AccueilIntendant et intendance en Europe et dans les États de Savoie (XVIIe-XIXe siècle)

*  *  *

Publié le vendredi 21 septembre 2012 par Loïc Le Pape

Résumé

L’un des objectifs du colloque sur « l’intendant et l’intendance en Europe et dans les États de Savoie, XVIIe-XIXe s » est de faire le lien entre différentes époques, mais aussi entre différents pays, d’Europe et au-delà. La question des transferts des modèles administratifs se pose alors dans toute son ampleur, avec une interrogation particulière pour ceux voisins de la France et du royaume du Piémont jusqu’au XIXe siècle.

Annonce

Présentation

L’existence d’un intendant dans les Etats de Savoie (Royaume de Piémont) au XIXe siècle pose la question de la restauration et de la survie d’une institution d’Ancien-Régime bien après la Révolution et illustre la permanence des institutions par delà les changements politiques, mais également la spécificité des Etats de Savoie par rapport à l’évolution administrative des autres Etats européens.

L’un des objectifs du colloque sur « l’intendant et l’intendance en Europe et dans les Etats de Savoie XVII-XIXe s » est de faire le lien entre différentes époques, mais aussi entre différents pays, d’Europe et au-delà. La question des transferts des modèles administratifs se pose alors dans toute son ampleur, avec une interrogation particulière pour ceux voisins de la France et du royaume du Piémont jusqu’au XIXème siècle.

Au XVIIIème siècle en France, l’intendant fournit une large base de réflexion permettant d’initier différentes thématiques. Quels sont l’origine de l’institution, les motivations et les processus de sa création ? Quels sont les critères de recrutement privilégiés par la monarchie et les pré-requis professionnels exigés des candidats ? L’organisation de l’institution pose encore un certain nombre de questions qui restent à développer : l’évolution des circonscriptions de l’intendance – les généralités et leurs subdivisions – et les moyens dont elle dispose – matériels, comme les bureaux, les employés et, parmi eux, le thème privilégié des subdélégués de l’intendance, dont la mission acquiert de l’importance tout au long du siècle. La question des carrières en général reste aussi posée, celle de la mobilité des commissaires par exemple, peut être examinée au travers d’exemples choisis.

La question de ses attributions occupe un vaste corpus d’études. L’intendant est intendant de justice : outre son rôle de contrôle de l’appareil judiciaire, il exerce lui-même un pouvoir direct de justice, notamment répressive. L’intendant est intendant de police, au sens large de l’Ancien Régime : ordre et tranquillité publics, police des villes et des communautés, police économique, voies et communications, affaires militaires…L’intendant est intendant des finances : surveillance des impôts anciens et administration entière des impôts nouveaux.

La France fournit donc à l’intendant les moyens et les compétences nécessaires à ses objectifs de centralisation, d’autant qu’il doit s’insérer dans une superposition d’institutions avec lesquelles ses rapports sont souvent tendus : gouverneurs, cours souveraines, assemblées provinciales… Ce qui permet de s’interroger sur la manière dont l’intendant est perçu par les contemporains et de comprendre l’évolution de l’influence des commissaires départis, qui suit dans ses nuances l’autorité de la monarchie au fil du temps, croissante ou déclinante.

Mais si l’intendance fonctionne, elle devient aussi un modèle susceptible d’être transféré au-delà des frontières du royaume.

Tout près, le royaume de Piémont a su s’approprier l’institution, ambitionnant d’atteindre à l’absolutisme qu’il relaie par excellence. Toutefois, cette dernière a suivi une évolution qui lui est propre, consécutive à l’originalité de la monarchie de Savoie, et à la place qu’elle a accordée à ses représentants, consécutive aussi à l’histoire particulière de cette Nation.

L’Espagne a également profité du modèle français, avec des interrogations similaires à celles de la Savoie quant à l’évolution de l’institution.

Plus loin, les colonies ont elles aussi bénéficié de l’importation de ce système administratif qui a su faire ses preuves sur le vieux continent : les colonies françaises d’abord, la Nouvelle-France – le Québec -, dont les intendants comme Jean Talon continuent de susciter les études des universités locales, ou encore les îles de France (Maurice) et de Bourbon (La Réunion) avec Pierre Poivre. Les colonies espagnoles ensuite : des intendants s’installent en Amérique ibérique sur le modèle administratif français. Ils viennent de métropole (Espagne) ou bien ils sont choisis parmi les immigrés récents à La Havane en 1765, au Vénézuéla en 1777, au Pérou, au Chili et en Nouvelle-Espagne en 1786, et même au vice-royaume de La Plata en 1789.     

Les transferts de modèles administratifs existent donc bel et bien au-delà des frontières. La question se pose alors : existent-ils aussi au-delà du temps ? C’est l’intendant piémontais du XIXème siècle qui suscite l’interrogation : partout ailleurs, les intendants ont disparu et les ont remplacés, dans certains pays comme la France, les nouveaux instruments de la centralisation, les préfets napoléoniens. La monarchie de Savoie rétablit ses intendants, mais sont-ils toujours les mêmes qu’au XVIIIème siècle ? Se teintent-ils au contraire des couleurs de la préfecture française ? Sont-ils une rupture ? Une continuité ? Comment s’est réalisée la transition ? Des réponses peuvent être apportées en suivant les mêmes thématiques que celles posées pour l’intendant français du XVIIIème siècle : origine, recrutement, carrière, attributions, auxiliaires, spécialisation, rapports avec les autres institutions etc.

Il reste donc un vaste champ d’interrogations, auxquelles les études existantes n’ont pas toutes répondu, c’est tout l’intérêt d’une nouvelle initiative scientifique consacrée à l’intendance, au-delà de ses limites traditionnelles d’espace et de temps. 

Programme

Jeudi 25 octobre 2012

Théâtre–Château Valrose

14 h 30: Accueil des participants

15 h 00: Début des travaux

Introduction de Gian Savino PENE VIDARI (Pr. Histoire du droit, Université de Turin) et Pierre BODINEAU (Pr. Histoire du droit, Université de Dijon)

  • Jean-Pierre GUTTON (PR. Histoire moderne, Université de Lyon II) : Un intendant (Lyon) entre un influent gouverneur et un puissant consulat.
  • Stéphane DURAND (Pr. Histoire moderne, Université d’Avignon) : Intendants et modèles politiques provinciaux dans la France méridionale (XVIIe-XVIIIe s).
  • Caroline MAILLET-RAO (Chargée de cours, Université Alberta - Edmonton Canada) : L’institutionnalisation de l’intendance en France dans la grande ordonnance réformatrice de janvier 1629 (code Michau) de Michel de Marillac : intendance et absolutisme.
  • Pause 16 h 30 – 17 h
  • Pierre BODINEAU (Pr. Histoire du droit, Université de Dijon) : Les intendants urbanistes des Lumières – mythes ou réalité ?
  • Jean-François BREGI (Pr. Histoire du droit, Université de Nice–Sophia Antipolis) : L’intendant premier président. L’exemple du Parlement de Provence.
  • René GREVET (Pr. Histoire moderne, Université de Lille III) : Les hôtels d’intendance : la marque monumentale du pouvoir d’Etat dans l’espace urbain (France, seconde moitié du XVIIIe siècle).

18 h 30 clôture de la journée

Vendredi 26 octobre 2012

Faculté de Droit et Science politique, Amphi 202 et salle 401

Première partie de matinée – salle 401 – 9 h 00 – 11 h

  • Henri COSTAMAGNA (MCF honoraire. Histoire moderne, Université de Nice - Sophia Antipolis) : L’intendance dans les Etats de la maison de Savoie à l’époque moderne.
  • Claudio ROSSO (Ricercatore, Université du Piémont oriental-A. Avogadro, Vercelli) : Prima dell’intendente : referendari e direttori delle province nel Piemonte del Seicento.
  • Laurent PERRILLAT (Conservateur de bibliothèque, Université de Savoie,  LLS): Les débuts de l’intendance en Savoie (1687-1690).
  • Nicoletta ROLLA (Chercheur. Histoire moderne, Université de Milan Bicocca) : Le « Vicariato » de Turin à l’exemple de la lieutenance générale de Paris au XVIIIe siècle.

Première partie de matinée - amphi 202 - 9 h - 11 h

  • Donatella BALANI (Pr. Histoire moderne, Université de Turin) : Gli Intendenti piemontesi  al governo delle comunità : tra resistenze e interventi di riforme (seconda metà del Settecento).
  • Davide DE FRANCO (Doctorant. Histoire du droit, Université du Piémont Oriental-Vercelli) : Le fonti dell’intendenza quale strumento conoscitivo per la politica dello Stato sul territorio : il caso dell’alta valle di Susa a metà settecento.
  • Rémy VERDO (Conservateur du patrimoine, Institut national du patrimoine, Paris) : Les intendances sardes de Savoie au XVIIIe siècle : état des sources et des connaissances, à partir du fonds nouvellement classé de l’Intendance du Faucigny.
  • Francesco AIMERITO (Pr. Histoire du droit, Université de Piémont Oriental Alessandria) : La procedura nei processi avanti l’intendante tra settecento e ottocento.
  • Salvatore SANTUCCIO (Pr. Histoire moderne et contemporaine, Université de Reggio Calabria) : Dalle valli alle intendenze, la rivoluzione amministrativa in Sicilia nella prima meta’ del XIX secolo.

Pause 11 – 11 h 15

Deuxième partie de matinée  - salle 401 - 11 h 15 - 12 h 30

  • Karine DEHARBE (MCF. Histoire du droit, Université de Nice – Sophia Antipolis) : Intendants et Bureau des finances dans la généralité de Lyon : entre guerre et paix (XVIIe-XVIIIe s).
  • Anne-Sophie CONDETTE–MARCANT (MCF. Histoire du droit, Université Panthéon-Assas) : L’institution des subdélégués généraux - bilan de la recherche.
  • Françoise MOREIL (MCF. Histoire moderne, Université d’Avignon) : Le subdélégué, la principauté d’Orange  et  la révocation.

Deuxième partie de matinée  - amphi 202 - 11 h 15 - 12 h 30

  • Sébastien EVRARD (MCF. Histoire du droit, Université de Lorraine) : Les compétences de l'intendant en matière contentieuse : heurts et malheurs d'un modèle contesté au crépuscule de l'Ancien Régime.
  • Jérôme PIGEON (Docteur. Histoire du droit, Université de Rouen) : Les attributions fiscales des intendants en pays d’élection : l’exemple de la Normandie.
  • Jérôme SLONINA (MCF. Histoire du droit, Université de Pau) : Les politiques routières des intendants du Sud-ouest de la France vues au travers des voyages en France d’Arthur Young.

Pause déjeuner  - Salle des pas perdus  -  12 h 30 - 14 h

Première patrie d’après-midi - salle 401 – 14 h  – 15  h 30

  • Marie-José BENEDETTI (Docteur. Histoire du droit, Université de Nice-Sophia Antipolis) : Les intendants, maîtres d’oeuvre de l'aménagement du territoire en Corse (1768-1789).
  • Sophie SEDILLOT (MCF. Histoire du droit, Université de Picardie) : La mutation pour cause de disgrâce des intendants de province dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les exemples de Montyon et de d’Agay.
  • Olivier RYCKEBUSCH (Doctorant à l’Université de Lille III, Directeur des archives municipales de Dunkerque) : La tutelle des intendants sur les hôpitaux généraux septentrionaux au XVIIIe s.

Première partie d’après-midi - amphi 202 - 14 h – 15 h 30

  • Christophe JUHEL (MCF. Histoire du droit, Université de Perpignan) : Les réalisations de l’intendance éclairée dans une province récemment annexée : l’exemple du Roussillon au XVIIIe siècle.
  • Jean-Christophe BARBIER (Doctorant. Histoire du droit, Université de Nice - Sophia Antipolis) : L’intendant général de la Maison du Roi sous la Restauration, entre persistance et déclin.
  • Olivier VERNIER (Pr. Histoire du droit, Université de Nice – Sophia Antipolis) : Entre politique et culture : l’intendance des Menus-Plaisirs sous la Restauration des Bourbons.

Pause 15 h 30 - 16 h

Deuxième partie d’après-midi- amphi 202 -  16 h 30 – 18 h 30

  • Anne DUBET (Pr. Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA  1001, Centre d’Histoire « espaces et culture » IUF) : Les premiers intendants des provinces en Espagne (1711-1724). Une réforme conflictuelle.
  • Cédric GLINEUR (Pr. Histoire du droit, Université du Havre) : Joseph II et les intendants : la réforme de 1787 dans les Pays-Bas autrichiens.
  • Marie-Pierre LACOSTE (Doctorante. Histoire moderne, Université de Toulouse II) : Les intendants de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne : bilan historiographique et cas de figure.
  • Manuela DOMINGUEZ-ORTA (Doctorante, Université Pablo de Olavide - Séville) : El proceso de implantación de las intendencias en Indias (colonias españolas en el siglo XVIII).
  • Sébastien DIDIER (Université de Rennes II) : Deux modèles d’adaptation locale de l’administration de l’intendance : les subdélégués de Nouvelle-France et de Bretagne (1675-1763 et 1689-1790).     

18 h 30 clôture de la journée - Soirée libre       

Samedi 27 octobre 2012

Faculté de Droit et Science politique, Amphi 202

Première partie de matinée amphi - 202 – 9 h  – 10 h 30

  • Antonio CHIAVISTELLI (Ricercatore. Histoire des institutions politiques, Université de Turin) : Dal soprintendente al prefetto. La contraddittoria affermazione di un livello di amministrazione all’interno dello spazio toscano tra sette e ottocento.
  • Paola CASANA (Pr. Histoire du droit, Université de Turin) : Un intendant du Royaume de Sardaigne  pendant la Restauration : Carlo IIarione Petitti di Roreto.
  • Enrico GENTA (Pr. Histoire du droit, Université de Turin) : L’istruzione Pralormo del 1838.
  • Simonetta TOMBACCINI-VILLEFRANQUE (Archives départementales des Alpes-Maritimes) : L’intendance générale de Nice et ses intendants à travers ses archives, de la Restauration à l’Annexion.

Pause 10 h 30 – 11 h

Deuxième partie de matinée - amphi 202 - 11 h – 13 h

  • Marc ORTOLANI (Pr. Histoire du droit, Université de Nice – Sophia Antipolis) : La restauration de l’intendance niçoise en 1814.
  • Marco CARASSI (Directeur honoraire, Archives d’Etat de Turin) : Le gouverneur de Nice sous la Restauration : une concurrence pour l’Intendant ?
  • Ugo BELLAGAMBA (MCF. Histoire du droit, Université de Nice – Sophia Antipolis) : L’activité judiciaire des conseils d’intendance de 1842 à 1860.
  • Patricia PRENANT (Docteur. Histoire du droit, Université de Nice – Sophia Antipolis)  La gestion des épidémies de choléra par les services de l’intendance de Nice (1835 et 1854-55).
  • Christian SORREL (Pr. Histoire contemporaine, Université de Lyon II) : Du Piémont à la France, de l’intendance à la préfecture : en Savoie 1859-1861.

13 h – Clôture du colloque - Pause déjeuner – Salle des pas perdus

Catégories

Lieux

  • Avenue du doyen L. Trotabas
    Nice, France

Dates

  • jeudi 25 octobre 2012
  • vendredi 26 octobre 2012
  • samedi 27 octobre 2012

Contacts

  • Amale Ziad
    courriel : amale [dot] ziad [at] unice [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Amale Ziad
    courriel : amale [dot] ziad [at] unice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Intendant et intendance en Europe et dans les États de Savoie (XVIIe-XIXe siècle) », Colloque, Calenda, Publié le vendredi 21 septembre 2012, http://calenda.org/209648