AccueilLes enjeux éthiques des politiques publiques en matière d’environnement

Les enjeux éthiques des politiques publiques en matière d’environnement

The ethical issues of public policy in the environment

*  *  *

Publié le jeudi 25 avril 2013 par Élodie Faath

Résumé

Les questions écologiques sont aujourd’hui au cœur de politiques publiques complexes. Les enjeux contemporains soulevés par l’élaboration et la mise en œuvre de telles politiques interpellent autant les responsables nationaux, les instances internationales, les experts des différents champs de savoirs concernés, les acteurs économiques que les citoyens qui font de plus en plus entendre leur indignation par rapport à la détérioration des milieux de vie. Ce numéro de la revue Éthique publique donnera la parole à des chercheurs et à des acteurs sociaux impliqués dans l’élaboration, l’application, l’analyse et l’évaluation des politiques publiques environnementales contemporaines, les invitant à se pencher sur la dimension éthique de celles-ci.

Annonce

Argumentaire

Les questions écologiques se trouvent désormais au cœur de politiques publiques complexes, tant du domaine spécifique de l’environnement que de ceux de la santé, des ressources naturelles, de l’énergie, de l’aménagement du territoire, de l’alimentation, de l’éducation, etc. Les enjeux contemporains soulevés par l’élaboration et la mise en œuvre de telles politiques – sectorielles ou transversales – interpellent certes les responsables nationaux et les instances internationales, les experts des différents champs de savoirs concernés et les acteurs économiques, mais ils touchent aussi – et de façon particulièrement vive – une société civile désormais mieux organisée, qui fait de plus en plus entendre son indignation par rapport à la détérioration des milieux de vie. Les liens étroits entre les réalités sociales et environnementales sont plus que jamais mis en lumière, donnant lieu à l’émergence de champs de recherche et d’action, tels que l’écocitoyenneté, la justice climatique, la justice écologique, etc.

Par ailleurs, dans le contexte formel de la « gouvernance » actuelle – d’inspiration managériale – qui fait appel à la concertation entre les « parties prenantes », et surtout dans le contexte informel, mais bien réel de la société civile qui prend conscience qu’il lui faut exercer une vigie critique et assumer le « fardeau de la preuve » en situation de risque ou d’impact, la présence accrue des citoyens, des « gens ordinaires » dans l’arène des choses publiques élargit la dimension éthique des débats et pourrait conduire à repenser les systèmes de valeurs, la plupart du temps implicites, qui déterminent les politiques publiques en matière d’environnement. L’exigence citoyenne – désormais plus affirmée – d’une véritable démocratie délibérative et participative, de même que l’émergence de valeurs sociales relatives à l’équité et à la justice environnementales semblent ouvrir la voie à des changements paradigmatiques quant à la dimension éthique de ces politiques publiques.

Ce numéro de la revue Éthique publique donnera la parole à des chercheurs et à des acteurs sociaux impliqués dans l’élaboration, l’application, l’analyse et l’évaluation des politiques publiques environnementales contemporaines, les invitant à se pencher sur la dimension éthique de celles-ci. Trois principaux thèmes sont envisagés :

Le paradigme éthique dominant qui sous-tend les politiques actuelles : caractéristiques, manifestations et impacts.

Quelle(s) vision(s) de la société et du rapport au monde se dégagent des politiques actuelles? Quel(s) processus préside(nt) à leur élaboration? Quelles sont les conséquences de ces choix politiques? Quels changements s’imposent?

Les diverses propositions pour une alternative éthique : apports, défis, possibles écueils.

Parmi le spectre des « éthiques de l’environnement », lesquelles seraient de nature à inspirer l’amélioration ou le virage en matière de politiques publiques? Quels sont les facteurs favorables, les facteurs limitants et les écueils à éviter pour la mise en œuvre de systèmes de valeurs qui confrontent le paradigme actuel? Qu’en est-il de la dimension éthique des différentes propositions du champ de l’écologie politique (écologie sociale, « social-écologie », écodéveloppement, écoféminisme et autres)? Jusqu’où peut nous mener l’idée de « bien commun »? Quels sont l’apport et l’influence du principe autochtone du vivir bien ou buen vivir au cœur de la Constitution nationale de Bolivie et de celle de l’Équateur? Comment de telles propositions peuvent-elles « atterrir » dans les politiques publiques sectorielles et transversales en matière d’environnement?

La transition éthique : ses fondements, ses acteurs, ses processus, ses premiers signes.

Comment opérer la transition éthique ? Est-elle déjà amorcée ? Quels sont alors les indices de mise en route ? Quel élan ou quel frein apporte à cet effet la prescription onusienne du « développement durable »? Quelles balises éthiques caractérisent le critère d’« acceptabilité sociale » des projets à risque, par exemple? L’éthique de la « décroissance » est-elle viable ? Enfin, dans le contexte du mode de « gouvernance » actuelle où la démocratie est trop souvent instrumentalisée, comment renforcer les dynamiques de démocratie participative, délibérative et directe (avec contribution réelle aux décisions) en matière d’environnement ? Comment les espaces de délibération peuvent-ils contribuer à la construction d’une éthique collective en matière d’environnement ? Que peut apporter l’éthique de la « démocratie écologique » dans la refonte des politiques publiques ?

Modalités de soumission

La contribution des auteurs pourra prendre la forme d’analyses de textes formels (conventions ou lois par exemple), de synthèses d’activités de recherche empirique, d’études de cas, de réflexions, de propositions spéculatives, etc.

  • Soumission de propositions d’article sous forme de résumé de 250 à 300 mots adressé aux deux responsables (voir les adresses ci-dessous) 15 juin 2013

  • Les auteurs dont les propositions sont retenues sont avisés par un message courriel et reçoivent les consignes de présentation 30 juin 2013
  • Réception des articles au secrétariat de la revue : ethiquepublique@enap.ca 15 octobre 2013
  • Processus d’évaluation par les pairs pour les articles scientifiques 20 octobre - 15 janvier 2014
  • Envoi des textes aux auteurs pour correction 18 janvier 2014
  • Envoi de la version finale par les auteurs 31 janvier 2014
  • Publication du numéro début mai 2014

Responsables du numéro

Comité scientifique

  • Lucie Sauvé, Université du Québec à Montréal
  • Yves Girault, Muséum national d’Histoire naturelle
  • Luc Bégin, IDÉA et Université Laval
  • Florence Piron, Université Laval
  • Allison Marchildon, Université de Sherbrooke

Dates

  • samedi 15 juin 2013

Mots-clés

  • politiques publiques, éthique, environnement, écologie, écologie sociale

Contacts

  • Corinne Sarian
    courriel : ethiquepublique [at] enap [dot] ca

URLS de référence

Source de l'information

  • Corinne Sarian
    courriel : ethiquepublique [at] enap [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Les enjeux éthiques des politiques publiques en matière d’environnement », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 25 avril 2013, http://calenda.org/245888