AccueilFrontières affirmées, frontières contestées

Frontières affirmées, frontières contestées

Affirming Boundaries, Contesting Boundaries

Citoyennetés, multi / inter-culturalités, subjectivités

Citizenships, Multi/Inter-cultures, Subjectivities

*  *  *

Publié le lundi 22 octobre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Le groupe de recherche « Frontières identitaires et représentations de l’altérité » (FIRA) organise un colloque international les 3 et 4 juin 2013 à l'EHESS Paris, afin de poursuivre la réflexion sur les frontières identitaires dans leurs multiples constructions et déconstructions. Après avoir abordé lors de notre journée d'étude du 27 janvier 2012 les filières migratoires et les groupes minoritaires, nous nous proposons pour ce colloque d’examiner et de comparer les contradictions et les difficultés propres à l’exercice de la démocratie, en soulignant les questions éthiques ou morales, de justice sociale, du droit à l’égalité et à la reconnaissance des identités plurielles repérées notamment dans les études postcoloniales (subalterne / queer / cultural studies).

Annonce

Argumentaire

À la suite de notre Journée d'étude du 27 janvier 2012, le groupe de recherche Frontières identitaires et représentations de l’altérité, se propose de poursuivre la réflexion sur les frontières identitaires dans leurs multiples constructions et déconstructions. Après s’être concentré sur les filières migratoires et les groupes minoritaires − compris dans l’intersection et / ou le croisement des inégalités et des discriminations socio-raciales, de classe, de genre / sexe et de nationalité − il s’agit maintenant d’élargir cette réflexion. Nous nous proposons d’examiner et de comparer les contradictions et les difficultés propres à l’exercice de la démocratie, en soulignant les questions éthiques ou morales, de justice sociale, du droit à l’égalité et à la reconnaissance des identités plurielles repérées notamment dans les études postcoloniales (subalterne / queer / cultural studies). Cette initiative devrait permettre, entre autres, de prendre acte de la tension entre affirmation et contestation des frontières identitaires avec leurs fluidités et déplacements, en tenant compte de la capacité des acteurs sociaux à les négocier, à les repositionner et à superposer différentes affiliations. 

À partir d’enjeux politiques, culturels, socio-économiques, nationaux / transnationaux des sociétés actuelles, nous nous attacherons à faire ressortir les questions liées

(a) à la construction et à la praxis attachées à la notion de citoyenneté dans ses multiples dimensions formelles / informelles, matérielles / symboliques ;

(b) aux différentes configurations déployées dans le débat complexe et paradoxal des sociétés multiculturelles et/ou interculturelles autour des politiques publiques  − les politiques de l’identité (identity politics) ;

(c) à la mise en regard des stratégies de résistance et d’empowerment sous-tendant les actions et les choix [inter]subjectifs de l’expérience vécue des individus exposés à la discrimination, à l’exclusion, à la stigmatisation et à la marginalisation qui sont à la source de l’invisibilité citoyenne, sociale et culturelle des populations les plus fragilisées en Europe, en Afrique, en l’Amérique Latine et ailleurs.

Deux axes sont proposés

(I) Comment poser la question de l’égalité sociale et politique en termes de reconnaissance des multiples différences qui constituent et donnent sens à la vie quotidienne ?

Au travers d’actions individuelles et collectives de nombreuses voix cherchent à faire reconnaître une différence (de nationalité, de culture, de genre ou de sexualité), et ces revendications se font de plus en plus pressantes dans la mesure où les recettes du compromis social traditionnel ne sont guère performantes. Nous nous demanderons comment envisager une citoyenneté démocratique et multiculturelle sous-tendant des fortes attentes de reconnaissance des individus et des groupes. Au-delà des approches hégémoniques, nous interrogerons comment de nouvelles perceptions de la vie en société sont à l’heure actuelle en train de bouleverser les sociétés modernes prises dans la globalisation. Quels sont les enjeux des politiques de l’égalité et de l’identitétant au niveau des initiatives gouvernementales/publiques qu’au niveau des revendications de la société civile (les institutions autonomes, le monde associatif, les ONG) en Europe, en Amérique Latine, au Maghreb révolutionnaire, en Afrique et ailleurs ? Comment dans les nouveaux jeux et enjeux de vérités peut-on faire conjuguer la dignité citoyenne lorsqu’elle est absente ou subalternisée par des contraintes subies par les femmes et les hommes, les minorités ethniques/raciales, sexuelles ou nationales ? Quels sont aujourd’hui les paradigmes et les enjeux pointant les conflits générés par le pluralisme social, culturel, politique − et les demandes d’équité de plus en plus marquées − qui ont été réorientés au sein des anciens modèles multiculturels et/ou interculturels ? Est-ce que le modèle multiculturel canadien (dans sa nouvelle version d’accommodements raisonnables) ou le modèle multiculturel anglais (récemment redéfini par les tenants du « community cohesion »), entre autres, sont à bout de souffle ? Que doit-on penser des modèles républicains français et brésilien (aussi différents) fondés sur les idéologies universalistes et indivisibles à l’heure où les théories sur l’assimilation et l’intégration aveugles à la différence se trouvent de plus en plus contestées ?

(II) Dans ce deuxième axe nous reviendrons à l’expérience vécue des acteurs sociaux

Dans ce deuxième axe nous reviendrons à l’expérience vécue des acteurs sociaux (très présente lors de notre journée de janvier 2012) qui dans leur vie quotidienne doivent faire face à l’impuissance, à la contrainte de leurs statuts sociaux, à leurs marqueurs phénotypiques ou culturels, aux stéréotypes ethno-raciaux, à leurs préférences sexuelles, à leurs invisibilités citoyennes et/ou visibilités abjectes (J. Butler) : sociales, culturelles et politiques. Cette grille de lecture met l’accent sur l’intersubjectivité et la subjectivité des processus cognitifs sous-tendant l’expérience du vécu quotidien paradoxale des hommes et des femmes stigmatisés, démunis et « sans voix » − pour qui les rapports de pouvoir et de domination sont les plus rudes. Il s’agira d’interroger la question du respect et de l’estime de soi. Comment retrouver une relation authentique à autrui, à soi-même et au monde ? Quelles sont les stratégies de résistance que les sujets mettent en place afin de créer et d’articuler de nouvelles configurations symboliques et matérielles de construction du soi dans le rapport à autrui ? Comment faire valoir les postulats de Goffman au sujet de la position entre l’individu normal et l’individu stigmatisé comme un jeu de perspectives ? L’un et l’autre n’étant que le miroir du même : un miroir troublé. Comment appréhender l’agir ensemble (ou individuel) dans sa nature décentralisée, fluctuante et créatrice comme source de sa capacité dialectique à renouveler les narrations et les espaces existentiels contradictoires ? Dans une logique transversale où l’affirmation et / ou la contestation d’une identité peut s’opérer par le biais des pôles imaginaires d’une même face, déplacées et transformées dans l’espace, dans l’histoire / mémoire, il s’agira d’analyser les vecteurs de subjectivation dans la construction du soi et de la hiérarchie de l’humain vis-à-vis des rapports socio-raciaux, d’ethnicité, de nationalité, de classe / statut et de genre /sexe / sexualité. 

Conditions de soumission

Les propositions de communication devront être envoyées dans une des deux langues : français ou anglais (une page).

  • Réception des résumés : 17 février 2013

  • Résultat de sélection des propositions : 17 mars 2013
  • Réception des communications :  10 mai 2013
  • Colloque : 3 et 4 de juin

Contacts

Lenita Perrier

Comité scientifique

  • Abdelhamid Benkhattab (Université Sidi Mohamed Ben Abdallah, Maroc),
  • Pascale Gruson (Institute Marcel Mauss, CNRS, EHESS-CEMS, France),
  • Henrique Nardi (UFRGS, Brésil), João Pacheco de Oliveira (Museu Nacional, UFRJ, Brésil),
  • Angela Torresan (Université de Manchester, Angleterre).

Comité d’organisation

Équipe Groupe de Recherche FIRA - Frontières identitaires et Représentations de l’altérité

Organisateurs

  • Lenita Perrier (EHESS-CEAF)
  • Pascale Gruson (EHESS-CEMS)
  • Henrique Nardi (EHESS-IRIS, UFRGS)
  • Angela Torresan (Université de Manchester).

Institutions partenaires

  • École des Hautes Études en Sciences Sociales, CEAF-IRD, Groupe de Recherche FIRA, France
  • Université Fédérale du Rio Grande du Sul, Brésil
  • Université de Manchester, Angleterre

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • dimanche 17 février 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • frontières identitaires, identités, citoyennetés, minorités, intersectionnalité, discriminations, résistance, reconnaissance

Contacts

  • Lenita Perrier
    courriel : lperrier [at] msh-paris [dot] fr

Source de l'information

  • Ulrike Zander
    courriel : ulrikezander [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Frontières affirmées, frontières contestées », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 22 octobre 2012, http://calenda.org/224609