AccueilSalsigne : la mine dort, la pollution veille

Salsigne : la mine dort, la pollution veille

Salsigne: the mine sleeps, but pollution keeps watch

Un siècle de nuisances et de litigiosité

A century of nuisance and litigation

*  *  *

Publié le lundi 28 janvier 2013 par Élodie Faath

Résumé

L’UMR 5815 Dynamiques du droit organise un colloque consacré à l’étude du complexe minier de Salsigne. Cet événement se propose de retracer l’histoire de la pollution générée par l’exploitation industrielle. Les questions environnementales et sanitaires, nécessairement complémentaires, seront abordées en privilégiant une approche juridique, à travers l’abondante litigiosité attachée au site. L’analyse de cette litigiosité, qui prend ses racines à la fin du XIX siècle et se prolonge jusqu’à l’époque contemporaine, doit permettre, en jetant un pont entre les leçons du passé et les préoccupations du présent, d’éclairer les controverses actuelles et d’aider à la compréhension d’un problème environnemental que les riverains considèrent encore comme incomplètement résolu.

Annonce

Présentation

À une époque où le concept de développement global et durable vise à supplanter celui d’une croissance économique résolument productiviste, la gestion des risques industriels, perçus dans leur dimension collective, constitue un défi majeur pour nos sociétés. L’accélération d’accidents technologiques (Tchernobyl, Fukushima…), la révélation d’intoxications chroniques (amiante, PCB), les crises qui en découlent, sont autant d’éléments qui conduisent les chercheurs à collaborer, au-delà de leurs disciplines respectives, à la construction d’une intelligence collective du risque. À cet égard, l’exemple de la pollution générée par l’exploitation du bassin minier aurifère de Salsigne (Aude) constitue un sujet de réflexion dont l’étude, inscrite dans une mise en perspective historique, doit permettre non seulement de satisfaire l’impérieuse exigence de connaissance mais encore de développer une démarche prospective efficace, susceptible de poser de nouveaux cadres d’analyse utiles à une meilleure appréhension de l’aléa industriel et de ses incidences dans les rapports environnement - santé - travail. 

Depuis l’antiquité, la région de Salsigne a été le siège d’une importante activité minière. Fer, cuivre, plomb, argent y furent exploités par intermittence jusqu’à ce que la découverte de gisements aurifères marquât le début d’une nouvelle phase d’exploitation qui, de 1909 à 2004, conditionna la vie économique de tout le territoire. L’extraction de l’or, présent à l’état de traces dans un minerai essentiellement composé de soufre et d’arsenic, exigea le recours à des techniques de traitement par pyrométallurgie et hydrométallurgie (cyanuration) extrêmement polluantes. Si Salsigne devint rapidement le premier producteur d’or d’Europe occidentale et le premier producteur mondial d’arsenic, son activité n’alla pas sans provoquer des dégâts environnementaux et sanitaires considérables du fait de rejets de métaux lourds particulièrement toxiques. Dès les débuts de l’exploitation, les émanations de gaz sulfureux et arsénieux déclenchèrent de vives protestations et engendrèrent chez les riverains une dynamique de mobilisation et une stratégie de litigiosité. Aujourd’hui, en dépit de la réhabilitation du site confiée à l’ADEME puis au BRGM, les inquiétudes demeurent. Elles se focalisent notamment sur le contrôle des substances cancérogènes (arsenic, cyanure), le suivi des populations exposées (anciens ouvriers, riverains), le traitement des déchets (haldes de stériles) et la préservation de la qualité des eaux et des sols. Les associations de défense de l’environnement, aussi critiques sur la gestion du dossier par les pouvoirs publics que l’a été la Cour des comptes en 2003, dénoncent un manque de transparence. 

Ce colloque a pour objectif de démontrer comment la mémoire des connaissances doit permettre, en jetant un pont entre les leçons du passé et les préoccupations du présent, d’éclairer les controverses et d’aider à la compréhension d’un problème environnemental majeur dont la résolution reste, encore aujourd’hui, inaboutie alors que, par ailleurs, dans un contexte de relance des activités minières lié à la demande croissante de métaux, la flambée des cours de l’or provoque une nouvelle ruée sur le métal précieux. 

Ce colloque se situe au carrefour de toutes les disciplines qui concourent à faire de Salsigne un modèle de réflexion scientifique : sciences biologiques et de la santé (épidémiologie, toxicologie) sciences de la vie et de la terre (géologie, hydrogéologie, géochimie), sciences pour l’ingénieur, sciences de l’environnement, sciences humaines et sociales (droit, sociologie, économie, histoire…). 

Programme

Mercredi 20 mars

9 h 00 : Allocutions d’ouverture

  • Philippe Augé, Président de l’Université Montpellier 1
  • Michel Robert, Président de l’Université Montpellier 2
  • Laurence Weil, professeur à l’Université Montpellier 1
  • Vincente Fortier, directrice de l’UMR 5815 Dynamiques du droit

9 h 15 : L’exploitation de l’or en Cabardès : étude du milieu

Présidente de séance : Vincente Fortier, directrice de l’UMR 5815 Dynamiques du droit

  • Approche historique de l’activité minière : les mines de la Montagne Noire à travers les âges, Marie-Élise Gardel, archéologue médiéviste, docteur en histoire, associée à l’EA 2984-CRHiSM, Université Perpignan Via Domitia
  • Présentation géologique, géochimique et environnementale du milieu de Salsigne, Joël Lancelot, professeur émérite géochimie isotopique, site GIS – UMR 7330, Université de Nîmes
  • La législation des établissements industriels polluants, perspectives historiques. Geneviève Massard-Guilbaud, historienne, directrice d’études à l’EHESS, Paris

10 h30 - Pause

  • La présentation des techniques de traitement des minerais utilisés sur le site de Salsigne, Henri Reyna, ingénieur divisionnaire retraité de l’industrie et des mines
  • Les hommes et les territoires en Cabardès, Frédéric Ogé, géographe, chargé de recherches CNRS, UMR 8586 PRODIG, Paris

14 h 00 : L’incidence du risque industriel dans les relations environnement / santé/ travail

Président de séance : Jacques Mercier, vice-président du Conseil scientifique, Université Montpellier 1

  • Contamination des eaux par transfert de métaux dans les bassins miniers, Mahmoud Khaska, doctorant, GIS – UMR 7330, Université de Nîmes, Corinne Le Gal La Salle, maître de conférences, GIS – UMR 7330, Université de Nîmes, Joël Lancelot, professeur émérite géochimie isotopique, site GIS – UMR 7330, Université de Nîmes
  • L’impact de la pollution des sols par l’arsenic sur la santé publique, Sébastien Denys, directeur de l’unité méthodologie et études pour le risque physico-chimique, ANSES
  • L’évaluation des risques sanitaires dans la vallée de l’Orbiel, Marie-Gabrielle Dondon, ingénieur INSERM, Institut Curie, Paris
  • De la connaissance à la reconnaissance des maladies professionnelles : les cancers bronchiques chez les salariés des mines et usines de Salsigne, Annie Thébaud-Mony, sociologue, directrice de recherche, INSERM, Paris

15 H 45 - Pause

  • Projection du film Les vaches bleues, suivie d’un débat en présence de la réalisatrice Catherine Pozzo Di Borgo

Jeudi 21 mars 

9 h 00 : Les réactions face au risque industriel : enjeux, acteurs et stratégies locales

Président de séance : Éric de Mari, professeur, Université Montpellier 1

  • Les prémices de la contestation (1898 à 1924), Jean-Claude Capéra, ancien maire de Limousis
  • Naissance et développement d’une litigiosité : le rôle des syndicats des fumées (1924 à 1950), Hervé Pujol, IR CNRS, UMR 5815 Dynamiques du droit
  • Le temps du dissensus (1992 – 2010), Maître Christian de Marion-Gaja, avocat, Carcassonne

10 h 15 - Pause

  • Analyse de la politique des pouvoirs publics et responsabilité administrative, Catherine Ribot, professeure de droit public, CREAM, Université Montpellier 1
  • L’information du public en matière de risque industriel, Laura di Costanzo, École « Sécurité, Enseignement, Qualité » (ESEQ), Université Montpellier 1
  • Penser le droit pénal au temps des catastrophes environnementales, Maître Jean-Paul Teissonnière, avocat, Paris

14 h 00 : Analogies contemporaines, nationales et internationales

Président de séance : Jean Sallantin, directeur de recherches CNRS, LIRMM - Université Montpellier 2

  • Un exemple français de pollution industrielle dans l’Aveyron : le site industriel de Viviez-le-Crouzet, Christelle Gramaglia, chercheur, IRSTEA Montpellier
  • Un exemple canadien de pollution industrielle, David Gilles, professeur, droit privé de l’environnement, Université de Sherbrooke, Canada
  • Conflits environnementaux liés à l’exploitation de la mine de San Javier, San Luis Potosí - Mexico, Salvador Muñúzuri Hernández, directeur du Centro de Estudios Jurídicos y Ambientales, CEJA - Mexico
  • Pollutions polymétalliques minières dans les Andes : impact environnemental et sanitaire, Jacques Gardon, directeur de recherche IRD, UMR HydroSciences - Université Montpellier 2
  • Exploitation minière au Gabon, contribution à une étude d’impacts environnementaux dans le Haut-OgoouéJean-Kevin Aimé TSIBA, doctorant CERPA - Université de Nancy 2

15 H 45- Pause

Projection du film Tout l’or de la Montagne Noire, suivie d’un débat en présence de la réalisatrice Catherine Pozzo Di Borgo 

Lieux

  • Maison des étudiants Aimé SChoenig – UM 1, espace Richter - Rue Vendémiaire
    Montpellier, France (34)

Dates

  • mercredi 20 mars 2013
  • jeudi 21 mars 2013

Mots-clés

  • Salsigne, pollution, mine, santé, travail, installations classées, établissement dangereux, environnement, site et sols pollués

Contacts

  • Philippe Hugot
    courriel : philippe [dot] hugot [at] umontpellier [dot] fr
  • Hervé Pujol
    courriel : herve [dot] pujol [at] univ-montp1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Philippe Hugot
    courriel : philippe [dot] hugot [at] umontpellier [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Salsigne : la mine dort, la pollution veille », Colloque, Calenda, Publié le lundi 28 janvier 2013, http://calenda.org/236702