IL&C ]
    Musées, publics, culture et Internet : Rencontres au carrefour de la communication et de la sociologie de l’art et de la culture
    Cette intervention se focalisera sur deux « heureux hasards » méthodologiques issus d'une recherche entre communication et sociologie de l'art et de la culture : le parallèle entre les travaux de Nathalie Heinich sur les livres d’or et les commentaires laissés par les usagers d’un site communautaire investi par un musée ; les folksonomies ou phénomènes de tagging collaboratif qui mettent en lumière une autre vision de la culture, façonnée par les usagers d’Internet.
  • Geoffroy Félix [Doctorant en sociologie, Université Paris Diderot, CSPRP ]
    Portrait de l’antiquaire en explorateur
    Les antiquaires ont très peu été étudiés par les sociologues et moins encore l’ensemble des savoirs-pratiques qu’ils mettent en œuvre et utilisent dans leur activité pour se légitimer. À l’instar de ces scientifiques « en cabinet » de la période moderne qui accordaient leur confiance aux voyageurs, et pour asseoir leur légitimité sociale incorporée d’une classe sociale, les particuliers laissent le soin aux antiquaires de découvrir ce qui correspondrait à leur goût et d’en fournir une narration. Une sociologie d’une activité d’explorateurs qui savent certes raconter bien des histoires, mais qui savent surtout bien les raconter.

13H00/14H30 : Pause déjeuner

14H30/15H45 : Atelier 3 Quand enquêteur et enquêté(s) se rencontrent. Rapprochement et distanciation dans l'épreuve qualitative

Discutante : Léonor Graser [Doctorante en sociologie, Université Sorbonne Nouvelle, Cerlis]

  • Flora Bajard [Doctorante en sociologie et allocataire-monitrice, Université Pierre-Mendès-France Grenoble, EMC2 - LSG]
    Être la « fille de » : Improviser, calculer et assumer les usages d’une position frontalière dans la pratique ethnographique
    J’ai entrepris d’effectuer ma thèse de doctorat sur le métier qu’exercent mes parents : céramistes créateurs. Mon statut de « fille de » a conféré à ma relation avec les enquêtés des propriétés que l’expression « être des leurs » me semble décrire au plus près : ni tout à fait leur pair, ni une véritable étrangère. Trois effets de cette position seront évoqués ici : un atout essentiel dans l’accès à ce terrain singulier du travail artistique ; une potentielle source de censure chez les enquêtés si je n’en faisais pas une utilisation méthodologique dans l’interaction, espace d’échange pas complètement défini a priori ; une mise à l’épreuve de ma démarche épistémologique et de mon identité de chercheuse.
  • Christophe Pittet [Doctorant en sociologie, Université de Strasbourg, Laboratoire "Cultures et Sociétés en Europe", CNRS]
    La position du chercheur face à son objet d’étude : entre raison et affects
    Cette communication souhaite mettre en discussion la question des affects chez le chercheur lorsqu’il est en position de proximité face à son objet d’étude. Mon expérience de recherche au sein d’un dispositif d’insertion comportant des arts de la scène servira à mettre en perspective les sentiments provoqués par une démarche d’observation participante et les stratégies d’adaptation nécessaire de manière à préserver une certaine distance critique.

15H45/16H15 : Pause

16H15/18H00 : Atelier 4 Sociologie de l’image et image(s) sociologique(s)

Discutante : Chloé Delaporte [Docteure en sociologie, Université Sorbonne Nouvelle, IRCAV, Cerlis]

  • Valérie Rolle [Docteure en sciences sociales, Université de Lausanne]
    Les images comme source de données et de savoirs sur des modes d’être et de faire professionnels. Le cas des tatoueurs
    À travers trois formes de mobilisation des images dans une enquête sur les tatoueurs (prise photographique, photostimulation, analyse d’un corpus d’images), il s’agira de décrire comment ont émergé des questionnements et des savoirs absents des focales et des résultats de recherche produits sur le sujet et, plus largement, dans la sociologie des « groupes professionnels » (modes de représentation matérielle de la professionnalité, critères concrets d’évaluation et de production de la prestation, reconduction d’un univers visuel propre à la pratique).
  • Virginie Villemin [Doctorante en sociologie et image, Centre Pierre Naville, Evry]
    Les méandres d’une thèse en sociologie visuelle et filmique
    La spécificité du travail de thèse en sociologie visuelle et filmique du centre Pierre Naville, porte sur la présentation d’un travail écrit mené conjointement à la réalisation d’un film long-métrage. La sociologie visuelle et filmique est un nouveau champ scientifique à explorer et à construire. Les différentes articulations de la thèse, entre écrit et film, trouvent résonance dans le travail plus académique de terrain et d’analyse des données sociologiques, tout comme le travail d’un réalisateur et d’un chercheur en sociologie présente quelques similarités. À travers différents extraits d’un bout à bout filmé sur le sujet « migration inversée : l’envol des retraités français vers les pays du Maghreb », cette communication abordera les spécificités d’une thèse en sociologie visuelle et filmique, la question de la pluridisciplinarité entre les différentes sciences sociales et les sciences de l’information et l’intérêt pour la sociologie de prendre en compte le « sensible » dans son approche scientifique.
  • Aude Servais [Doctorante en sociologie, EHESS Paris, CESSP]
    De la méthodologie de l’enquête par entretiens filmés vers le film comme expression sociologique
    Le film est cette forme médiate particulière que prend l’intention du chercheur dans l’organisation et la compilation des données. Au statisticien armé de ses instruments d’analyse (ie. les « méthodes » statistiques), ou encore au méthodologue compréhensif qui à partir de la retranscription de discours individuels tente de donner un sens collectif à l’espace social global qu’il construit, se substitue ici la figure du réalisateur de film qui, par la captation d’images et le montage, tente de mettre à jour un espace social que constitue la forme instituée d’un festival.

18H00 : Clôture de la journée par Jacqueline Eidelman [Co-responsable du thème Culture et Arts, Adjointe au chef du Département de la politique des publics, Direction générale des patrimoines]

18H30/21H30 : Pot dînatoire. En fin de journée, nous invitons les communiquants ainsi que le public à prolonger la discussion dans un cadre détendu...

Lieux

  • 4 rue des Irlandais
    Paris, France

Dates

  • lundi 05 décembre 2011

Mots-clés

  • arts, culture, méthodologie, innovation

Contacts

  • Marie Sonnette
    courriel : marie [dot] sonnette [at] neuf [dot] fr

Source de l'information

  • Marie Sonnette
    courriel : marie [dot] sonnette [at] neuf [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le sociologue bricoleur », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 04 novembre 2011, http://calenda.org/205977

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal

À lire sur le même thème