AccueilSociété et environnement : autour de la fragmentation

Société et environnement : autour de la fragmentation

Society and environment: around fragmentation

Sixièmes journées des doctorants du LPED

6th LPED doctoral students day

*  *  *

Publié le mardi 20 novembre 2012 par Elsa Zotian

Résumé

Les 21 et 22 mars 2013 auront lieu les sixièmes journées des doctorants du Laboratoire Population Environnement Développement (LPED) - Aix Marseille Université (Site de Saint Charles). Ces rencontres sont ouvertes à tous les doctorants d'horizons disciplinaires et géographiques variés. Elles offrent la possibilité à de jeunes chercheurs de présenter leurs travaux devant un auditoire scientifique pluridisciplinaire, et de débattre sur les enjeux scientifiques et les résultats de leur recherche. Ces journées permettent de favoriser l'activité scientifique des jeunes chercheurs et d'ouvrir un espace de débat entre enseignants chercheurs et doctorants au cours de la thèse.

Annonce

Les apports d’une manifestation pluridisciplinaire ouverte à tous les doctorants

Le Laboratoire Population Environnement et Développement (LPED) (UMR 151), laboratoire pluridisciplinaire, est, de par sa double tutelle (Aix Marseille Université et l’IRD), un lieu privilégié pour l’élaboration de programmes de recherche aussi bien sur le territoire national que dans les pays émergents ou et en voie de développement. Ses terrains d’étude se situent aujourd’hui sur quatre continents, avec une présence particulièrement plus forte en Méditerranée, en Afrique et en Amérique Latine.

Ses problématiques centrales de recherche évoluent autour de l’étude des équilibres entre les systèmes sociaux et écologiques, envisagés à l’intérieur de la question centrale du développement, et selon des approches transversales qui allient différentes disciplines des sciences sociales et des sciences de la vie. A l’image de cette politique, les doctorants du LPED peuvent être amenés à étudier des terrains similaires par des entrées et des thématiques aussi différentes que complémentaires (démographie, écologie, économie, épidémiologie, géographie, sociologie…).

Organisées par des doctorants du LPED, les JDD sont ouvertes aux doctorants d’autres laboratoires. Elles offrent aux doctorants la possibilité de présenter leurs travaux devant un auditoire scientifique pluridisciplinaire et ainsi de diffuser et valoriser leurs résultats de recherches. Elles permettent aussi d’accueillir des doctorants étrangers venus d’horizons divers et d’échanger des points de vue, ou des approches différentes d’une même notion, cette année, la fragmentation. Une personnalité scientifique, spécialiste des thèmes abordés, interroge les concepts développés au regard des interventions effectuées ; les séances sont modérées par des chercheurs et/ou des enseignants du LPED.

Pour la 6ème édition de ces Journées des Doctorants du LPED nous proposons de croiser nos regards disciplinaires sur le thème de la « fragmentation », à partir des notions clés que sont celles de la fragmentation, de la ségrégation (Processus par lequel une distance sociale est imposée à un groupe du fait de sa race, de son sexe, de sa position sociale ou de sa religion, par rapport aux autres groupes d'une collectivité.), d’éclatement (Fait de se diviser brutalement en plusieurs parties), comme de décomposition (Division d’une unité en ses éléments constituants) à différentes échelles de temps et d’espace.

Argumentaire

Issu du latin fragere, briser, la fragmentation correspond à la réduction de quelque chose, en fragments, multiple morceaux. La fragmentation se retrouve dans différents domaines d'études :

  • En Géographie, la fragmentation reprend la notion de la réduction d'une entité en fragments et est étudiée dans différents facettes de la géographie :
    • D’un point de vue global, les disparités Nord/Sud représentent une forme avancée de fragmentation sociale et économique. Les disparités dans le coefficient de Gini ou l’inégalité dans les moyens de communication que certains synthétisent sous le nom de « fracture numérique »[1] montrent le différentiel et le cloisonnement entre non pas un mais des mondes.

    • Dans le domaine urbain, la fragmentation se lit dans ses dimensions sociales, spatiales, économiques ou encore politico-administratives [2], démontrant l’extrême richesse de la notion. En effet la ville contemporaine s’apparente de plus en plus à un espace désolidarisé marqué par une extension sans mesure et une explosion des mobilités, en faisant selon certains un territoire post-moderne [3]. Dans ce contexte, les espaces se différencient et les « urbanités communes » se délitent [4]. L’expansion mondiale de la fermeture résidentielle fait perdre de leur  cohérence aux espaces urbains tout en cloisonnant les modes de vie [5]. La juxtaposition des activités économiques fait du tissu urbain une mosaïque où il est difficile de trouver une cohérence, enfin la multiplication des acteurs du développement, particulièrement depuis le début de la décentralisation, accentuent la fragmentation politico-administrative.

    • En géographie rurale, avec par exemple le morcellement du parcellaire agricole[6], qui a des conséquences sur la production. Des politiques de remembrement sont alors mises en place.
  • En écologie du paysage, le concept de fragmentation apparu dans les années 80, faisait référence au milieu forestier.

Pourtant la fragmentation peut être définie comme l’action par laquelle des phénomènes naturels et plus souvent anthropiques réduisent en les isolants les habitats ou les populations d’un écosystème qui ne présentait initialement aucune discontinuité [7]. Les modifications anthropiques actuelles des paysages tel que la déforestation, la construction d’infrastructures de transport, l'urbanisation morcellent le paysage et par conséquent les habitats qu’il contient. Actuellement, la fragmentation s'applique aussi bien en milieu forestier, agricole, qu'urbain. La première conséquence de la fragmentation est l’isolement des populations de ces habitats fragmentés, les distances entre les patchs d’habitats restant étant trop importantes ou la barrière entre les patchs trop grande, les mouvements entre les patches d’habitats diminuent. Cet isolement peut engendrer par la suite un isolement génétique de la population ainsi que son effondrement, ou encore favorise l’impact des parasites et des prédateurs. En réponse à la fragmentation, les populations fonctionnent sous forme de métapopulation, les échanges entrent sous populations permettent de maintenir une population viable, ces échanges pallient au défaut de reproduction que peuvent engendrer de faible effectif.

  • En sociologie, la fragmentation renvoie aux processus de désintégration des normes sociales qui régissent le comportement, la pensée et les relations sociales.

Elle rend compte de l’absence, ou à minima du ‘sous développement’, de connexions ou de liens entre la société dans son ensemble et le regroupement de certains de ces membres autours de dimensions communes (culture, nationalité, langue, profession, religion, niveau de vie, appartenance politique, etc.). La sociologie permet de saisir la nature et le fondement de ces écarts au travers de l’analyse de la forme et de la fréquence des interrelations entre ces différentes composantes de la société, de l’étude du modèle politico-économique et de son impact sur les inégalités socioéconomiques, ainsi que des dimensions institutionnelles, culturelles, associatives, et éducatives…

Dans les sociétés dites « modernes », constat est fait d’un socle de repères collectifs qui vacille de plus en plus. Des analyses de ces changements en termes de crises sont proposées, mais certains auteurs comme Kokoreff et Rodriguez [8] s’interrogent sur le risque d’occulter les phénomènes de recompositions et de restructurations avec de telles grilles de lecture. Ils mobilisent alors le concept de fragmentation comme alternative aux lectures en termes de crises.

En sociologie urbaine, notamment avec l’école de Chicago [9], la notion de fragmentation est un concept clé. La transformation du lien social est ici comprise au regard des modifications et du développement urbain. Ainsi, l’accroissement de la densité urbaine peut constituer un élargissement du lien social ou au contraire conduire à un affaiblissement de celui-ci par un processus de fragmentation. Se pose également dès los la question des apports et des ‘bienfaits’ de la fragmentation: peut elle notamment produire de la ‘liberté’, et à terme générer (ou régénérer) d’autres liens sociaux… ?

  • La fragmentation peut aussi être abordée en linguistique, lorsqu’une langue se divise en de nombreux sous-dialectes, rendant par là-même plus difficile l'intercompréhension de ses locuteurs.

De même, pour Jean Christophe Pellat [10] (2002) la langue française a subit une fragmentation linguistique marquée par la diversification de la société et des médias audiovisuels. Ainsi, selon lui dans les années 60-70 un modèle homogène était répandu, aussi bien dans la vie quotidienne, qu’à l’école et dans les médias, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, ou l’on voit se développer des modèles diversifiés. Il donne en exemple le « langage des jeunes », le « langage des quartiers », devenus de véritables marqueurs identitaires, et décrits par Henri Boyer [11] comme révélateurs des antagonismes sociaux actuels.

  • En droit international, la fragmentation est un processus par lequel l'unité du droit international se fragmente par la multiplication des régimes spéciaux (self-contained regime) et par la multiplication des juridictions internationales.

La fragmentation suppose au préalable que l'on conçoive un ordre juridique international (cf. P.M. DUPUY, L'unité de l'ordre juridique international, R.C.A.D.I, 2002.).

  • En économie, la fragmentation désigne une organisation de la production dans laquelle les différentes étapes de production sont répartis entre plusieurs fournisseurs répartis de part le monde.

De sorte qu’à l’heure actuelle les produits échangés entre les entreprises à travers le monde sont devenues des composantes et plus uniquement des produits ‘finaux’. Avec la mondialisation, la séparation entre pays du Nord et pays du Sud est fortement imbriquée avec la fragmentation, notamment pour des raisons de coûts de production.

La fragmentation, est ici envisagée comme un « concept nomade », renvoyant aux travaux d’Isabelle Stengers [12] qui explique que les concepts voyagent d’une discipline à l'autre, commettant alors des ‘infidélités’ qui peuvent conduire à la naissance de nouveaux savoirs. Les communications seront ainsi sélectionnées dans un objectif de diversification des approches disciplinaires, théoriques et méthodologiques.

Axes thématiques

Questions autour de la  fragmentation?

F La fragmentation est un concept présent dans différents domaines, de la géographie, à la sociologie en passant par l’écologie, et bien d’autres encore. Bien que définie comme une réduction d’une entité en plusieurs fragments,  à partir de quand parle-t-on de fragmentation ? Qu’est ce qui fait de la fragmentation un concept pertinent ? Pourquoi s’y intéresse-t-on ? Il existe d'autres termes pour parler de la réduction d'une entité en plusieurs fragments, comme la ségrégation, l’éclatement, la décomposition ; Quelles différences y a t-il avec ces termes?

Origine et processus de la fragmentation

F La fragmentation spatiale peut engendrer une fragmentation sociale (sociologie), et/ou une fragmentation des populations (géographie, écologie).La fragmentation spatiale est elle alors toujours à l'origine de ces processus, ou peut elle en être le corollaire ? Quels autres facteurs peuvent entraîner une fragmentation ? Existe-t-il des indicateurs de la fragmentation ? La fragmentation peut elle se produire de façon « naturelle », « imprévue » ou doit elle avoir une origine « anthropique » ?

Conséquences de la fragmentation

F Une fois la fragmentation opérée, quels changements engendre-t-elle ? La connectivité, la recomposition, la résilience et les réseaux ; S’agit-il de phénomènes connexes à la fragmentation ? Est-elle nécessaire à l’apparition de ces phénomènes ? Souvent considérée comme ayant des effets négatifs, la fragmentation peut-elle avoir des conséquences positives (spéciation, recomposition,...)?

Gérer et prévoir la fragmentation

F Quels sont les apports de l’étude des processus de fragmentation ? Comment appréhender la fragmentation ? Quelle nécessité de l’appréhender? Peut-on et doit-on la prévenir et/ou la gérer ? Notamment via des politiques publiques ?

Mots clés : fragmentation, ségrégation, décomposition, recomposition, désintégration, réduction, éclatement, connectivité, lien…

 Modalités de participation

L’objectif de ces 6èmes Journées des Doctorants du LPED est de permettre aux doctorants de présenter leurs travaux de recherches dans cadre scientifique et pluri disciplinaire. L’appel à communication concerne donc les doctorants de toutes les disciplines qui abordent la notion de fragmentation, de ségrégation, d’éclatement, comme de décomposition selon les acceptions propres à chaque discipline. Les propositions de communication doivent être soumises sous la forme d’un résumé d’une demi-page, accompagné d’un curriculum vitae.

Elles devront mentionner le titre, le nom de l’auteur (ou des auteurs), sa discipline, son statut et son institution de rattachement ainsi que l’axe de thématique envisagé.

Les propositions devront être envoyées avant le 31 décembre 2012 :

  • soit par courrier :

LPED – JDD6
Bossu Angèle – Dario Julien – Mieulet Elise
Aix Marseille Université, case 10
3 place Victor Hugo
13331 Marseille, cedex 03

Les réponses seront adressées vers le 15 janvier.

Les textes définitifs seront attendus pour le jour du colloque. Ils pourront ensuite faire l’objet d’une publication (au minimum Actes des Journées sur le site du LPED).

Tout étudiant désirant participer à ces journées devra envoyer sa proposition de communication à l’email ci- dessous avant le 31 décembre 2012.

Pour tout renseignement : lped.jdd6@gmail.com

Comité d’organisation

 Comité scientifique

  • Hubert Mazurek, Directeur du LPED, Géographe, HDR
  • Elisabeth Dorier, Géographe au LPED, HDR
  • Cécilia Claeys, Sociologue au LPED, MCF
  • Valérie Bertaudière-Montès, Ecologue au LPED, MCF

[1] DUPUY G., 2011, « Fracture et dépendance : l'enfer des réseaux? » in Flux, Vol. 83, 2011, pp. 6-23.

[2] NAVEZ-BOUCHAMINE F., 2002, Fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris: l'Harmattan, 411 p.

[3] SOJA E. W., 2000, Postmetropolis. Critical studies of cities and regions, Oxford, Blackwell Publishers. 

[4] DORIER APPRILL E., GERVAIS LAMBONY P., (dir), 2007, Vies citadines, Paris : Belin, coll. Mappemonde. 

[5] CAPRON G, 2006, Quand la ville se ferme, quartiers résidentiels sécurisés, Paris : Bréal.  

[6] LEBEAU, R., 2000, Genèse et transformation des structures agraires

[7] RAMADE, 2008, Dictionnaire encyclopédique de l’écologie et des sciences de l’environnement

BUREL et BAUDRY, 2006 Ecologie du paysage, Concepts, méthodes et applications

[8] Kokoreff et Rodriguez (2005) Une société de l’incertitude, Sciences Humaines, Hors-série N° 50 - Septembre - Octobre 2005 France 2005. Portrait d'une société 

[9] Grafmeyer Y., Joseph I. (1979), L'Ecole de Chicago. Naissance de l'écologie urbaine, collection “ Champs ”, Paris, Flammarion

[10] Pellat Jean Christophe (2002), Maîtrise de la langue : un enjeu social, Entretien paru dans l’US,n°565, mars 2002.

[11] Boyer Henri (2008), Langue et identité : sur la nationalisme linguistique, Lambert-Lucas.

[12] Stengers Isabelle (1987),  D'une science à l'autre. Des concepts nomades, Paris, Seuil.

Lieux

  • Aix Marseille Université - Site Saint Charles
    Marseille, France (13)

Dates

  • lundi 31 décembre 2012

Mots-clés

  • fragmentation, ségrégation, décomposition, recomposition, désintégration, réduction, éclatement, connectivité, lien

Contacts

  • Angèle Bossu
    courriel : angele [dot] bossu [at] gmail [dot] com
  • Julien Dario
    courriel : jln [dot] dro [at] live [dot] fr
  • Élise Mieulet
    courriel : elise [dot] mieulet [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • JDD6 LPED
    courriel : lped [dot] jdd6 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Société et environnement : autour de la fragmentation », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 20 novembre 2012, http://calenda.org/227728