AccueilLe paysage et ses variations : la question d’une écologie esthétique

Le paysage et ses variations : la question d’une écologie esthétique

Landscape and its variations: the question of aesthetic ecology

*  *  *

Publié le mardi 11 septembre 2012

Résumé

Dendik Rugaas a défini le paysage comme le lieu de rencontre entre la nature et la culture, à la fois « expression de la diversité des cultures » et abri pour l’extrême richesse de la biodiversité. C’est de cette manière que la Convention européenne du paysage envisage une « intégration et une interaction entre nature et culture » du fait même de son objet, le paysage. Notre intention est de croiser les lectures urbanistique, géographique, philosophique, littéraire, artistique, juridique et anthropologique sur la figure du paysage dans l’espoir de la sortir du simple agencement décoratif.

Annonce

17 ET 18 OCTOBRE 2012 : « LE PAYSAGE ET SES VARIATIONS : LA QUESTION D’UNE ECOLOGIE ESTHETIQUE »

Présentation

L’équipe d’accueil HAR-Créart-Phi (EA 4414) de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, avec le soutien de l’EA 4010 Arts des images et art contemporain (université Paris 8), l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles (Laboratoire LéaV) et du Gerphau (UMR 7218 MCC/CNRS-LAVUE) organise un colloque international à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris) les 17 et 18 octobre 2012, sur le thème : « Le paysage et ses variations : la question d’une écologie esthétique » sous la direction de Manola Antonioli (École Nationale Supérieure d’Art de Dijon – École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles), d’Alain Milon (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

On parle de la beauté d’un paysage, de sa protection, son aménagement, son agencement, sa gestion, sa conservation…, mais toutes ces expressions le réduisent à un objet passif. Juridiquement, le paysage désigne une partie de territoire telle qu’elle est perçue par les populations dont le caractère résulte de l'action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations. Cette approche est intéressante par le cadre qu’elle pose, mais il est nécessaire d’aller au-delà pour se demander si le paysage est objet ou sujet de la nature.

Le paysage nous intéresse quand il interroge les limites de la nature, quand il questionne le territoire et qu’il pose la question du rapport entre le dedans et le dehors. Bien évidemment, ce n’est pas la seule notion à poser cette question puisqu’elle est déjà inscrite dans le rapport que l’individu entretient avec l’objet. Simmel fait remarquer à ce titre que le paysage existe quand il se tient au dehors et étend son existence au-delà de ses frontières : « Mais pour que naisse le paysage, il faut indéniablement que la pulsation de la vie, dans la perception et le sentiment, se soit arrachée à l’homogénéité de la nature, et que le produit spécial ainsi créé, après transfert dans une couche entièrement nouvelle, s’ouvre encore de soi, pour ainsi dire, à la vie universelle, et accueille l’illimité dans ses limites sans failles. »

Lors de la Convention de Florence du 16 décembre 2001 sur le paysage, Dendik Rugaas a défini le paysage comme le lieu de rencontre entre la nature et la culture, à la fois « expression de la diversité des cultures » et abri pour l’extrême richesse de la biodiversité. C’est de cette manière que la Convention européenne du paysage envisage une « intégration et une interaction entre nature et culture » du fait même de son objet, le paysage. Notre intention est de croiser les lectures urbanistique, géographique, philosophique, littéraire, artistique, juridique et anthropologique sur la figure du paysage dans l’espoir de la sortir du simple agencement décoratif.

PROGRAMME

MERCREDI 17 OCTOBRE 2012

OUVERTURE DU COLLOQUE
9h15-9h30 : MANOLA ANTONIOLI (Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon et Ecole nationale Supérieure d’Architecture de Versailles) et ALAIN MILON (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Présentation du projet : ‘Ecosophie et imagination environnementale’, in Labex Arts, H2H, Paris 8 »

STRATE THEORIQUE

  • 9h30-10h : EVE-MARIE HALBA : « Paysage lexical » (IRIV, Paris)
  • 10h-10h30 : STEFANIA BONFIGLIOLI : « Le paysage, la praxis, le discours » (Université de Bologne)
  • 11h30-12h CAROLINE GIRAN-SAMAT : « La médiation au cœur du paysage » (Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence/CHERPA)

Discussion et déjeuner

  • 14h-14h30 : JUSTINE BALIBAR : « Les limites du paysage : regarder loin en gardant les pieds sur terre » (Université de Lille 3)
  • 14h30-15h : ALAIN MILON : « L’anse paysage : philosophie du contour » (Université de Paris Ouest Nanterre)

Discussion et pause

STRATE JURIDIQUE

  • 15h30-16h : PAULINE MILON : « Paysage et droit : construction et évolution juridiques » (Université d’Aix-en Provence/Université de Lausanne)
  • 6h-16h30 : SERGIO FLORIO : « Le prisme du paysage : un parcours italien » (Université de Pise/Université du Var)

Discussion et pause

STRATE ECOSOPHIQUE

  • 16h45-17h15 : FRANÇOIS CHOMARAT (Lycée Descartes, Montigny le Bretonneux) et CATHERINE CHOMARAT-RUIZ : « L’insensible variation. Proposition écosophique pour penser la transformation des paysages » (INRA, UMR SAD-APT, Paris)
  • 17h15-17h45 : ALMO FARINA : Principles, methods and application of the Soundscape ecology (Université d’Urbino, Italie)

Discussion

JEUDI 18 OCTOBRE 2012

  • 9h-9h30 : LUCIANO BOI : « Le paysage et ses mondes ‘cachés’ : promenade au cœur de la complexité » (EHESS, Paris)
  • 9h30-10h : SHULING TSAI : « Le paysage comme habitat : l’Ikebana » (Université de Tamkang, Taiwan)
  • 10h-10h30 : PATRICK NADEAU : « Du design végétal » (Architecte, Paris)

Discussion et pause

STRATES URBAINE ET ANTHROPOLOGIQUE

  • 11h-11h30 : CATHERINE D’HUMIERES : « Lorsque parcs et jardins se font labyrinthes » (Université de Cergy-Pontoise)
  • 11h30-12h : ANITA PONTI : « La ville entre frontières spatiales, symboliques et culturels. Présupposés théoriques pour une lecture sémiotique des seuils urbains » (Université Paris 7)
  • 12h-12h30 : LORRAINE VERNER : « L’art et les délaissés dans le paysage urbain » (EBA de Versailles)

Discussion et déjeuner

STRATE ARTISTIQUE

  • 14h-14h30 : ALESSANDRO VICARI : « La pierre et la marche : le degré zéro du paysage » (ESAD Orléans ; Strate Collège Sèvres)
  • 14h30-15h : NICOLAS DROIN : « Paysage mouvant dans le cinéma d’Antonioni : l’apparition d’un paysage fantôme » (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense)

Discussion et pause

  • 15h30-16h : ROBERTO BARBANTI : « Paysage et écologie sonore » (Université de Paris 8)
  • 16h30-17h : SILVIA BORDINI : « Le paysage au temps des médias » (Université Sapienza, Rome)

Discussion et clôture du colloque

Lieux

  • 2 rue Vivienne (INHA, salle Vasari)
    Paris, France

Dates

  • mercredi 17 octobre 2012
  • jeudi 18 octobre 2012

Mots-clés

  • paysage, écologie, droit de la nature, landscape

Contacts

  • Alain Milon
    courriel : alain [dot] milon [at] u-paris10 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Alain Milon
    courriel : alain [dot] milon [at] u-paris10 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le paysage et ses variations : la question d’une écologie esthétique », Colloque, Calenda, Publié le mardi 11 septembre 2012, http://calenda.org/209546