AccueilPour une approche anthropologique en recherche clinique

Pour une approche anthropologique en recherche clinique

For an anthropological approach to clinical research

*  *  *

Publié le lundi 28 janvier 2013 par Élodie Faath

Résumé

Nous souhaitons favoriser le développement de l’anthropologie au sein de la recherche clinique. Pour ce faire, nous voulons réaliser un ouvrage collectif à destination des professionnels de santé et des anthropologues afin de porter à leur connaissance les différents types de recherche en anthropologie clinique qui existent aujourd’hui, notamment dans les systèmes de soins occidentaux. Ainsi, nous pourrons mettre en avant quelles pourraient être les collaborations possibles entre recherche anthropologique et recherche clinique. Pour cela nous souhaitons croiser les regards en associant dans cet ouvrage des contributions d’anthropologues francophones s’inscrivant dans différentes traditions nationales.

Annonce

Argumentaire 

Anthropologie du malheur et de l’infortune, ethnomédecine, anthropologie médicale, anthropologie de la santé, anthropologie clinique, anthropologie critique des pratiques et des systèmes de soins et de ses institutions, épidémiologie socioculturelle sont autant de termes qui indiquent la richesse des approches développées par les anthropologues travaillant dans le champ de la santé depuis plusieurs décennies.

Les domaines historiques de l’anthropologie dans le champ de la santé et de la maladie concernent l’analyse des systèmes de soins lointains et « exotiques ». Accompagnant les mouvements migratoires, des recherches se sont également appliquées à l’analyse des représentations de la maladie des migrants et leur adaptation au système médical de la société d’accueil. Cependant, la prise en compte de la diversité socioculturelle des représentations de la santé, de la maladie, du soin, de la médecine, et de son organisation, ne concerne pas seulement les sociétés dites « exotiques », ou des populations migrantes, mais elle concerne également une réalité socioculturelle plus proche de nous. Désormais, l’anthropologie porte aussi un regard et une réflexion distanciés sur le « proche ».

Une demande croissante des cliniciens et des épidémiologistes émerge pour développer des volets qualitatifs au sein de leur recherche, sans qu'ils aient pour autant une idée claire des apports spécifiques que les questionnements d'ordre socio-anthropologiques pourraient leur apporter. La "recherche qualitative" renvoie pour nombre d’entre eux plus à une méthode qu’à un champ disciplinaire. S’ils collaborent déjà avec des psychologues, la contribution de la sociologie reste à leurs yeux assez vague, et celle de l’anthropologie plus vague encore. Ils ont du mal à identifier la place qu’elle est susceptible d’occuper dans leur réflexion. En effet, nombre de recherches qualitatives ne présentent aucune dimension anthropologique. Il nous parait aujourd’hui nécessaire d’expliciter ce que les anthropologues peuvent ou ne peuvent pas apporter à la recherche clinique.

En terrain occidental, la perspective interdisciplinaire, mettant en avant une anthropologie intégrée dans la recherche clinique sur l’être humain et qui vise à améliorer sa santé, reste à développer. Cet ouvrage a l’ambition d’apporter quelques éléments de réponse à la demande et à l’intérêt des cliniciens tout en participant au développement du regard anthropologique dans le champ de la santé et de la maladie, et pour être plus précis à « la spécificité d’une anthropologie clinique au sein de l’anthropologie médicale[1]» dans un souci de dialogue interdisciplinaire et de co-construction d’un champ de recherche.

Nous nous appuyons sur les réflexions de Marc-Adélard Tremblay[2], pour définir ce que nous entendons par anthropologie clinique. Nous avons un champ, l’anthropologie clinique composé de deux domaines, l’anthropologie « pour la » clinique et l’anthropologie « de la » clinique.

L’anthropologie pour la clinique utilise les connaissances anthropologiques pour résoudre des problèmes de santé au niveau somatique et psychosomatique. L’anthropologie de la clinique développe une perspective de recherche fondamentale.

Si l’anthropologie clinique relève d’une action qui résulte d'un transfert de connaissances, l’anthropologie de la clinique, au contraire est le champ qui les produit et les fonde sur une démarche rigoureuse. (Tremblay, 1990 : 125)

L’axe « anthropologie pour la clinique » est à l’usage des professionnels de la santé et sera plus particulièrement évocateur pour eux. Mais il doit être entendu dans ce domaine que l’anthropologie n’est pas simplement une discipline utile susceptible d’applications, mais qu’elle développe également ses propres questionnements, et que ces interrogations peuvent les intéresser. L’axe « anthropologie de la clinique » rejoint un champ plus classique de l’anthropologie, devrait intéresser les cliniciens en ce qu’il apport une lecture différente de la leur en même temps que complémentaire.

Tout chercheur qu’il soit clinicien ou anthropologue est modelé par sa culture non seulement professionnelle mais aussi sociale et culturelle et obéit à des théories et à des méthodes de recherche qui lui sont propres. De surcroit, les problématiques d’ordre anthropologique ne correspondent par forcément aux objectifs cliniques et vice versa. Comme dans toute relation interculturelle, le dialogue interdisciplinaire suscite des moments d’enthousiasme mais peut aussi se heurter à des incompréhensions, d’où l’intérêt de construire ensemble ce champ de recherche. 

Nous souhaitons favoriser le développement de l’anthropologie au sein de la recherche clinique. Pour ce faire, nous voulons réaliser un ouvrage collectif à destination des professionnels de santé et des anthropologues afin de porter à leur connaissance les différents types de recherche en anthropologie clinique qui existent aujourd’hui, notamment dans les systèmes de soins occidentaux. Ainsi, nous pourrons mettre en avant quelles pourraient être les collaborations possibles entre recherche anthropologique et recherche clinique. Pour cela nous souhaitons croiser les regards en associant dans cet ouvrage des contributions d’anthropologues francophones s’inscrivant dans différentes traditions nationales.

L’ouvrage sera construit en deux parties. La première sera constituée de plusieurs exemples de recherche en anthropologie des systèmes de soins, que ce soit à l’hôpital où dans d’autres structures, concernant notamment les relations malades / soignants, l’accompagnement dans la mort périnatale ou les soins palliatifs, les expressions sociales de la douleur, les représentations d’une maladie grave telle que le cancer, les pubertés précoces et plus largement le soin, la cure, la prévention.

La seconde partie comportera des contributions expliquant les outils mobilisés lors des recherches socio-anthropologiques, les théories et les méthodes, ainsi que des témoignages de collaborations entre cliniciens et anthropologues.

Modalités de soumission

Pour être accessible aux cliniciens, chaque article de cet ouvrage devra être écrit de manière concise et les concepts utilisés clairement définis. Pour faciliter la compréhension de l’intérêt de l’anthropologie pour les professionnels de santé, nous demanderons à un clinicien ou à un médecin de santé publique, de faire la lecture d’un article et de réagir en quelques lignes dessus. Ceci permettra d’enrichir les échanges pluridisciplinaires.

Les propositions de contribution doivent être rédigées en 350 mots maximum et nous parvenir

avant le 18 mars 2013.

L’article devra être d’une longueur comprise entre 4000 et 6000 mots bibliographie comprise (soit entre 10 et 15 pages en times new roman, police 12, interligne 1,5) et sera à rendre au plus tard le 25 octobre 2013.

Nous espérons ainsi contribuer, avec vous, à la construction et à l’insertion institutionnelle de l'anthropologie dans la recherche clinique au sein du système de soin.

Les propositions de contributions sont à envoyer à : anthropologie.clinique@gmail.com

Responsables scientifiques

  • *Serge Gottot, médecin de santé publique
  • *Maria Teixeira, anthropologue
  • Caroline Desprès, médecin/anthropologue
  • *Hélène Mellerio, pédiatre

*Unité d’épidémiologie clinique - Hôpital Robert Debré - Inserm CIE5 – Université Paris 7 Diderot

[1] Sylvie Fortin, syllabus du séminaire « Anthropologie, société, santé » à l’université de Montréal ANT6155 – hiver 2012. http://www.anthro.umontreal.ca/cours/documents/Ant6155H2012syllabusabrege.pdf

[2] Marc-Adélard Tremblay, 1990, L’anthropologie de la clinique dans le domaine de la santé au Québec. Quelques repères historiques et leurs cadres institutionnels, 1950-1990, Anthropologie et Sociétés, 14(1) : 125-146. http://www.erudit.org/revue/as/1990/v14/n1/015116ar.html

Dates

  • lundi 18 mars 2013

Mots-clés

  • anthropologie, clinique

Contacts

  • Maria Teixeira
    courriel : africanistes [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Maria Teixeira
    courriel : africanistes [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pour une approche anthropologique en recherche clinique », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 28 janvier 2013, http://calenda.org/236894