AccueilE-révolutions et révolutions

E-révolutions et révolutions

E-revolutions and revolutions

Bilan critique des usages politiques des TIC à partir de l'expérience tunisienne

Critical analysis of political usages of ICTs based on the Tunisian experience

*  *  *

Publié le jeudi 29 novembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Les révolutions, tunisienne et égyptienne, de janvier 2011 ont été l’occasion d’une mise sous les feux de l’actualité des réseaux sociaux et de leurs usagers. Instruments de communication privilégiés d’une génération familiarisée à l’informatique, ils ont été des moyens particulièrement efficaces de contournement des censures de l’information et des rassemblements sur l’avenue Bourguiba ou de la place Al Tahrir. Le 13 janvier 2011, en Tunisie, il y avait 1,5 million de personnes connectées simultanément à Facebook dans un pays de 11 millions d’habitants. En Égypte, l’appel à manifester le 25 janvier 2011 lancé sur Facebook a été vu par plus de 500 000 personnes. C’est pour questionner ces situations historiques, qui pourront être plus tard considérées comme des prodromes ou de simples épiphénomènes, que ce colloque a été organisé. 

Annonce

Présentation

Les révolutions, tunisienne et égyptienne, de janvier 2011 ont été l’occasion d’une mise sous les feux de l’actualité des réseaux sociaux et de leurs usagers. Instruments de communication privilégiés d’une génération familiarisée à l’informatique, ils ont été des moyens particulièrement efficaces de contournement des censures de l’information et des rassemblements sur l’avenue Bourguiba ou de la place Al Tahrir. Le 13 janvier 2011, en Tunisie, il y avait 1,5 million de personnes connectées simultanément à Facebook dans un pays de 11 millions d’habitants. En Egypte, l’appel à manifester le 25 janvier 2011 lancé sur Facebook par le site «  a été vu par plus de 500 000 personnes. On a, également, en mémoire les blogs de Lina Ben Mhenni, Sarah Ben Hamadi, Selim Kharrat en Tunisie, l’image particulièrement médiatisée en Egypte d’Aliaa Madga El Mahdi sur son blog, de Wael Ghonim et son ouvrage intitulé « Révolution Web 2.0 ».

Pour autant, la révolution Web 2.0 a-t-elle véritablement eu lieu ? Sans doute peut-on évoquer ici les noms de nombreux blogueurs, cyberdissidents, twitteurs, utilisateurs de smartphones et autres adeptes de Facebook, représentants d’une génération qui a joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre du processus révolutionnaire ; mais ont-ils été autre chose que des catalyseurs d’un événement dont les causes sont plus profondes et anciennes ?

Les mobilisations matérialisées à travers l’utilisation des réseaux numériques produisent-elles de nouvelles pratiques de politisations ? Représentent-elles des mécanismes d’adaptation de pratiques de participation politiques plus traditionnelles déployées via de nouveaux outils ? Au-delà de l’expression d’une classe générationnelle, s’agit-il d’une réelle transformation des objectifs institutionnels, d’une refondation des pouvoirs et d’une mutation des normes fondamentales ?

Le résultat des élections constituantes, législatives, présidentielles, qui a traduit un retour des des rapports de forces classiques entre conservateurs, modernistes, traditionalistes, religieux, et, dans chaque obédience, entre extrémistes et modérés, a brutalement révélé l’absence de cette « e-génération » ou « génération-Y », ces « digital natives », « cyberdissidents » voire « geek révolutionnaires », dont les médias occidentaux avaient tant souligné la présence.

La confrontation entre ces mouvements de révoltes et les résultats électoraux laisse entrevoir une situation plus complexe : il n’est pas si évident que les mobilisations numériques (droit à l’expression, volonté d’une reconnaissance formelle de l’état radical des inégalités sociales et impossibilités des promotions individuelles) aient produit des changements significatifs dans la promotion de projets politiques alternatifs. Les victoires électorales des partis « religieux » mettent en évidence le souci de promouvoir une certaine conception de l’ordre politique (division sexuelle des tâches politiques et domestiques, hiérarchisation des projets politiques autour des questions économiques et morales, etc.).

Par conséquent, les animateurs web de ces révolutions, n’ont-ils été que les « idiots utiles » d’une révolution manipulée par d’autres plus au contact d’une réalité qui leur échappait ? Y a-t-il eu substitution des enjeux ? A-t-elle été confisquée ? Que reste-t-il de cette « e-révolution » et que sont devenus ceux qui ont eu le courage de s’y lancer ?

C’est pour questionner ces situations historiques, qui pourront être plus tard considérées comme des prodromes ou de simples épiphénomènes, que ce colloque a été organisé. Son objet ne peut être encore de prétendre à l’explication. Il importe pour autant de tenter d’en dissiper certaines zones d’ombre, d’en définir le véritable contour et d’essayer, en croisant les points de vue, les angles et les genres, de saisir un évènement dont la projection dans le futur peut être polymorphe. Plusieurs questionnements devront ainsi être formulés sous l’angle du droit, de la science politique, de la sociologie, des sciences de la communication, de l’éthique, mais aussi des technologies de l’information et de la communication.

Pour plus d'informations : http://ireenat.univ-lille2.fr/fr/colloques-ireenat/colloque-revolutions-et-erevolutions-dec-2012.html

Programme

Jour 1, 20 décembre 2012

9h30 – Début du colloque

Mot de bienvenue

  • 9h45 – « Printemps arabes, révolutions virtuelles ? », par le Pr. Jean-Jacques Lavenue, Lille 2
  • 10h00 – « Territoire, web et droits de l'homme », par Dr. Nicolas Desrumaux, Lille 2
  • 10h15 – « Medias, Internet et Transition démocratique en Tunisie », par le Pr. Mustapha Ben Letaïef, Université Al-Manar (Tunisie)
  • 10h30 – « L'internet après la révolution égyptienne: quels perspectifs dans la construction d'un régime démocratique » par Dr. Ahmed Khalifa, Université d'Ain Shams (Egypte)

10h45 – Pause

  • 11h00 - « Les libertés de l'internaute, surveillance des réseaux et perquisitions en ligne », par Dr. Marcel Moritz, Lille 2
  • 11h15 - « La protection des données personnelles », par Dr. Irène Bouhadana-Gilles, Paris 1

11h45 - Questions aux intervenants

12h30 – Pause déjeuner

  • 14h00 – « Le contrôle aux frontières numériques », par Gaylord Hamerel, Lille 2
  • 14h15 - « Surveillance des réseaux sociaux en Tunisie et transition démocratique : entre liberté d'expression et protection de l'ordre public », par Kamel Rezgui, Sup'Com Tunis (Tunisie)
  • 14h30 – « Les blogueuses tunisiennes », par Dr. Syrine Ismaïli, Lille 2
  • 14h45 – « E-révolutions et démocratie représentative en Tunisie », par Houssem Khelifi, Lille 2

15h00 – Pause

  • 15h15 - « Internet comme instrument de stratégie politique dans la Tunisie post-révolution », par Farah Hached, Le Labo' Démocratique (Tunisie)
  • 15h30 – « Le mouvement Yo soy 132 » par Pr. Lidia Yolanda Lopez, Université Autonome de Morelos (Mexique)
  • 15h45 – « Les défis juridiques de l'Opengovernment en Espagne », par Pr. Julián Valero, Université de Murcie (Espagne)
  • 16h00 -  « L'Opengovernment : quelles avancées démocratiques, quels enjeux ? », par Dr. William Gilles, Paris 1

16h30 – Questions aux intervenants

17h00 – Clôture

20h00 – Dîner

Jour 2, 21 décembre

  • 9h30 – « Mobilisations numériques et passages à l'acte », par Dr. Bruno Villalba (Mcf, IEP Lille)
  • 9h45 – « L'influence du fait social religieux dans les récentes révolutions d'Afrique du Nord », par le Pr. José Ramón Salcedo-Hernández, Université de Murcie (Espagne)

10h00 – Pause

  • 10h30 – « e-Petitioning », par le Pr. Jean-Gabriel Contamin, Lille 2
  • 10h45 – « Hacktivistes, droit et démocratie », par le Pr. Gilles Guglielmi, Paris II
  • 11h00 – « Comprendre l'emballement médiatique autour du printemps arabe : entre newsworthiness et storytelling » par Pr. Arnaud Mercier, Université de Lorraine, Metz

11h30 – Discussion finale

12h00 – Rapport final

12h30 – Fin du colloque

Partenaires

  • Lille 2,
  • IEP,
  • Tunis,
  • Murcie,
  • Morelos,
  • El-Shams,
  • Paris I,
  • Paris II,
  • ESJ,
  • CNRS,
  • Université de Lorraine

Lieux

  • Faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales, Amphi René Cassin - 1 place Déliot
    Lille, France (59)

Dates

  • jeudi 20 décembre 2012
  • vendredi 21 décembre 2012

Mots-clés

  • démocratie, transition démocratique, printemps arabe, révolution numérique, blogueur, e-révolution

Contacts

  • Jean-Jacques Lavenue
    courriel : jean-jacques [dot] lavenue [at] univ-lille2 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Gaylord Hamerel
    courriel : gaylordhamerel [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« E-révolutions et révolutions », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 29 novembre 2012, http://calenda.org/227655