AccueilFoucault / Wittgenstein : subjectivité et politique

Foucault / Wittgenstein : subjectivité et politique

Foucault / Wittgenstein : Subjectivity and Politics

*  *  *

Publié le mardi 07 mai 2013 par Luigia Parlati

Résumé

Ce colloque a pour but, à travers la discussion et la confrontation des perspectives wittgensteinienne et foucaldienne, de mieux délimiter l’efficace persistante d’une pensée non psychologique et non « métaphysique » de la subjectivité, si décisive dans les débats contemporains autour de la reconnaissance et de la subjectivité constituée, ainsi que d’en mettre en lumière les conséquences sur les plans éthique et politique.

Annonce

Argumentaire

Colloque organisé par le Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne EA 3562 PhiCo (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) en collaboration avec l’EA 4395 LIS (Université Paris-Est Créteil) et avec « mf / materiali foucaultiani »

À partir de deux traditions philosophiques distinctes, Michel Foucault et Ludwig Wittgenstein ont chacun proposé une critique radicale, non seulement du psychologisme, mais aussi de la notion classique d’une subjectivité souveraine comme du modèle afférent d’un sujet de l’action et du savoir transparent à soi-même. L’opposition de ces deux auteurs à une pensée d’obédience cartésienne-husserlienne offre ainsi une intersection entre philosophie dite « continentale » et philosophie analytique. Le combat engagé par Foucault (à la suite de Cavaillès et de Canguilhem) contre la « philosophie de l’expérience, du sens et du sujet » présente une analogie cruciale avec le projet wittgensteinien de dissolution de la mythologie des processus dits « mentaux », contre l’identification de l’esprit à une sphère privée, d’un genre spécifique.

Cette double critique du sujet souverain (et en particulier du « Je pense » cartésien entendu comme sujet de connaissance) n’invalide pourtant pas, chez les deux auteurs, l’impératif d’une enquête à propos des conditions de la subjectivité : une subjectivité inscrite dans le social et ses institutions, les rapports de pouvoir, les « formes de vie », les pratiques discursives, une communauté de langage. L’interrogation explicitement à l’œuvre, dans les derniers travaux de Foucault, à propos de l’expérience antique du « souci de soi » et de la parrêsia est à cet égard cruciale. Cet intérêt pour les techniques de soi et les processus de « subjectivation », dans la mesure où il ne renoue pas avec une philosophie de la conscience, peut en effet s’entendre en résonance avec l’effort toujours plus marqué, chez le dernier Wittgenstein, pour rendre compte d’une expérience en première personne aussi inéliminable qu’indescriptible au sens strict, dissociée comme telle de l’activité d’un sujet de la connaissance et de la représentation. Surtout, il fait signe vers une « insertion » possible de l’éthique dans la politique, précisément dans la mesure où le travail du sujet sur lui-même devient un point crucial de résistance et contre-conduite. Or cette dimension politique de la subjectivation n’est pas absente chez Wittgenstein : on peut songer tant au lien subjectivité-expressivité-communauté de langage qu’à la tâche (indissolublement éthique et politique) d’apprendre à voir ce qui est important mais qui, tout en étant sous nos yeux, n’est pas d’ordinaire remarqué.

Ce colloque a donc pour but, à travers la discussion et la confrontation des perspectives wittgensteinienne et foucaldienne, de mieux délimiter l’efficace persistante d’une pensée non psychologique et non « métaphysique » de la subjectivité, si décisive dans les débats contemporains autour de la reconnaissance et de la subjectivité constituée, ainsi que d’en mettre en lumière les conséquences sur les plans éthique et politique. Il ne saurait se réduire, toutefois, à un simple repérage des effets de résonance entre les approches de ces deux auteurs, mais s’attellera aussi à en explorer les divergences, dont l’analyse pourra se révéler féconde quant à la clarification des problèmes précédemment évoqués.

Programme

Vendredi 7 juin 2013

9h30 - Accueil et introduction par Sandra Laugier

9h45 - Présentation du colloque par Pascale Gillot et Daniele Lorenzini

Matinée - Présidence : Pascale Gillot (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

  • 10h00 - Arnold I. Davidson (University of Chicago/Università Ca’Foscari Venezia) : Ouverture
  • 10h15 - Judith Revel (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Le soi, l’autre et le « nous » à partir de Foucault et Wittgenstein

11h00 - Pause

  • 11h15 - Piergiorgio Donatelli (Sapienza Università di Roma) : Wittgenstein and Foucault on ethics and subjectivity
  • 12h00 - Élise Marrou (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Retour au sol raboteux des pratiques : le statut de la déviance, de Foucault à Wittgenstein

Après-midi - Présidence : Frédéric Gros (LIS, Université Paris-Est Créteil)

  • 14h45 - Matteo Vagelli (Fondazione Collegio San Carlo, Modena/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Wittgenstein après Foucault : Discours, Style et Grammaire dans la formation du sujet
  • 15h30 - James Williams (University of Dundee) : Subjectivity, time and signs in Foucault and Wittgenstein 

16h15 - Pause

16h30 - Pour une philosophie analytique de la politique

Table-ronde présidée par Arnold I. Davidson, avec Sandra Laugier (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Daniele Lorenzini (LIS, Université Paris-Est Créteil/Sapienza Università di Roma)

Samedi 8 juin 2013

9h30 - Accueil des participants

Matinée - Présidence : Daniele Lorenzini (LIS, Université Paris-Est Créteil/Sapienza Università di Roma)

  • 9h45 - Laura Cremonesi (Università degli Studi di Pisa) : À partir de Foucault et Wittgenstein : un renouvellement de la pratique éthique est-il possible ?
  • 10h30 - Orazio Irrera (Université Paris Diderot-Paris 7) : “Work on philosophy is really more a work on oneself ”. Le travail de soi sur soi chez Foucault et Wittgenstein

11h15 - Pause

  • 11h30 - Marc Pavlopoulos (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Souci de soi et pratiques de subjectivation : Foucault, Wittgenstein, Descombes
  • 12h15 - Pierre Fasula (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : La critique wittgensteinienne de Foucault par Vincent Descombes

Après-midi - Présidence : Jean-François Braunstein (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

  • 14h45 - Pascale Gillot (PhiCo/EXeCO, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Foucault / Wittgenstein : une subjectivité sans sujet ?
  • 15h30 - Elisabetta Basso (Innovationszentrum Wissensforschung, Technische Universität Berlin) : La psychologie comme « champ des décisions » : déclinations et enjeux de l’antipsychologisme chez Foucault

16h15 - Pause

  • 16h30 - Sabine Plaud (PhiCo/EXeCO, PSL Research University) : Le gouvernement, les savants et la tribu sans âme : peut-on penser une forme de vie pour des automates ? (Wittgenstein, RPP1, §96)

17h15 - Discussion générale

Contacts

Lieux

  • salle Cavaillès (1er étage, esc. C) - 17 rue de la Sorbonne
    Paris, France (75005)

Dates

  • vendredi 07 juin 2013
  • samedi 08 juin 2013

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Foucault, Wittgenstein, subjectivité, politique, éthique, psychologisme, philosophie analytique, philosophie continentale, critique, pouvoir, formes de vie, communauté, langage

Contacts

  • Daniele Lorenzini
    courriel : seminairefoucault [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Daniele Lorenzini
    courriel : seminairefoucault [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Foucault / Wittgenstein : subjectivité et politique », Colloque, Calenda, Publié le mardi 07 mai 2013, http://calenda.org/246869