AccueilLe patrimoine de l’immigration en France et en Europe : enjeu social et culturel

Le patrimoine de l’immigration en France et en Europe : enjeu social et culturel

The heritage of immigration in France and Europe - social and cultural issues

Association Génériques

*  *  *

Publié le lundi 01 octobre 2012

Résumé

Acteur important du processus de sauvetage de la mémoire de l’immigration et d’écriture de son histoire depuis sa création en 1987, l’association Génériques organise un colloque à dimension européenne sur le thème du patrimoine de l’immigration. Il aura lieu les 10 et 11 décembre 2012 à la Maison de l'Europe à Paris. Ce colloque a pour objectif non seulement de développer la connaissance sur le patrimoine de l’immigration mais aussi d’interroger et de croiser les pratiques de ceux et celles qui y travaillent au niveau local, national, transnational et européen (associations, pouvoirs publics, acteurs culturels, institutions patrimoniales, chercheurs...). Les communications organisées autour de tables rondes présenteront des pistes de réflexion, d’analyse, ainsi que des expériences de terrain afin de contribuer à définir l’état des recherches sur les enjeux du patrimoine de l’immigration et sur la place de l’immigration dans les politiques de patrimonialisation en France et en Europe.

Annonce

Les 10 et 11 décembre 2012 se tiendra à la Maison de l'Europe à Paris (4e arr.) un colloque européen sur le thème du patrimoine de l'immigration en France et en Europe. Organisé par l'association Génériques, il a pour objectif de développer la connaissance sur le patrimoine de l’immigration et d’interroger et de croiser les pratiques de ceux et celles qui y travaillent au niveau local, national, transnational et européen (associations, pouvoirs publics, acteurs culturels, institutions patrimoniales, chercheurs...). 

Argumentaire

Longtemps inscrite dans une invisibilité liée à une certaine conception d’une immigration dite « de travail » dans laquelle était occultée la dimension humaine, culturelle, sociale, affective … des immigrés, l’immigration en France a, depuis quelques années, acquis une certaine reconnaissance historique et patrimoniale.

L’idée que le patrimoine national comporte aussi des éléments liés aux apports culturels et identitaires de populations venues d’ailleurs paraît aujourd’hui acquise, même si les questions liées à sa préservation, sa valorisation et son appropriation collective demeurent ouvertes.

Pourtant, là où le patrimoine paraît, de prime abord, raconter une histoire collective immuable et revêtir l’identité stable de ce qui se transmet, l’immigration paraît d’emblée marquée par le mouvement, la fluidité, la complexité. Dès lors, l’émergence d’un patrimoine de l’immigration conduit à s’interroger tant sur le concept de patrimoine que sur la définition et le périmètre retenu pour parler des migrations.

Qu’est ce qui se transmet dans l’immigration ? Qu’est-ce qui se transmet de l’immigration ? Comment émerge la conscience de l’existence de ce patrimoine ? De quelle nature sont les lieux de la transmission : familiaux ? éducatifs ? Est-ce de cette transmission que naît le patrimoine ? Ou alors la patrimonialisation relève aussi de l’action d’autres acteurs, d’autres enjeux autour de la transmission de ces héritages ? Mais alors comment, par qui et surtout, pourquoi et pour qui, puisqu’aussi bien l’histoire de l’immigration ne saurait être écrite pour (et par) les seuls descendants d’immigrés ? Est-ce parce que le patrimoine de l’immigration peut être facteur d’intégration dynamique et de cohésion sociale ?

Quelle histoire le patrimoine de l’immigration raconte-t-il ? Ou à l’inverse, quelle histoire se raconte (et se légitime) à travers lui ? De quelle manière, pour qui et pourquoi ? Quel rapport la mémoire, qui, depuis les années 1980, a investi le champ historique et l’espace public, a-t-elle avec le patrimoine, et quel rapport celui-ci entretient-il avec la mémoire et l’histoire ?   

La patrimonialisation de l’immigration, comme tout processus patrimonial, est le résultat de la conjugaison d’efforts de plusieurs acteurs, tant privés que publics. Animée par une volonté militante, les associations d’immigrés sont les premières, au début des années 1980,  à poser la problématique du patrimoine de l’immigration. En effet, à travers leur volonté de transmettre la mémoire et la culture du pays d’origine aux jeunes générations et de modifier l’image de l’immigré dans les représentations collectives, elles sont les premières à œuvrer à la prise de conscience d’un patrimoine de l’immigration.  Par la suite, d’autres acteurs (individuels, culturels, universitaires...), au travers du prisme du patrimoine, tenteront de changer l’image des immigrés et en feront ressortir l’ancrage dans la société française. Dans le contexte français, les acteurs publics jouent un rôle particulièrement important.

L’intérêt, depuis une trentaine d’années, pour ce patrimoine est important à plusieurs titres. En premier lieu parce qu’en mettant en avant les apports culturels et identitaires venant d’ailleurs, le patrimoine de l’immigration interroge notre lien à la culture, notre représentation de ce qui « fait » culture et la manière dont la culture se représente comme patrimoine. Aussi, parce qu’il permet de repenser le fondement historique et mémoriel de la nation en y intégrant la place et le rôle qu’y ont tenu les immigrés.

Acteur important du processus de sauvetage de la mémoire de l’immigration et d’écriture de son histoire depuis sa création en 1987, à la croisée des milieux universitaires, institutionnels, associatifs et culturels, l’association Génériques organise un colloque à dimension européenne sur le thème du patrimoine de l’immigration.

Ce colloque a pour objectif non seulement de développer la connaissance sur le patrimoine de l’immigration mais aussi d’interroger et de croiser les pratiques de ceux et celles qui y travaillent au niveau local, national, transnational et européen (associations, pouvoirs publics, acteurs culturels, institutions patrimoniales, chercheurs...). 

Les communications organisées autour de tables rondes présenteront des pistes de réflexion, d’analyse ainsi que des expériences de terrain afin de contribuer à définir l’état des recherches sur les enjeux du patrimoine de l’immigration et sur la place de l’immigration dans les politiques de patrimonialisation en France et en Europe.

Thèmes envisagés

  • Comment et par qui se constitue et se transmet le patrimoine de l’immigration ?
  • Le patrimoine de l’immigration : enjeu d’intégration sociale et/ou enjeu culturel ?
  • Patrimoine de l’immigration et mémoire des lieux : quelle fonction pour les itinéraires culturels ?
  • L’apport des nouvelles technologies dans la sauvegarde et la diffusion du patrimoine de l’immigration

Modalités de soumission

Les personnes intéressées sont invitées à envoyer une proposition de communication comprenant un titre et un résumé argumentaire (max. une demi page) à colloquepatrimoine@generiques.org

avant le 11 octobre 2012.

La sélection des communications sera rendue publique le 22 octobre 2012.

Comité scientifique

  • CLEMENT Sarah, Déléguée générale adjointe, association Génériques
  • ZANOUN Louisa, Responsable du pôle scientifique et culturel, association Génériques
  • DEBOST Jean Barthélemi, Chef du Bureau de la valorisation du patrimoine, service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis

Lieux

  • Maison de l'Europe - 35-37 rue des Francs Bourgeois
    Paris, France (75004)

Dates

  • jeudi 11 octobre 2012

Mots-clés

  • patrimoine, immigration, histoire, mémoire, enjeu, social, culturel, itinéraires culturels, intégration

Contacts

  • Louisa Zanoun
    courriel : l [dot] zanoun [at] generiques [dot] org

URLS de référence

Source de l'information

  • Louisa Zanoun
    courriel : l [dot] zanoun [at] generiques [dot] org

Pour citer cette annonce

« Le patrimoine de l’immigration en France et en Europe : enjeu social et culturel », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 01 octobre 2012, http://calenda.org/219931