AccueilTroisièmes ateliers sur la contradiction

Troisièmes ateliers sur la contradiction

Third workshop about contradiction

*  *  *

Publié le mercredi 03 octobre 2012

Résumé

Les troisièmes Ateliers sur la contradiction se tiendront à Saint-Etienne, du 4 au 6 Avril 2013. Nous continuerons la tâche entreprise de remettre la raison en chantier, autour du concept transversal de contradiction, dans une démarche qui encourage autant une approche logique et rigoureuse que l’exploration de domaines ne relevant pas directement du langage discursif ; et qui s’adresse autant aux spécialistes du monde académique qu’aux ingénieurs, décideurs, artistes et, au-delà, toutes les personnes désireuses d’échanges pluri- et transdisciplinaires.

Annonce

Argumentaire

Si depuis l’origine, nous avons progressé, nous percevons toute l’ampleur de la tâche entreprise de remettre la raison en chantier, autour du concept transversal de contradiction, dans une démarche qui encourage autant une approche logique et rigoureuse que l’exploration de domaines ne relevant pas directement du langage discursif ; et qui s’adresse autant aux spécialistes du monde académique qu’aux ingénieurs, décideurs, artistes et, au-delà, toutes les personnes désireuses d’échanges pluri- et transdisciplinaires.

Nous poursuivrons les chantiers déjà ouverts :

La contradiction dans les cultures et les sagesses : la philosophie grecque a transmis à l’Occident le principe universel de contradiction : « si un énoncé est vrai, son contradictoire est faux »; cette affirmation n’est plus simplement acceptée aujourd’hui, et la pensée contemporaine (en particulier scientifique) cherche à préciser ce qui est en jeu dans la possible remise en question de ce principe. En profitant de l’éclairage fourni par les pensées sémitiques, de l’Orient et de l’Extrême Orient, ou de l'Afrique par exemple, qui ne traitent pas de la contradiction selon les mêmes modalités, nous pourrons non seulement discuter de la diversité des cultures en Europe, mais proposer un retour critique plus ouvert sur notre héritage occidental.

La contradiction dans l’action publique,consécutive notamment aux injonctions contradictoires du développement durable, auxquelles sont confrontés les ingénieurs et plus généralement les concepteurs d’équipements et de services publics. Leurs actions sont à la croisée des contraintes induites par les commanditaires, les usagers, les financiers, les protocoles scientifiques et techniques, et toujours davantage de parties prenantes. Ces acteurs se trouvent donc engagées dans des processus et des procédures de gouvernance qui se complexifient, au cours desquels les institutions porteuses des politiques publiques se trouvent de plus en plus malmenées.

La contradiction du design : la mise en forme des idées, compris comme un état d’esprit, une discipline qui cherche à harmoniser l’environnement humain, envisagé comme principal facteur d’humanisation des techniques. Cette définition simple ne rend pas compte de l’ensemble des difficultés qu’affronte la discipline du design, ou, pour le dire autrement : les arts industriels sont-ils condamnés à la schizophrénie ?  Et si oui, comment s’en arrangent-ils ? Le design est-il la forme de création de la période contemporaine, totalement affolée, travaillée et traversée de multiples contradictions ?

La contradiction dans l’art : la contradiction dans les pratiques et les enjeux artistiques à l’articulation des savoirs scientifiques, quelles que soient les périodes chrono-culturelles et les disciplines, participe d’une forme de rationalité esthétique dont l’exploration nous amène à interroger ce que faire sens veut dire, aux confins de l’image, de l’expression du corps et de l’objet.

Par ailleurs, nous ouvrirons un nouveau chantier, en nous penchant particulièrement sur les relations du territoire de la raison discursive avec le grand territoire qui s’étend de la pensée visuelle, gestuelle jusqu’aux émotions (la « pensée du corps » le recouvre en partie), et auquel accèdent de façon privilégiée certaines personnes porteuses de handicap. Il n’y a pas de raison isolée, il n’y a que des gens qui raisonnent, et la frontière entre ces différents territoires passe au-dedans de chacun. Que nous apprennent les personnes en situation de handicap sur le fonctionnement de notre raison ? En bref, les insuffisances de la raison pure (que nous avons mise en évidence lors de nos précédents ateliers et qualifiée par le cortège de mots d’incomplétude, incertitude, indicible…) n’ouvrent-elle pas la voie pour concevoir de nouvelles formes de l’intelligence humaine ? Une conception élargie de la raison prenant en compte ces autres dimensions, peut-elle permettre l’ouverture de nouvelles voies d’approfondissement de l’humanité de l’homme ?

L’assise de réflexion théorique sera nourrie par de nombreuses questions déjà ouvertes lors des précédents ateliers :

  • Peut-on parler de logique du tiers inclus ?
  • Peut-on utiliser le même mot de contradiction dans les différents champs de la logique, des sciences exactes, des sciences humaines et sociales, de l’art, des religions  – comment l’incomplétude des différents champs de la connaissance et de la pensée ouvre-t-elle ces champs les uns aux autres ?
  • Comment le pluralisme théorique contribue-t-il à cette ouverture ?
  • Penser en termes de relation et non en termes de substance ouvre-t-il un espace de pensée définitivement paradoxal ?

Conditions de soumission

D’une façon générale, toutes les propositions de communications seront examinées dans la mesure où l’effort sera fait d’argumenter les situations de contradiction et de proposer un recul théorique.

Des conférences invitées proposeront des mises au point sur des thèmes en relation avec les ateliers.

D’autres formes de présentations seront proposées (débats, théâtre) à destination de publics variés.

Présentation des résumés

Le résumé devra faire une page et respecter la mise en page décrite sur le site internet aslc2011.

Il devra être envoyé à jean-louis.leonhardt484@orange.fr avec copie à guy@emse.fr

avant le 15 décembre 2012

Le comité scientifique annoncera l’acceptation des résumés avant le 15 février 2013.

La langue des ateliers sera le français. Néanmoins, les locuteurs non francophones seront autorisés à présenter une communication en anglais.

Frais d’inscription estimés

(chiffres susceptibles d’une modeste variation ; voir tarifs détaillés à la journée sur le site internet) :

  • auditeurs simples non étudiants : participation aux frais de 10 € par jour d’audience
  • étudiants : gratuit
  • participation complète : 150 € (ce prix comprend les repas ainsi que les actes édités après les ateliers)

Les troisièmes Ateliers sur la contradiction se tiendront à Saint-Etienne, du 4 au 6 Avril 2013.

Comité scientifique

  • Abalo Awesso (Education nationale, Académie de Lyon),
  • Cyrille Bret (Université Lyon 2),
  • Marie-Haude Caraës (Cité du Design, Saint-Etienne),
  • Philippe Dujardin (CNRS, Lyon),
  • Olivier Frérot (Agence d’urbanisme, Lyon),
  • Jean-Marie Georges (Ecole centrale de Lyon –ECL-),
  • Bernard Guy (E. des mines, Saint-Etienne –EMSE-),
  • Jean-Louis Léonhardt (CNRS, Lyon),
  • Thierry Magnin (Université catholique de Lyon –UCL-),
  • Denis Mazuyer (ECL), Michel Mizony (Université de Lyon),
  • Basarab Nicolescu (Centre international de recherche et d’études transdisciplinaires, Paris),
  • Marie-Hélène Robert (UCL),
  • Pierre Sadoulet (UJM),
  • Liang Shao (ECL),
  • Arnaud Zohou (EMSE).

Institutions co-organisatrices

  • Cité du Design de Saint-Etienne métropole,
  • École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne,
  • École centrale de Lyon, Université catholique de Lyon,
  • Centre de recherches et d’études transdisciplinaires (Paris), UMR 5600,
  • Institut Mines Télécom, Université Lyon 2 ;

Les étudiants des institutions d’enseignement supérieur concernées feront des travaux dont la présentation sera intégrée aux ateliers.

Comité local d’organisation

(École des mines)

  • Grégoire Berthezène (Service Communication) -site web-,
  • Christine Berton (CCSTILa Rotonde, Centre de culture scientifique technique et industrielle dela Loire),
  • Ségolène Courant (Service Communication),
  • Bernard Guy (Centre SPIN : Sciences des processus industriels et naturels),
  • Arnaud Zohou (La Rotonde).

Correspondance

Bernard Guy, guy@emse.fr, Ecole nationale supérieure des mines de Saint-Etienne, 158 Cours Fauriel, 42023 Saint-Etienne cedex 2, France

Sites internets

emse.fr/aslc2009, aslc2011.emse.fr ; outre de nombreux renseignements et textes, on pourra aussi y trouver les enregistrements audio des exposés des précédents ateliers.

On pourra aussi consulter avec profit les livres édités à partir des textes écrits en 2009 et 2011 et vendus aux Presses des mines (Paris) : http://www.ensmp.fr/Presses/

 

Lieux

  • École natioanale supérieure des mines de Saint-Etienne - 158 Cours Fauriel
    Saint-Étienne, France (42)

Dates

  • samedi 15 décembre 2012

Mots-clés

  • contradiction, épistémologie, cultures, sagesses, action publique, design, art, raison, pensée visuelle, personnes en situation de handicap

Contacts

  • Bernard Guy
    courriel : guy [at] emse [dot] fr

Source de l'information

  • Bernard Guy
    courriel : guy [at] emse [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Troisièmes ateliers sur la contradiction », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 03 octobre 2012, http://calenda.org/221409